Navigation – Plan du site

Controverses sur lenseignement de la grammaire au Portugal au cours de la seconde moitié du XIXe siècle

Ana Clara Santos
p. 163-178

Résumés

L’institutionnalisation des programmes de français dans l’enseignement au Portugal introduit, d’emblée, de fortes modifications dans les pratiques éducatives et la circulation des livres d’enseignement de la langue française. La nécessité qui en découle d’adapter les outils pédagogiques à un nouveau public scolaire fait apparaître un nouveau type de grammaire, la grammaire pédagogique, où se con¬juguent la théorie et l’exercice pratique. La grammaire occupe alors une place centrale dans l’enseignement/apprentissage du français. Pas étonnant que le Conselho Superior de Instrução Pública approuve alors surtout des grammaires parmi les manuels autorisés.

Haut de page

Texte intégral

Notes préliminaires

1Si la prise de conscience de la génération romantique de la décadence du pays en matière d’éducation déclenche, au Portugal, des réformes et des réglementations successives du système d’enseignement secondaire, elle marque sans doute un tournant dans l’histoire de l’enseignement des langues étrangères dans le pays. Le XIXe siècle, soucieux de l’ins­truction des masses, tourne le dos au modèle d’éducation des siècles antérieurs marqué par l’éducation domestique et religieuse, et dynamise le modèle des générations à venir, c’est-à-dire celui de l’enseignement laïc institutionnalisé, dans le domaine public et privé, dans un profond bouleversement au niveau de la réorganisation des institutions et des cycles scolaires. La portée d’une telle révolution sur l’enseignement/ apprentissage des langues n’a pas été des moindres et commence à se faire sentir surtout au cours de la deuxième moitié du siècle. Le contact des différents agents éducatifs avec les nouvelles idées pédagogiques qui circulaient en Europe introduit une nouvelle réflexion sur l’enseignement des langues vivantes, et la place au centre de la discussion entre les lettres et les sciences, les études classiques et les études modernes. Le français commence à disputer sa place au latin et à l’anglais dans les plans d’étude successifs.

Linstitutionnalisation de lenseignement des langues et la dynamisation de loffre éditoriale

2S’il est vrai que les temps de la Révolution française ont déclenché, pour reprendre une expression de Marc Fumaroli, le « génie des nations » (2001 : 18) et que le Romantisme européen a ravivé la conscience des cultures et des langues nationales, il n’en reste pas moins que, du moins dans certains pays du sud de l’Europe, notamment au Portugal, la « gallomanie » perdurera pendant plus d’un siècle après les invasions napoléoniennes. La langue française jouit d’ailleurs à l’époque du statut de première langue étrangère dans l’enseignement secondaire dans cer­tains lycées. Cette suprématie de la langue française débouche sur une nouvelle approche de l’enseignement des langues vivantes. Elle est avant tout le résultat, il faut bien le dire, du rayonnement de la culture française sur le panorama culturel national, fortement marqué par une société consommatrice des biens culturels qui irradient de la capitale française. Le français remplace désormais le latin en tant que langue de communication savante, intellectuelle, culturelle et diplomatique. Alors que la langue française était devenue le véhicule privilégié d’une culture dominante dans un pays qui s’habille à la mode de Paris, qui en respire intensément l’atmosphère culturelle par le biais de l’appropriation de modèles linguistiques, littéraires et artistiques, il fallait s’attendre à ce que le français occupe une place de choix dans l’apprentissage des langues étrangères au sein du système éducatif national.

  • 1 Nous avons déjà eu l’occasion de nous pencher sur la place accordée aux langues étrangères à cette (...)
  • 2 Réforme signée par le ministre António Maria de Fontes Pereira de Melo datée du 10 avril 1860.

3La réforme romantique de l’élargissement de l’instruction publique en­gendre non seulement un nouveau public, majoritairement d’origine bourgeoise, la mise en place de nouvelles institutions, d’ordre public et privé, mais surtout, de nouvelles approches de la langue étrangère et de la grammaire. Bien que les réformes successives instaurées au cours du siècle dans l’enseignement secondaire aient disputé la place accordée à l’enseignement des langues étrangères1 par rapport aux langues mortes, le latin et le grec, la langue française est la seule qui est toujours présente dans toutes les orientations ministérielles et qui finit par toucher un large public scolaire puisqu’elle constitue, pour certains élèves, la seule langue étrangère étudiée au lycée. Or, ce qui est intéres­sant, c’est que cet enseignement est ancré, encore au cours de la seconde moitié du siècle, sur l’apprentissage grammatical. L’année 1860 est, de ce point de vue, une année charnière. Si nous parcourons la législation de l’époque en matière d’éducation, nous trouvons les désignations suivantes concernant les disciplines de la langue française dans le premier Règlement des lycées nationaux2 :

4-Grammaire française, lecture et premiers exercices de grammaire (1ère année du curso geral) ;

5-Lecture, traduction et composition française (2e année du curso geral).

6De la même manière, les orientations données concernant la préparation aux examens à la fin de la 2e année renforcent elles aussi la part accordée à l’évaluation des compétences grammaticales :

  • 3 Les traductions des textes en portugais présentées dans cet article sont entièrement de notre resp (...)

Art. 41. § 1. À la fin de la deuxième année, il y aura l’examen final d’éléments de grammaire et celui de traduction latine et de français […] Art. 50. Dans le dernier examen des langues, les étudiants devront, à l’épreuve orale, traduire des extraits d’auteurs adoptés au lycée pour l’enseignement de ces langues, et faire l’analyse grammaticale de ces extraits. À l’épreuve écrite des langues étrangères, les élèves feront une traduction du portugais vers la langue sur laquelle porte l’examen3 (Melo 1860 : 133 ; 135).

7L’existence d’outils pédagogiques très peu performants pour l’ensei­gnement des langues préoccupait les responsables politiques du Conseil Général de l’Instruction Publique. Une telle situation faisait appel à des mesures urgentes en matière de production de nouveaux livres pédagogiques en mesure de répondre aux nouveaux objectifs tracés pour l’enseignement secondaire officiel. Auteurs et éditeurs répondent alors, au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle, à cette conjoncture politique et culturelle par la création de nouveaux livres d’enseignement susceptibles de répondre aux nouvelles exigences des réformes péda­gogiques successives. Il a fallu attendre plus d’une vingtaine d’années après la création de l’enseignement secondaire officiel et des premiers lycées (1836) pour que soient publiés la Relation des livres approuvés et adoptés par le Conseil Général de l’Instruction Publique (1861) et le premier Règlement des lycées nationaux (1860). En effet, quelques mois avant la publication de ce dernier, le Gouvernement décrète, le 31 janvier 1860, un Regulamento para a aprovação e adopção das obras destinadas ao ensino. Ce document officiel insiste bien sur la distinction entre les ouvrages approuvés et les ouvrages adoptés. Les premiers, c’est-à-dire ceux qui peuvent contribuer à la civilisation du pays, doivent faire preuve de mérite littéraire et scientifique, et révéler une parfaite concordance avec la religion, la morale et la Constitution ; les seconds sont ceux que le gouvernement admet comme étant capables de servir de textes d’appui dans tous les cours et établissements publics.

Quelle(s) grammaire(s) ?

  • 4 Nous reprenons ici le titre exact de ces documents officiels portugais : Relação dos livros approv (...)

8À un moment où la méthode dominante est la méthode grammaire-traduction calquée sur celle de l’enseignement des langues classiques, le latin et le grec, les ouvrages approuvés pour l’enseignement de la langue française comptent quelques livres de thème/version, quelques antho­logies mais surtout des grammaires. On peut vérifier cette tendance dans la liste reproduite ci-dessous élaborée d’après les publications succes­sives, entre 1861 et 1899, des Relations des livres approuvés et adoptés par le Conseil Général de l’Instruction Publique4:

9Grammaire française, M. Mauperrin

10Grammatica da língua franceza ; Exercicios progressivos oraes e por escripto, sobre a grammatica franceza e a arte de traduzir o idioma francez em portuguez, José Ignacio Roquette

11Elementos de grammatica franceza de Lhomond, Miguel de Bourdiec

12Grammatica franceza theorica e pratica, Emilio Achilles Monteverde

13Epitome da grammatica franceza, José Vallerio Capella

14Lectures morales et morceaux choisis des classiques français – Nova selecta franceza ou trechos extrahidos dos melhores classicos francezes, em prosa e verso, etc., Jacob Bensabat

15Selecta franceza, Bernardo V. Moreira de Sá

16Grammatica franceza, José Miguel dos Santos

17Notions élémentaires de versification française, João José Alves de Araújo

18Grammatica theorico-pratica da lingua franceza, Francisco da Conceição Pereira Cabral

19Grammatica franceza, J. Eduard Von Hafe, A. Ephifanio da Silva Dias

20Nova selecta franceza, Jacob Bensabat

21Selecta franceza ou trechos extrahidos dos melhores auctores fran­cezes, José Ignacio Roquette, rev. e augm. par Leopold Marcon

22Grammatica da lingua franceza, Jacob Bensabat

23Primeiras lições de traducção franceza, Domingos de Azevedo

24Selecta de auctores francezes, João Chèze, annotations de A. R. Gonçalves Vianna

25Exercicios de fraseologia, Jacob Benoliel

26Grammatica franceza, R. Foulché, J. Vianna.

27Cette abondance de grammaires parmi les livres qui circulent dans les écoles portugaises et dans les mains des élèves et des professeurs cor­respond, en fait, à une méthodologie synthétique en vogue au XIXe siècle selon laquelle l’apprentissage se fait sur la base de la connais­sance des règles grammaticales et l’usage de la norme. Quelle gram­maire est alors enseignée et avec quelle méthode ?

28Il est de tradition d’opposer grammaire implicite et grammaire explicite, voire de les dresser l’une contre l’autre. Voici ce qu’en dit le Diction­naire de Didactique des langues de Robert Galisson et de Daniel Coste :

Selon les habitudes anciennes de la classe de langue, faire de la grammaire, c’est apprendre des règles pratiques, des exer­cices dapplication, recourir à un métalangage pour rendre compte des énoncés analysés ou du système de la langue. Par opposition à cette démarche, on a parlé de grammaire impli­cite dans le cas de méthodes denseignement […] qui, tout en visant à donner aux élèves la maîtrise d’un fonctionnement grammatical […] ne recommandent l’explicitation d’aucune règle et éliminent le métalangage, ne s’appuyant que sur une manipulation plus ou moins systématique d’énoncés et de formes […] (Coste, Galisson 1976 : 254).

  • 5 Au Portugal, à cette époque, les rares exceptions sont celles des grammaires éditées par les profe (...)
  • 6 Rappelons, au passage, que M. T. C. Mendonça avait déjà publié en 1817 un ouvrage semblable intitu (...)

29Nous le savons, l’enseignement des langues étrangères à l’époque favo­rise l’approche explicite de la grammaire. Dans la plupart des cas, le livre de grammaire française est produit par un professeur qui exerce encore ses fonctions d’enseignant de la langue. La grammaire se pré­sente très souvent divisée en deux parties, la première consacrée à la théorie grammaticale, la seconde à la pratique. Le recours à un méta­langage, qui s’exprimait majoritairement dans la langue du pays5 et qui assurait la fonction explicative sur le fonctionnement de la norme étran­gère par rapport à la langue maternelle, renforçait le caractère bilingue et pratique de ce type d’ouvrage. Les nouveaux besoins liés à la scolarisa­tion des masses débouchent sur une certaine préoccupation de synthèse des notions grammaticales et font apparaître, sur le marché éditorial, pour la première fois, des ouvrages moins denses dénommés Epítome et Elementos. La juxtaposition de ces deux mots avant le mot grammaire laisse entrevoir une intention d’accessibilité aisée aux connaissances essentielles sur le fonctionnement de la langue française. Les Elementos de gramática francesa de Lhomond6, ouvrage édité, en 1828, par Michel de Bourdiec, signale l’un des premiers essais d’adaptation de la Grammaire française de Charles-François Lhomond à des élèves portugais et fut l’une des premières grammaires approuvées pour l’en­seignement du français dans les lycées. Cette tendance fut suivie par la deuxième grammaire approuvée sous le titre Epitome da grammatica franceza, de José Valério Capela, professeur de français et d’anglais au lycée national de Guarda.

  • 7 Un bel exemple est celui de la Gramática francesa de José Miguel dos Santos qui remplit la même fo (...)

30À l’image de l’enseignement/apprentissage des langues mortes, la pra­tique des langues vivantes en milieu scolaire ancrée sur la méthode grammaire-traduction imposait, tout d’abord, la présentation de la règle suivie de l’illustration par des exemples, afin d’aboutir, par la suite, à son application dans des exercices culminant dans la traduction, orale et écrite. L’exercice à l’intérieur de l’ouvrage grammatical constitue, de la sorte, une des principales nouveautés de l’époque. Les différentes gram­maires alors en circulation et approuvées par le Conseil Général de l’Instruction Publique attestent cette tendance car si certaines d’entre elles insèrent uniquement la description de certains usages de la langue, d’autres incluent, à la fin ou de manière progressive, des exercices variés d’applicabilité. En tout cas, elles visent toutes le même objectif pédagogique, c’est-à-dire, servir de passerelle vers l’analyse de certaines parties du discours, pour déboucher, dans un premier niveau, sur la tra­duction d’un certain nombre de phrases isolées et, ensuite, sur des extraits plus longs de certains auteurs appartenant au canon littéraire. Dans un souci d’adaptation de l’outil grammatical à un nouveau public scolaire apparaissent ainsi les grammaires pédagogiques pour l’ensei­gnement de la langue étrangère qui correspondent à une demande accrue de la part du secteur éditorial et éducatif. Les grammaires à la compo­sante théorique et pratique sont majoritairement choisies par le Conseil Général de l’Instruction Publique indépendamment de la stratégie commerciale adoptée par leurs auteurs. En effet, que leurs auteurs explicitent cette approche dans le titre comme le font Emilio Achilles Monteverde(Grammatica franceza theorica e pratica, ou methodo inteiramente novo em Portugal para se aprender, com muita brevidade e perfeição, a fallar e escrever o idioma francez por meio do portuguez) et Francisco da Conceição Pereira Cabral (Grammatica theorico-pratica da lingua franceza), ou bien qu’ils l’observent uniquement dans leur composition interne7, ces grammaires bénéficiaient incontes­tablement de la faveur des professionnels de l’enseignement du français. Mais quelle était donc la composition des grammaires de l’époque et ses implications sur l’enseignement de la langue française ?

  • 8 Il faut dire que cette grammaire a connu un succès immense à l’époque car, cinq ans après sa publi (...)

31Afin de répondre à cette question, nous allons prendre l’exemple de deux grammaires produites à des moments différents du XIXe siècle et par des agents d’origines diverses. Commençons par la Grammaire fran­çaise, par M. Mauperrin, ancien professeur de langue française au Collège royal des Nobles, et actuellement Professeur de langue fran­çaise au Lycée royal et national à Lisbonne, publiée en 18628. Cette grammaire, rédigée entièrement en français, se caractérise par son carac­tère purement théorique, partagé entre l’orthographe, la morphologie (première partie) et la syntaxe (deuxième partie) du substantif, de l’ar­ticle, de l’adjectif, du pronom, du verbe, de l’adverbe, de la préposition, de la conjonction et de l’interjection, auxquelles s’ajoutent, toujours dans la deuxième partie, les questions liées aux figures de la syntaxe (l’ellipse, le pléonasme, la syllepse, l’inversion et les gallicismes), à la ponctuation et à la prononciation.

  • 9 Il y insiste surtout sur le rapprochement entre les verbes irréguliers et les auxiliaires respecti (...)
  • 10 Il faut rappeler qu’avant le XIXe siècle, à l’image de ce qui se passait dans d’autres pays du sud (...)

32La Grammatica theorico-pratica da lingua franceza,de Francisco da Conceição Pereira Cabral, professeur de français lui aussi, connaît sa deuxième édition en 1885, deux ans après sa publication. L’auteur qui avoue, dans le texte de la deuxième édition, être redevable des leçons d’A. Chassang et d’E. Sommer, ne manque pas de placer l’accent sur la nécessité de renforcer la partie théorique, par quelques rapprochements entre différentes classes morphologiques9, et, la partie pratique, par l’ajout d’autres exercices d’application. Dans son « Avertissement aux professeurs », l’auteur insiste sur la totale liberté laissée aux enseignants de pouvoir décider l’orientation donnée à l’applicabilité de l’exercice grammatical qui peut être présenté aux élèves de la première ou de la deuxième année, à l’oral, à l’écrit ou comme essais de traduction. Tout comme la grammaire de Mauperrin, elle est divisée aussi entre une première partie consacrée à l’étude de la morphologie et de l’ortho­graphe et une deuxième partie centrée sur celle de la syntaxe. Mais alors que la grammaire de Mauperrin privilégie les figures de la syntaxe (ce que d’autres appelleront les figures de style ou de rhétorique), celle de Cabral introduit les notions de prosodie, d’étymologie, de versification française, et d’idiotismes et de proverbes. Ces particularités traduisent, à notre avis, deux tendances majeures dans l’enseignement de la langue française au XIXe siècle au Portugal : d’un côté, la préoccupation des enseignants concernant la prononciation à une époque où les études sur la phonétique n’étaient pas encore très poussées ; de l’autre, la supré­matie de l’étude de la littérature10 et le besoin de faire découvrir à l’élève des notions d’ordre stylistique.

33Notons, au passage, que l’une et l’autre utilisent la même stratégie commerciale et pédagogique pour renforcer le rôle de la grammaire dans la réflexion sur l’usage de la langue : la catégorisation des composantes grammaticales, de la notion de grammaire à celles des voyelles et des consonnes en passant par les mots et les lettres. À la définition de la notion de grammaire chez Mauperrin :

La grammaire française est l’art de parler et d’écrire correc­tement en français.

Pour parler et pour écrire, on se sert des mots.

Les mots sont toujours composés de lettres.

  • 11 Les pages suivantes sont consacrées par l’auteur à la description de la pro­nonciation des voyelle (...)

Il y a deux sortes de lettres : les voyelles et les consonnes (Mauperrin 1867 : 1)11.

34fait écho celle de Cabral :

1.A grammatica tem como objecto as regras da linguagem, ou escripta, ou falada.

A linguagem compõe-se de palavras.

As palavras compõem-se de letras.

2.As letras do alfabeto francez são 25, como em portuguez (19 consoantes e 6 vogaes), e têm os mesmos nomes, menos as seguintes :

  • 12 Nous traduisons : « La grammaire a pour objet les règles du langage, écrit ou parlé. / Le langage (...)

H pronuncia-se áche; Q __ qu; X __ ikse; Y __ i grec; Z __ zéd; W __ double vê (Cabral 1885 : 1)12.

35On le voit, bien que l’on accorde alors une importance croissante à l’établissement des premières règles de prosodie et de prononciation en vue du développement de la compétence de lecture, la vulgarisation de ce genre d’outil pédagogique en classe de langue étrangère valorisait majoritairement, après la mémorisation de la phraséologie et du lexique, les exercices de thème/version en tant qu’exercices de consolidation et de validation de l’apprentissage de la langue par une approche déductive de la grammaire. L’usage de ces grammaires pédagogiques sert amplement à présenter, aux yeux de l’élève, la langue étrangère comme un ensemble illustratif des règles grammaticales et leurs exceptions qu’il fallait rapprocher de sa langue maternelle. Passée cette étape, un niveau de perfectionnement était possible grâce au contact avec la norme et la stylistique des textes des auteurs littéraires qui leur servaient de modèle. D’un autre côté, même si on assistait à la publication de quelques antho­logies, il n’est pas moins évident que les morceaux choisis n’étaient qu’un prétexte à l’étude du fonctionnement de la langue. La boucle était ainsi bouclée autour de l’interdépendance entre l’usage des anthologies et celui des grammaires en milieu scolaire dans le domaine du FLE.

Notes finales

36La préoccupation première est de promouvoir la lecture et la con­naissance des règles de base de toute approche de la prosodie et de l’orthographe, dans une première étape, et de la morphologie et de la syntaxe, dans une dernière. Face à ce panorama culturel et éducatif, la notion même de grammaire évolue et s’élargit. Il suffit, pour cela, de voir les différents types d’ouvrages publiés au cours de la seconde moitié du siècle où cohabitent les ouvrages à vocation synthétique __ les Epítomes da gramática, Elementos de gramática, Resumo de gramática, Grammaire synoptique __ contre les ouvrages à caractère exclusivement pratique : les Temas de francês e gramática, Nova gramática teórico-prática, O Francês prático, O nec plus ultra das gramáticas metódicas (consulter l’annexe).

37Avec le recul, l’historien actuel doit envisager l’étude de ces livres péda­gogiques comme une source complémentaire dans les débats sur la pra­tique et la conception de l’enseignement des langues, leur composition et leur usage dans le système éducatif étant des signes révélateurs des discussions terminologiques et des querelles méthodologiques. Comme l’a démontré Christian Puren (1988), le XIXe siècle a amené avec lui un tournant en matière éducative symbolisé par une nouvelle demande sociale de l’apprentissage des langues et la profusion d’ouvrages didac­tiques dans le domaine où les « cours traditionnels à objectif pratique » signalent la rupture avec l’ancienne méthode grammaire-traduction et annoncent, en quelque sorte, l’avènement de la méthode directe. C’est justement ce chemin qu’il faut parcourir encore dans le domaine des recherches sur l’histoire de l’enseignement des langues étrangères au Portugal afin de pouvoir mesurer, sur le public scolaire, l’impact des ouvrages que nous venons de décrire ici très sommairement en con­comitance avec une toute autre sorte d’ouvrages dénommés Nouvelle méthode pratique pour apprendre à lire, à écrire et parler la langue… dans lesquels est préconisée la progression des contenus et sont mis en avant les compétences au niveau de la lecture, la conversation et la phraséologie.

Haut de page

Bibliographie

CABRAL, Francisco da Conceição (1885 [1883]). Grammatica theorico-pratica da língua franceza, aprovada pelo Conselho Geral de instrucção Pública (Diário do Governo, n.º 71, de 28 de março de 1884). 2e édition. Porto : Livraria Portuense Lopes & C.ª sucessores de Clavel & C.ª.

COSTE, Daniel & GALISSON, Robert (1976). Dictionnaire de didac­tique des langues. Paris : Hachette.

FUMAROLI, Marc (2001). Quand lEurope parlait français. Paris : Éditions de Fallois.

MAUPERRIN, P. (1867 [1862]). Grammaire française. 5e édition. Lisbonne : Imprimerie Franco-Portugaise.

MELO, António Maria de Fontes Pereira de (1860). « Regulamento para os lyceus nacionais ». In Diário do Governo, 10 avril 1860, 128-141.

PUREN, Christian (1988). Histoire des méthodologies de lenseigne­ment des langues. Paris : Nathan-Clé International, coll. « Didactique des Langues Étrangères ».

Annexe

Grammaires du français publiées au XIXe siècle13

Auteurs

Titre

Date

MENDONÇA, M. T. C

Dos elementos de grammatica franceza por Lhomond

1817

BOURDIEC, M. de

Elementos de grammatica franceza de Lhomond

1828

MONTEVERDE, E.

Grammatica franceza theorica e prática, ou methodo inteiramente novo em Portugal para se aprender, com muita brevidade e perfeição, a fallar e escrever o idioma francez por meio do portuguez

1838

STRATNEVER, L. A.

Grammatica franceza por um plano muito methodico

1839

SILVEIRA PINTO, A.

Elementos de grammatica franceza

184-

SEIBLZT, J. E.

Nova grammatica franceza por Noel e Chapsal, traduzida em portuguez

1844

MONTEVERDE, E.

Prospecto de hum tratado theorico e pratico de ortographia franceza con­tendo muitas composições para os estudiosos se exercitarem na appli­cação das regras da ortographia

1850

ROQUETTE, J. I.

Grammatica elementar de lingua franceza e arte de traduzir o idioma francez em portuguez […]

Paris, 1850

ROQUETTE, J. I.

Grammatica para os portuguezes e brasileiros, que desejam aprender a língua franceza

Paris, 1850

ROQUETTE, J. I.

Exercícios progressivos, orais e por escripto, sobre a grammatica franceza e arte de traduzir o idioma francez em portuguez

Paris, 1850

CABRAL, F.

Apontamentos geraes sobre orthogra­phia franceza, ou princípios elementares de grammatica geral, applicados á classificação da pronunciação do francez

1851

CALDAS, J.

Princípios elementares de grammatica geral applicados á língua franceza […]

1851

MARTINS, E. C.

Novo resumo de grammatica franceza extraída de diversos autores: obser­vando-se principalmente o methodo de Mr. Mauperrin

1851

SAMPAIO, A.

Grammatica franceza da infância

1856

CAPELA, J. V.

Epitome da grammatica franceza

1856

BLINQUE, M.

Compendio das principais difficuldades da lingua franceza e um tratado de syntaxe

1857

ALLIOT, H.

Grammatica franceza, ou nova arte para aprender o idioma francez

1860

MAUPERRIN, P.

Grammaire française

1862

MONTAIGU, E.

Nova grammatica portugueza-franceza, ou methodo pratico para aprender a lingua franceza

Paris, 1862

PEREIRA, J.

Vocabulário usual das linguas portu­gueza e franceza, precedido de um resumo da grammatica franceza e seguido de um glossário de termos commerciaes

1863

GRAÇA, J.

Compendio de grammatica franceza

1869

CRUZ, J.

Nova grammatica elementar da lingua franceza para uso das escholas

1870

BRITO, A.

Curso elementar de grammatica fran­ceza

1871

CLAIROUIN, H.

O nec plus ultra das grammaticas methodicas para o ensino da lingua franceza […]

1874

HAFE, J. DIAS, A.

Grammatica franceza para uso das escolas

1875

NÓBREGA, M.

Methodo pratico da grammatica fran­ceza para uso dos portuguezes

1875

SANTOS, J.

Grammatica franceza conforme o programma official do curso dos lyceus

1878

SANTOS, J.

Resumo da grammatica franceza para uso dos principiantes

1879

RIBEIRO, D.

Princípios de grammatica da lingua franceza

1880

CARDOSO, J.

Nova grammatica da lingua franceza

1881

COELHO, A.

Curso grammatical da lingua franceza

1881

COURTOIS, H.

Grammatica franceza. Tratado de pronuncia franceza

1882

CABRAL, F.

Grammatica theorico-pratica da lingua franceza

1883

COELHO, A.

Curso pratico ou grammatica intuitiva da lingua franceza. Séries gramma­ticaes

1884

EÇA, V.

Grammatica franceza

1884

VIDAL, C.

Curso de temas ou exercícios gradua­dos da grammatica franceza publica

188-

VIDAL, C.

Grammatica franceza pratica, pre­cedida de um tratado de pronunciação e seguida dum tratado de versificação franceza: lyceus

188-

ARAÚJO, J. A.

Grammatica theorico-pratica da lingua franceza: parte theorica

1885

TRIGO, J.

Grammatica nova franceza, ensinando methodicamente a verdadeira pronun­ciação e as regras da lingua franceza…

1885

CAMPOS, A.

Grammatica franceza elementar con­forme o ultimo programma dos lyceus

1887

PRÉVÔT, J.

Grammatica theorica e pratica da língua franceza

1888

BENSABAT, J.

Curso graduado de themas franceses sobre a morfologia e syntaxe dessa lingua

1888

LIMA, A.

Resumo de grammatica franceza

1889

BENSABAT, J.

Nova grammatica pratica da língua franceza: redigida sobre um plano inteiramente novo

1891

VIDAL, C.

Exercicios francezes metodicamente graduados e aplicados à lª ed. da grammatica franceza do mesmo autor

1893

VIDAL, C.

Tratado de homonymos da lingua franceza: exercicios francezes metho­dicamente graduados e applicados á 6ª ed. da grammatica franceza do mesmo autor

1893

BÉNOLIEL, J.

Elementos de grammatica franceza

1898

VIANA, A., FOUCHÉ-DELBOSC, R.

Grammatica franceza

1899

AZEVEDO, D.

Grammatica da lingua franceza

1900

Haut de page

Notes

1 Nous avons déjà eu l’occasion de nous pencher sur la place accordée aux langues étrangères à cette époque au sein du système éducatif portugais. Les résultats de cette recherche ont fait l’objet de la publication de l’article intitulé « La question des manuels ou usuels pour enseigner plusieurs langues au Portugal au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle » dans le nº 42 de la revue Documents pour lHistoire du Français Langue Étrangère ou Seconde (juin 2009, 197-214).

2 Réforme signée par le ministre António Maria de Fontes Pereira de Melo datée du 10 avril 1860.

3 Les traductions des textes en portugais présentées dans cet article sont entièrement de notre responsabilité.

4 Nous reprenons ici le titre exact de ces documents officiels portugais : Relação dos livros approvados e adoptados pelo conselho geral de instrucção publica, para poderem ser lidos nas escolas publicas de instrucção primaria e secundaria, na conformidade do decreto de 31 de janeiro de 1860 (28 septembre 1861) ; Relação, a que se refere a portaria supra, dos livros adoptados e aprovados pelo conselho geral da da instrucção publica, para poderem ser lidos nas escolas publicas de instrucção primaria, secundario e superior (11 août 1863) ; Relação dos livros approvados pelo governo, em conformidade com o parecer da junta con­sultiva de instrucção publica, no anno de 1881 (17 janvier 1882) ; Relação dos livros approvados pelo governo, em conformidade com o parecer da junta consultiva de instrucção publica, no anno de 1882 (3 janvier 1883) ; Relação dos livros approvados pelo governo, em conformidade com o parecer da junta consultiva de instrucção publica, no anno de 1883 (3 janvier 1884) ; Relação dos livros approvados pelo governo, em conformidade com o parecer da junta consultiva de instrucção publica, no anno de 1884 (3 janvier 1885) ; Livros adoptados por cinco anos para o ensino secundário, segundo o plano anterior aos decretos de 22 de dezembro de 1894 e 14 de agosto último (1 octobre 1895) ; Livros adoptados por cinco anos para o ensino secundário, segundo o plano anterior aos decretos de 22 de dezembro de 1894 e 14 de agosto de 1895 (21 octobre 1897) ; Livros adoptados por cinco anos para o ensino secundário, segundo o plano anterior aos decretos de 22 de dezembro de 1894 e 14 de agosto de 1895 (19 octobre 1898) ; Relação a que se refere o decreto desta data. Obras destinadas ao ensino das línguas, historia e geografia. Obras destinadas ao ensino da physica, zoologia e desenho (16 novembre 1899).

5 Au Portugal, à cette époque, les rares exceptions sont celles des grammaires éditées par les professeurs français qui résident dans le pays et qui emploient leur langue maternelle, le français, d’un bout à l’autre de la grammaire. La grammaire française de Mauperrin en constitue un bel exemple.

6 Rappelons, au passage, que M. T. C. Mendonça avait déjà publié en 1817 un ouvrage semblable intitulé Dos elementos de gramática francesa de Lhomond. Pourtant le choix du Conseil Général de l’Instruction Publique, en 1861, tomba sur la grammaire de Bourdiec qui avait été rééditée une décennie avant, en 1851.

7 Un bel exemple est celui de la Gramática francesa de José Miguel dos Santos qui remplit la même fonction d’une grammaire théorique et pratique car si, dans une première partie, l’auteur expose les règles de fonctionnement de la langue française avec de nombreuses illustrations, il finit bien par apporter, dans la deuxième partie, les exercices d’application, en l’occurrence, des exercices de traduction.

8 Il faut dire que cette grammaire a connu un succès immense à l’époque car, cinq ans après sa publication, elle en était à sa cinquième édition.

9 Il y insiste surtout sur le rapprochement entre les verbes irréguliers et les auxiliaires respectifs, ou bien, sur celui entre les adjectifs et les adverbes quantitatifs, de façon à mieux aider l’élève dans son apprentissage.

10 Il faut rappeler qu’avant le XIXe siècle, à l’image de ce qui se passait dans d’autres pays du sud de l’Europe, l’étude de la littérature a été instaurée à travers la lecture intégrale et l’étude de certaines œuvres littéraires parmi lesquelles Les aven­tures de Télémaque, de Fénelon, reste l’exemple le plus accompli. Cependant au XIXe siècle, au moment où étaient approuvées ces grammaires de français, circu­laient de nouvelles anthologies de textes composées essentiellement d’extraits de textes littéraires des grands auteurs. Nous avons récemment essayé de dresser un bilan sur ce sujet dans un article écrit en collaboration avec Juan Bascuñana intitulé « Le texte littéraire dans l’enseignement du FLE : histoire, variations et perspec­tives » publié dans le nº 52 de Recherches et applications de la revue Le français dans le monde consacré à l’Histoire internationale de lenseignement du français langue étrangère : problèmes, bilans et perspectives (juillet 2012, p. 120-130).

11 Les pages suivantes sont consacrées par l’auteur à la description de la pro­nonciation des voyelles (muettes, ouvertes, fermées, longues, brèves, diphtongues), des consonnes, et des parties du discours (le substantif, l’article, le pronom, le verbe, le participe, l’adverbe, la préposition, la conjonction et l’interjection).

12 Nous traduisons : « La grammaire a pour objet les règles du langage, écrit ou parlé. / Le langage est composé de mots. / Les mots sont composés de lettres. / Il y a 25 lettres dans l’alphabet français, comme en portugais (19 consonnes et 6 voyelles) et elles ont les mêmes noms, sauf les suivantes : / H se prononce áche ; Q qu ; X ikse ; Y i grec ; Z zéd ; W double v ».

Les pages suivantes de la grammaire sont consacrées à la présentation de l’accent en français, à la prononciation des voyelles et des diphtongues, des con­sonnes (gutturales, dentales, labiales, liquides et nasales) et de la liaison.

13  Nous présentons ici, par ordre chronologique, en gardant la graphie de l’époque, la liste des grammaires publiées au cours du XIXe siècle au Portugal et à Paris et qui ont circulé dans le système éducatif portugais de l’époque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ana Clara Santos, « Controverses sur lenseignement de la grammaire au Portugal au cours de la seconde moitié du XIXe siècle », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 51 | 2013, 163-178.

Référence électronique

Ana Clara Santos, « Controverses sur lenseignement de la grammaire au Portugal au cours de la seconde moitié du XIXe siècle », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 51 | 2013, mis en ligne le 31 janvier 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://dhfles.revues.org/3872

Haut de page

Auteur

Ana Clara Santos

Université de lAlgarve / APHELLE

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • Les cahiers de Revues.org