Navigation – Plan du site

Grammaire générale et grammaires particulières : relire la Grammaire de Port-Royal à la lumière des Méthodes italienne et espagnole

Jean-Marie Fournier et Valérie Raby
p. 59-85

Résumés

L’examen conjoint des Méthodes italienne et espagnole de Lancelot et de la Grammaire générale et raisonnée permet de préciser les relations entre grammaire particulière et grammaire générale, et de revenir ainsi sur certains présupposés historiographiques. Le traitement de l’article et celui des formes verbales atteste en effet d’une circulation serrée des analyses, fondement de la « généralité » nouvelle promue par la Grammaire de Port-Royal.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 À l’exception notable cependant de l’étude de R. Donzé (1971 [1967]), qui consacre quelques dévelo (...)

1Les études historiographiques concernant la Grammaire générale et raisonnée font généralement peu de cas des Méthodes de langues vul­gaires (italien et espagnol) composées par Lancelot1. Si ces ouvrages sont mentionnés, c’est bien souvent pour opposer la Grammaire aux Méthodes comme on oppose le spéculatif au didactique, le général au particulier. On envisage ici, à la suite des propositions d’Auroux & Mazière 2007, une réévaluation des relations entre ces trois œuvres, considérées conjointement. L’examen du traitement de l’article et des formes verbales permet de préciser les modes de circulation des analyses d’un ouvrage à l’autre, et de montrer que, pour une bonne part, la construction de la généralité dans la Grammaire des Messieurs accom­pagne celle d’une « matrice romane » de la réflexion linguistique.

1. Les Méthodes de Lancelot et la Grammaire générale et raisonnée

  • 2 C’est donc la première édition de la GGR, celle de 1660, que nous utiliserons prioritairement ici.

2La Nouvelle Méthode pour apprendre facilement et en peu de temps la langue espagnole (désormais NME), la Nouvelle Méthode pour ap­prendre facilement et en peu de temps la langue italienne (désormais NMI) ainsi que la Grammaire générale et raisonnée (désormais GGR) ont le même privilège, daté du 26 août 1659. La NME et la NMI pa­raissent le 20 mars 1660, la GGR le 28 avril de la même année, chez le même éditeur, Pierre Le Petit2.

3Il est vraisemblable que les trois ouvrages ont été composés à peu près dans le même temps, nous verrons qu’un certain nombre d’indices plaident en ce sens. Pourtant, les historiens de la linguistique ont rare­ment rapproché ces ouvrages, détachant le « monument » des « œuvres mineures », ou se conformant à un strict partage entre grammaires parti­culières et grammaire générale.

  • 3 « L’engagement où je me suis trouvé, plustost par rencontre que par mon choix, de travailler aux G (...)
  • 4  Lancelot est aussi l’auteur de deux célèbres méthodes : la Nouvelle méthode pour apprendre facilem (...)

4La préface de la GGR rend d’ailleurs possible une telle lecture, puisque Lancelot y présente humblement son travail sur les grammaires parti­culières comme une source de doutes qui, soumis à Arnauld, auraient donné lieu à des « résolutions » et des « réflexions » recueillies ensuite dans la GGR3. À l’appui de ce scénario, deux faits au moins confortent la spécificité des Méthodes et leur solidarité, indépendamment de la GGR. En premier lieu, on observe que la préface de la NMI inscrit cette méthode de langue moderne dans le prolongement des deux méthodes de langues anciennes4 :

Mon cher Lecteur. Apres les Nouvelles Methodes pour les Langues Grecque & Latine, qui ont esté imprimées il y a quelques années ; j’ay creu ne pouvoir rien donner au Public qui fust plus propre pour les accompagner, que celle que je vous presente aujourd’huy, pour la parfaite connoissance de la Langue Italienne. (NMI, Préface : I)

5La même préface annonce la parution imminente de la NME :

Que si je reconnois que le public en tire quelque fruit, cela me pourra rendre plus hardy pour en publier bien-tost une autre pour apprendre l’Espagnol, laquelle ne sera peut-estre pas moins utile pour cette Langue si graue & si majestueuse, que celle-cy l’aura pû estre pour l’Italienne. (NMI, Préface : XV)

6Enfin, une annonce symétrique figure en ouverture de la préface de la NME :

Voici la Nouvelle méthode pour la langue espagnole que je vous avais fait esperer en parlant de l’Italienne (NME, Préface, n. p.)

7Ces renvois intertextuels assurent la cohésion des quatre ouvrages du même auteur, malgré l’artifice du pseudonyme « Sieur de Trigny », utilisé pour signer les deux méthodes de langues modernes seulement. Cependant le privilège de la GGR présente une étrange variante du nom d’auteur :

Par grace & Privilege du Roy, en date du 26. Aoust 1659. Signé DV MOLEY, & scellé : Il est permis à PIERRE LE PETIT, Imprimeur & Libraire ordinaire de sa Majesté, d’im­primer vn Livre intitulé, Grammaire generale & raisonnée : Par le sieur D. T. […]. (GGR, privilège)

8Il y a bien, entre les quatre ouvrages, unité de ton et de visée, l’ambition pédagogique étant affichée par le choix même du terme « méthode ». On notera cependant que, des deux méthodes modernes, seule la NMI indique, de manière assez vague, quel est le lectorat visé : les enfants autant que « ceux qui sont plus âgez » (Préface : XII).

9Le second aspect par lequel les deux Méthodes s’associent et se distin­guent de la GGR regarde leur structure. Les Méthodes présentent une organisation similaire : à la suite d’une préface dressant un tableau de l’histoire de la langue depuis ses origines, les ouvrages sont divisés en trois parties. La première est consacrée à l’« analogie », le terme ren­voyant aussi bien aux régularités morphologiques qu’aux « conformités » entre les langues considérées et le latin ; elle traite de la prononciation et des parties du discours. La deuxième partie consiste en observations sur la syntaxe des parties du discours et s’intitule, dans les deux ouvrages, « De quelques remarques curieuses sur la Syntaxe ». La troisième forme un abrégé de versification appliquée à la langue-cible.

10Néanmoins, les Méthodes sont étroitement liées à la GGR. Comme le souligne S. Auroux (2000), la GGR était conçue comme une intro­duction aux grammaires particulières. On peut même faire l’hypothèse que les Méthodes ont été rédigées après la GGR, ou du moins en tenant compte du contenu de cet ouvrage. En effet, alors que la GGR ne renvoie pas explicitement aux Méthodes, celles-ci contiennent plusieurs allusions à la grammaire. Deux exemples sont particulièrement probants :

11(i) L’originalité de la définition du verbe, longuement discutée dans le chapitre II, 12 de la GGR (« Des Verbes : & de ce qui leur est propre et essentiel »), est bien connue :

Ainsi les hommes n’ont pas eü moins de besoin d’inuenter des mots qui marquassent l’affirmation, qui est la principale maniere de nostre pensée, que d’en inuenter qui marquassent les objets de nostre pensée.

Et c’est proprement ce que c’est que le verbe, un mot dont le principal usage est de signifier l’affirmation : c’est à dire, de marquer que le discours où ce mot est employé, est le discours d’vn homme qui ne conçoit pas seulement les choses, mais qui en juge & qui les affirme. » (GGR : 89-90)

12Or cette définition se retrouve dans les deux Méthodes :

L’Infinitif venant à perdre l’affirmation qui est propre au verbe, doit estre consideré comme vn nom substantif dans toutes les langues. (NMI : 82)

L’Infinitif venant à perdre l’affirmation qui est propre au verbe, a souuent la force d’vn nom en Espagnol, comme dans toutes les langues. (NME : 80)

13Ces formules pour le moins allusives, qui ne font l’objet d’aucune justification dans le corps des ouvrages, ne peuvent s’entendre qu’à partir de la démonstration menée en GGR II, 12.

14(ii) Le deuxième exemple correspond à une reprise corrective. À propos de la construction des « temps composés », la GGR inclut l’espagnol au nombre des langues qui font être « auxiliaire de lui-même » :

Le verbe estre, de mesme prend ces mesmes temps d’auoir, & de son participe esté, j’ay esté, j’auois esté, &c.

En quoy nostre Langue est differente des autres ; les Alle­mands, les Italiens, & les Espagnols faisant le Verbe estre auxiliaire à luy-mesme dans ces temps-là. Car ils disent, sono stato, je suis esté. Ce qu’imitent les Walons qui parlent mal François. (GGR : 128)

15L’erreur est corrigée dans la Méthode italienne, où la conformité des constructions en français et en espagnol est soulignée :

Le verbe estre, quoy qu’auxiliaire, a de commun auec les autres verbes, d’avoir besoin d’un verbe auxiliaire pour former son preterit définy, & les autres temps qui en dépendent dans la Langue Latine. Mais en François et en Espagnol, il les forme auec le verbe avoir ; comme j’ay esté, j’avois esté, j’aurois esté, &c. Au lieu qu’en Italien, aussi bien qu’en Allemand, d’où ces façons de parler sont venuës ; le verbe essere est auxi­liaire à luy-mesme […]. Ce qu’imitent encore les Walons, qui commencent à parler François. » (NMI : 88)

16On retrouve enfin la même observation dans la NME, du point de vue de l’auxiliaire haver cette fois, auxiliaire de lui-même et des autres auxi­liaires, y compris ser et estar :

  • 5 C’est-à-dire : (h)ubiera.

[…] il faut remarquer que ce verbe Hauer est aussi auxiliaire de soy-mesme, & des autres verbes auxiliaires, dans les temps que nous venons de marquer. Car on dit ; he hauido, j’ay eu ; he tenido, j’ay tenu, he sido, he estado, j’ay esté. Vuiera5 auido, j’eusse eu ; vuiera sido, j’eusse esté, &c. (NME : 76)

17Ces deux faits semblent confirmer que les deux Méthodes ont été com­posées après la GGR. Il demeure étrange toutefois que l’édition de 1676 n’ait pas corrigé l’erreur de 1660 concernant l’espagnol.

  • 6 L’analyse proposée par Foucault dans sa préface à la GGR ne nous semble pas tenable : « […] ce qui (...)

18Quoi qu’il en soit, ces premières remarques nous permettent d’avancer que la matrice de la réflexion sur la diversité des langues à Port-Royal, la construction de la « généralité », est romane, et se poursuit de la GGR aux Méthodes. Elle ne se limite pas, comme le pensait Foucault, aux rapports entre le latin et le français6. La relation entre la GGR et les Méthodes doit donc être repensée en d’autres termes, la GGR assumant une double fonction par rapport à ces grammaires particulières : d’une part, elle joue le rôle de propédeutique en constituant une introduction générale aux méthodes de langues particulières, poursuivant et renou­velant ainsi l’ambition d’ouvrages antérieurs – par exemple ceux de Roboredo, de Comenius ou de Macé, mais aussi les grammaires pluri­lingues comme celles de Scipio Lentulus ou Antoine Fabre. Ce point avait déjà été souligné par Auroux 2000 et Auroux & Mazière 2007. D’autre part, elle fournit le versant « français » de cette description des langues modernes, ainsi que l’indique la dernière partie de son sous-titre : « [GGR contenant…] plusieurs remarques nouuelles sur la Langue Françoise ».

19C’est bien du reste ainsi, ou à peu près, qu’Irson présente cet ensemble d’ouvrages de Lancelot dans la liste d’auteurs célèbres qui clôt sa Nouvelle methode pour apprendre facilement les principes et la pureté de la langue françoise de 1662.

Nous avons plusieurs Grammaires tres regulieres tant generales que particulieres, composées par un Illustre inconnû ; par les­quelles on sçait en general l’Analogie naturelle qu’il y a entre toutes les Langues, & par lesquelles on peut facilement ap­prendre la langue Greque, la Latine, l’Italienne & l’Espagnole. Il y a dans ces Grammaires raisonnées des Remarques tres cu­rieuses pour la pureté du François, qui sont tirées du raport même de nostre Langue avec ces Etrangeres. (1662 : 305)

20Irson souligne ici le lien entre les cinq ouvrages de Lancelot, et ce témoignage d’une réception contemporaine confirme la nécessité de réviser le partage communément admis aujourd’hui entre la GGR et les Méthodes. Il reste à préciser le type de généralité construit par la GGR, au-delà de la généralisation par extension comparative aperçue par Irson. Pour cela, nous examinerons deux faits de morphosyntaxe des langues romanes bien identifiés par les grammaires particulières et qui donnent lieu, dans les Méthodes comme dans la GGR, à des élaborations théoriques singulières, relevant d’un certain type de construction de la généralité. Il s’agit, sans surprise, de faits régulièrement pointés par les grammairiens des vulgaires romans comme propres à ces langues vivantes : l’article et les formes verbales auxiliées.

2. L’article : construction de l’analyse des formes amalgamées

21On sait que l’article des langues romanes est longtemps décrit, dans le cadre de la grammaire latine étendue, comme une marque casuelle per­mettant la déclinaison du nom. À première vue, les Méthodes de Lancelot suivent une doctrine qui, si elle n’est pas dominante à l’époque, n’est pas non plus tout à fait nouvelle : la fonction syntaxique des articles est contestée et l’absence de flexion casuelle en italien et en espagnol est soulignée, mais les tableaux de déclinaison sont maintenus, pour les articles dans la NMI (p. 17), et pour les noms dans la NME (p. 31). À y regarder de plus près pourtant, la position de Lancelot n’est pas si banale :

1. Les Italiens ne declinent point en changeant de terminaison, non plus que les François.

Ainsi l’article estant tousjours le mesme, peut estre pris pour ce qu’on appelle Nominatif, Accusatif, ou Vocatif, selon que la suite du discours le desire.

2. Pour determiner les trois autres cas, on se sert de ces trois prepositions De, A, Da, dans les articles. De sert pour le genitif, A pour le datif, & Da pour l’ablatif.

3. Mais pour joindre ces particules à l’Article, on oste i, du nominatif il, & on redouble ll, aux deux autres, lo, & la, quand il n’y a point d’autre consonne deuant. Et partant ces articles se déclinent ainsi. (NMI : 17)

  • 7  En outre, l’original souligne par un jeu de couleurs la différence entre prépo­sition et article : (...)

22Le tableau qui suit ce passage mérite d’être reproduit, la disposition des colonnes y est significative7 :

23L’analyse est la même dans la NME, avec une formulation plus nette encore :

Les Espagnols ne declinent point par changement de termi­naisons, non plus que les Italiens ny les François : mais ils ont deux particules pour marquer les cas, comme nous : sçauoir de pour le Genitif, & l’Ablatif, & a pour le Datif. (NME : 30)

24Ainsi, si les noms se « déclinent », la seule marque morphologique casuelle dans ces deux langues est la particule ou préposition, qui ne se confond pas avec l’article, lequel peut seulement être « pris pour » un cas, en quelque sorte par défaut.

  • 8 On sait que Jean Chapelain a aidé Lancelot à la rédaction des deux Mé­thodes. Pour l’italienne, c’ (...)

25Ces affirmations se soutiennent d’une comparaison des trois langues romanes décrites, et de ses implications pour l’analyse des formes amalgamées de l’article. Il apparaît en effet que l’interprétation proposée par la GGR de ce point de morphosyntaxe du français est directement liée à une connaissance non superficielle des traditions descriptives de l’italien et de l’espagnol8. Il faut donc, avant d’en venir aux analyses de la GGR, faire un détour par les grammaires italiennes et espagnoles connues des Messieurs.

  • 9 « Declinacion del nombre no tiene la lengua castellana salvo del numero de uno al numero de muchos (...)
  • 10 « Los casos enel castellano son cinco, el primero llaman los latinos nomi­nativo : por que por el (...)

26La préface de la NME mentionne parmi ses sources la Gramatica de Nebrija (1492) et les Osservazioni de Miranda (1567), qui analysent l’article à l’aide de formats théoriques différents : pour Nebrija, le nom n’a proprement pour « déclinaison » que la flexion du nombre, mais « la langue castillane distingue la signification des cas par des préposi­tions »9. L’inventaire des « cas » du castillan fait pourtant intervenir les articles, au même titre que les prépositions : l’article (el, la et lo) sert au nominatif et parfois à l’accusatif, les autres cas sont marqués par les prépositions de, a, et o10. Pour Miranda au contraire, les articles sont signes des cas et le tableau de leur déclinaison associe sans commentaire articles simples, amalgamés et prépositions (1567 : 12-13) :

DECLINATIONI DELL’ARTICOLO DEL MASCHIO

Numero del meno

Numero del più

no,

el

no,

los

ge,

del

ge,

delos

da,

al, a

da,

alos

acu,

al, el

acu,

los

abla,

del

abl,

delos

27Dans les deux cas, les articles amalgamés ne font l’objet d’aucune analyse. Il en va autrement pour l’italien, mais les sources de Lancelot sont moins précises : il indique avoir cherché « ce que les Grammairiens des derniers temps, soit Italiens, soit étrangers, avoient de meilleur » ainsi que les ouvrages des « Maîtres de langues » (NMI,  Préface : X).

  • 11 On trouve encore chez cet auteur l’opposition « puro » / « articolato » pour di / del.

28La tradition italienne d’analyse des articles amalgamés semble différer de la tradition française, ainsi que de l’espagnole : Nadia Minerva (2012 : 437) signale que plusieurs grammairiens italiens du XVIIe siècle distinguent les articles des segnacasi, terme forgé par Buonmattei pour nommer les formes di, a et da. Chez cet auteur, cité par Lancelot dans la préface de la NMI, non comme source consultée mais au nombre des Italiens ayant écrit sur leur langue maternelle, les « signes des cas » sont traités indépendamment des articles et des prépositions, et les articles amalgamés sont analysés comme un accident de l’article, une de ses « figures », sous la dénomination d’articoli composti (1760 : 167). Il est vraisemblable que Lancelot ait aussi eu connaissance de l’ouvrage de Mambelli (1646) qui, sans considérer l’article amalgamé comme un accident de l’article, distingue l’articolo (il, la, lo), le segno del caso (a, di, da), et le segno articolato del caso (al, dal, etc.)11.

  • 12 La première édition de la Grammaire espagnole date de 1597, l’ouvrage connaît 10 éditions jusqu’en (...)
  • 13 « De la particule di, ou de. – Il y a une particule qui ressemble à la Prepo­sition di & de, aussi (...)

29Ces différentes traditions d’analyse pourraient expliquer l’hétérogénéité du traitement des articles amalgamés dans les deux grammaires de César Oudin (1597 pour l’espagnole, 1623 pour l’italienne)12, que Lancelot connaissait certainement. Dans la Grammaire espagnole, l’article est décliné en tableaux associant sans commentaire formes simples et formes amalgamées (1612 : 9). Dans la Grammaire italienne au con­traire, la déclinaison des articles est précédée d’une distinction entre les « articles » (il, le, i, li, gli, la, le) et la « particule » di ou de qui « se joint à l’article »13. Ces contradictions de l’analyse étaient probablement sail­lantes pour les Messieurs, dont l’entreprise consiste précisément à exhiber des régularités communes à la plupart des langues. Le traitement de l’article et des formes amalgamées est donc homogène dans les Méthodes et dans la GGR, qui invente pour le français une description nouvelle et particulièrement efficace :

Les Langues nouuelles en ont deux [articles] ; l’vn qu’on appelle défini ; comme, le, la, en François : & l’autre indéfini, un, une.

Ces articles n’ont point proprement de cas, non plus que les noms. Mais ce qui fait que l’article le semble en auoir, c’est que le genitif & le datif se fait tousjours au plurier, & souuent au singulier par une contraction des particules de & a, qui sont les marques de ces deux cas, avec le plurier les, & le singulier le. Car au plurier qui est commun aux deux genres, on dit tousjours au genitif des par contraction de de les. Les Rois, des Rois, pour de les Rois : & au datif aux pour à les, aux Rois, pour à les Rois, en adjoustant à la contraction le changement d’l en u, qui est fort commun en nostre Langue ; comme quand de mal on fait maux, de altus, haut, de alnus, aune.

On se sert de la mesme contraction & du mesme changement d’l en u, au genitif & au datif du singulier, aux noms masculins qui commencent par une consonne. Car on dit du pour de le, du Roy, pour de le Roy : au pour à le, au Roy, pour à le Roy. Dans tous les autres masculins qui commencent par une voyelle, & tous les feminins generalement ; on laisse l’article comme il estoit au nominatif ; & on ne fait qu’adjouster de pour le genitif, & a pour le datif. L’estat, de l’estat, à l’estat. La vertu, de la vertu, à la vertu. (GGR : 52-53)

30La fermeté de la démonstration, et son originalité relativement à la tradi­tion grammaticale française, semblent bien autorisées par la reconnais­sance d’un fait linguistique proprement roman, dont la GGR propose ici l’application au français. L’argument phonétique de la vocalisation du l apparaît aussi dans une remarque de la NME :

Il se fait ordinairement contraction des particules des cas, avec l’article masculin singulier ; comme del, pour de el ; al, pour a el.

De mesme que quand nous disons du, il est pour de le, & au pour a la (comme au feminin nous disons de la & à la) par le changement d’l en u, dont nous auons parlé cy-dessus, & la perte de l’e feminin. (NME : 31)

  • 14 S. Auroux (1992 : 45) définit le type de généralité produit par la grammaire générale comme une op (...)

31Sur le plan de la grammaire proprement « générale », cette comparaison des langues permet de formuler, par induction, une description réputée valable pour « toutes les langues vulgaires » (c’est-à-dire pour les langues romanes alors connues et grammatisées). Les auteurs de la GGR peuvent ainsi affirmer que le marquage des cas ne s’effectue ni par flexion ni par l’article, mais par des « particules » ou des prépositions (pour le génitif, le datif et l’ablatif) et par l’ordre des mots (pour le no­minatif et l’accusatif). Les notions de cas et de flexion sont donc clairement découplées, ce qui permet de penser diverses formes de marquage casuel selon les langues et de donner à la notion de cas un nouveau contenu conceptuel. Il s’agit là d’un exemple du type de géné­ralisation promu par la grammaire générale, qu’on peut décrire en suivant S. Auroux comme relevant de la « thématisation », c’est-à-dire d’un retour sur les opérations intellectuelles de représentation des données, ces opérations étant considérées comme appliquées à un ensemble plus ou moins vaste de langues14.

3. Les formes du verbe

32Nous réunissons dans cette partie un ensemble de faits qui concernent le verbe du point de vue des formes sous lesquelles cette catégorie se présente dans les langues considérées. Il s’agit en l’occurrence des temps et de leur classement (voire de leur analyse sémantique), et des périphrases verbales impliquant un auxiliaire.

3.1. Les temps

  • 15 L’édition de 1660 donne simplement « temps composés » et non « temps composés dans le sens » (GGR (...)
  • 16 Dispositif repris dans son principe et enrichi notamment par Beauzée au siècle suivant, et qui pré (...)

33On ne retrouve qu’une trace assez légère de la théorie des temps de la GGR dans les deux Méthodes. Le principe général de la classification des temps dans la GGR est en effet sémantique : il consiste à distinguer des temps simples (présent, passé et futur), repérés par rapport au seul instant de la parole, et des temps composés dans le sens qui marquent « chacun de ces temps ( : les temps simples), avec rapport à vn autre » (1676 : 110)15, et impliquent donc un double repérage dans un référentiel à trois points : l’instant de la parole, l’événement, et un point de référence16. Ainsi l’imparfait est-il un présent du passé, qui dénote une chose « presente à l’égard d’vne chose qui est déja neanmoins passée » (ibid.).

34Dans les Méthodes, la seule allusion à cet aspect de la théorie des temps de la GGR concerne le futur parfait qui « tient du passé et de l’avenir » (NME : 76), formule qui suggère le double repérage et la notion de temps composé dans le sens. La même formule figure également dans la NMI (p. 87).

35La question des temps dans les deux Méthodes n’est véritablement abordée que sous l’angle des circonlocutions formées à l’aide des auxi­liaires et du participe (NME et NMI), ou des auxiliaires et de l’infinitif (NME). Les deux ouvrages présentent en effet des tableaux qui suivent une organisation très semblable. Ils sont très proches également de celui qui figure dans le chapitre consacré aux verbes auxiliaires dans les langues vulgaires de la GGR (II, 22). Nous les donnons tous trois ci-après :

Tableau des temps qui sont formés par circonlocution avec le participe en -to ou -so (NMI : 87)

Tableau des temps qui sont formés par circonlocution avec le participe en -to ou -so (NMI : 87)

Tableau des temps formés par circonlocution (NME : 76)

Tableau des temps formés par circonlocution (NME : 76)

36Les tableaux présentent une classification des temps formés par circon­locution dans les trois langues. Elle repose sur la distinction régulière des formes simples et de leurs correspondants composés, mais son principe d’organisation n’est pas seulement morphologique, il comporte aussi une dimension sémantique. Ainsi la notion de plus que parfait telle qu’elle apparaît dans les trois tableaux ne peut se comprendre que dans le contexte de la théorie du repérage à trois points rappelée plus haut. Le rapprochement de j’avais dîné, j’ai eu dîné, j’eus eu dîné, qui n’est pourtant pas fait dans le chapitre temps de la GGR, ne peut s’entendre qu’à partir de la définition de ce temps donnée dans le chapitre Temps des verbes :

Le deuxiéme temps composé est celuy qui marque doublement le passé ; & qui à cause de cela s’appelle plus que parfait ; comme cœnaveram, j’avois soupé, par où je marque mon action de souper non seulement comme passée en soy, mais aussi comme passée à l’égard d’vne autre chose, qui est aussi passée : comme quand je dis ; j’avois soupé lors qu’il est entré, ce qui marque que mon souper auoit precedé cette entrée, qui est pourtant aussi passée. (GGR : 105)

37On comprend alors que la forme j’avois soupé n’est qu’un exemple parmi d’autres de la catégorie, qui se marque par d’autres formes non seulement dans d’autres langues (en latin dans la GGR), mais en français même. Les deux Méthodes adoptent la même présentation. Les formes uviera amado, uviesse amado et uve amado en espagnol et havevo scritto, haverei scritto et havessi scritto en italien sont des plus que parfait au sens défini par la GGR.

38Ce point peut être mis également en relation avec l’observation dia­chronique et typologique développée dans la préface de la NME :

L’on remarque aussi que les Espagnols ont conserué beaucoup de mots de la langue qui leur estoit naturelle auant que leur pays eust esté subjugué par les Romains : c’est à dire, de celle que nous voyons aujourd’hui dans la Biscaye, dans le Bearn, et aux enuirons des Pyrenées, tant en deçà que delà. Ceux qui ont voulu mesme rechercher les choses de plus haut ont trouué que lors que l’Europe a esté premièrement habitée, les Scythes et les Celtes, c’est à dire les Alemans, les Gaulois, les Espagnols & les Bretons n’ont eü qu’une mesme langue. Et la preuve de cela est l’analogie commune qui se trouve encore entre les langues de tous ces peuples, en ce qui ne peut venir ny du Grec ny du Latin : comme de n’auoir point de cas dans les noms, point de passifs dans les verbes : de se servir de verbes auxiliaires ; & de beaucoup de choses qui ne pourroient pas estre si semblables si elle n’auoient esté tirées d’un mesme principe. (NME, préface, n. p.)

39L’autre point de convergence entre les trois textes à propos de la théorie des temps concerne la règle dite des 24 heures. Cette règle qui prétend décrire (ou normaliser ?) l’emploi des deux prétérits du français apparaît sous une forme particulièrement raide dans la GGR :

[…] dans la pluspart des Langues vulgaires, il y a deux sortes de preterit ; l’vn qui marque la chose precisément faite, & que pour cela on nomme définy, comme j’ay escrit, j’ay dit, j’ay fait, j’ay disné ; & l’autre qui la marque indeterminément faite, & que pour cela on nomme indéfiny, ou aoriste ; comme j’écrivis, je fis, j’allay, je disnay, &c. Ce qui ne se dit propre­ment que d’vn temps qui soit au moins éloigné d’vn jour de celuy auquel nous parlons. Car on dit bien par exemple ; j’écrivis hier, mais non pas, j’écrivis ce matin, ni j’escrivis cette nuit ; au lieu dequoy il faut dire, j’ay escrit ce matin, j’ay escrit cette nuit, &c. Nostre Langue est si exacte dans la propriété des expressions, qu’elle ne souffre aucune exception en cecy, quoy que les Espagnols & les Italiens confondent quelquefois ces deux preterits, les prenant l’vn pour l’autre. » (GGR : 103-104)

  • 17 Voir aussi les travaux de Galet (1977), ou Weinrich (1973, 1989).
  • 18 Le caractère déictique de l’intervalle de référence est marqué selon les auteurs de ce temps, par (...)

40Nous avons montré ailleurs (Fournier 1991, 2004, 2013) que les dis­cussions, très riches, autour de cette question, dès le début du XVIIe siècle, concernent le statut référentiel ou énonciatif qu’il convient de donner au critère distinguant les contextes d’emploi17. Ainsi pour Maupas, le critère n’est pas identifiable à la seule « nuit entre deux » mais engage la co-occurrence avec un repère déictique, envisagé comme un intervalle de référence, du type « cette année, ce mois-ci, cette semaine, ce jour »18. Ainsi l’on dit « De nostre siécle sont advenuës choses memorables. Il fait beau voir les histoires qu’on a escrites de nostre temps. Cette annee les vignes n’ont gueres rapporté », etc. (1618 : f. 138r°), mais avec un repère non déictique qui « assigne quelque certain terme, […] du tout passé, sans qu’il en reste aucune portion, […] vient en service le Defini. Exemple. L’an mil cinq cens quatre vingts & dix, le Roy obtint victoire de ses ennemis, gangna la bataille d’Yvri, peu de temps apres la Ville de Paris se mit en son obëissance » (ibid.). 

41On peut s’étonner que la mémoire de cette analyse ne figure sous aucune forme dans l’exposé des Messieurs, alors que l’ouvrage abonde en indices de leur connaissance profonde des ouvrages de leurs prédé­cesseurs. Mais dans ce cas encore, la mise en regard des trois textes permet de mieux comprendre le traitement de ce problème particulier. On note tout d’abord que le fait en lui-même est d’emblée identifié comme un fait de grammaire générale : « dans la pluspart des Langues vulgaires, il y a deux sortes de preterit ». Les Méthodes confirment en effet empiriquement l’observation et détaillent les emplois en italien et en espagnol, comme la GGR l’a fait pour le français.

On lit ainsi dans la NMI (p. 86) :

Le preterit indefiny se prend quelquefois en parlant du jour mesme où nous sommes : Viddi sta mane, j’ai veu ce matin. Mais cela est rare, mesme dans l’Italien : l’vsage ordinaire de ce temps dans cette langue comme dans la nostre, estant de marquer vn éloignement au moins d’vn jour.

et dans la NME (p. 75) :

Les Espagnols ont deux preterits, comme les Italiens, & comme nous ; l’vn est formé par circonlocution du verbe auxiliaire & du participe ; comme, hé amado, j’ay aimé ; & l’autre tiré du verbe mesme ; comme, amé, j’aimay ; & celui-cy s’appelle indefiny, parce qu’il a vne signification plus vague & moins bornée dans le passé.

Mais ils se seruent quelquefois de ce dernier au-lieu de l’autre ; ce qui ne seroit pas permis en nostre langue ; comme, yo vi esta mañana al Senor N. j’ay veu ce matin Monsieur un tel. Car nous ne pouuons pas dire, je vis ce matin ; estant necessaire qu’il y ait tousiours au moins vn jour d’interualle pour se seruir de ce preterit indefiny en François.

Ils disent de mesme ; quien dixo esso, qui a dit cela ? Et semblables.

42Ainsi les Méthodes confirment-elles l’intérêt de la remarque de la GGR relative à la distribution des deux prétérits, qui apparaît alors comme un fait de grammaire romane. Le choix du point de vue simplificateur adopté par les Messieurs sur cette question controversée semble donc tenir précisément à la comparaison régulière des faits romans proposée dans les trois ouvrages.

  • 19 Chiflet se borne là aussi à noter l’usage différent des Espagnols : « Les Espa­gnols, qui apprenne (...)

43Le texte de la NME apporte en outre une autre confirmation de cette interprétation. La signification n’est bornée (ou non) qu’en référence à son éloignement par rapport à l’instant de la parole. L’usage du terme indique que Lancelot n’ignore pas la discussion relative à la position de l’intervalle de référence dont il s’agit de préciser en l’occurrence les bornes, relativement à l’instant de la parole. La formule choisie semble donc exclure l’idée que la valeur des temps en discussion implique leur durée intrinsèque (bornée ou non), comme c’est le cas chez Maupas. La position de Lancelot est sur ce point cohérente avec celles de Pillot et Meigret : le prétérit défini est la forme composée (le passé composé), le prétérit indéfini est la forme simple (le passé simple) (et non l’inverse comme chez Maupas 1618, Oudin 1640, Chiflet 1659). La position de Port-Royal correspond ainsi à l’aboutissement formalisé d’une hypo­thèse apparue dès les plus anciennes grammaires de la tradition française19.

3.2. Les auxiliaires

44On sait que la notion de verbe substantif est mobilisée dans la GGR pour l’analyse de la prédication : tout verbe est décomposable suivant une séquence signe de l’affirmation + attribut, soit en langue verbe substantif + participe présent ; ainsi Pierre vit est la même chose que Pierre est vivant (GGR : 95). Il en découle une définition originale du verbe, « vn mot dont le principal vsage est de signifier l’affirmation » : « le Verbe de luy-mesme ne deuroit point avoir d’autre vsage, que de marquer la liaison que nous faisons dans nostre esprit des deux termes d’vne proposition. Mais il n’y a que le verbe estre qu’on appelle substantif qui soit demeuré dans cette simplicité, & encore l’on peut dire qu’il n’y est proprement demeuré que dans la troisiéme personne du present, est, & en de certaines rencontres. » (GGR : 91)

45Dans la GGR, les problèmes posés par la mise en œuvre de ce schéma et son articulation avec la notion d’auxiliaire sont clairement identifiés pour le français, et les auteurs avancent plusieurs hypothèses pour justifier, d’un point de vue théorique, les différents usages des auxi­liaires que l’on observe en français. Ainsi, pour les constructions passives :

Pour le Verbe, estre, nous auons dit qu’il formoit tous les passifs, avec le participe du verbe actif, qui se prend alors pas­sivement ; Ie suis aimé, j’estois aimé, &c. dont la raison est bien facile à rendre, parce que nous auons dit que tous les Verbes, hors le substantif, signifient l’affirmation avec vn certain attribut qui est affirmé. D’où il s’ensuit que le verbe passif, comme amor, signifie l’affirmation de l’amour passif : & par consequent aimé signifiant cet amour passif, il est clair qu’y joignant le verbe substantif, qui marque l’affirmation, je suis aimé, vous estes aimé, doit signifier la mesme chose qu’amor, amaris, en Latin. Et les Latins mesme se seruent du verbe sum comme auxiliaire dans toutes les preterits passifs, & tous les temps qui en dépendent, amatus sum, amatus eram, &c. comme aussi les Grecs en la pluspart des Verbes. » (GGR : 126-127)

46Mais d’autres emplois résistent davantage à l’investigation (« […] ce mesme verbe, estre, est souuent auxiliaire d’vne autre maniere plus irreguliere », ibid., nous soulignons) ; c’est surtout le cas avec avoir : « L’autre verbe auxiliaire, avoir, est bien plus estrange, & il est assez difficile d’en donner la raison » (ibid.).

47Néanmoins, la GGR affirme que toutes les langues vulgaires de l’Europe ont deux auxiliaires, être et avoir ; ce qui en légitime le traitement dans une grammaire générale. On notera toutefois qu’ici le postulat de généralité n’est pas a priori, mais apparaît comme le terme d’une démarche inductive : « il semble necessaire de dire vn mot d’vne chose, qui estant commune à toutes les Langues vulgaires de l’Europe, merite d’estre traittée dans la Grammaire generale : & je suis bien aise aussi d’en parler pour faire voir vn échantillon de la Grammaire Françoise » (GGR : 125-126).

48La NMI consacre un chapitre au fonctionnement de chacun des deux auxiliaires, soulignant ce qui caractérise particulièrement l’italien, en l’occurrence le fonctionnement de essere auxiliaire de lui-même.

49Le cas de l’espagnol est à la fois plus compliqué et plus intéressant, puisque les auxiliaires y sont plus nombreux, ce qui conduit l’auteur à formuler plusieurs remarques en écho aux hypothèses théoriques de la GGR.

(i) Haver et tener

50Voici ce qu’écrit Lancelot à propos de ces deux verbes :

Hauer, est bien plus souuent auxiliaire que tener, lequel nean­moins se trouue quelquefois ; comme, yo tengo dicho, j’ay dit : mais alors c’est presque comme si on disoit, je tiens cela pour dit. Car tengo signifie proprement tenir & auoir en sa puis­sance. C’est pourquoi tengo gouuerne tousiours le participe au mesme genre & nombre que le substantif qui le suit ; comme, tengo referidas muchas cosas. Et he au contraire le laisse comme gerondif ; he referido muchas cosas, j’ay rapporté beaucoup de choses. (NME : 74)

51La justification de cette distinction entre gérondif et participe se trouve au chapitre II, 20 de la GGR, où les auteurs discutent notamment une exception à la règle d’accord du participe passé introduite par Vaugelas, et donnent l’explication suivante de la règle :

Ainsi pour resoudre la difficulté proposée, je dis que dans ces façons de parler, j’ay aimé la chasse, j’ay aimé les livres, j’ay aimé les sciences, la raison pourquoy on ne dit point ; j’ay aimée la chasse, j’ay aimez les livres ; c’est qu’alors le mot aimé ayant le regime du verbe, est gerondif, & n’a point de genre ny de nombre. 

  • 20 Dans ce cas, pour les auteurs, le verbe recteur sous la dépendance duquel est placé l’objet est le (...)

Mais dans ces autres façons de parler, la chasse qu’il a AYMÉE, les ennemis qu’il a VAINCVS, ou il a deffait les ennemis, il les a VAINCVS, les mots aimé, vaincu, ne sont pas considerez alors comme gouvernant quelque chose20. (GGR : 133)

52Les données de l’espagnol constituent donc une nouvelle validation de l’analyse : la présence ou l’absence d’un rapport prédicatif marquées respectivement par l’accord ou le non-accord (en français, et en espa­gnol), correspondent en outre en espagnol à l’emploi des deux auxi­liaires différents. Régnier-Desmarais (1706) se saisira de la question dans les mêmes termes mais en inversant l’argument : le rapport prédicatif est sensible en espagnol avec tener, il ne l’est pas, ou plus, en français parce qu’avoir n’est plus qu’un auxiliaire. Il ne faut donc jamais accorder le participe en français, puisque le rapport prédicatif n’est plus sensible (1706 : 486-494).

53La NMI présente seulement les données en italien : il y a accord si l’accusatif du nom ou du relatif précède, mais la possibilité de l’accord demeure avec un accusatif qui suit le verbe :

Mais en quoy la langue Italienne differe de la nôtre, c’est qu’il leur est aussi permis d’accorder le participe avec le nom qui le suit : io ho riceuuta una vostra lettera : j’ay receu vne de vos lettres : hauendo veduta una donna, Boc. Ayant veu une femme : hauendo udite molte cose, ayant ouy plusieurs choses : Egli ha dette bellissime cose, il a dit de tres-belles choses. (NMI : 90)

(ii) ser et estar

54Là encore l’adossement théorique à la GGR est manifeste : selon Lancelot, ser présente seul un fonctionnement pur de simple copule et marque donc essentiellement et fondamentalement l’affirmation ; estar est en réalité un verbe ordinaire, qui joint à l’expression de l’affirmation celle d’un prédicat d’existence :

Entre ser et estar, il y a cette difference, que ser ne marque que l’affirmation, qui est le propre du verbe substantif en toutes les langues, au lieu que estar marque encore l’existence en quelque lieu. C’est pourquoy l’on dit, ser bueno, ser malo, estre bon, estre mauuais ; es un Cesar, c’est un Cesar : mais on doit dire, estar en Roma, estre à Rome ; estar en Paris, estre à Paris. (NME : 74)

55Cette rapide discussion sur le fonctionnement de ser et estar en espagnol s’appuie sur une distinction classique entre les deux valeurs du verbe être : la valeur copulative, redéfinie par les Messieurs en signe de l’affirmation, et la valeur existentielle (que les médiévaux attachent typiquement au verbe proprement substantif). On sait que cette question est longtemps en débat chez les auteurs de grammaire générale : Beauzée notamment s’oppose à Port-Royal dans la définition du verbe : « le verbe substantif ou abstrait est celui qui désigne par l’idée précise de l’existence intellectuelle avec relation à un attribut quelconque » (1767, I : 405, nous soulignons).

56L’édition de 1676 de la NME présente une modification très sensible de ce passage. Dans cette seconde version, l’analyse est moins directement inspirée par les problèmes classiques d’analyse logique de la copule. L’expression de l’affirmation est maintenue comme premier critère, mais ce qui distingue véritablement les deux verbes « être », c’est l’opposition entre expression d’une disposition permanente vs passagère de l’être :

Entre ser et estar, il y a cette difference, que ser marque absolument l’affirmation, qui est essentielle au verbe substantif en toutes les langues ; et ainsi il se prend proprement pour l’Estre permanent d’une chose, soit substantielle soit acciden­telle : au lieu que estar marque l’estat et la disposition passa­gere de l’estre, avec rapport à quelque temps ou quelque lieu. (NME 1676 : 79-80)

  • 21 Au titre de laquelle toute forme verbale du type Pierre vit, Petrus affirmat est réputée réaliser (...)
  • 22 L’usage de la terminologie des parties du discours par les auteurs des Méthodes et de la GGR prête (...)

57Enfin, Lancelot relève des emplois de estar dont la glose latine fait des sortes d’équivalents littéraux de la décomposition propositionnelle analytique21 : « Ils vsent souuent du verbe substantif estar, avec le participe22 du verbe qu’ils veulent exprimer, pour toutes sortes de temps, comme les Grecs. Ainsi ils disent ; Estoy comiendo, sum comedens, ou sum comedendo, pour comedo ; je mange, je disne ; esta hablando, il parle. Et semblables. Ciceron a dit de mesme, est loquens Socrates » (ibid. : 89).

58Il fallait examiner conjointement les Méthodes italienne et espagnole de Lancelot et la Grammaire générale et raisonnée pour préciser l’origi­nalité de l’inscription de cet ouvrage dans la continuité des méthodes « générales » d’apprentissage des langues, et rejeter l’interprétation historiographique commune selon laquelle le « rationalisme » de la GGR se manifesterait par une démarche essentiellement a priori, peu sou­cieuse de l’empiricité des langues. La lecture croisée des textes montre au contraire une étroite et régulière circulation des analyses entre Méthodes et GGR, nourrie de la connaissance des traditions descriptives de l’italien, de l’espagnol et du français. La construction de la généralité dans la GGR prend donc appui, pour une bonne part, sur une matrice romane. Il en résulte d’indéniables progrès de la description, particu­lièrement sensibles dans le traitement de l’article et des formes verbales composées, saisis comme un ensemble de faits « romans » susceptibles d’une interprétation unifiée.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Sources primaires

ARNAULD, Antoine et LANCELOT, Claude (1660). Grammaire géné­rale et raisonnée. Paris : Pierre Le Petit. [1676, 3e édition. Paris : Pierre Le Petit].

BEAUZÉE, Nicolas (1767). Grammaire générale ou exposition raisonnée des éléments nécessaires du langage pour servir de fondement à l’étude de toutes les langues. Paris : J. Barbou.

BUONMATTEI, Benedetto (1760). [Delle cagioni della lingua toscana 1643] Della lingua toscana. Firenze : Nella Stamperia imperiale.

COMENIUS, Jan Amos (1638). Janua linguarum reserata aurea […]. Genève : J. de Tournes.

CHIFLET, Laurent (1659). Essay d’une parfaite grammaire de la langue françoise. Anvers : J. Van Meurs.

FABRE, Antoine (1627). Grammaire pour apprendre les langues italienne, françoise et espagnole […]. Venise : Jean Guerigl.

IRSON, Claude (1662 [1656]). Nouvelle methode pour apprendre facilement les principes et la pureté de la langue françoise contenant plusieurs traitez. Paris : Pierre Baudouin.

LANCELOT, Claude (1660). Nouvelle méthode pour apprendre faci­lement et en peu de temps la langue italienne. Paris : Pierre Le Petit.

LANCELOT, Claude (1660). Nouvelle méthode pour apprendre facilement et en peu de temps la langue espagnole. Paris : Pierre Le Petit. [1676, 5e édition. Bruxelles : Eug. Henry Fricx]

LENTULUS, Scipio (1590). Grammatica italica et gallica in Germa­norum, Gallorum et Italorum gratiam latine acuratissime conscripta […]. Francfort : J. Wechel.

MACÉ, Jean (1651). Méthode universelle pour apprandre facilement les langues […]. Paris : I. Jost.

MAMBELLI, Marco Antonio (dit le Cinonio) (1709) [1646]. Osserva­zioni della lingua italiana, raccolte dal Cinonio […]. Ferrara : Bernardino Pomatelli.

MAUPAS, Charles (1618 [1607]). Grammaire et syntaxe française. Orléans : O. Boynard et J. Nyon.

MIRANDA, Juan de (1567). Osservationi della lingua castigliana. Venise : Gabriel Giolito de Ferrara.

NEBRIJA, Elio Antonio (1992 [1492]). Gramatica castellana, Intro­duccion y notas Miguel Ángel Esparza, Ramon Sarmiento. Madrid : Fundación Antonio de Nebrija.

OUDIN César (1612). Grammaire espagnole, mise et expliquée en français. Paris : Estienne Orry.

OUDIN César (1633 [1623]). Grammaire italienne, mise et expliquée en français. Paris : Jean Gesselin.

OUDIN César (1640 [1632]). Grammaire françoise rapportée au lan­gage du temps. Paris : A. de Sommaville.

RÉGNIER-DESMARAIS, François-Séraphin (abbé) (1706). Traité de la Grammaire Française. Paris : Coignard [Genève : Slatkine reprints 1973].

ROBOREDO, Amaro de (1619). Methodo grammatical para todas as linguas. Lisbonne : Pedro Craesbeeck.

Sources secondaires

AUROUX, Sylvain (1992). « Le processus de grammatisation et ses enjeux ». In Histoire des idées linguistiques, t. II. Liège : Mardaga, 11-64.

AUROUX, Sylvain (2000). « Port-Royal et la tradition française de la grammaire générale ». In S. Auroux, E.F.K. Koerner, H.-J. Niederehe, K. Versteegh (dir.). History of the Language Sciences. Berlin / New York : de Gruyter, vol. 1, 1022-1029.

AUROUX, Sylvain & MAZIÈRE, Francine (2007). « Une ’grammaire générale et raisonnée’ en 1651 (1635?). Description et interprétation d’une découverte empirique ». In D. A. Kibbee (dir.). History of Linguistics 2005. Selected Papers from the tenth International Conference on the History of the Language Sciences (ICHoLS X), 1-5 September 2005, Urbana-Champaign, Illinois, Amsterdam-Philadelphia : Benjamins (SiHoLS 112), 131-158.

CHÉDOZEAU, Bernard & DONETZOFF, Denis (2004). « Lancelot, Claude ». InJ. Lesaulnier & A. McKenna (dir.). Dictionnaire de Port-Royal. Paris : Champion, 582-587.

DELESALLE, Simone & MAZIÈRE, Francine (2006). « Grammaire générale et grammaire particulière : les Méthodes de Claude Irson ». In E. Guimarães & D. Luz Pessoa de Barros (dir.). History of Linguistics 2002. Selected Papers from the Ninth International Conference on the History of the Language Sciences (ICHoLS IX), 27-30 August 2002, São Paulo-Campinas, Amsterdam-Philadelphia : Benjamins (SiHoLS 110), 41-62.

DONZÉ, Roland (1971 [1967]). La grammaire générale et raisonnée de Port-Royal. Contribution à l’histoire des idées grammaticales en France. Berne : Francke.

FOUCAULT, Michel (1969). Introduction à l’édition de la Grammaire générale et raisonnée. Paris : Republications Paulet, I-XXVII.

FOURNIER, Jean-Marie (1991). « L’émergence des catégories aspec­tuelles dans la grammaire générale de Port-Royal à Beauzée ». Histoire, Épistémologie, Langage, 13/II, 111-130.

FOURNIER, Jean-Marie (2004). « Crise de langue et conscience lin­guistique ». In H. Merlin-Kajman (dir.). « XVIIème siècle et modernité ». XVIIème siècle, 223. Paris : PUF, 251-265.

FOURNIER, Jean-Marie (2013). Histoire des théories du temps dans les grammaires françaises. Lyon : ENS éditions.

GALET, Yvette (1977). Les Corrélations verbo-adverbiales, fonctions du passé simple et du passé composé, et la théorie des niveaux d’énonciation dans la phrase française du XVIIe siècle. Paris : Honoré Champion.

MINERVA, Nadia (2012). « Les grammairiens français travestis : Italie, XVIIe siècle ». In B. Colombat, J.-M. Fournier et V. Raby (dir.). Vers une histoire générale de la grammaire française. Matériaux et perspectives. Paris : Honoré Champion, 429-444.

SAUSSURE, Louis de (1997). « Le temps chez Beauzée : algorithmes de repérage et comparaison avec Reichenbach ». Cahiers Ferdinand de Saussure, 49, 171-195.

SAUSSURE, Louis de (1998). « L’approche référentielle : de Beauzée à Reichenbach ». In J. Moeschler & alii. Le temps des événements. Paris : Kimé, 19-44.

VETTERS, Carl (1992). « Beauzée comme précurseur de Reichen­bach ». In L. Tasmowski-De Ryck et A. Zribi-Hertz (dir.), Hom­mages à Nicolas Ruwet. Gand : Communication & Cognition, 556-567.

WEINRICH, Harald (1973 [1964]). Le temps. Le récit et le commen­taire. Paris : Éditions du Seuil.

WEINRICH, Harald (1989). Conscience linguistique et lectures lit­téraires. Paris : Maison des sciences de l’homme.

WILMET, Marc (1994). « La famille de Beauzée : l’exemple du verbe ». In J. De Clercq & P. Desmet (dir.). Florilegium Historiographiae Linguisticae. Louvain : Institut de linguistique de Louvain, 247-262.

Haut de page

Notes

1 À l’exception notable cependant de l’étude de R. Donzé (1971 [1967]), qui consacre quelques développements aux Méthodes italienne et espagnole sans toute­fois opérer de rapprochement précis entre leur contenu et celui de la GGR.

2 C’est donc la première édition de la GGR, celle de 1660, que nous utiliserons prioritairement ici.

3 « L’engagement où je me suis trouvé, plustost par rencontre que par mon choix, de travailler aux Grammaires de diverses Langues, m’a souvent porté à rechercher les raisons de plusieurs choses qui sont, ou communes à toutes les langues, ou particulieres à quelques-unes. Mais y ayant quelquefois trouvé des diffi­cultez qui m’arrestoient, je les ay communiquées dans les rencontres à un de mes Amis, qui ne s’estant jamais appliqué à cette sorte de science, n’a pas laissé de me donner beaucoup d’ouvertures pour resoudre mes doutes. Et mes questions mesme ont esté cause qu’il a fait diverses reflexions sur les vrais fondemens de l’Art de parler, dont m’ayant entretenu dans la conversation, je les trouvay si solides, que je fis conscience de les laisser perdre n’ayant rien veu dans les anciens Grammairiens, ny dans les nouveaux, qui fust plus curieux ou plus juste sur cette matiere. C’est pourquoy j’obtins encore de la bonté qu’il a pour moy, qu’il me les dictast à des heures perduës ; & ainsi les ayant recueillies & mises en ordre, j’en ay composé ce petit Traité. » (GGR : 3-4)

4  Lancelot est aussi l’auteur de deux célèbres méthodes : la Nouvelle méthode pour apprendre facilement la langue latine (1644) et la Nouvelle méthode pour apprendre la langue grecque (1655).

5 C’est-à-dire : (h)ubiera.

6 L’analyse proposée par Foucault dans sa préface à la GGR ne nous semble pas tenable : « […] ce qui permet aux auteurs de Port-Royal d’accéder à ce niveau de généralité, ce n’est pas une comparaison systématique de langues les unes avec les autres. À aucun moment, Arnault et Lancelot ne cherchent à dominer un ensemble de langues qu’ils pourraient connaître ; le domaine auquel ils s’adressent est remarquablement étroit ; il s’agit surtout de faits latins et français, auxquels sont ajoutés, surtout à titre de confirmation, quelques faits grecs et hébreux, ainsi que quelques rares exemples italiens ou espagnols. » (Foucault 1969 : IX). Il apparaît au contraire, nous espérons le démontrer ici, que si l’utilisation des faits de langue italienne et espagnole est rare dans la GGR, c’est précisément parce que ces faits sont rassemblés dans les méthodes, qui viennent accompagner la GGR.

7  En outre, l’original souligne par un jeu de couleurs la différence entre prépo­sition et article : les prépositions sont imprimées en rouge.

8 On sait que Jean Chapelain a aidé Lancelot à la rédaction des deux Mé­thodes. Pour l’italienne, c’est aussi Cosimo Brunetti, traducteur des Provinciales en italien, que Lancelot aurait sollicité. Voir Chédozeau & Donetzkoff 2004 : 583.

9 « Declinacion del nombre no tiene la lengua castellana salvo del numero de uno al numero de muchos. Pero la significacion delos casos distingue por prepo­siciones. » (Libro III. Cap. 6, 1992 : 231)

10 « Los casos enel castellano son cinco, el primero llaman los latinos nomi­nativo : por que por el se nombran las cosas τ se pone quien alguna cosa haze solamente con el artículo del genero como el ombre. El segundo llaman genitivo : por que en aquel caso se pone el nombre del engendrador. τ cuia es alguna cosa, con esta preposicion .de. como hijo del ombre. El tercero llaman dativo por que en tal caso se pone aquien damos o aquien se sigue daño o provecho con esta preposicion .a. como io doy los dineros ati. El cuarto llaman acusativo : porque en tal caso ponemos aquien acusamos τ generalmente aquien padece por algun verbo. con esta preposicion .a. o sin ella. como io amo al proximo. o amo el proximo. El quinto llaman vocativo : por que en aquel caso se pone a quien llamamos con este adverbio .o. sin artículo como o ombre. Sexto τ séptimo caso no tiene nuestra lengua pero reduzense alos otros cinco. » (Libro III. Cap. 6, 1992 : 233)

11 On trouve encore chez cet auteur l’opposition « puro » / « articolato » pour di / del.

12 La première édition de la Grammaire espagnole date de 1597, l’ouvrage connaît 10 éditions jusqu’en 1660. La Grammaire italienne paraît en 1623, et connaît au moins 7 éditions jusqu’en 1670. Après la mort de César Oudin en 1625, ces deux grammaires sont revues par son fils Antoine.

13 « De la particule di, ou de. – Il y a une particule qui ressemble à la Prepo­sition di & de, aussi a & da, laquelle se joint à l’article, et aux noms qui se declinent sans article, qui sont les propres, & ceux qui sont indeterminez (combien que quelquefois les Italiens mettent des articles aux propres : comme, la Isabella, la Lisetta, voyez Bocace) : ce qui se verra en son usage, & respond à nostre, de, Fran­çois, lequel sert à cognoistre les cas obliques des noms propres, à sçavoir, di & de pour le Genitif ; a pour le Datif, auquel s’ajoute un d, quand il est mis devant la diction qui commence par voyelle, & se dit alors ad, comme ad altro, & da pour l’Ablatif. » (1623 : 2)

14 S. Auroux (1992 : 45) définit le type de généralité produit par la grammaire générale comme une opération de thématisation : la thématisation est une opération généralisante telle que, si l’on suppose un plan horizontal où figurent les données linguistiques, et des axes verticaux perpendiculaires à ce plan sur lesquels ont lieu les opérations intellectuelles de représentation de ces données, elle revient sur les opérations elles-mêmes considérées comme appliquées longitudinalement à un ensemble plus ou moins vaste de langues.

15 L’édition de 1660 donne simplement « temps composés » et non « temps composés dans le sens » (GGR : 105).

16 Dispositif repris dans son principe et enrichi notamment par Beauzée au siècle suivant, et qui présente des points communs avec le modèle développé par Reichenbach (1947), comme cela a été plusieurs fois souligné (Vetters 1992 ; Saussure 1997, 1998 ; Wilmet 1994 ; Fournier 2013).

17 Voir aussi les travaux de Galet (1977), ou Weinrich (1973, 1989).

18 Le caractère déictique de l’intervalle de référence est marqué selon les auteurs de ce temps, par l’inclusion de l’instant de la parole dans l’intervalle, « dont il reste encore à passer quelque portion ». (Maupas, 1618 : f. 137°v)

19 Chiflet se borne là aussi à noter l’usage différent des Espagnols : « Les Espa­gnols, qui apprennent nostre langue, abusent facilement du Preterit Défini : parce qu’en leur langue on le peut fort bien employer, en parlant du mesme jour auquel a esté fait ce que l’on raconte. Car ils disent ; Yo comi esta mañana en casa de mi amigo. Ie disnay ce matin chez vn de mes amis ». (1659 : 87)

20 Dans ce cas, pour les auteurs, le verbe recteur sous la dépendance duquel est placé l’objet est le verbe avoir. Le participe, en tant que tel, ne gouverne pas l’objet, c’est précisément pourquoi, dans le cadre théorique auquel souscrivent les auteurs, il ressortit à la syntaxe de convenance ou d’accord (cf. GGR, II, 24), et non de régime ou de dépendance ; et donc marque l’accord.

21 Au titre de laquelle toute forme verbale du type Pierre vit, Petrus affirmat est réputée réaliser linguistiquement la structure par laquelle les auteurs représentent le jugement : Pierre est vivant, Petrus est affirmans (GGR, II,13 ; voir aussi la Logique ou l’art de penser,II, 2).

22 L’usage de la terminologie des parties du discours par les auteurs des Méthodes et de la GGR prête parfois à confusion. Ici il s’agit bien entendu de l’usage en quelque sorte classique. Mais le statut du « participe » et la pertinence du choix de ce terme dans de telles constructions sont précisément l’objet du débat. Ainsi pour le français : « […] je dis que nos deux participes aimant & aimé, entant qu’ils ont mesme regime que le verbe, sont plustost des Gerondifs que des par­ticipes. Car M. De Vaugelas a déja remarqué que le participe en ant, lors qu’il a le regime du verbe, n’a point de feminin, & qu’on ne dit point par exemple : j’ay veu vne femme lisante l’Ecriture, mais lisant l’Ecriture ». (GGR 1676 : 142)

Haut de page

Table des illustrations

URL http://dhfles.revues.org/docannexe/image/3782/img-1.png
Fichier image/png, 7,5k
Titre Tableau des temps qui sont formés par circonlocution avec le participe en -to ou -so (NMI : 87)
URL http://dhfles.revues.org/docannexe/image/3782/img-2.png
Fichier image/png, 69k
Titre Tableau des temps formés par circonlocution (NME : 76)
URL http://dhfles.revues.org/docannexe/image/3782/img-3.png
Fichier image/png, 107k
Titre GGR : 129
URL http://dhfles.revues.org/docannexe/image/3782/img-4.png
Fichier image/png, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Fournier et Valérie Raby, « Grammaire générale et grammaires particulières : relire la Grammaire de Port-Royal à la lumière des Méthodes italienne et espagnole », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 51 | 2013, 59-85.

Référence électronique

Jean-Marie Fournier et Valérie Raby, « Grammaire générale et grammaires particulières : relire la Grammaire de Port-Royal à la lumière des Méthodes italienne et espagnole », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 51 | 2013, mis en ligne le 31 janvier 2017, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://dhfles.revues.org/3782

Haut de page

Auteurs

Jean-Marie Fournier

Université Sorbonne Nouvelle / Histoire des théories linguistiques (Université Paris Diderot, CNRS)

Valérie Raby

Université Paris Sorbonne / Histoire des théories linguistiques (Université Paris Diderot, CNRS)

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • Les cahiers de Revues.org