Navigation – Plan du site
Lectures

Antonia Navarro Rincón, L’enseignement des langues aux sourds. Étude de programmes en Espagne et en France (XVIIe-XXe siècles), Thèse de doctorat réalisée sous la direction de María Eugenia Fernández Fraile et de Javier Suso López, soutenue le 12 décembre 2011 au Département de Didactique de la Langue et de la Littérature de l’Université de Grenade (publiée en 20121, 655 pages. ISBN 978-84-695-1021-6, D.L. GR 1166-2012).

Antonia Navarro Rincón
p. p.250-253

Texte intégral

  • 1 Thèse numérisée et disponible sur le site de la Bibliothèque de l’Université de Grenade http://adra (...)
  • 2  Compris comme des guides didactiques qui orientent la réalisation d’un processus d’enseignement/ap (...)
  • 3  La démarche a été mise en œuvre sur une vingtaine de programmes au total, dont la moitié sont repr (...)

1La thèse adopte une orientation ouvertement diachronique, didactique et contrastive pour retracer, à partir de programmes représentatifs2, l’évolution de l’enseignement des langues dans l’éducation des personnes sourdes, en Espagne et en France, du XVIIe auXXesiècle, en se basant sur une conception qui intègre ces utilisateurs dans le domaine de la didactique des langues et des cultures. La recherche menée a mis en évidence aussi bien l’idiosyncrasie des cas du corpus3 dans leurs ancrages contextuels et temporels, que les relations établies dans l’évolution historique entre les démarches didactiques et méthodologiques appliquées à l’enseignement des langues, en général, et celles des programmes, en particulier. L’intérêt principal de la thèse est d’offrir un cadre de référence pour la recherche et la collaboration entre les didacticiens des langues et les professionnels de l’éducation des sourds.

2Sur la base exploratoire et qualitative adoptée dans la recherche, les hypothèses ont été formulées sous forme d’interrogations fondamentales à propos des programmes et regroupées en fonction des objectifs de la thèse que sont 1/ les événements marquants et leurs répercussions dans les programmes, 2/ les différences et les similitudes par rapport aux contextes, aux langues et aux conceptions, 3/ les spécificités et les dimensions communes en ce qui concerne les finalités, les ressources et les méthodologies.

3La première partie de la thèse est constituée de deux chapitres. Dans le chapitre I, qui présente l’état des lieux de la recherche, sont abordées, dans une perspective éducative et synchronique, les définitions et les questions liées aux problèmes de l’audition, les techniques pour l’évaluation des compétences langagières, les modalités communicatives et les types d’intervention psychopédagogique autour de la surdité. C’est le cadre requis pour découvrir le devenir de la conception de l’éducation des sourds en relation avec l’apprentissage des langues, au cours des siècles derniers, en France et en Espagne, matière propre au chapitre II. Comme démarche préalable à l’étude approfondie des méthodes à l’usage des sourds, ce chapitre commence par les définitions et les théories mobilisées pour délimiter les programmes dans les ouvrages d’autrefois et d’aujourd’hui.

4La seconde partie de la thèse, constituée de trois chapitres, s’ouvre avec les questions méthodologiques que pose ce type de recherche. Les critères suivis pour la sélection des programmes, la résolution des problèmes derivés des contraintes historiques de la recherche (tels que les délimitations des contextes et des périodes) et les réflexions sur les options considérées et retenues, sont exposés au chapitre iii.

5Les contextes étudiés sont répresentatifs de l’histoire de l’éducation des personnes sourdes : au xvie siècle, fray Pedro Ponce de León, sera le premier instituteur reconnu en Espagne dans l’art d’apprendre les langues aux sourds, tandis qu’en France, l’Abbé de L’Épée sera, au xviiie, le premier à employer les signes méthodiques pour leur éducation.

6La période étudiée va de la première publication espagnole sur cette thématique (Pablo Bonet 1620) à la reconnaissance des langues des signes et la parution des programmes pour leur enseignement/ apprentissage, à la fin du xxe siècle. Le besoin de cerner la période établie pour favoriser l’étude de l’évolution de la didactique des langues dans l’éducation des sourds est à l’origine de la présentation de la révision des classements temporels, réalisés par des spécialistes dans les domaines de l’évolution des méthodologies didactiques d’enseignement des langues (Richards & Rodgers 1998 [1986], Germain 1993, Puren 1988, Fernández & Suso 1999) et de l’éducation des sourds (García 1981, González 1992, Fresno Rico, Moody et al. 1998 [1983]). Finalement, les deux dernières périodes de l’adaptation faite par Urbano (2003) sur le classement de Germain ont été retenues pour délimiter la période étudiée qui va du xvieau xixe siècle et celle duxxe.

7En outre, le corpus ne contient que des programmes qui ont été élaborés pour les personnes atteintes de surdité, sevère ou profonde, selon les classements spécialisés (Cf. chapitre i) et les conceptions socio- interculturelles associées actuellement à l’emploi du terme « sourd », et faisant partie des ouvrages originaires des contextes choisis. C’est pour cette raison que l’on n’a considéré ni les traductions ni les adaptations provenant d’autres lieux ou langues orales différentes de l’espagnol ou du français. Le choix final des cas du corpus a été aussi motivé par leur convenance dans la recherche envisagée.

8Les données obtenues à partir de l’analyse individuelle et détaillée des programmes ont été présentées de manière synthétique au chapitre iv. Pour systématiser les informations repérées, elles ont été introduites dans une grille d’analyse contenant des catégories préétablies telles que le titre du programme, la date de parution, l’auteur, l’édition, l’importance, le contexte d’élaboration et d’instruction, le but principal, les sources, la langue, la structure du programme, la méthodologie didactique, les activités, le matériel, le public visé, l’évaluation, les points forts, les défauts, l’innovation, les résultats, les professionnels de l’enseignement, les objectifs, les contenus, les niveaux et d’autres (à expliciter).

9Au chapitre v, l’étude comparée entre les cas a été menée dans une perspective contextuelle, didactique et méthodologique.

10Par rapport aux contextes, il y a des différences dans la parution des premiers programmes publiés et dans leurs conceptions : en Espagne, au siècle d’or, ceux-ci ont été conçus pour apprendre à parler et à lire, alors qu’en France, au siècle des Lumières, ils visaient à apprendre à penser dans la langue, par l’intermédiaire des signes. Le rayonnement de la méthode épéiste éclipsera la presque inexistence de programmes espagnols au xviiie siècle. L’influence française est constatée en Espagne jusqu’à la fin du XIXe siècle, surtout par les nombreuses références et traductions d’ouvrages d’instruction destinées aux sourds. Le congrès de Milan de 1880, qui prônait la méthode orale et le bannissement des signes, marquera un tournant décisif dans l’éducation des personnes sourdes. Il faudra attendre la fin du XXe siècle pour que les langues des signes des communautés sourdes acquièrent leurs droits de cité dans les deux contextes étudiés.

11Les contrastes méthodologiques mettent en relief les relations entre les méthodes à l’usage des sourds et celles qui étaient employées à l’époque en Espagne et en France.La première période a été caractérisée par la méthodologie traditionnelle d’enseignement des langues, avec les méthodes traditionnelles, théorique (Baptista de Morales 1623, Hernández 1815, Deschamps 1779), pratique (Pablo Bonet 1620, Hervás y Panduro 1795), théorique pratique (Épée 1784, Sicard 1799) et pratique théorique (Bébian 1827, Ballesteros & Fernández 1845) employées jusqu’à la fin du XIXe où la méthodologie directe sera privilégiée avec une grande variété de méthodes : orale, imitative, intuitive, maternelle, active (Valade-Gabel & Valade-Gabel 1879, Grosselin 1881, Barberá 1895, Thollon 1898). Elle sera aussi constatée dans des ouvrages de la seconde période délimitée (Lauer 1920, Granell y Forcadell 1928, Perelló & Tortosa 1992 [1968]). Les approches communicatives et bilingues d’enseignement/apprentissage des langues orales et signées (Moody et al. 1998 [1983], Perelló & Frigola 1998 [1987], Alonso et al. 1989) seront mises en œuvre dans le dernier tiers du XXe siècle, en concurrence avec d’autres comme la méthode audio-visuelle appliquée à la lecture labiale, en France (Istria & Nicolas-Jeantoux & Tamboise 1992).

12La discussion à propos d’aspects tels que l’utilisation de procédés et de ressources didactiques spécifiques comme la dactylologie ou les signes, et la finalité des programmes a été explicitée dans les chapitres consacrés aux résultats et aux conclusions et documentés par le grand nombre de citations, de références bibliographiques et d’annexes illustratives que comprend cette thèse.

Haut de page

Notes

1 Thèse numérisée et disponible sur le site de la Bibliothèque de l’Université de Grenade http://adrastea.ugr.es et http://digibug.ugr.es, dont le titre en espagnol est La enseñanza de idiomas a sordos. Estudio de programas en España y Francia (XVIIe-XXe siècles).

2  Compris comme des guides didactiques qui orientent la réalisation d’un processus d’enseignement/apprentissage de la langue dans un contexte concret et avec des étudiants sourds.

3  La démarche a été mise en œuvre sur une vingtaine de programmes au total, dont la moitié sont représentatifs de chaque contexte. Les programmes se trouvent dans les ouvrages suivants : (Pablo Bonet 1620) ; (Baptista de Morales 1623) ; (Deschamps 1776) ; (Épée 1784) ; (Sicard 1799) ; (Hervás y Panduro 1795) ; (Hernández 1815) ; (Bébian 1827) ; (Ballesteros & Fernández 1845) ; (Valade-Gabel & Valade-Gabel 1879) ; (Grosselin 1881) ; (Barberá 1895) ; (Thollon 1898) ; (Lauer 1920) ; (Granell y Forcadell 1928) ; (Perelló & Tortosa 1992 [1968]) ; (Moody et al. 1998 [1983]) ;(Perelló & Frigola 1998 [1987] ; (Alonso et al. 1989) ; (Istria & Nicolas-Jeantoux & Tamboise 1992).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Documents pour l’histoire du français langue étrangère et seconde, décembre 2012, n°49

Référence électronique

Antonia Navarro Rincón, « Antonia Navarro Rincón, L’enseignement des langues aux sourds. Étude de programmes en Espagne et en France (XVIIe-XXe siècles), Thèse de doctorat réalisée sous la direction de María Eugenia Fernández Fraile et de Javier Suso López, soutenue le 12 décembre 2011 au Département de Didactique de la Langue et de la Littérature de l’Université de Grenade (publiée en 2012, 655 pages. ISBN 978-84-695-1021-6, D.L. GR 1166-2012).  », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 49 | 2012, mis en ligne le 05 juillet 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://dhfles.revues.org/3532

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • Les cahiers de Revues.org