Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre Singaravelou, Professer l’empire. Les « sciences coloniales » en France sous la IIIe République, Paris : Publications de la Sorbonne, 2011, 409 p. ISBN 978-2-85944-678-9

Gérard Vigner
p. p.244-249

Texte intégral

1Si les travaux sur le fait colonial se sont multipliés ces dernières années, ils ont porté pour l’essentiel, mais non exclusivement, sur les différentes formes d’exercice de la domination coloniale, sur les territoires, sur les populations, dans sa dimension tout à la fois géographique, politique, militaire, économique, juridique ou morale, domination qui ne fut pas non plus insensible au sort des populations et qui s’efforça de former, ou de mettre à disposition, un personnel médical ou un personnel d’enseignement (voir par exemple l’ouvrage de Pascale Barthélémy (2010).Africaines et diplômées à l’époque coloniale (1918-1957). Rennes : Presses Universitaires de Rennes). Mais c’était oublier peut-être que l’entreprise coloniale a été aussi productrice de savoirs, savoirs spontanés, savoirs d’amateurs diront certains, produits par les acteurs présents sur le terrain, explorateurs, militaires, commerçants, missionnaires, administrateurs, qui furent à l’origine de nombreuses monographies, ainsi que de très nombreux récits de voyage. Mais aussi des savoirs plus conformes aux normes de la production savante, issus de différentes institutions, à l’intérieur de, ou parallèlement à l’université. Ces « sciences coloniales », longtemps dédaignées, parce que considérées comme de purs instruments de l’autorité coloniale, Pierre Singaravélou a décidé de s’y intéresser et, comme il le signale explicitement, de les prendre au sérieux. Ceci dans une double perspective : réintégrer, d’une part l’histoire coloniale au sein de l’histoire générale de la France, dans une approche des « sociétés impériales », sociétés dont la France fit partie, d’où le titre de l’ouvrage Professer l’empire ; de l’autre, étudier les formes de construction et d’institutionnalisation d’un enseignement supérieur colonial, en étudiant notamment les différents réseaux des élites de l’entreprise coloniale, celui des savants coloniaux appréhendés dans leur circulation à l’intérieur de différents cercles, politiques, universitaires, institutionnels.

2Nous sommes en présence d’une histoire tout à la fois sociale et intellectuelle. Car ces savants polyvalents – puisqu’ils pourront à certains moments être administrateurs de territoires ou directeurs d’institutions variées, s’occuper de maisons d’éditions, de musées ou de sociétés savantes –, étaient souvent placés en marge et auront besoin de se bâtir une légitimation institutionnelle. Se dessine ainsi l’histoire sociale d’une concurrence entre savants administrateurs sur le terrain et universitaires.

3Les bornes chronologiques retenues sont les années 1870-1880 et 1940, c’est-à-dire depuis le moment de relance de la politique d’expansion coloniale – c’est en 1920 que l’empire français connaîtra sa plus grande expansion – jusqu’au moment de la crise impériale, de remise en question des systèmes impériaux, avec en filigrane les prémisses de la décolonisation.

4Matière infiniment plus abondante, plus riche, qu’on ne pouvait le penser a priori et qui se développe dans deux grandes parties : la première consacrée à l’institutionnalisation des « savoirs coloniaux », c’est-à-dire l’histoire, difficile, de la légitimation et de la reconnaissance institutionnelle, notamment vis-à-vis de l’université, de savoirs portant sur les colonies et les populations colonisées ; la seconde intitulée « L’empire des sciences », consacrée à l’examen de la mise en forme disciplinaire des « savoirs coloniaux » au travers de trois disciplines, l’histoire, la géographie et ce que l’auteur nomme « la science du gouvernement colonial », c’est-à-dire la législation et l’économie coloniales. Disciplines auxquelles il conviendra d’ajouter ce que l’auteur nomme un « objet non identifié des sciences sociales », la psychologie coloniale.

5Ouvrage qui se consacre de façon quasi exclusive à l’histoire des sciences sociales, qui laisse délibérément de côté tout ce qui relève des sciences plus ou moins exactes, qu’il s’agisse de la biologie, de l’étude de la faune ou de la flore, de la médecine et de bien d’autres domaines encore, abordés déjà dans d’autres recherches. L’espace étudié est celui de l’enseignement supérieur colonial, à partir d’un échantillon de 148 professeurs appartenant à différentes institutions de l’enseignement supérieur. Ce choix a conduit l’auteur, et on peut peut-être le regretter, à exclure de son champ, les missions scientifiques dont la contribution à l’élaboration de ces savoirs fut loin d’être négligeable. On peut ainsi songer à la fameuse mission Dakar-Djibouti dirigée par Marcel Griaule, organisée par le musée d’Ethnographie du Trocadéro, qui de 1931 à 1933 parcourut l’Afrique d’Ouest en Est et en rapporta une abondante moisson d’objets et d’observations. Michel Leiris en fit partie et en tira son très célèbre ouvrage L’Afrique fantôme. Mais nous sommes là dans une autre logique de collecte des savoirs qui, d’ailleurs, s’inscrivait dans une vision plus large des civilisations extra-européennes, hors du champ colonial français.

6La première partie de l’ouvrage consacrée à l’institutionnalisation des « sciences coloniales » comprend une partie fort intéressante sur les conditions de leur naissance dans l’enseignement supérieur français entre 1870 et 1914. Pierre Singaravélou montre bien ainsi le rôle précurseur en la matière joué par l’École libre des sciences politiques, préoccupée dès 1886 de la formation à la fonction publique coloniale, avant que ne se crée l’École coloniale. Celle-ci, saura progressivement trouver sa place dans le champ de formation d’un personnel d’encadrement de haut niveau, en dépit des obstacles et des critiques ; elle deviendra l’École nationale de la France d’Outre-mer en 1934, et servira de référence pour les fondateurs de l’E.N.A. en 1945.

7Mais à côté de ces institutions destinées à fournir à l’État le personnel administratif dont il pouvait avoir besoin dans les colonies, Pierre Singaravélou montre l’importance prise par l’enseignement commercial colonial qui va se traduire par la fondation de sections coloniales dans les écoles supérieures de commerce un peu partout en province. Mais les « sciences coloniales » trouvent progressivement leur place dans les universités métropolitaines. Diversité des acteurs et des initiatives qui accompagnent l’expansion d’un empire dont les conditions d’organisation et de fonctionnement sont encore loin d’être stabilisées.

8L’examen de ce que Pierre Singaravélou nomme « les parcours impériaux » des professeurs met bien en évidence le caractère composite de ce corps constitué à la fois d’universitaires, d’experts, de politiques, mais aussi de savants comme Émile Durkheim, Sylvain Lévi, Marcel Mauss qui, en dépit de leur distance à l’égard des affaires coloniales, n’en ont pas moins préparé de nombreux étudiants aux études coloniales. Georges Hardy, organisateur de l’école indigène en Afrique noire, directeur de l’enseignement au Maroc, puis directeur de l’École coloniale est souvent cité, dans la diversité des fonctions assumées, pour le zèle apporté à la défense de la cause coloniale.

9Progressivement s’opère une professionnalisation des carrières coloniales que Pierre Singaravélou analyse dans le détail des trajectoires adoptées et dans l’émergence des réseaux savants. Cependant le chapitre intitulé « La République des lettres coloniales » montre que ce processus d’institutionnalisation ne se limite pas à la création de chaires universitaires. Pierre Singaravélou met en évidence le nombre important de sociétés savantes et d’associations qui œuvrent dans la construction et la diffusion de l’idéologie coloniale. De même, souvent ignorés, les réseaux coloniaux régionaux font l’objet d’analyses détaillées. Est établie, avec leur date de création, la liste des instituts de recherche dont un certain nombre sont encore aujourd’hui en activité. Les maisons d’édition, les revues coloniales, les « lettres coloniales » sont aussi passées en revue. Le « roman colonial » dans l’entre-deux-guerres se constitue en genre littéraire spécifique, avec sociétés d’écrivains, théoriciens, revues et prix littéraires.

10Tout ceci n’ira pas sans une crise de l’enseignement supérieur colonial dans l’entre-deux-guerres, les difficultés étant liées au recul démographique de la France qui n’encourage guère l’émigration dans les colonies, aux difficultés de placement dans les colonies.

11La seconde partie, consacrée à l’analyse des savoirs coloniaux eux-mêmes, les inscrit dans un questionnement plus général, portant sur leur identité fondamentale. S’agit-il de savoirs nouveaux ou de la simple déclinaison de savoirs existants ? L’analyse de chacune des grandes disciplines abordées (géographie, histoire, droit, économie, psychologie), montre que ces deux dimensions sont constamment présentes. Vision du monde indigène qui ne saurait cependant se réduire à un traitement racialiste et essentialiste, même si cette approche est celle qui peut le plus frapper l’observateur aujourd’hui. Pierre Singaravélou montre que les sciences métropolitaines en ce temps-là portaient des appréciations aussi abruptes que celles qui pouvaient prévaloir à l’École coloniale. On lira avec curiosité le chapitre consacré à la « psychologie coloniale », chapitre dans lequel le nom de Georges Hardy est à nouveau fréquemment cité, et qui s’appuie sur le roman colonial comme source d’une analyse psychologique de « l’âme indigène », à destination des futurs administrateurs et magistrats coloniaux, alors même que ces romans sont écrits par des auteurs français.

12Mais si les « sciences coloniales » n’étaient que la mise en discipline d’une vision stéréotypée des territoires et des peuples colonisés, elles ne constitueraient qu’un moment, aboli, dans l’histoire des savoirs et des idées. Or ces sciences, en dépit d’un contexte d’origine pour le moins problématique et fortement discutable, n’en ont pas moins conduit, par la nature même des objets de savoirs ainsi constitués et des terrains concernés, à un « décentrement épistémologique » qui lui-même a permis d’élaborer de nouvelles méthodes de travail. Ainsi histoire orale, géographie tropicale, anthropologie juridique sont « inventés » par les savants coloniaux.

13Se consacrant à l’enseignement supérieur, l’ouvrage n’aborde qu’en certains points les questions liées à l’Instruction publique et à la diffusion du français. Toutefois Pierre Singaravélou ne manque pas d’évoquer ce que fut l’École normale Jules Ferry, créée par la Mission laïque en 1902, chargée de préparer pendant dix mois les instituteurs coloniaux, école qui incarne l’alliance entre les universitaires et les coloniaux. Elle fermera durant la Guerre de 1914-1918, faute des ressources financières nécessaires à son fonctionnement. L’auteur montre bien par ailleurs (p. 101), le nombre important d’enseignants qui dirigent l’Instruction publique dans les colonies, avant de devenir des spécialistes des « sciences coloniales ». Et nombre de ces responsables publient des manuels et ouvrages pédagogiques dans les colonies, plutôt en histoire et en géographie, établissant de la sorte un lien entre les « sciences coloniales » dans l’enseignement supérieur et les savoirs scolaires dans l’enseignement primaire.

14Au-delà de ces points particuliers d’analyse, l’ouvrage apporte un éclairage indispensable sur l’arrière-plan intellectuel, idéologique de ce qu’a été l’entreprise coloniale dans ses différentes dimensions. On ne saurait en effet rendre compte de ce qu’a pu ainsi être la mise en place des réseaux éducatifs et des enseignements du français associés, dans le cadre de l’école indigène, sans connaître ce qu’étaient, en métropole, les savoirs et visions du monde associés à cette entreprise, au risque, sinon, de verser dans des analyses décontextualisées ou entachées d’anachronismes qui leur ôtent toute pertinence scientifique.

15Ouvrage riche en références multiples, se rapportant aussi bien à des institutions, nombreuses, souvent disparues des mémoires, qu’aux acteurs qui les animèrent. L’abondance de l’index des personnes citées est là pour l’attester. Il sera pour l’historien un outil précieux de travail. On peut regretter qu’un même index n’ait pas été établi pour les institutions étudiées, lieux de production de savoirs, établissements de formation pratique ou espaces de circulation. Les références à l’École coloniale sont aisées à trouver. Mais, ce n’est ici qu’un exemple, la recherche portant sur le musée d’Ethnographie, ancêtre du musée de l’Homme, ainsi recréé et baptisé en 1937, et qui prit sa place dans l’élaboration des savoirs coloniaux, se révèle plus délicate à conduire. L’élaboration de ce « savoir impérial », appréhendé dans son historicité, dans la diversité d’origine et de trajectoire des spécialistes ainsi approchés et reconnus, non seulement restitue l’extraordinaire richesse de cet univers, dans le moment de l’histoire qui fut le sien, mais a certainement permis, et l’auteur de l’ouvrage y insiste à différentes reprises, de construire des programmes de recherche, des domaines d’étude qui ont survécu à la disparition de l’enseignement supérieur colonial : africanisme, géographie tropicale, droit d’outre-mer, etc. Nombreux par ailleurs sont les chercheurs et les universitaires qui après avoir commencé une carrière dans ces différents réseaux la poursuivront, après la décolonisation, au service des états nouvellement indépendants. Ouvrage qui dans tous les cas par le caractère très minutieux de la recherche engagée, la diversité des sources examinées, l’inscription dans le contexte politique et historique de l’époque, nous éloigne des traitements souvent réducteurs des postcolonial studies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Documents pour l’histoire du français langue étrangère et seconde, décembre 2012, n°49

Référence électronique

Gérard Vigner, « Pierre Singaravelou, Professer l’empire. Les « sciences coloniales » en France sous la IIIe République, Paris : Publications de la Sorbonne, 2011, 409 p. ISBN 978-2-85944-678-9 », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 49 | 2012, mis en ligne le 05 juillet 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://dhfles.revues.org/3531

Haut de page

Auteur

Gérard Vigner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • Les cahiers de Revues.org