Navigation – Plan du site

Les conséquences de la Première Guerre Mondiale sur la politique culturelle et linguistique de la France au Japon (1917-1927)

Jean-François Graziani
p. 167-182

Résumés

Le rôle inédit joué durant la Première Guerre Mondiale par les services de propagande et les réseaux d’influence à l’étranger provoque au Quai d’Orsay une véritable prise de conscience et entraîne un certain nombre de modifications. L’action culturelle extérieure, laissée pour l’essentiel à l’initiative d’organismes privés, devient désormais un domaine à part entière de la diplomatie française. Le Japon, première puissance d’Asie, entré en guerre aux côtés de la France et de l’Angleterre mais profondément marqué par l’influence allemande, constitue une cible de choix pour l’application de cette nouvelle doctrine. L’ambassade de Paul Claudel, en particulier, est marquée par des réalisations notables (création de la Maison franco-japonaise ou de l’Institut franco-japonais du Kansai), porteuses d’une réelle ambition mais montrant aussi les limites de l’activisme linguistique et culturel de la France durant l’entre-deux-guerres.

Haut de page

Texte intégral

1. Enjeux de la diplomatie culturelle après la guerre

1Le bureau des Écoles et œuvres françaises à l’étranger a été pendant longtemps le parent pauvre du ministère des Affaires étrangères. Dans le dernier tiers du XXe siècle, moins de 2% du budget du Quai d’Orsay lui sont affectés. La conviction selon laquelle tout homme qui parle français devient un client, sinon un ami ou un allié potentiel de la France, assez largement répandue chez les diplomates, ne se traduit guère dans les faits. En plus des congrégations catholiques, des organismes privés comme l’Alliance israélite universelle, la Mission laïque française et surtout l’Alliance française, qui s’est donnée pour objectif au moment de sa création (en 1883) de propager la langue française partout dans le monde et de suppléer l’action de l’État si nécessaire, assurent durant cette période la diffusion du français et de l’influence intellectuelle française dans les colonies et à l’étranger, formant le fer de lance d’une politique culturelle et linguistique internationale avant la lettre (Chaubet 2004 : 765-767). Le prestige toujours grand du français dans le domaine des lettres, des arts et de la diplomatie, malgré la double menace de l’anglais et de l’allemand, n’incite probablement pas l’État français à prendre alors des mesures énergiques et à bouleverser ses propres traditions pour réinventer son action extérieure en Europe et dans des contrées plus lointaines. Après deux siècles de suprématie, le rayonnement de la culture française semble acquis et presque naturel.

  • 1  Pour une synthèse sur les évolutions de la diplomatie française durant la guerre et dans les année (...)

2La Première Guerre mondiale provoque une véritable prise de conscience, au sommet de l’État, de l’importance vitale de la propagande et de l’existence de réseaux pro-français à l’étranger1. Les arguments des partisans d’une diplomatie culturelle organisée et dirigée par l’État y gagnent en crédibilité et touchent une audience plus étendue. Comme souvent en temps de guerre, certaines innovations longtemps retardées par le poids des conservatismes trouvent enfin leur concrétisation. Ce nouvel état d’esprit conduit, à son tour, à une réorganisation notable des services diplomatiques, avec une attention particulière portée à l’enseignement du français et à l’action culturelle. Durant la guerre, la Fédération des Alliances françaises aux États-Unis et le Comité France-Amérique s’engagent, dès 1915, dans une intense campagne de séduction de l’opinion américaine en multipliant colloques, conférences et tournées artistiques de prestige (Dubosclard 2001 : 104). Il est difficile de mesurer les effets réels de cette propagande sur l’isolationnisme américain et sur la décision des États-Unis de s’engager in fine dans un conflit initialement perçu comme lointain ; en revanche, l’énergie déployée par les réseaux qui soutiennent la cause de la France impressionne rapidement et durablement les officiels français. Autre exemple, l’école française d’Athènes devient un foyer actif de propagande, use de toutes les ressources dont elle dispose pour gagner le gouvernement de la Grèce à sa cause et le faire sortir de sa neutralité, jusqu’à ce que celui-ci déclare la guerre à la Triplice en juillet 1917(Valenti 2001 : 84-89). En 1918, un éphémère commissariat à la Propagande et à l’Information est même créé pour tenter de fédérer les efforts de propagande dispersés jusqu’alors entre différents ministères ou associations. Il disparaît au lendemain de la guerre.

3En 1920, le Service des œuvres françaises à l’étranger (Sofe) remplace le bureau des Écoles et œuvres françaises à l’étranger. Il s’agit plus que d’un simple changement de nom puisque le nouveau service comprend désormais quatre divisions distinctes : la section universitaire et des écoles, la section artistique et littéraire, les œuvres diverses (chargées du soutien aux associations comme l’Alliance française) et la section du tourisme et des sports. Il se voit également attribuer des moyens plus conséquents pour accomplir ses différentes missions, tant et si bien qu’il absorbe jusqu’à 20% du budget du Ministère des Affaires étrangères dans les années 30 (Lane 2011 : 24-25). Pour que la France puisse mener une politique culturelle à la hauteur de ses ambitions, il le faut bien. En 1907, la création du premier institut français à Florence, sous la houlette de Julien Luchaire, relevait encore d’une initiative privée. Dans les années 20, l’État français reprend l’idée à son compte et s’investit alors dans une politique de création et de soutien à la création d’instituts français à l’étranger : Barcelone, Naples et Saragosse en 1919, Prague en 1920, Zagreb en 1922 ou encore Varsovie en 1925... L’élan novateur qui anime la diplomatie française au sortir de la Grande Guerre comporte aussi son lot de projets inaboutis comme la création de postes spécialisés d’attachés culturels ou universitaires dans les ambassades, malgré les expériences prometteuses menées à Pétrograd durant la guerre ou à Rome quelques années plus tard.

4Cet engagement accru de l’État ne signifie pas pour autant la disparition, ni même le déclin, des associations dévouées à la cause du patriotisme linguistique et de la propagation de l’influence intellectuelle française. L’Alliance française ou l’Office national des universités et des écoles françaises (Onuef), créé en 1910 par un groupe de parlementaires et d’universitaires pour favoriser le rayonnement de l’enseignement français dans le monde, continuent d’épauler le gouvernement dans son action diplomatique et collaborent étroitement avec ses représentants officiels. Les subventions généreuses accordées par le Quai d’Orsay, la bonne entente avec les diplomates qui encouragent les comités locaux et se servent d’eux à l’occasion pour relayer les nouvelles orientations de l’action culturelle de l’État, l’intérêt renouvelé pour la langue française en Europe orientale ou en Amérique latine font de l’entre-deux-guerres une période faste pour l’Alliance française qui revendique, en 1931, 600 comités et 450 000 membres, répartis dans 42 pays. Dans de nombreux cas, un modus vivendi favorable aux deux parties a été trouvé avec les instituts français comme à Prague, par exemple, où les locaux sont partagés et les cours du soir assurés par l’Alliance. Durant cette période, un équilibre semble avoir été trouvé entre les actions des diverses associations et celles des ambassades qui tirent dans le même sens pour promouvoir la langue, la culture et les intérêts français à l’étranger depuis la guerre (Chaubet 2006 : 154-155).

5Plus important, la France vaincue par la Prusse en 1870 se retrouve, près de cinquante ans plus tard, à la table des vainqueurs.

2. Les études françaises au Japon avant Claudel

6Lorsque Paul Claudel est nommé ambassadeur de la France au Japon, en janvier 1921, la nouvelle est accueillie avec enthousiasme par la presse japonaise qui voit d’abord en lui un génie de la littérature et un artiste de renommée internationale. Qui de mieux placé que Claudel pour mettre en œuvre une politique de rayonnement de la culture française dont il est l’un des symboles les plus éclatants ? Pour restaurer l’influence économique et intellectuelle française dans l’archipel Nippon, récolter les fruits du prestige retrouvé de la France dans le monde et donner un souffle nouveau aux relations entre les deux pays, il est difficile d’imaginer un meilleur choix. La situation des études françaises, négligées depuis une trentaine d’années, est pourtant particulièrement mauvaise en terre nippone comme l’ambassadeur lui-même est obligé de le constater. Moins d’un an après son arrivée à Tokyo, il écrit au ministère :

On n’imagine pas combien médiocre a été jusqu’ici l’influence intellectuelle de la France dans ce pays. Je découvre chaque jour avec une surprise accrue l’étendue de notre absence. Nous possédons quelques établissements où l’on donne à de jeunes Japonais une connaissance élémentaire du français et c’est tout. Nous sommes à peu près absents de toutes les branches supérieures du savoir, de la médecine, de la philosophie, de la science et même du droit. [...] Sur le terrain du commerce et des intérêts matériels nous pouvons nous laisser évincer, mais sur celui de l’intelligence et de l’enseignement il semble que nous aurions dû garder la première place. Nous sommes actuellement à la dernière, derrière l’Allemagne, derrière l’Angleterre et derrière l’Amérique (Claudel 1995 : 129-130).

  • 2  De son nom complet Gustave Boissonade de Fontarabie (1825-1910). Il est le fils naturel du célèbre (...)
  • 3  Cette préférence coïncide pour une part avec les succès rencontrés par l’Allemagne dans le domaine (...)

7Il faut effectivement remonter à la dernière décennie du régime shogunal des Tokugawa, une période qui s’étend de la signature du traité d’amitié, de paix et de commerce de 1858 entre les deux pays à la restauration de Meiji dix ans plus tard, pour voir la France jouer un rôle de premier plan dans la modernisation du Japon. La rivalité entre Léon Roches, chef de la représentation diplomatique française dans l’Archipel, de 1864 à 1868, et son homologue britannique Harry Parkes, qui tourne fréquemment à l’avantage du premier, représente l’apogée de l’influence de la France en terre nipponne (Sims 1998 : 48-72). L’envoi d’une mission militaire pour former les troupes du Shogun à l’européenne, la construction de l’arsenal de Yokosuka sous la houlette de François Léonce Verny et la création de l’école franco-japonaise de Yokohama, où devaient être formés les officiers de la nouvelle armée japonaise, constituent autant de symboles célèbres de cette influence qui ne se limite pas non plus au seul domaine des armes. L’administration, le droit, les sciences françaises sont aussi à l’honneur pendant ce court laps de temps, et les études occidentales (qui incluent l’apprentissage de l’anglais et, dans une moindre mesure, du français) supplantent « les études hollandaises (Rengaku) » qui constituaient l’un des rares liens avec le reste du monde, pour les lettrés japonais, durant les deux siècles de fermeture du pays. Cette proximité marquée avec le régime des Tokugawa entraîne au moment de la chute de l’ancienne dynastie et de la restauration de l’autorité impériale, une certaine défiance à l’égard de la France. C’est cependant la défaite face aux Prussiens, en 1870, et la débâcle du second Empire qui marque un véritable tournant dans la lutte d’influence et de prestige que se livrent les différentes nations européennes. L’influence française connaît alors un déclin progressif. Dans les années 1870 et 1880, d’autres missions militaires françaises sont accueillies au Japon, la construction d’un système d’éclairage des rues de la capitale est confiée à Henri-Auguste Pélegrin et celle de la flotte militaire à Émile Bertin, signes que le prestige attaché à la civilisation française n’avait pas disparu du jour au lendemain (Polak 2005 : 62-75). Néanmoins, dans le domaine des langues, l’apprentissage de l’anglais distance largement celui du français, qui se trouve également dépassé par l’allemand. Dans l’enseignement supérieur, au Japon comme en Europe, les sciences allemandes apparaissent de plus en plus comme un modèle incontournable, et il en est ainsi dans les domaines les plus variés. À l’inverse, le français est perçu comme une langue de spécialité, un instrument encore apprécié mais limité au seul domaine du Droit. Dès 1869, Eto Shimpei, ministre de la Justice du nouveau gouvernement de Meiji, commande une traduction des codes napoléoniens pour répondre au défi de la modernisation juridique du pays, condition nécessaire pour faire reconnaître le Japon comme une nation moderne et digne d’être traitée sur un pied d’égalité par les grandes puissances occidentales (Noda 1963 : 546). En 1874, la traduction des cinq codes est achevée : le code pénal, le code d'instruction criminelle, le code de commerce, le code de procédure civile et le code civil dit code Napoléon, « la constitution civile des Français », mais l’ensemble reste inapplicable en l’état. Eto Shimpei change alors de stratégie et fait directement appel à des juristes français qui serviront à la fois de professeurs pour former les futurs magistrats et de conseillers pour l’élaboration des textes et la mise en place du nouvel appareil juridique de l’Empire japonais. Les enseignements se font en français, en présence d’un interprète, et la maîtrise de la langue constitue un des points majeurs du recrutement des étudiants. Georges Bousquet, le premier de ces juristes français invités par le gouvernement japonais, resté quatre ans au Japon de 1872 à 1876, reste surtout connu pour son ouvrage Le Japon de nos jours et les Échelles de l’Extrême-Orient (1877), qui constitue un témoignage précieux sur la société nipponne durant la période cruciale de l’ouverture du pays et de son entrée dans la modernité. Le second de ces juristes invités a, en revanche, laissé une empreinte durable dans l’histoire juridique du Japon. Gustave Boissonade arrive au Japon, en 1873, pour un séjour de plus de vingt ans2. Surnommé « le père du droit japonais moderne », il est aussi reconnu pour son action décisive en faveur de l’abolition de la torture au Japon. En 1877, Boissonade achève la rédaction en français des projets de code pénal et d’instruction criminelle qui sont promulgués en 1880 et entrent officiellement en vigueur en 1882. En 1891, le « code Boissonade », projet de code civil pour l’Empire du Japon est promulgué, avec une entrée en vigueur prévue pour 1894. Malheureusement pour le juriste français, les premières critiques contre le futur code civil se font entendre dès 1889 et la querelle va progressivement s’envenimer jusqu’à ce que la diète décide finalement de l’ajourner en 1892 (Noda 1963 : 549-550). Dans ce domaine aussi, le modèle allemand va supplanter le modèle français reléguant les études françaises à un rang subalterne3. Trente ans plus tard, lors de l’arrivée en poste de Paul Claudel, en matière d’influence intellectuelle et de rayonnement culturel tout reste à faire, ou presque.

3. La Maison franco-japonaise, le cœur du réseau culturel

8Une lecture rapide des échanges franco-japonais pourrait laisser croire que ceux-ci étaient essentiellement pragmatiques, que le Japon s’intéressait à la France dans la mesure seulement où elle apparaissait comme une nation victorieuse et à la pointe du progrès, mais il y avait un courant de sympathie plus profond pour celle-ci et un attrait pour la culture française qui ne s’est jamais complètement démenti, même lorsque le gouvernement de Meiji a choisi, dans les années 1880, de favoriser pour des raisons de politique intérieure le modèle germanique et de combattre la montée des courants libéraux qui étaient aussi les plus ouvertement francophiles. Dans la presse et les milieux diplomatiques britanniques où l’on s’inquiète aussi de la diffusion croissante des idées antilibérales et pro-germaniques, on parle d’une épidémie de rubéole, qui se dit german measles (la rougeole allemande) en anglais (Wippich 1995 : 400-401). Durant cette période, un nombre limité d’institutions luttent pour empêcher la disparition totale de l’enseignement du français au Japon. Parmi ces institutions, il faut d’abord mentionner l’école de l’Étoile du matin, fondée par les frères Marianistes en 1888, dont la langue étrangère officielle est le français, qui accueille des élèves japonais et européens, du primaire au lycée : 8 à ses débuts, 200 environ dans les premières années du vingtième siècle et près d’un millier avant la Grande Guerre. Les élèves japonais sont souvent issus des familles de l’élite : noblesse, ancienne ou nouvelle, grande bourgeoisie, hauts fonctionnaires. La Société franco-japonaise qui regroupe, à partir de 1909, des Japonais « amis de la France » doit être également citée. Son action de lobbying auprès du ministère de l’Instruction pour introduire (ou plus exactement réintroduire) l’étude du français, à côté de l’anglais et de l’allemand, dans les lycées supérieurs, sortes de classes préparatoires aux universités impériales, n’aboutit pas mais ouvre la voie pour une forme renouvelée de coopération entre les deux pays. Son action sera aussi déterminante pour mener à bien la fondation de la Maison franco-japonaise de Tokyo. Enfin, la création de l’Athénée français par Joseph Cotte, un agrégé de Lettres, en 1913, école qui s’adresse à un public d’adultes, cultivé mais non universitaire, montre la persistance d’un intérêt pour la langue et la civilisation française, même en dehors de débouchés pratiques immédiats. Pendant longtemps, l’Athénée français a joué le rôle d’un Institut français à Tokyo sans en avoir le titre et continue aujourd’hui, sans faire officiellement partie du réseau culturel au Japon, son œuvre de diffusion de la langue française et attire toujours un public nombreux.

9La Première Guerre mondiale va entraîner des modifications sensibles, sinon des bouleversements, dans le jeu complexe des influences étrangères au Japon et offrir à la diplomatie française l’opportunité d’expérimenter in vivo le bien-fondé de ses orientations nouvelles concernant la propagande et l’action culturelle extérieure. En 1914, le Japon entre en guerre aux côtés des forces de l’Entente (la Russie, la France et le Royaume-Uni), honorant de la sorte les termes de l’alliance conclue avec la Grande-Bretagne en 1902. La Deutsche Japan Service, l’Agence télégraphique allemande, et la Deutsche Japan Post, organe de propagande du gouvernement allemand, sont alors suspendues (Le Roux 1918 : 152-153). Néanmoins, le prestige de l’Allemagne n’est que superficiellement entamé dans les milieux intellectuels et la presse nationale. La prise de Quingdao (Tsingtao) et celle des possessions allemandes dans le Pacifique par les troupes japonaises sont loin de rencontrer le même écho, auprès de l’opinion publique, que la victoire de 1905 contre la Russie. Vue du Japon, la Grande Guerre reste longtemps perçue comme un affrontement entre la Grande-Bretagne et l’Allemagne pour la suprématie en Europe, la France jouant dans le conflit un rôle secondaire. Il faut attendre la bataille de Verdun, en 1916, pour noter une évolution dans cette perception des forces en présence (Maybon 1920 : 253). Sans exagérer l’impact de la victoire finale sur l’image de la France dans l’Archipel, on peut raisonnablement admettre que celle-ci a créé un contexte favorable à une redécouverte et une réévaluation de la civilisation française. Avant même la fin de la guerre, l’ambassadeur Eugène Regnault émet plusieurs propositions pour exploiter le champ qui s’ouvre alors aux intérêts nationaux : mise en place d’un service télégraphique français, création d’une revue et fondation d’un Institut sur le modèle de celui de Florence ou de Saint-Pétersbourg. La mission Joubin-Courant est envoyée au Japon, en 1919, pour étudier les conditions de faisabilité d’un tel Institut et les moyens divers à mettre en œuvre pour permettre un rapprochement intellectuel entre la France et le Japon. L’idée d’une Maison de France commence alors à prendre forme. Il est intéressant de noter que les différentes moutures du projet de l’Institut voulu par Regnault à la Maison franco-japonaise créée en 1924, s’opposent principalement sur la place à accorder à l’enseignement de la langue. Regnault envisageait un véritable centre de langue et civilisation française, propre à contrebalancer l’influence allemande dans l’enseignement supérieur. La mission Joubin-Courant, fondant ses objections sur le nombre limité d’étudiants possédant les bases du français, proposait au contraire la mise en place d’un établissement destiné aux jeunes chercheurs français désireux d’étudier la civilisation japonaise. Le projet de Claudel semble vouloir opérer une difficile synthèse entre les deux approches en suggérant d’accueillir des japonisants francophones, susceptibles en retour d’enseigner la langue aux autochtones (Chujo 2001 : 17), et même d’étendre l’hospitalité de cette Maison de France aux chercheurs des jeunes nations d’Europe centrale et de l’Est qui étaient placées, depuis le traité de Versailles, sous la protection de la France (Claudel 1995 : 261-262). Au final, ce sont les recommandations de la mission Joubin-Courant qui ont été suivies. La Maison franco-japonaise a été depuis le début et reste encore aujourd’hui un centre de recherches pour les japonologues français, ainsi qu’un centre d’échanges dans la mesure où elle accueille chaque année des conférences qui permettent de diffuser la recherche universitaire francophone. L’Institut français de Tokyo, où sont dispensés des cours de langue et de civilisation française, n’a été créé qu’en 1952.

10Amorcée sous Regnault, la diplomatie culturelle de la France au Japon se développe véritablement sous l’ambassade de Claudel, de 1921 à 1927. La création de la Maison franco-japonaise, en 1924, constitue le symbole le plus évident de ce renouveau de la coopération intellectuelle franco-japonaise, après une éclipse de près de trente ans, et résulte d’un effort et d’une volonté commune des deux parties. Claudel en avait fait l’une de ses priorités mais rien n’aurait été possible sans l’engagement, côté japonais, d’Eiichi Shibusawa, « le père du capitalisme au Japon », figure de premier plan de la modernisation du pays, grand financier, capitaine d’industrie au long cours et membre éminent de la Société franco-japonaise. Depuis 1984, un prix Shibusawa-Claudel récompense les meilleurs travaux de jeunes chercheurs japonais sur la France et de jeunes chercheurs français sur le Japon.

11Mais pour brillante que soit la réussite de la Maison franco-japonaise, elle ne doit pas faire oublier d’autres aspects moins connus mais tout aussi importants de cette politique d’influence de la France au Japon au cours des années 20. En premier lieu, il faut mentionner la personnalisation de l’action culturelle. On cherche, en somme, à utiliser des personnalités prestigieuses pour faciliter ou donner plus de poids aux actions menées sur le terrain. Le phénomène en soi n’est pas nouveau, on a déjà souligné l’importance de Boissonade sous l’ère Meiji, mais pour la première fois les autorités françaises essayent de l’organiser et de le contrôler, plutôt que de l’accompagner. Paul Claudel lui-même incarne à merveille cette approche nouvelle dont il est à la fois l’un des instigateurs et l’un des exemples. La nomination de Claudel au poste d’ambassadeur, la tournée du Maréchal Joffre en 1922, les conférences de Paul Valéry à la Maison franco-japonaise en 1935 sont autant d’exemples de cette personnalisation.

12En second lieu, le développement des échanges commerciaux, via l’Indochine en particulier, doit soutenir l’influence culturelle, et vice-versa. Le voyage au Japon du gouverneur général de l’Indochine, Martial Merlin, en 1924, illustre parfaitement cette évolution et Paul Claudel s’en félicite à plusieurs reprises dans sa correspondance diplomatique. La visite de Merlin intervient dans un contexte de durcissement des relations américano-japonaises qui, par contraste, va renforcer l’image positive de la France. La rencontre entre Merlin et la Société des Amis de l’Indochine, à laquelle appartiennent les plus importants groupes industriels et financiers nippons (Mitsui, Mitsubishi, Banque de Formose, etc.), est particulièrement fructueuse puisqu’à cette occasion la délégation de la Société s’engage à financer la fondation de la Maison franco-japonaise (Claudel 1995 : 266-272). À bien des égards, l’année 1924 marque un sommet dans l’histoire des échanges franco-japonais et dans la politique d’influence portée par Claudel (Wasserman 2008 : 100-101).

4. La langue française dans le Kansai

13Si Claudel avouait vouloir faire de la Maison franco-japonaise « une École pratique des langues Extrême-Orientales » (1995 : 265), destinées à former des agents d’influence française au sens large du terme, subordonnant le rayonnement culturel à l’efficacité économique et politique, son action et ses préoccupations se concentrent presque exclusivement sur la question de la diffusion de la langue française lorsqu’il s’agit du Kansai et de Kyoto. Dès 1922, il est invité à prononcer deux conférences sur la langue française à l’Université de Kyoto et à l’Université libre du Kansai (Osaka). Le public est nombreux et l’accueil particulièrement chaleureux pour l’ambassadeur-poète qui constate cependant l’absence de professeur de littérature française dans ces deux établissements, les plus importants de l’ouest du Japon. Les deux conférences, presque identiques à l’exception de leur introduction, reprennent des arguments classiques du génie de la langue (clarté, ordre de la phrase correspondant à l’ordre naturel de la raison...) mais introduisent aussi des idées relativement nouvelles dans le domaine des argumentaires en faveur de l’étude du français : son extension géographique (poids de la France métropolitaine, présence aux Amériques, francophilie des jeunes nations d’Europe, importance de l’empire colonial, proximité de l’Indochine), sa mise en relation avec les industries innovantes et les industries du luxe en France, et la valeur éducative que représente la difficulté même de son apprentissage. Ce premier voyage dans le Kansai inspire à Claudel ces commentaires pleins d’optimisme : « l’Amérique est impopulaire, l’Allemagne déchue, l’Angleterre matérialiste. Jamais un moment plus favorable ne s’est présenté pour nous pour prendre la direction des forces morales et intellectuelles de cette nation artiste et courageuse comme la nôtre » (1995 : 149).

  • 4  En décembre 1923, trois mois après le grand tremblement de terre qui a ravagé Tokyo et Yokohama, C (...)

14Le grand tremblement de terre du Kanto en 1923, le séjour de Merlin et la création de la Maison franco-japonaise en 1924, le retour en France pour un an de congé en 1925 empêchent Claudel d’entreprendre une action d’envergure dans le Kansai dans les trois années qui suivent et de traduire dans les faits l’excellente impression que lui avait laissé son passage à Kyoto, qu’il place au même rang que Rome et Damas parmi les plus belles villes du monde, et à Osaka, qu’il décrit comme « le centre économique du Japon » (1995 : 149), mélange particulièrement réussi d’anciennes traditions et de modernité urbaine4. Revenu à Tokyo en janvier 1926, nommé ambassadeur à Washington en décembre, pour sa dernière année au Japon, Paul Claudel consacre une part importante de son activité à la création de l’Institut franco-japonais du Kansai. En octobre, il écrit au ministère : « depuis le moment où la Maison franco-japonaise a été créée à Tokyo, je n’ai cessé de me préoccuper d’une fondation qui lui servirait de pendant à Kyoto » (1995 : 382). Il propose de créer sur le mont Hiei, au nord de Kyoto, une université d’été où serait dispensée une formation triennale qui comprendrait non seulement des cours de langue mais aussi d’art, d’histoire, de géographie, de philosophie, d’usage et de diction. Au moment où il écrit cette lettre, les recherches de financement sont déjà bien avancées et les promesses de don, qu’il a reçues au cours des mois précédents, lui permettent de mettre les autorités du Quai d’Orsay devant le fait accompli. Si la paternité de l’idée d’une université d’été à Kyoto revient à Francis Ruellan, géographe pensionnaire de la Maison franco-japonaise qui sera directeur de cet Institut franco-japonais du Kansai de 1927 à 1931, Claudel prend bien soin de préciser qu’il avait depuis longtemps envisagé un projet de fondation dans la région et de fait il a usé de toute son influence pour en permettre la réalisation. L’accueil enthousiaste que Claudel avait rencontré auprès de ses interlocuteurs du Kansai, lors de ses conférences de 1922, se confirme et le projet initial va s’en trouver sensiblement modifié. L’idée d’une université d’été est abandonnée car jugée insuffisante pour répondre à la demande locale et fait place à un institut devant assurer des cours à l’année. De plus, cet établissement sera situé à Kyoto mais s’appellera l’Institut du Kansai pour ne pas froisser les généreux donateurs d’Osaka et de Kobé. Par ailleurs, la répartition des titres et prérogatives à la tête de la Maison franco-japonaise avait donné lieu à d’âpres négociations entre Français et Japonais ; à Kyoto, au contraire, la partie japonaise avait elle-même proposé et défendu l’idée de la nomination d’un Français comme directeur du futur Institut. Enfin, alors qu’il avait fallu près de 7 ans pour mener à bien le projet de la Maison franco-japonaise, l’Institut du Kansai ouvre ses portes dès le mois d’octobre 1927 (Wasserman 2008 : 173-174). La cérémonie d’inauguration est présidée par Robert de Billy, le successeur de Paul Claudel. Côté japonais, cette mobilisation, rapide et efficace, en faveur de l’Institut doit beaucoup à Katsutaro Inabata, président de la chambre de commerce et d’industrie d’Osaka, membre de la chambre des pairs, qui avait été envoyé en France dans sa jeunesse pour étudier les techniques de la teinturerie. Paul Claudel, lui-même un peu surpris par un tel enthousiasme, l’attribue en partie à la rivalité séculaire qui oppose les deux grandes régions de Honshu, le Kanto et le Kansai, Tokyo et Kyoto-Osaka, la nouvelle capitale et le coeur historique du pays, que l’ambassadeur appelle le Nord et le Sud et les Japonais le Japon de l’Est et le Japon de l’Ouest. Claudel s’en amuse en constatant que « l’exemple du Kansai a produit un effet salutaire et les vénérables vieillards qui composent le Conseil d’Administration de la Maison [franco-japonaise] en ont paru tout émoustillés et galvanisés. Le Baron Shibuzawa (sic) parlait l’autre jour de faire un « drive » d’un million de yen ! » (1995 : 397).

Conclusion

15L’activisme culturel français au Japon dans les années 20, incarné et vigoureusement défendu par Claudel, a-t-il porté ses fruits ? Le bilan est mitigé, pour ne pas dire décevant. Après trente ans de mise en sommeil, les études françaises connaissent, il est vrai, un regain d’intérêt dans l’entre-deux-guerres. Le français est désormais enseigné dans 9 des 32 lycées supérieurs (publics et privés) et de nouveaux cours apparaissent dans les universités. Le nombre des étudiants de l’Athénée français de Tokyo ou de l’Institut franco-japonais du Kansai, après avoir progressé de manière constante pendant près d’une décennie, s’établit autour de 500 au milieu des années 30. Dans les écoles militaires, le français est la deuxième langue étrangère, derrière l’anglais mais au même niveau que l’allemand, voire légèrement devant. Hiro-Hito, empereur depuis 1926 sous le nom de Showa, a étudié le français dans sa jeunesse, comme son père avant lui. Léon de la Morandière, directeur de la Maison franco-japonaise de 1933 à 1936, affirme qu’il existe « un renouveau d’intérêt pour la littérature française. Dans les arts, pour la peinture par exemple, l’influence française est considérable » (Lévy 1939 : 21-26).

16On est loin cependant des ambitions affichées aux lendemains de la guerre : évincer l’Allemagne, faire concurrence à l’anglais, redonner à la culture, à la science et à la langue française une place prépondérante. Berlin demeure, aux yeux des Japonais, la capitale mondiale de la science. À Tokyo, 300 étudiants sur 8000 environ apprennent le français, ce qui constitue un progrès par rapport à la période précédente sans remettre pour autant en cause la domination de l’anglais et de l’allemand dans les universités. La Maison franco-japonaise est devenue un centre de recherches pour orientalistes, plus proche de l’École d’Athènes ou de l’École d’Extrême-Orient que d’une pépinière d’entrepreneurs ou de jeunes diplomates aptes à faire progresser la coopération économique et politique entre les deux pays.

17Au sortir d’une courte décennie marquée par des réalisations notables, la diplomatie culturelle mise en place pour relayer une politique d’influence plus vaste de la France au Japon s’essouffle et montre assez rapidement ses limites. Pour des raisons historiques, tout d’abord. Le Japon des années 20 et 30 n’avait plus qu’un lointain rapport avec le Japon de Meiji. La phase initiale de modernisation étant achevée, l’empire du Soleil levant recherchait désormais des partenaires, ou « un correspondant en Europe » pour reprendre l’expression de Claudel, plutôt que des modèles. L’apprentissage des langues étrangères conservait son importance et son utilité, mais sans ce caractère de nécessité vitale qu’il avait pu avoir après l’ouverture du pays. Par ailleurs, le volume limité des échanges commerciaux entre la France et le Japon, ou entre l’Indochine et le Japon sur lequel reposait une partie des espoirs de rapprochement franco-japonais, l’isolement grandissant du Japon sur la scène internationale, les inquiétudes liées en France à la montée du nazisme et au réarmement de l’Allemagne qui dominent son action diplomatique constituent autant de facteurs limitatifs contre lesquels il devenait impossible de lutter. Le déclenchement des hostilités en Europe et dans le Pacifique vient mettre un terme brutal et définitif au deuxième cycle des échanges culturels entre la France et le Japon. Il faudra ensuite attendre plus d’une dizaine d’années, le traité de Paix de San Francisco de 1951, pour que des relations diplomatiques normales soient rétablies entre les deux pays et qu’un nouveau cycle de ces échanges commence avec la signature d’un accord culturel franco-japonais en 1953 et la création de l’Institut de Tokyo.

Haut de page

Bibliographie

BESSE, Henri (2010). « La "Méthode Marchand" ou le parcours professionnel d’un chargé de cours à l’EPPFE durant l’entre-deux-guerres ». Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 44, 55-78.

CHAUBET, François (2004). « L’Alliance française ou la diplomatie de la langue (1883-1914) ». La Revue historique, 632, 763-785.

CHAUBET, François (2006). Histoire intellectuelle de l’entre-deux-guerres. Paris : Nouveau Monde éditions.

CLAUDEL, Paul (1995). Correspondance diplomatique (1921-1927). Paris : Gallimard.

CHUJO, Shinobu (2001). « P. Claudel et la fondation de la Maison franco-japonaise ». Ebisu, 26, 7-34.

DUBOSCLARD, Alain (2001). « Diplomatie culturelle et propagande françaises aux États-Unis pendant le premier vingtième siècle ». Revue d’histoire moderne et contemporaine, 48-1, 102-119.

LANE, Philippe (2011). Présence française dans le monde : l’action culturelle et scientifique. Paris : La Documentation française.

LE ROUX, Hugues (1918). L’Heure du Japon. Paris : Plon-Nourrit & Cie.

LÉVY, Roger (1939). La politique française en Extrême-Orient, 1936-1938. Paris : Hartmann.

MAYBON, Albert (1920). « La langue et les idées françaises au Japon ». La Revue hebdomadaire, 19, 251-262.

NODA, Yoshiyuki (1963). « La réception du droit français au Japon ». Revue internationale de droit comparé, 15, 3, 543-556.

POLAK, Christian (2005). Sabre et pinceau. Par d’autres français au Japon (1872-1960). Tokyo : Hachette Fujingaho.

ROCHE, François (2006). « Propagande, promotion, influence de la guerre à la paix : le rayonnement culturel français entre initiatives individuelles et stratégies nationales d’influence » In Denis Rolland, Didier Georgakakis & Yves Déloye (dir.). Les Républiques en propagande. Paris : L’Harmattan, 207-214.

VAÏSSE, Maurice (1985). « L’adaptation du Quai d’Orsay aux nouvelles conditions diplomatiques (1919-1939) ». Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 32, 1, 145-162.

VALENTI, Catherine (2001). « L’école française d’Athènes pendant la Grande Guerre : une institution universitaire au service de l’Entente ». Guerres mondiales et conflits contemporains, 204, 5-14.

WASSERMAN, Michel (2008). D’or et de neige : Paul Claudel et le Japon. Paris : Gallimard.

WIPPICH, Rolf-Harald (1995). « Infected with German measles : Meiji Japan under German cultural influence ». History of European Ideas, 20, 1-3, 399-403.

Haut de page

Notes

1  Pour une synthèse sur les évolutions de la diplomatie française durant la guerre et dans les années 20, nous renvoyons aux articles de Vaïsse (1985) et Roche (2006).

2  De son nom complet Gustave Boissonade de Fontarabie (1825-1910). Il est le fils naturel du célèbre helléniste Jean-François Boissonade (1774-1857) et de Rose Boutry, légitimé en 1856 à la suite du mariage tardif de ses parents. Il signe donc successivement ses travaux du nom de Boutry, Boutry-Boissonade, Boissonade ou Boissonade de Fontarabie.

3  Cette préférence coïncide pour une part avec les succès rencontrés par l’Allemagne dans le domaine scientifique, commercial et militaire durant cette période, et s’explique, d’autre part, en raison de la méfiance de la classe dirigeante japonaise vis-à-vis des idées libérales (ou, pire encore, républicaines) attachées au modèle français mais aussi britannique ou américain.

4  En décembre 1923, trois mois après le grand tremblement de terre qui a ravagé Tokyo et Yokohama, Claudel effectue une tournée dans le Kansai. À l’École des Langues Étrangères d’Osaka, il rencontre Louis Marchand qui y enseigne le français et sur lequel il ne tarit pas d’éloges. Il le juge « excellent professeur » et sa méthode « remarquable » (1995 : 232-233). Louis Marchand deviendra le troisième directeur de l’Institut franco-japonais du Kansai, entre 1932 et 1939, possiblement grâce aux recommandations de Claudel lui-même (Besse 2010 : 58-60).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Documents pour l’histoire du français langue étrangère et seconde, décembre 2012, n°49.

Référence électronique

Jean-François Graziani, « Les conséquences de la Première Guerre Mondiale sur la politique culturelle et linguistique de la France au Japon (1917-1927) », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 49 | 2012, mis en ligne le 04 juillet 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://dhfles.revues.org/3480

Haut de page

Auteur

Jean-François Graziani

Université de Kyoto
jeffgraz@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • Les cahiers de Revues.org