Navigation – Plan du site
Femmes et lexicographie

L’image de la femme à travers des portraits de femmes dans le Grand Dictionnaire Français-Italien et Italien-Français de C. Ferrari et J. Caccia (1874)

Michela Murano
p. 337-356

Résumés

Dans cet article, nous nous proposons de faire ressortir la représentation de la femme véhiculée dans la première édition du Grand Dictionnaire Français-Italien et Italien-Français de Costanzo Ferrari et Joseph Caccia, publiée en 1874. La nomenclature de ce dictionnaire contient des noms propres, ce qui lui confère un caractère encyclopédique et fait l’originalité de cet ouvrage par rapport aux autres dictionnaires du français et de l’italien parus à la même époque. Nous évaluons la présence et la représentation des figures féminines parmi les noms propres de personnages historiques, mythologiques ou de fiction.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1  Pour compléter cette analyse, il faudrait prendre en compte les articles qui définissent les noms (...)

1D’après Sarfati (2000 : 108), « l’analyse des Np [noms propres] cons­titue une branche spéciale de la lexicographie, branche en prise directe sur les faits historiques et culturels ». Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, un dictionnaire bilingue français-italien, le Grand Dictionnaire de Costanzo Ferrari et Joseph Caccia, accueille dans sa nomenclature des noms propres liés à la géographie, à l’histoire et à la biographie. L’analyse des noms propres féminins et des gloses qui les décrivent permettra d’apporter quelques éléments utiles à l’évaluation de l’image de la femme1 dans ce dictionnaire.

2. Le Grand Dictionnaire français-italien de C. Ferrari et J. Caccia

  • 2  Une présentation générale de ce dictionnairesera bientôt disponible dans l’article de Paolo Frassi (...)

2En 1874, la première édition du Grand Dictionnaire français-italien de Costanzo Ferrari et Joseph Caccia2 s’insère dans la collection in-8° de la maison d’édition des Frères Garnier. Les deux auteurs n’ont pas travaillé en même temps, comme nous le signale la préface : le dictionnaire a été commencé par Ferrari et continué, après sa mort, par Caccia. Il est com­mercialisé en Italie (en 1874 il paraît aussi chez Loescher) et en France et ses rééditions continuent jusqu’au XXe siècle : il est réimprimé en 1879 et en 1882, puis, à partir de 1885, il est revu et corrigé par Arturo Angeli Enenkel, qui en fera un dictionnaire de poche à partir de 1900 et s’occupera par la suite de sa refonte et mise à jour complète.

2.1. L’héritage du passé et les nouveautés

  • 3  Nous indiquerons désormais la partie français-italien par F-I et la partie italien-français par I- (...)

3Le dictionnaire de Ferrari et Caccia vient remplacer dans la maison d’édition Garnier celui de Barberi, Basti et Cerati (1854 ; 1ère éd. 1838 chez Rey et Gravier), qui a désormais vieilli. Le nouveau Grand Dic­tionnaire compte 778 (partie français-italien) et 1 000 pages (partie italien-français3) réunies en un seul volume, alors que celui de Barberi et al. était en deux volumes de 1 060 et 1 324 pages.

  • 4  Cette technique est reprise du dictionnaire de Laveaux (1820), cité dans la préface du dictionnair (...)

4Tout en maintenant la tradition typique des grands dictionnaires, qui donnaient une définition du mot en langue source avant de fournir l’équivalent de l’entrée, le Grand Dictionnaire se présente comme un ouvrage novateur à bien des égards : du point de vue formel, par la clarté de la présentation typographique due à l’emploi du gras et des petites capitales ; du point de vue de la macrostructure, par la présence des noms propres et par le dédoublement des articles consacrés à cer­tains mots4, qui permet de présenter les différentes nuances de sens entre l’entrée et ses (quasi-) synonymes.

2.2. L’information encyclopédique

5Même si la taille du dictionnaire de Ferrari et Caccia est plus réduite que celle de son prédécesseur, sa nomenclature inclut des noms propres rangés selon l’ordre alphabétique et mélangés aux noms communs dans le texte lexicographique. C’est ce qui fait l’originalité de cet ouvrage par rapport aux autres dictionnaires bilingues qui étaient dans le commerce à la même époque (Renzi 1850 ; Gorini 1860), dans lesquels les noms de baptême (anthroponymes) et les noms géographiques (toponymes) étaient présentés dans des listes à part. La présence de ces annexes se justifiait alors par le fait qu’elles recensaient des noms qu’on pouvait retrouver dans les textes en langue étrangère et qui se prononçaient ou s’écrivaient de manière différente dans les deux langues.

6D’après ce qui est affirmé dans la préface du Grand Dictionnaire, la présence de noms propres mélangés aux noms communs est un choix formel qui vise la simplification de la consultation et du repérage des informations :

L’histoire, la biographie et la géographie forment le com­plément nécessaire d’un bon dictionnaire de langues. Les noms propres appartenant à chacune de ces sciences ont été intercalés dans le texte, afin de faciliter les recherches (Ferrari & Caccia 1874 : V).

7Les raisons d’une telle présence vont bien au-delà de la simple intention de fournir des informations linguistiques contrastives sur les noms propres en tant que « formes phoniques et lexicales » (Jonasson 1994 : 72) ; elles résident plutôt dans la volonté de compléter les informations fournies par le dictionnaire de langue par l’enregistrement et la des­cription de « désignateurs liés à des particuliers précis » (ibid.).

  • 5  En 1876 fut publié le 15e volume, en 1878 le premier supplément et en 1890 le deuxième supplément.
  • 6  Nous citons le frontispice.

8De ce fait, le choix d’inclure les noms propres dans la nomenclature rap­proche ce dictionnaire de l’entreprise de Pierre Larousse, qui allait ter­miner le Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle (1865-18905), incluant dans la nomenclature « l’histoire, la géographie […] la bio­graphie de tous les hommes remarquables, morts ou vivants, la mytho­logie […] les types et les personnages littéraires, les héros d’épopées et de romans »6.

9En ce qui concerne le traitement lexicographique des noms propres dans le Grand Dictionnaire, rien ne distingue ces entrées des noms communs du point de vue de la typographie : le lemme est imprimé en caractères gras majuscules ; s’il le faut, l’accent grave ou aigu dans la partie F-I ou l’accent tonique dans la partie I-F sont indiqués. Le signe « égale » ( = ), qui introduit pour les noms communs une nouvelle nuance de sens, marque pour les noms propres la présence d’un autre personnage de même nom. L’équivalent est toujours donné, même dans le cas où l’or­thographe reste la même : dans la partie F-I, il est suivi du genre seulement pour les noms latins ou grecs (comme Médée et Thétis) ; dans la partie I-F, le genre est fourni pour tous les équivalents français des anthroponymes.

3. Présentation et analyse du corpus d’anthroponymes féminins

10Le choix des noms propres à inclure dans un dictionnaire se fait selon le principe de notoriété qui préside à la sélection des entrées (Sarfati 2000 : 113). Les auteurs du Grand Dictionnaire ont sélectionné un certain nombre de figures de femmes, réelles ou mythologiques ou issues de la fiction littéraire, qu’ils ont estimées comme étant assez célèbres et dignes de figurer parmi les entrées.

  • 7  À notre connaissance, il n’existe pas de version numérisée de ce dictionnaire. Le relevé et le com (...)
  • 8  Ces chiffres ne correspondent pas précisément au nombre de femmes citées et décrites, pour les rai (...)

11En commençant par des considérations purement quantitatives, il est intéressant avant tout d’évaluer la présence de noms propres féminins et masculins dans la nomenclature. Nous avons donc parcouru7les trois lettres A, F, T dans les deux parties du dictionnaire et compté les noms propres de femmes et d’hommes8en entrée :

Lettre

femmes

hommes

A (F-I)

13

85

A (I-F)

11

94

F (F-I)

4

34

F (I-F)

10

35

T (F-I)

4

55

T (I-F)

3

38

12Les résultats du comptage montrent une majorité nette d’entrées con­sacrées à des noms propres d’hommes : le rapport entre les noms mas­culins et féminins enregistrés est toujours en faveur des hommes et varie d’un minimum de 3,5 hommes pour une femme pour la lettre F (I-F) à un maximum de 13,75 hommes pour une femme pour la lettre T (F-I).

13Avant toute lecture horizontale des articles, ce premier indice montre une certaine réticence à laisser de la place aux femmes dans le diction­naire, ne serait-ce que pour enregistrer leurs noms de baptême.

  • 9  La lettre J n’est présente que dans la partie F-I.

14Pour une évaluation plus exhaustive de la présence des femmes dans la nomenclature, la prise en compte d’un corpus plus vaste s’impose. Nous avons donc relevé les anthroponymes féminins dans les lettres A, C, F, G, J9, M, P, S, T, ce qui représente environ 57 % des pages de la partie F-I et 63 % des pages de la partie I-F.

  • 10 Le nom Gorgone est inclus dans le comptage, bien qu’il soit indiqué comme masculin, car il désigne (...)

15Le nombre total de noms de femmes est de 118 pour la partie F-I et 6710pour la partie I-F, ce qui montre une prédominance des entrées ency­clopédiques liées à la biographie dans la partie F-I, pourtant plus courte que la deuxième. 26 de ces noms se trouvent dans les deux parties, mais cela ne signifie pas qu’ils sont suivis des mêmes informations, chacune des parties ayant une approche différente dans le traitement et la des­cription des anthroponymes.

16On peut supposer que la plus forte présence d’anthroponymes féminins dans la partie F-I soit liée à la monodirectionnalité de l’ouvrage vers un public italophone. En effet, au moment de la publication du Grand Dic­tionnaire la situation de l’enseignement des deux langues est bien diffé­rente : le français est la langue étrangère par excellence étudiée en Italie (Balboni 2009 : 24-25), alors que l’importance de l’italien langue étran­gère dans les classes du secondaire en France est limitée et variable selon les régions (Mayeur 1981 : 509). Toutefois, l’interprétation de ces premières données quantitatives n’est pas aisée, car le dictionnaire est commercialisé en 1874 dans les deux pays, mais par la suite il est réédité uniquement par Garnier Frères à Paris.

3.1. Le sous-corpus Français-Italien

17Le corpus de noms propres dans la partie F-I est de loin le plus im­portant. Tous les noms sont accompagnés d’informations d’ordre en­cy­clopédique plus ou moins développées. Il s’agit d’un véritable dic­tion­naire biographique couplé de quelques informations linguistiques.

  • 11  Nous utilisons dorénavant les italiques minuscules pour le mot-vedette sous lequel l’anthroponyme (...)

1865 % sont des personnages historiques et 27 % sont des noms mytho­logiques ou de divinités de religions anciennes. Le restant se divise entre les noms bibliques (Athalie11, Judith, Madeleine, Marie, la Samaritaine), les personnages de fiction littéraire (Armide et Colombine) et le nom commun du fruit reine Claude.

  • 12  Les personnages qui ont vécu à cheval entre deux époques sont considérés comme appartenant à la ca (...)
  • 13  Pour ce comptage, nous avons situé la fin du Moyen Âge à la fin du XVe siècle.

19En ce qui concerne les personnages historiques, en observant la période dans laquelle ces femmes ont vécu12, 17 de ces figures font partie de l’histoire ancienne, 15 ont vécu au Moyen-Âge13, 30 ont vécu aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles (avant la Révolution française), 15 ont vécu pendant ou après la Révolution.

  • 14  On pourrait ajouter à ce groupe la reine Marguerite de Valois ou d’Angoulême, qui dans l’article q (...)

20Si on prend en compte la condition sociale, le métier ou le rôle insti­tutionnel de ces figures féminines remarquables, les reines se taillent la part du lion : le dictionnaire présente 36 impératrices romaines, reines de France ou de royaumes étrangers. 16 femmes sont présentées en tant qu’appartenant à la noblesse (la comtesse d’Albany, Camille, Cornélie, Caroline Bonaparte etc.), 6 en tant que maîtresses et favorites des rois (Agnès Sorel, la belle Ferronnière, Mlle de Fontanges, Mme de Maintenon, la Marquise de Montespan, Mme de Pompadour). Les femmes écrivains et poètes sont au nombre de 814 : Mlle Aissé, Corinne, Delphine Gay, Mme de Genlis, Sapho, Madeleine de Scudéri, Mme de Sévigné, Mme de Staël.

21On repère aussi 4 femmes combattantes et (contre-)révolutionnaires (Charlotte Corday, Jeanne d’Arc, Jeanne Hachette, Mlle de Sombreuil) et 3 femmes célèbres dans le monde du spectacle aux XVIIIe et XIXe siècles : une danseuse (la Guimard), une cantatrice (la Malibran) et une comédienne (Mlle Mars).

  • 15  Dans l’article consacré à Jeanne d’Arc, il n’est pas fait mention de sa canonisation, qui est post (...)

22Parmi les catégories moins représentées, on compte deux saintes15, Barbe et Geneviève, une voyageuse (Ida Pfeiffer), ainsi que Mme de La Sablière, savante et mécène du XVIIe siècle.

3.1.1. Les problèmes liés à l’homonymie

  • 16  Dans deux cas seulement (Phèdre et Jeanne) les différents anthroponymes donnent lieu à différents (...)
  • 17  Nous n’avons pas retenu dans ce comptage l’homonymie qui concerne le nom Claude, car l’empereur ro (...)

23L’enregistrement de noms propres dans un dictionnaire de langue soulève quelques questions liées à l’homonymie : des personnages his­toriques peuvent appartenir à la même famille ou tout simplement avoir le même nom ou prénom. Il se pose alors la question de choisir comment les présenter et dans quel ordre : le Grand Dictionnaire fait presque toujours16 le choix de présenter ces personnages dans un seul article, au même titre que les différentesacceptionsd’un nom commun polysémique.Dans notre corpus F-I, cette homonymie concerne dans 517cas des hommes et des femmes. L’ordre de présentation des anthro­ponymes est alors variable et ne marque pas une véritable prédilection pour l’enregistrement des noms masculins avant les noms féminins, qui pourrait cacher un choix sexiste : d’un côté, Antigone (« fille d’Œdipe et de Jocaste ») est présentée après Antigone (« un des généraux et des successeurs d’Alexandre ») et la romancière Madeleine de Scudéri après son frère (mais elle le suit aussi d’un point de vue chronologique). D’un autre côté, Camille « sœur des trois Horaces » précède Camille « patricien romain qui battit les Gaulois » ; Cassandre « fille de Priam et d’Hécube » précède Cassandre « fils d’Antipater, mêlé à toutes les luttes des successeurs d’Alexandre » ; enfin, Phèdre « femme de Thésée » précède le fabuliste latin du même nom.

24Si plusieurs femmes portent le même prénom, le lemme peut être cons­titué du prénom et la présentation des personnages est précédée d’un commentaire métalinguistique (Catherine « nom de plusieurs reines » ; Julie « nom de deux romaines célèbres »), ou bien le nom de la première femme est en entrée et les autres suivent comme des acceptions de l’entrée. C’est le cas pour Anne de Bretagne, Marie (« nom de la mère de Jésus-Christ ») et Marguerite de Provence, qui inaugurent les articles relatifs à leurs noms.

25En ce qui concerne l’ordre de présentation des reines, deux critères autres que l’ordre alphabétique entrent en jeu : en premier lieu l’appar­tenance aux familles royales de France, puis l’ordre chronologique. Ainsi Marguerite de Provence, femme de Louis IX, précède-t-elle Marguerite de Bourgogne, femme de Louis X, et Marguerite d’Écosse, épouse de Louis XI. Après Marguerite de Valois ou d’Angoulême, femme d’Henri d’Albret roi de Navarre, et Marguerite de Valois, épouse d’Henri IV, le dictionnaire présente deux reines étrangères : Marguerite d’Anjou, reine d’Angleterre, et Marguerite de Valdemar, reine de Danemark, Suède et Norvège.

26Si l’homonymie est entre un anthroponyme et un nom commun, nor­malement le nom propre est enregistré en premier : le nom propre Marguerite est enregistré avant le nom de la fleur et le nom propre Madeleine précède celui du gâteau.

27Si le nom propre a donné lieu, par le biais d’une figure de style, à un nom commun, celui-ci est enregistré à l’intérieur de l’article consacré au nom propre, comme une nouvelle acception : c’est le cas des antono­mases antigone, mégère, messaline, minerve.

MESSALINE, femme de l’empereur Claude, dont l’impu­dicité poussée jusqu’à la prostitution a été flétrie par Juvénal, Messalina. = Femme de mœurs dissolues, messalina, donna dissoluta.

28Le même traitement est réservé aux noms d’accessoires et de coiffures ou aux adjectifs indiquant un style, qui ont pris le nom de la femme qui les a mis à la mode, comme ferronnière, fontanges et pompadour :

FERRONNIÈRE (la belle), nom d’une favorite de François 1er. = FerronniÈre, joyau que les femmes portent fixé par une chaîne d’or sur le milieu du front, à l’imitation d’un joyau semblable qu’on voit dans le portrait de La belle FERRONNIÈRE.

3.1.2. La forme de l’anthroponyme et les informations linguistiques

29En ce qui concerne la forme de l’entrée, ces figures de femmes sont toutes enregistrées sous leur prénom, sauf 22 qui sont enregistrées sous leur nom de famille. L’utilisation du prénom est normale pour les per­sonnages mythologiques (Junon) et littéraires (Armide), ainsi que pour ceux de l’histoire grecque (Sapho), romaine (Messaline) ou biblique (Judith).

30Ce type de traitement est réservé aussi à quelques personnages his­to­riques, comme Jeanne d’Arc, Agnès Sorel et toutes les reines. Ces dernières sont présentées, comme les rois, à l’article correspondant à leur prénom, et non pas à celui qui correspond à leur maison (Bourbon, Médicis, Stuart, Tudor), où l’on retrouve tout au plus un renvoi.

31Caroline et Pauline Bonaparte, sœurs de Napoléon, sont enregistrées sous leur prénom et présentées à l’entrée correspondant au nom de leurs maris, Murat et Borghese, alors qu’elles sont absentes s.v. Bonaparte.

32Jeanne Hachette est enregistrée s.v. Jeanne, mais présentée sous son surnom (son véritable nom de famille étant Fourquet ou Laisné). Sainte Barbe est curieusement enregistrée s.v. Sainte, peut-être parce que c’est aussi un nom commun du domaine maritime, désignant le « lieu où l’on met la poudre et les ustensiles d’artillerie ».

3322 femmes seulement sont enregistrées sous leur patronyme : entre pa­renthèses, après le nom de famille, en caractères italiques minuscules, elles sont qualifiées des titres d’appel Madame et Mademoiselle, abrégés en Mme et Mlle et éventuellement suivis de la particule onomastique de, ou bien avec leur titre de noblesse : Chantal (Mme de) ; Fontanges (Mlle de) ; Albany (comtesse d’).

34Les noms de famille de deux artistes sont suivis de l’article la entre parenthèses, tout comme celui d’une favorite de François 1er, qui com­porte aussi à l’intérieur des parenthèses l’adjectif qui forme son surnom : Guimard (la) ; Malibran (la) ; Ferronnière (la belle).

35Si le personnage féminin est lemmatisé sous le patronyme, le prénom n’est indiqué, entre parenthèses, que dans 6 cas : pour Charlotte Corday, Delphine Gay, Jane Grey, Ida Pfeiffer et pour deux femmes nobles, Catherine-Marie de Lorraine, duchesse de Montpensier et Anne-Marie-Louise d’Orléans, connue sous le nom de Mlle de Montpensier.

  • 18  Vaxelaire (2005 : 40) affirme qu’« [o]n est en droit d’attendre d’un dictionnaire des informations (...)

36Les informations sur le nom propre en tant que signe linguistique18 ne sont pas absentes, même si leur importance est plutôt réduite par rapport à celle des renseignements encyclopédiques.

37La transcription phonétique et la division en syllabes sont fournies pour 4 patronymes (Maintenon, Montpensier, Pompadour, Sombreuil) et 13 prénoms (Jeanne, Julie, Madeleine, Marie, Mérope Phèdre, Philomèle, Pythie, Pythonisse, Pomone, Sainte Barbe, Sapho, Sophonisbe). La pré­sence de la transcription phonétique se justifie souvent par la présence de sons difficiles à prononcer pour un italophone (Sombreuil « son-bröil », Julie « sgiü-li »), mais elle est curieusement absente pour les noms d’origine étrangère, ni italienne ni française, comme Grey et Pfeiffer.

3.1.3. Les informations encyclopédiques

38Les gloses qui décrivent les anthroponymes du corpus sont souvent très courtes. La longueur varie de deux mots pour Astarté « divinité phé­nicienne » à 81 mots pour Pénélope :

PÉNÉLOPE, femme d’Ulysse, et mère de Télémaque. Pour se délivrer des prétendants, qui recherchaient sa main, elle promit de faire un choix quand elle aurait fini une toile qu’elle avait commencée. Mais elle défaisait la nuit ce qu’elle avait fait le jour, Penelope. = D’où le prov. : C’est la toile de -, é la tela di Penelope. = S.f femme chaste, vertueuse, modèle de fidélité conjugale, Penelope : plus d’une – honora son pays, più di una Penelope onorò il suo paese.

39Si la longueur de l’article Pénélope se justifie par le fait que le nom propre a donné lieu à un proverbe et à une antonomase, l’article le plus long entièrement consacré à la présentation d’un personnage historique est celui de Jeanne d’Arc, qui compte 62 mots disposés sur 9 lignes :

JEANNE D’ARC ou DARC, vulg. Pucelle D’ORLÉANS, la vergine d’Orléans, née en 1409 à Domremy (Basse Lorraine), se crut appelée par le ciel à chasser les Anglais de France et y réussit en partie. De 1429 à 1430, elle accomplit de mer­veilleux faits de guerre. Mais tombée au pouvoir des Anglais, elle périt à Rouen, sur le bûcher, en 1431, Giovanna d’Arco.

40Dans une cinquantaine de cas, la glose encyclopédique commence par une dénomination qui met en rapport ces femmes avec leur famille (fille, femme, épouse, maîtresse, veuve, sœur) et en général des hommes : pères, époux, frères, enfants. Parfois la glose se réduit à l’indication des relations de parenté :

JEANNE LA FOLLE, fille de Ferdinand le Catholique et d’Isabelle, épousa Philippe le Beau, archiduc d’Autriche, et fut la mère de Charles V, Giovanna la Pazza.

41En ce qui concerne les personnages bibliques, fictionnels et mytho­logiques, la glose retrace brièvement leur histoire et signale si ces femmes sont les protagonistes d’œuvres littéraires (Athalie, Françoise de Rimini), si elles sont à l’origine d’une antonomase (Minerve, Phytonisse) ou d’un nom commun (Pomone) :

FRANÇOISE DE RIMINI vivait vers la fin du XIIIe siècle. Son époux, Lanciotto, l’ayant surprise avec son amant, les perça tous les deux de son épée. Cette triste aventure fait l’un des plus beaux épisodes de l’Enfer de Dante, et a fourni le sujet d’une admirable tragédie à Silvio Pellico, Francesca da Rimini.

POMONE (po-monn), déesse des fruits, Pomona. = Au­tomne, l’Autunno m. = Description des divers fruits que produit un pays, pomona f.

42Dans les gloses de notre corpus, les dates sont très peu nombreuses : 31 femmes seulement, moins de la moitié des personnages historiques, sont situées dans le temps par une ou plusieurs dates précises ou approxi­matives, qui se réfèrent à leur naissance et mort, à leur règne, à d’autres évènements historiques. Ce qui permet de situer ces femmes dans l’his­toire, c’est le nom de leur époux ou le renvoi à un évènement cité dans la glose (la Saint-Barthélémy – 1572 – pour Jeanne d’Albret, les journées de septembre –1792 – pour Mlle de Sombreuil).

43Le style de rédaction des gloses encyclopédiques du corpus est en gé­néral neutre, mais on remarque quelques choix lexicaux plus empha­tiques dans la description de figures historiques ou mythologiques célèbres pour leurs vices et vertus, crimes et entreprises. En particulier, les femmes combattantes font l’objet de descriptions révélatrices d’une évidente admiration, ce qui n’est peut-être pas sans lien avec l’engage­ment patriotique de Costanzo Ferrari pendant le Risorgimento italien.

44En premier lieu, Jeanne d’Arc, qui, comme nous l’avons vu, bénéficie d’un des articles les plus longs du corpus, « accomplit de merveilleux faits de guerre » ; parmi les trois autres femmes combattantes, c’est en particulier Charlotte Corday qui est présentée de manière très élogieuse :

CORDAY (Charlotte), républicaine ardente qui poignarda Marat et monta sur l’échafaud le 17 juillet 1793, avec une fermeté vraiment héroïque.

HACHETTE (Jeanne), célèbre héroïne qui se distingua, en 1472, parmi les femmes de Beauvais, contre les Bourgui­gnons de Charles le Téméraire.

SOMBREUIL (Mlle de), (son-bröil) fille d’un gouverneur des Invalides, défendit son père devant le tribunal révolution­naire et le disputa aux assommeurs pendant les journées de septembre, Sombreuil.

45Si l’on considère le sous-corpus constitué par les femmes écrivains ou poètes, les courtes gloses qui les décrivent comportent rarement la cita­tion de leurs ouvrages, mais elles sont souvent porteuses d’une conno­tation positive :

AÏSSÉ (Mlle), belle Circassienne amenée à Paris sous la régence du Duc d’Orléans et morte en 1733. Elle a laissé des mémoires pleins de charme et de naturel.

GAY (Delphine), première femme de M. Émile de Girardin, qui a laissé en poésie, au théâtre, dans le journalisme littéraire et dans plusieurs genres, des œuvres remarquables.

SÉVIGNÉ (marquise de) née en 1626, morte en 1696. Ses Lettres l’ont placée au premier rang parmi les grands écrivains du XVIIe siècle, Sévigné.

STAËL (Mme de), fille de Necker, morte en 1817, fut un écrivain éloquent. Ses meilleurs ouvrages sont le roman de Corinne et son livre De l’Allemagne, Staël.

  • 19  Les articles d’autres noms de professions liés à la littérature ou à la poésie révèlent une attitu (...)

46La marquise de Sévigné est citée également dans les articles du corpus qui concernent sa fille, la comtesse de Grignan, et sa grand-mère, Mme de Chantal. Elle est d’ailleurs le seul auteur français cité dans un exemple s.v. écrivain19 :

ÉCRIVAIN […] Auteur distingué pour les qualités du style : Il FAUT DE SOLIDES ÉTUDES POUR FORMER UN  –, occorrono forti studi per formare uno scrittore ; se dit aussi d’une femme : Madame De SÉVIGNÉ EST UN DE NOS GRANDS ÉCRIVAINS, la Signora di Sévigné è una dei nostri grandi scrittori.

47Les gloses qui décrivent la voyageuse Ida Pfeiffer, la cantatrice Malibran, la danseuse de l’opéra Guimard et la comédienne Mlle Mars commencent toutes par l’adjectif célèbre, qui semble justifierla pré­sence de ces femmes dans la nomenclature : ce sont en effet des per­sonnages plus récents (la mort d’Ida Pfeiffer remonte à une quinzaine d’années avant la publication du dictionnaire), qui ont acquis la noto­riété dans des métiers peu représentés dans le dictionnaire, ceux du spectacle, ou bien grâce à une activité peu souvent associée aux femmes, comme le voyage.

3.2. Le sous-corpus Italien-Français

48Le corpus de noms propres italiens est moins important et se révèle moins intéressant, car il est constitué pour la plupart (46 occurrences, 70 %) de prénoms qui ne font l’objet d’aucun développement ency­clo­pédique, alors qu’on peut facilement mettre en relation certains d’entre eux, comme Cléopâtre et Phèdre, avec des personnages historiques ou littéraires. Le traitement lexicographique de ces anthroponymes se réduit à l’indication n.p.f. (nome proprio femminile) et à la présentation d’un équivalent suivi du genre. L’indication de la prononciation est fournie pour 8 prénoms, comportant pour la plupart une consonne affriquée difficile à prononcer pour les utilisateurs français, comme Annunziata, Cecilia et Giulia.

  • 20  Filomela est une figure de la mythologie grecque. Elle figure ici dans la catégorie noms communs c (...)

49Les anthroponymes sur lesquels on donne quelques informations ency­clopédiques ne sont que 21, dont 11 figures historiques : 8 de l’histoire ancienne (les deux Agrippina, Faustina, Frine, Fulvia Messalina, Saffo et Semiramide), deux du Moyen-Âge (Fatima fille de Mahomet et Fredegonda reine de France) et une du XVIe siècle (Mary Stuart). 6 figures de femmes décrites par une glose viennent de la mythologie (Afrodite, Aglaia, Gorgone, Minerva, Selene, Tersicore) et une de la Bible (Annunziata). Trois noms de femmes sont cités uniquement parce qu’ils sont à l’origine d’un nom commun (le rossignol ou filomela20, la prune regina Claudia)et d’une expression figée (esser tra le forche e Santa Candida).

  • 21  Des études ultérieures sur les anthroponymes masculins et sur les toponymes seront nécessaires pou (...)

50À part les anthroponymes qui remontent à l’histoire romaine, aucune femme remarquable liée à la culture italienne n’est présente dans le corpus, ce qui va à l’encontre de l’hypothèse que le public ciblé par ce dictionnaire est probablement italophone21.

51Les gloses sont souvent très courtes et rédigées dans un style neutre. Il n’y a pas de correspondance entre les 12 gloses de la partie F-I et celles de la partie I-F se référant à un même anthroponyme : à part la non-coïncidence de la structure syntaxique, car une glose n’est pas la traduc­tion de l’autre, on peut relever des ajouts ou omissions d’informations selon les cas, comme dans les articles Frédégonde et Fredegonda reproduits ci-dessous :

FRÉDÉGONDE, d’abord attachée au service de la première femme de Chilpéric Ier, assassina la deuxième femme de ce prince dont elle partagea le lit et le trône, et qu’elle tua. Elle mourut en 596, après une vie souillée de crimes.

FREDEGONDA, n.p.m. [sic], regina di Francia, moglie di Chiperico I°. Salì al trono e vi si mantenne commettendo ogni sorta di delitti. Frédégonde.

Conclusion

52L’inclusion des noms propres dans la nomenclature du Grand Dic­tionnaire de Ferrari et Caccia ajoute au dictionnaire bilingue une com­posante encyclopédique très originale pour son époque. Grâce aux gloses rédigées dans la langue du lemme, le dictionnaire transmet des notions de géographie, d’histoire et de culture savante. À travers l’a­nalyse d’un corpus d’anthroponymes féminins, nous avons réuni quelques éléments utiles pour l’évaluation de la représentation de la femme à l’intérieur de cet ensemble de connaissances et donc à l’inté­rieur du dictionnaire.

53Le corpus de la partie I-F rappelle en grande partie les listes de noms de baptêmeprésentes dans le paratexte des autres dictionnaires bilingues, alors que la partie F-I s’est avérée bien plus riche en noms propres et présente une galerie de portraits de femmes remarquables.

54Après avoir marché sur Versailles en octobre 1789, fondé les premiers journaux féministes (La femme libre date de 1832), pris les armes en 1848 et participé activement à la vie de la deuxième République, en 1874 les femmes françaises sont encore privées de droits politiques et les établissements conçus pour leur formation professionnelle et intel­lectuelle sont très récents. Notre corpus lexicographique reflète claire­ment ce manque de visibilité : les femmes décrites sont pour la plupart des reines et des personnages mythologiques et littéraires de la culture savante, susceptibles d’être mentionnés dans les textes littéraires et historiques lus par les étudiants de l’époque. On remarque cependant une ouverture bienveillante vers des figures de femmes exerçant des professions liées au spectacle et aux lettres, vers des combattantes et des voyageuses dont la description lexicographique souvent élogieuse ne se réduit plus à la simple citation de la relation avec des hommes prota­gonistes de l’histoire.

Haut de page

Bibliographie

Dictionnaires

BARBERI, Giuseppe Filippo, BASTA Nicolao & CERATI A. (1838). Grand dictionnaire italien-français rédigé sur un plan entièrement nouveau. Paris : Rey et Gravier. (1854) Paris : Garnier Frères.

FERRARI, Costanzo& CACCIA Joseph (1874). GrandDictionnaire français-italien et italien-français.Paris : Garnier Frères.

GORINI, Gemello (1860). Dizionario francese-italiano e italiano-fran­cese compilato sulle tracce di quello di Cormon et Manni [...] edizione riveduta corretta e riordinata dal dottore Gemello Gorini.Milan : Pagnoni.

LAROUSSE, Pierre (1865-1890). Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle, 17 vol. Paris : Administration du Grand Dictionnaire Universel.

LAVEAUX, Jean-Charles (1820). Nouveau Dictionnaire de la langue française. Paris : Deterville.

RENZI, Angelo (1850). Dictionnaire général italien-français de Buttura entièrement refait sur un nouveau plan […]. Paris : Baudry, Librairie européenne.

Articles et ouvrages

BALBONI, Paolo E. (2009). Storia dell’educazione linguistica in Italia. Dalla legge Casati alla riforma Gelmini. Turin : UTET.

JONASSON, Kerstin (1994). Le nom propre. Constructions et inter­prétations. Louvain-la-Neuve : Duculot.

LO NOSTRO, Mariadomenica (2007). « L’image des femmes à travers les dictionnaires bilingues », in A. Farina et R. Raus éd., Des mots et des femmes : Rencontres linguistiques. Actes de la journée d’étude tenue à l’Université de Florence (1er décembre 2006). Florence : Firenze University Press, 97-109.

MAYEUR, Françoise (1981). Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France. Tome III. De la Révolution à l’école républicaine (1789-1930). Paris : Nouvelle Librairie de France.

SARFATI, Georges-Elia (2000). « Le statut lexicographique du nom propre : remarques méthodologiques et linguistiques », Mots, 63, 105-124.

VAXELAIRE, Jean Louis (2005). « Nom propre et lexicographie française », CORELA - Le traitement lexicographique des noms propres | Numéros thématiques. Publié en ligne le 02 décembre 2005. URL : http://corela.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=1239

ZOTTI, Valeria (2007). « Connotations des mots désignant la femme dans les dictionnaires bilingues : problèmes de traduction », in A. Farina et R. Raus éd., Des mots et des femmes. Rencontres linguistiques. Actes de la journée d’étude tenue à l’Université de Florence(1er décembre 2006). Florence : Firenze University Press, 87-100.

Annexes

Liste des noms de femmes dans la partie Français-Italien (lettres A, C, F, G, J, M, P, S, T)

1. Agnès de Méranie

2. Agnès Sorel, ou Sorelle

3. Agrippine (Julie)

4. Agrippine

5. Aïssé (Mlle)

6. Albany (comtesse d’)

7. Anne reine d’Angleterre

8. Anne d’Autriche

9. Anne de Bretagne

10. Antigone

11. Aphrodite

12. Armide

13. Artémisie

14. Astarté

15. Athalie

16. Atropos

17. Calypso

18. Camille

19. Caroline (Bonaparte)

20. Cassandre

21. Catherine de Médicis

22. Catherine Ire

23. Catherine II

24. Chantal (Mme de)

25. Christine

26. Claude (prune de reine)

27. Cléopâtre

28. Clotilde (sainte)

29. Clytemnestre

30. Colombine

31. Corday (Charlotte)

32. Corinne

33. Cornélie

34. Cornélie

35. Cybèle

36. Ferronnière (la belle)

37. Fontanges (Mlle de)

38. Françoise de Rimini

39. Frédégonde

40. Gay (Delphine)

41. Geneviève (sainte)

42. Geneviève de Brabant

43. Genlis (Mme de)

44. Gorgone

45. Grey (Jane)

46. Grignan (comtesse de)

47. Guimard (la)

48. Jeanne d’Arc ou Darc

49. Jeanne d’Albret

50. Jeanne Hachette

51. Jeanne la folle

52. Joséphine

53. Judith

54. Julie

55. Junon

56. Madeleine

57. Maintenon (Mme de)

58. Malibran (la)

59. Mancini

60. Marguerite d’Anjou

61. Marguerite de Bourgogne

62. Marguerite de Provence

63. Marguerite de Valdemar

64. Marguerite de Valois ou d’Angoulême

65. Marguerite de Valois

66. Marguerite d’Écosse

67. Marie

68.Marie-Antoinette d’Autriche

69. Marie de Bourgogne

70. Marie de Médicis

71. Marie II

72. Marie-Louise

73. Marie Stuart

74. Marie Tudor

75. Marie-Thérèse

76. Mars (Mlle)

77. Mathilde

78. Médée

79. Méduse

80. Mégère

81. Melpomène

82. Mérope

83. Messaline

84. Minerve

85. Mithra

86. Mnémosine

87. Montespan (marquise de)

88. Montpensier (Catherine-Marie de Lorraine, duchesse de)

89. Montpensier (Anne-Marie-Louise d’Orléans, connue sous le nom de Mlle de)

90. Pallas

91 Pandore

92. Parque

93. Pauline Bonaparte

94. Penelope

95. Pfeiffer (Ida)

96. Phèdre

97. Philomèle

98. Phytie

99. Phytonisse

100. Pomone

101. Pompadour (marquise de)

102. Poppée

103. Sablière (Mme de la)

104. Sainte Barbe

105. Salambo

106. Samaritaine

107. Sapho

108. Scudéri (Madeleine de)

109. Sémiramis

110. Sévigné (marquise de)

111. Sombreuil (Mlle de)

112. Sophonisbe

113. Staël (Mme de)

114. Thalie

115. Thémis

116. Thyétis

117. Tisiphone

Liste des noms de femmes dans la partie Italien-Français (lettres A, C, F, G, M, P, S, T)

1. Adelaide

2. Adele

3. Adriano, na

4. Afrodita o Afrodite

5. Aglaia o Aglae

6. Agrippina Ia

7. Agrippina II

8. Amalia

9. Angela

10. Anna

11. Annunziata

12. Candida

13. Carlotta

14. Carolina

15. Caterina

16. Cecilia

17. Chiara

18. Claudia

19. Clelia

20. Clementina

21. Clemenza

22. Cleopatra

23. Cristina

24. Fatima

25. Faustina

26. Fedra

27. Filomela o Filomena

28. Fiorenza

29. Flavia

30. Francesco, ca

31. Fredegonda

32. Frine

33. Fulvia

34. Gabriélla

35. Genoveffa

36. Giovanna

37. Giulia

38. Giuseppina

39. Gorgone

40. Maddalena

41. Margherita

42. Maria

43. Maria Stuarda

44. Marianna

45. Marta

46. Melania

47. Messalina

48. Minerva

49. Monica

50. Pallade

51. Paola

52. Paolina

53. Pelagia

54. Perpetua

55. Sabina

56. Saffo

57. Sara

58. Selene

59. Semiramide

60. Serafina

61. Sidonia

62. Silvia

63. Sofronia

64. Susanna

65. Tecla

66. Teresa

67. Tersicore

Haut de page

Notes

1  Pour compléter cette analyse, il faudrait prendre en compte les articles qui définissent les noms communs qui dénomment la femme (femme, donna, moglie etc.) et les connotations qu’ils véhiculent, ce qui a été fait pour les dictionnaires contemporains par Lo Nostro 2007 et Zotti 2007, ainsi que les dénominations de l’homme et les noms de professions.

2  Une présentation générale de ce dictionnairesera bientôt disponible dans l’article de Paolo Frassi dans Les bestsellers de la lexicographie bilingue français-italien(Lillo éd., à paraître), auquel nous renvoyons pour la biographie des auteurs.

3  Nous indiquerons désormais la partie français-italien par F-I et la partie italien-français par I-F.

4  Cette technique est reprise du dictionnaire de Laveaux (1820), cité dans la préface du dictionnaire de Barberi et al.

5  En 1876 fut publié le 15e volume, en 1878 le premier supplément et en 1890 le deuxième supplément.

6  Nous citons le frontispice.

7  À notre connaissance, il n’existe pas de version numérisée de ce dictionnaire. Le relevé et le comptage ont été faits en lisant les pages du dictionnaire.

8  Ces chiffres ne correspondent pas précisément au nombre de femmes citées et décrites, pour les raisons d’homonymie expliquées en 2.2., sur lesquelles nous reviendrons en 3.1.1.

9  La lettre J n’est présente que dans la partie F-I.

10 Le nom Gorgone est inclus dans le comptage, bien qu’il soit indiqué comme masculin, car il désigne le bouclier de Minerve : « GORGÓNE, s.m., t. de’ mit. e poeti, lo stesso che Medusa; e propriamente si prende per lo scudo di Minerva […] ».

11  Nous utilisons dorénavant les italiques minuscules pour le mot-vedette sous lequel l’anthroponyme est enregistré.

12  Les personnages qui ont vécu à cheval entre deux époques sont considérés comme appartenant à la catégorie dans laquelle ils ont vécu la plus grande partie de leur vie.

13  Pour ce comptage, nous avons situé la fin du Moyen Âge à la fin du XVe siècle.

14  On pourrait ajouter à ce groupe la reine Marguerite de Valois ou d’Angoulême, qui dans l’article qui lui est consacré est indiquée comme l’auteur des Nouvelles de la reine de Navarre.

15  Dans l’article consacré à Jeanne d’Arc, il n’est pas fait mention de sa canonisation, qui est postérieure à la publication du dictionnaire (1920).

16  Dans deux cas seulement (Phèdre et Jeanne) les différents anthroponymes donnent lieu à différents articles.

17  Nous n’avons pas retenu dans ce comptage l’homonymie qui concerne le nom Claude, car l’empereur romain est enregistré avant l’article du nom commun claude (prune de reine), qui ne cite pas la reine Claude, femme de François 1er.

18  Vaxelaire (2005 : 40) affirme qu’« [o]n est en droit d’attendre d’un dictionnaire des informations sur le signe linguistique qu’est le nom propre ».

19  Les articles d’autres noms de professions liés à la littérature ou à la poésie révèlent une attitude plus sexiste. Par exemple, s.v. auteur on repère une citation non signée, tirée de la comédie de Molière Les femmes savantes, qui critique la prétention des femmes de devenir des écrivains : AUTEUR […] Se dit aussi des femmes : elles veulent ÉCRIRE et devenir auteurs, esse vogliono scrivere e diventare autori.

20  Filomela est une figure de la mythologie grecque. Elle figure ici dans la catégorie noms communs car c’est à ce titre que le nom est premièrement inséré dans le dictionnaire, lequel cependant ne manque pas de citer l’origine mythologique du nom.

21  Des études ultérieures sur les anthroponymes masculins et sur les toponymes seront nécessaires pour valider ou infirmer cette hypothèse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michela Murano, « L’image de la femme à travers des portraits de femmes dans le Grand Dictionnaire Français-Italien et Italien-Français de C. Ferrari et J. Caccia (1874) », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 47-48 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://dhfles.revues.org/3349

Haut de page

Auteur

Michela Murano

Université Catholique du Sacré Cœur de Milan

Haut de page

Droits d'auteur

© SIHFLES

Haut de page