Navigation – Plan du site

Les élites turques francophones et le mouvement de la traduction des années 1940

Hanife Güven
p. 193-211

Résumés

Vers la fin du XIXe siècle, l’Occident, incarné par la France, devient un véritable point de référence pour le redressementde l’Empire ottoman en décadence. Le français gagne les couches supérieures. Après la fondation de la République (1923), les réformes entamées visent à une reconstruction identitaire et sociale sur le modèle occidental. L’activité de traduction des années 1940 donne sa force et sa puissance à cette reconstruction. Car l’adoption de l’écriture latine (1928), qui a rendu quasi inaccessible le trésor de la mémoire collective aux nouvelles générations, a trouvé une base solide dans ce programme de longue haleine. Les acteurs de cette importante entreprise, qui servira surtout à transformer les mentalités, les sensibilités et les attitudes des masses sont en grande partie francophones.

Haut de page

Texte intégral

1Dans la société turco-musulmane, aussi bien avant qu’après la République, les interventions novatrices furent l’œuvre d’un groupe d’élites qui en a organisé l’introduction, et qui a programmé et géré le changement de l’appareil politique, juridique et administratif. Nous prenons le terme « élites », dans son sens premier :

classe minoritaire composée de gens qui, du fait de leur naissance et de leurs mérites, de leur culture et de leur capacité sont reconnus (ou se reconnaissent) comme les plus aptes soit à occuper les premières places de la société à laquelle ils appartiennent, soit à donner le ton à leur milieu. (Trésor de la langue française)

2Pour les élites de l’Empire ottoman, la connaissance de la langue française était la condition sine qua non de l’avancement social. Les héros des premiers romans de la littérature turque, Felatun Bey (Felatun Bey ile Rakım Efendi, Ahmet Mithat), Bihruz (Araba Sevdası, Recaizade Mahmut), Şöhret (Şık, Hüseyin Rahmi Gürpınar) et un peu plus tard Efruz (Efruz Bey, Ömer Seyfettin), qui parsèment leur discours de mots français sont présentés comme des imitateurs superficiels des normes du savoir-vivre et du mode de vie occidentaux.

3L’analyse que fait le sociologue Ziya Gökalp (1972) en 1916 est significative de la polarisation sociale et éducative. Après avoir affirmé que la société turque se composait de trois classes qui ne vivaient pas en harmonie, il explique que la première classe est constituée des masses populaires sans éducation, la seconde des diplômés des medrese et la troisième des intellectuels formés dans les écoles laïques. Selon lui, la première tend vers la culture extrême-orientale, la seconde vers celle du Moyen-Orient, la troisième est sous l’influence de la culture occidentale. Puis il poursuit en critiquant le système d’éducation qui en est la cause :

Il n’est pas besoin de faire de profondes recherches pour comprendre que notre système d'éducation est cosmopolite. Il suffit de regarder d’un œil analytique les librairies et les institutions d’éducation. À Istanbul il existe trois types de librairies. Le premier, ce sont les Sahaflar (bouquinistes), le second, ce sont les libraires de Pera, le troisième, ce sont les librairies de l’avenue Bâb-ı Âli. L’éducation de Sahaflar appartient à l’Arabie et à la Perse, l’éducation de Pera à l’Europe. Quant à l’éducation de Tanzimat de l’avenue Bâb-ı Âli, ce sont les déplorables traductions, les plagiats ou les contrefaçons des premiers. Nous n’avons encore ni les livres ni les librairies de notre éducation nationale. Les institutions d'enseignement aussi sont au nombre de trois, parallèlement à nos librairies : les medrese, les écoles des étrangers, les écoles de Tanzimat. Les livres de Sahaflar s’étudient dans les medrese, les livres du Pera dans les écoles étrangères et les livres de l’avenue Bâb-ı Âli dans les écoles de Tanzimat.

  • 1  Namık Kemal (1840-1888), journaliste, politicien, auteur, poète et dramaturge nationaliste de l’ép (...)

Les différences entre ces trois institutions sont si évidentes qu’il suffit de s’entretenir dix minutes avec un Turc pour comprendre dans quelle institution il a été formé. Malgré leur profondes différences, ces trois institutions ont un point commun : vous ne trouvez de personnalités marquantes chez aucun de ces trois types de dévots, de levantins, de partisans de Tanzimat qui y ont été formés. La grande maladie de notre pays est d’administrer ces trois mentalités qui ne peuvent pas se comprendre entre elles et le fait que, malheureusement, chacune de ces trois classes est privée de vraie personnalité. Mais grâce à Dieu tout homme industrieux ne fait pas forcément partie de ces institutions. Par conséquent, il peut exister des administrateurs, formés tout seuls et pourvus d’une forte personnalité et qui peuvent être utiles à la nation, comme Namık Kemal1. (p. 105-106)

4Gökalp n’est pas le seul à rechercher dans le système d’éducation l’origine de ce désarroi social. L’unification de l’éducation (1924) sera l’une des premières réformes du nouveau système républicain, quatre mois après la fondation de la République (1923). Une série d’autres interventions constitueront une rupture totale avec les institutions religieuses et législatives du passé, parmi lesquelles le remplacement de l’alphabet arabe par l’alphabet latin (1928), qui apparaît comme la panacée pour niveler les inégalités, surtout éducatives. Mais l’étape décisive qui a donné sa force et sa puissance à la reconstruction culturelle et identitaire demeure incontestablement l’activité de la traduction des années 1940. Car l’adoption de l’alphabet latin, qui avait rendu quasi inaccessible le trésor de la mémoire collective aux nouvelles générations, a trouvé une base solide dans ce programme de longue haleine mis en place sous les auspices du ministère de l’Éducation nationale. On traduit les classiques du monde entier, surtout occidentaux (français en particulier, anglais, grec-latin, allemand, etc.), et on publie parallèlement un périodique intitulé Tercüme (traduction) comme soutien à cette activité qui se poursuit plus ou moins régulièrement jusqu’à l’année 1965.

5Qui sont les acteurs de cette importante entreprise qui apporte un élan culturel considérable et vise surtout à transformer les mentalités, les sensibilités et les attitudes des masses ? Leur formation influence-t-elle les œuvres traduites ? Quel est l’impact de ce mouvement sur la langue et l’identité turques par rapport au passé ottomano-musulman ?

6Notre propos se concentrera, dans les limites de cette communication, sur le rôle et la mission des élites républicaines des années 1940 qui ont vu dans la traduction des classiques mondiaux la clé de l’intégration occidentale. Notre analyse sera donc plutôt extra-textuelle ; elle prendra en compte la fonction de communication de ce processus, dans le contexte socioculturel, politique et idéologique.

7Après une série de réformes qui visaient à moderniser l’appareil politique et juridique, tout au long de la décennie 1920, il fallait résoudre les problèmes éducatifs et culturels. Le premier pas dans ce domaine fut le changement d’écriture (1928). Mais, comme nous l’avons souligné ci-dessus, cette pratique avait créé un grand vide dans la vie éducative et culturelle. Malgré toute la bonne volonté, les efforts de transcriptions et de traductions faits pour remédier aux besoins des nouvelles générations et pour fournir les bibliothèques restaient sporadiques. Le sociologue Hilmi Ziya Ülken (1997) se lamentait dans les années 1930 de ce que :

par rapport à la véritable activité de traduction que nous attendons pour occidentaliser notre pays, ce qui se fait est très défectueux et faible. (p. 347)

8Il fait ensuite un état des lieux qui semble avoir énormément inspiré les efforts de traduction, mais qui n’a rien perdu de sa valeur et de sa réalité si on pense aux domaines de publication et à la critique littéraire de nos jours (c’est nous qui traduisons) :

[...] D’abord, les traductions faites après Tanzimat sont aléatoires et dispersées. Il n’est pas possible de déterminer pourquoi, ni suivant quels critères les textes ont été choisis. Ils sont nés des caprices des traducteurs ou bien de certains besoins limités avancés par les éditeurs. C’est pourquoi ils n’ont pas pu constituer une série et sont restés isolés, inefficaces. Le second point est que ces traductions ont été faites pour des besoins quotidiens et très rapidement. Comme on oublie très souvent que la traduction n’est pas un simple transfert mais une réécriture de l’œuvre, les phrases ont été traduites telles quelles et ne sont pas exprimées dans le style turc. Selon moi, ce chaos linguistique, puisqu’il refroidit et décourage le lecteur devant les œuvres traduites, est encore plus dangereux que les négligences de traduction des détails. En troisième lieu, les traductions sont faites et puis laissées de côté, il n’y a aucune entreprise pour les faire connaître au lecteur. Ni l’auteur ni l’éditeur ne pensent que le fait de faire des traductions est aussi important que la création. Ceux qui vont lire ces œuvres, ce sont les écoles et les familles intellectuelles. Pour les mettre au courant des œuvres traduites, il faut faire préparer des tracts, des résumés, des publicités dans les journaux, faire rédiger de petites critiques. Comme nous l'avons vu dans ce chapitre, les traductions faites depuis Tanzimat ne sont pas négligeables. Mais le fait qu’elles n’aient pas donné de résultats efficaces vient de ce qu’elles ne sont pas connues. Toutes ces entreprises ne doivent pas être négligées, non seulement pour leur importance économique, mais surtout pour que la traduction atteigne son objectif, c’est-à-dire la diffusion de la pensée. (p. 347-348)

9Le moment propice est créé par les circonstances historiques des années 1940 qui insufflent une énergie nouvelle, avec la personnalité de Hasan Ali Yücel, ministre de l’Éducation nationale de l’époque. Yücel, dès sa nomination à la tête du ministère, organise un congrès sur la publication durant lequel tous les problèmes liés à l’éducation et à la publication sont discutés par les spécialistes, les responsables, les intellectuels et les politiciens. Dès son annonce, le congrès (2-5 mai 1939) suscite un intérêt considérable dans l’opinion publique et satisfait « toute l’élite turque » (BTNK 193 : 1). Parmi les sept commissions constituées chacune de vingt personnes en moyenne, l’une s’intitule « commission de la traduction » et a la charge, entre autres, de faire une liste d’œuvres à traduire. Cette commission donnera naissance plus tard au bureau permanent de la traduction sous les auspices du ministère de l’Éducation nationale et entreprendra un programme de traduction de longue haleine qui remplira le vide culturel et éducatif créé par le changement d’écriture.

10Les acteurs de cette entreprise sans précédent sont dans un premier temps vingt-sept personnes d'élite d’origines très diverses. Nous reproduisons ci-dessous la liste telle quelle, où figurent seulement leur fonction : sept écrivains (dont deux éditeurs de revues), six enseignants dans des institutions supérieures, cinq députés, trois enseignants dans des institutions secondaires, un inspecteur au ministère de l’Éducation nationale et un traducteur. Par ailleurs, certains des membres, même s’ils ne sont pas déclarés, sont des auteurs prestigieux. Ce sont (BTNK 1939 : 35) :

Zühtü Uray (traducteur / interprète à la Présidence de la République)

11Le rapport de la commission de traduction est présenté et discuté, comme ceux des autres commissions, dans la session plénière du congrès. Dans l’introduction, la dimension idéologique de l’initiative est expliquée clairement :

Tout le monde connaît aujourd’hui la grande importance de la traduction pour la vie culturelle de notre pays. La traduction servira à la fois à transférer la mentalité et la sensibilité de l’univers de civilisation et à enrichir notre langue. C’est pourquoi il sera opportun de ne pas laisser le travail de traduction dans son état actuel déplorable mais de déterminer un ordre et une méthode. (p. 125)

12En effet, depuis le changement de l’alphabet, la langue est considérée comme l’élément primordial du processus de nationalisation et de reconstruction. Elle incarne la modernisation à elle seule face à un passé imprégné de religion. Si on pense à la relation écriture-langue, les traductions pourront contribuer énormément à la création et à la diffusion d’une langue nationale, épurée des éléments arabes et persans, et à la naissance d'une nouvelle littérature nationale. Le sociologue Şerif Mardin (2001 : 258) écrivait à ce propos :

L’élitisme des fondateurs de la République était en effet en partie « culturel » : ils pensaient que la culture, la littérature et la philosophie européennes étaient supérieures à la culture traditionnelle ottomane, mais ne cachaient pas leur espoir qu’avec le temps, cette culture traditionnelle serait reléguée au musée.

13Après dix mois de préparation, le ministère de l’Éducation nationale réunit « un conseil de traduction » à Ankara, le 28 février 1940, présidé par le ministre Yücel et auquel participent les personnalités suivantes : Halide Edip Adıvar, Saffet Pala, Doktor Adnan, Bedri Tahir Şaman, Avni Başman, Nurettin Artman, Ragıp Hulusi Erdem, Sabahattin Eyüboğlu, Nurullah Ataç, Bedri Tuncel, Enver Ziya Karal, Sabahattin Ali, Cemal Köprülü, Abdülkadir İnan, Kadri Yörüköğlu. Lors de sa quatrième réunion, ce conseil décide de constituer un bureau permanent (Tercüme, n° 1) « dont la mission sera d’envoyer aux examinateurs les traductions qui arriveront et de mettre en œuvre une Revue de traduction » (p. 112). Certains membres de la commission de départ feront également partie du bureau permanent, qui est constitué de :

Fera partie de ce bureau plus tard Nusret Hızır. (p. 113)

14Avec la création du Bureau et la mise en œuvre des traductions commençait une étape cruciale dans l’histoire intellectuelle de la nouvelle Turquie. Ce travail systématique, aussi radical que le changement de l’alphabet, a tenté, de 1939 à 1965, de transmettre aux lecteurs le patrimoine philosophique et littéraire de l’Occident.

15Il n’est pas difficile d’imaginer que les acteurs de cette initiative sont en grande partie francophones. Un autre élément commun de leur parcours biographique est le fait d’avoir été envoyés en Europe pour des études supérieures afin qu’ils prennent une part active dans la reconstruction du pays au retour. Nous nous limiterons ici à présenter, dans les grandes lignes de leurs vies, les acteurs principaux, c’est-à-dire les fondateurs du Bureau, à commencer par le ministre Yücel.

16Hasan Âli Yücel (1897-1961). Il a vécu la monarchie constitutionnelle (1908), la fin de l’Empire ottoman (1918), la création de la République (1923), et l’ardeur des quinze premières années de la République, marquées par des réformes radicales qui se succèdent sans intervalle dans tous les domaines de la vie pratique, pour créer un État-nation républicain et laïc, à l’enracinement desquelles il a participé avec un grand enthousiasme.

17Il se trouvait parmi les trois inspecteurs envoyés en 1927 en Europe (Allemagne, Suisse et France-Belgique) pour étudier le système éducatif européen. À son retour, il publie ses expériences dans un opuscule de 23 pages intitulé Fransa Maarif Teşkilatında Müfettişler / Les inspecteurs dans le système éducatif français(1934). Convaincu de « l’utililité de connaître l’organisation administrative des autres pays pour avoir une vision plus efficace et plus expérimentée »(p. 4), il souligne que« les inspecteurs sont le corps qui œuvre le plus efficacement dans le système éducatif français». (p. 3)

18Dans son second ouvrage, Fransa’da Kültür İşleri / Les affaires culturelles de la France (1936), après une présentation générale, sont développés les trois niveaux de l’Éducation nationale en commençant par le supérieur, avec toutes les facultés, l’historique, les examens, le système d’évaluation, le secondaire, les concours, le baccalauréat, jusqu’à l’inscription, l’avancement des enseignants et le primaire, l’enseignement technique, l’enseignement des beaux-arts et la musique, l’enseignement de l’histoire, l’enseignement ou l'éducation après l’école et finalement les statistiques.

Il sera très utile de connaître l’organisation culturelle de cette nation [France] qui a offert à l’humanité, dans tous les domaines, de la force humaine, de grandes intelligences et même des génies, et qui les a formés. (Yücel 1936 : 8)

19En 1932, il devient directeur de l’Institut pédagogique de Gazi à Ankara, école normale de formation de professeurs ; de 1933 à 1935, il est directeur général de l’Enseignement secondaire. En 1935, il est élu député d’Izmir. Entre 1938 et 1946, vers la fin de la période du parti unique, il est ministre de l’Éducation nationale. Homme de terrain, il marque son époque par ses efforts pour démocratiser l’éducation. Il subit directement les difficultés du passage à la démocratie plurielle, attirant les polémiques réactionnaires pour ses actes. Les contraintes politiques l’obligent à démissionner quand il voit disparaître les instituts de villages, sa plus grande œuvre (1946). Il meurt en 1961, après une autre désillusion, celle de ne pas être appelé à l’Assemblée constituante, après le premier des coups d’État (1960). Grand disciple de Mustafa Kemal, Yücel croyait à l’universalité de la civilisation.

20Nurullah Ataç (1898-1957). Après avoir étudié au lycée Galatasaray, il va à Genève, avant le début de la Première Guerre mondiale, pour améliorer son français. Au retour, il suit les cours de littérature à Dar-ül Fünun / université d’Istanbul et passe un concours pour devenir professeur de français. Il enseigne le français dans plusieurs lycées d’Istanbul à partir de 1921. De 1926 à 1927, il travaille comme traducteur au ministère de la Commerce et à celui de l’Éducation nationale. Il enseigne, avec le français, le turc, la littérature et l’histoire de l’art dans des institutions d'enseignement secondaire à Ankara et à Istanbul. Quand il est appelé à présider le Bureau de la traduction, il est professeur de français au lycée Pertevniyal d’Istanbul. Il a utilisé le pseudonyme Sabiha Yağızlar dans les traductions qu’il a faites au sein du ministère de l’Éducation. Ataç croyait à la mission créative de la traduction pour la culture d’arrivée.

21Grand défenseur de l’enseignement/apprentissage du latin, il affirme que :

Les Européens ont atteint la civilisation d’aujourd’hui, la mentalité d’aujourd’hui en apprenant le grec et le latin. À la base de leur éducation se trouvent ces langues. Il y a une grande force dans ces langues. (p. 77)

22Il est le traducteur d’une cinquantaine d’ouvrages dont des classiques grecs, latins, français et russes : Esope, Plaute, Lucien de Samosate, Apulée, Térence, Balzac, Stendhal, Alain Fournier, Laclos, Gogol.

23Sabahattin Eyüboğlu (1908-1973). Après avoir obtenu son diplôme du lycée (1928), ilfait ses études supérieures en France, dans un programme de formation de professeurs des universités. Il passe deux ans à Dijon, un an à Lyon et un an à Paris à suivre des cours. L’année suivante, il part pour l’Angleterre pour faire des recherches sur la langue et la littérature anglaise. De retour en Turquie (1933), il commence à enseigner au département de langue et de littérature française à l’université d’Istanbul. Il est inspecteur du ministère quand il est appelé à la sous-direction du Bureau de la traduction où il reste jusqu’en 1946. Il a traduit en turc des auteurs comme Rabelais, Babeuf, Platon, Montaigne, La Fontaine, Rousseau, Melville, Musset, Duvernois, Camus, Shakespeare, Hayyam.

24Bedrettin Tuncel (1910-1980). Diplômé du lycée de Galatasaray en 1932, il étudie la langue et la littérature française à l’université de Lyon jusqu’en 1936. À son retour, il devient assistant au département de langue et littérature françaises à la faculté de langues et histoire-géographie à Ankara. Il travaille comme membre actif au Bureau de la traduction. Il travaille à l’UNESCO et devient pour une courte période ministre de l’Éducation nationale. Il est le traducteur de Sophocle, Molière, Musset et Camus.

25Enver Ziya Karal (1906-1982). Diplômé du lycée d’Edirne, il est envoyé en France avec une bourse d’État. Il obtient la licence en histoire et géographie de l’université de Lyon en 1933. Il poursuit son doctorat à Paris quand il est appelé en Turquie. Il commence à travailler à l’université d’Istanbul comme professeur d’histoire contemporaine, histoire de la Révolution turque. En 1940, il se transfère à Ankara à la faculté de langues et histoire-géographie pour collaborer, entre autres, avec le Bureau de la traduction.

26Saffet Pala (1909-1946). Elle est envoyée en Angleterre en 1929. Elle est la traductrice des classiques anglais, de Shakespeare notamment, mais aussi de Bacon, O’Neill, Galsworthy.

27Les membres du bureau travaillent dans le plus grand anonymat, en collaboration avec soixante traducteurs, pendant 26 ans, utilisant parfois des pseudonymes dans leurs traductions. Les annonces parues dans la revue Tercüme sont précédées de la mention « de la part du ministère de l’Éducation » et les préfaces sont signées « Tercüme ».

28Elle est conçue comme une revue bimensuelle et publiée plus ou moins régulièrement : 84 numéros entre les années 1940-1965. Sa raison d’être est expliqué par Nurullah Ataç, futur président du Bureau de la traduction, déjà avant la réunion du congrès de publication, dans le journal Haber (20.III.1939) dans les termes suivants :

Il y a une revue à laquelle je rêve depuis des années et que je trouve vraiment nécessaire pour notre pays : une revue de traduction. J’imagine la revue en trois parties : 1. Traduction des textes. 2. Articles à propos de l’art de traduire et critiques des traductions faites à la fois dans la revue et en dehors. 3. Discussions sur des mots et des expressions proposés par des traducteurs comme équivalents de mots et d'expressions étrangers ; avec cette partie, la revue servira à constituer un dictionnaire sérieux. Il est possible d’ajouter à cette revue une quatrième rubrique : résumés et traductions extraits des revues européennes.

29La revue réalise largement les rêves de Ataç jusqu’à son dernier numéro en 1965. Elle publie régulièrement des extraits littéraires et philosophiques avec leurs traductions, des articles, essais et critiques autour de la problématique, extraits des quotidiens nationaux qui traitent de la traduction, présentation de revues étrangères, listes des ouvrages traduits ou à traduire, règlements annoncés, etc. Les numéros spéciaux approfondissent certains thèmes retenus primordiaux (grec, poésie, correspondances, démocratie, etc.). Bimensuelle au début, la revue rencontre beaucoup de difficulté après la démission du ministre. Dans le numéro 37 (19 mai 1947), on annonce que le bureau commence, à côté des classiques, une nouvelle série qui s’intitule « ouvrages récents ».

30Mais entre-temps, avec l’introduction de la démocratie plurielle, les discours commencent à changer de ton et dans l’opinion publique s’élèvent des voix qui demandent : « Et que sont devenus nos classiques de l’Orient ? » (Ulunay, 1946). Les retards et les interruptions augmentent, aussi bien pour la revue que pour les traductions, qui iront parfois jusqu’à deux ans. Dans la préface du numéro 52 de la revue Tercüme on lit :

Il n’est rien de plus naturel que nous aussi, nous fassions connaître notre pensée et nos goûts aux autres nations.

31Dans le rapport de la commission de traduction (BTNK 1939 : 126), on lit :

Parmi les ouvrages qui figurent dans la liste, on conseille de donner surtout de l’importance à ceux qui sont relatifs à la culture humaniste, de faire traduire les ouvrages entièrement de l’original dans la mesure du possible.

32Dans la liste des 294 œuvres choisies arbitrairement et présentées par la commission, les classiques français dépassent de loin les autres avec 112 ouvrages, alors que figurent 42 anglais, 38 grecs et latins, 34 allemands. Les classiques orientaux étaient au nombre de 7. Il y avait d’autre part 4 listes d’ouvrages du domaine ottomano-islamique, qui dépassaient 50 pages, alors que les classiques mondiaux étaient au nombre de 9. Ces listes sont faites par des universitaires de diverses facultés, de la société d’Histoire turque et celle de Langue turque et de tous ceux qui se sentent impliqués. Les élites de tout camp se fédèrent autour de ce grand projet pour prendre part à la restructuration de la société et à la création de l’humanisme turc.

33Les traductions sont faites en principe depuis la langue-source, mais pour les ouvrages en latin et en grec, par manque de traducteurs, on se sert amplement des diverses traductions en français.

34L’enthousiasme est si grand que le programme, qui prévoit la traduction en turc de 100 ouvrages en 5 ans, atteint son objectif en 3 ans, le programme suivant, qui prévoit la traduction de 500 ouvrages, mettra de même 3 ans pour réaliser son but. Par conséquent, quand Yücel quitte son mandat, il aura réalisé la traduction de 496 classiques sans compter les rééditions (Yücel 1947 : 121-122) :

Classiques babyloniens

1

Classiques indiens

1

Classiques chinois

4

Classiques orientaux-islamiques

19

Classiques en ancien turc

1

Classiques grecs

62

Classiques latins

18

Classiques allemands

53

Classiques américains

10

Classiques français

171

Classiques anglais

56

Classiques scandinaves

6

Classiques italiens

12

Classiques hongrois

13

Classiques russes

63

Classiques pour l’école

6

496

Source : Yücel, 1947

35Quand Hasan Âli Yücel (1947) sera accusé d’avoir fait travailler des communistes au ministère ou plus particulièrement au Bureau de la traduction, il insistera sur la valeur fonctionnelle des traductions au tribunal en ces termes, et ceci en prenant l’Occident pour modèle :

L’objectif des traductions des classiques, comme je l’ai dit dans les préfaces des ouvrages, est de « renforcer la partie la plus importante de la culture turque, de servir son développement et son progrès. » (p. 121)

36L’initiative, menée avec un grand dévouement jusqu’en 1946, date de la démission du ministre Yücel, fournit au lecteur turc des « représentations » provenant des « civilisations contemporaines ». Elle se poursuit avec moins d’ardeur par la suite, pour prendre fin en 1965. Au début, les bouleversements de la guerre (chasse au communisme, montée des courants turquistes, etc.), et par la suite, l’ouverture vers la démocratie plurielle, déstabilisent les certitudes du parti unique dans un pays officiellement laïc, mais traditionnellement islamique.

37Dans l’empire ottoman, les bribes de modernisation étaient des réponses à des crises internes, comme le savoir militaire d’abord, les réformes institutionnelles ensuite. Les réformes du début de la République sont dues également à un groupe d’élite. C’étaient des entreprises qui venaient du haut et, sans la participation active des masses, elles étaient condamnées à rester limitées. Dans cette voie vers l’occidentalisation, le mouvement de la traduction fut soutenu d'abord par la nécessité, mais aussi et surtout par la tendance générale de la société naissante et a assuré la victoire définitive du nouvel État.

38Quand on pense au contexte spatio-temporel et aux prolongements de cette transmission de la pensée occidentale dans les domaines éducatifs (instituts des villages, enseignement professionnel et technique, enseignement professionnel ambulant, fourniture des bibliothèques) et artistiques (des conservatoires, des musées, de tous les arts performatifs et scéniques), on se rend compte du défi qu’ont lancé ces élites républicaines pour transformer la société en l’espace de quelques décennies dans le domaine philosophique et culturel et pour faire intérioriser aux nouvelles générations la pensée occidentale. Elles croient à la supériorité de la culture occidentale et attendent que la rencontre avec les classiques occidentaux provoque une renaissance en Turquie.

39Aujourd’hui le bilan de cette intégration culturelle est indéniablement positif, mais que penser quant aux structures patriarcales, quant à l’émancipation de la femme, quant à l’affirmation de l’identité sexuelle qui n’ont pas répondu à l’appel de la modernisation comme on le désirerait. Que penser des revendications identitaires religieuses qui l’emportent sur les certitudes du début du siècle ? Faut-il chercher la raison dans le système de l’éducation qui est toujours aussi cosmopolite ou dans la résistance du sentiment religieux ? Peut-être devons-nous encore attendre pour voir l’évolution des dynamiques internes et externes.

Haut de page

Bibliographie

ATAÇ, N. (1952). « Batı Kafası » in Sozden soze, Varlık.

BTNK : Birinci Türk Neşriyat Kongresi Raporlar Teklifler Müzakere Zabıtları (1939), N. K. Ankara.

GÖKALP, Z. (1972). Milli Terbiye ve Maarif Meselemiz, 2. ed.

ÜLKEN, H. Z. (1997). Uyanış Devirlerinde Tercümenin Rolü, Ülken Yayınları, Istanbul.

MARDİN, Ş. (2001). Türkiyede Gençlik ve Şiddet 251-289, in Türk Modernleşmesi, Iletişim, Istanbul.

ULUNAY, Refi Cevdet, Klasiklerimiz ve Maarifin Klasikleri, Yeni Sabah 17 Temmuz 1946 in Tercüme 38, 190-192.

Tercüme, no. 1, vol. 1, 19 mayıs 1940.

Tercüme, no. 37, vol. 7, 19 mayıs 1946.

Tercüme, no. 52, vol. 9, mayıs 1951.

Yelkovan « Klasikler », in Tercüme 43-44, 154, 1948.

YÜCEL, H-A (1947). Davam, Ulus Basımevi, Ankara.

YÜCEL, H-A (1934). Fransa Maarif Teşkilatında Müfettişler.

YÜCEL, H-A (1936). Fransa’da Kültür İşleri, Devlet Basımevi, Istanbul.

Haut de page

Annexe

Dans les pages suivantes :

Figure 1. Tercüme, vol. 5, n° 26, 1944 : liste des classiques français (Fransız Klasikleri) publiés jusqu'en 1944.

Figure 1. Tercüme, vol. 5, n° 26, 1944 : liste des classiques français (Fransız Klasikleri) publiés jusqu'en 1944.

Figure 2. Tercüme, même numéro. Suite de la liste des classiques français. On peut lire en titre : « liste des 105 œuvres classiques et modernes [dont 38 françaises] publiées par le ministère de l'Éducation à l'occasion du XXIe anniversaire de la République ».

Figure 2. Tercüme, même numéro. Suite de la liste des classiques français. On peut lire en titre : « liste des 105 œuvres classiques et modernes [dont 38 françaises] publiées par le ministère de l'Éducation à l'occasion du XXIe anniversaire de la République ».
Haut de page

Notes

1  Namık Kemal (1840-1888), journaliste, politicien, auteur, poète et dramaturge nationaliste de l’époque de Tanzimat. Paradoxalement, il sera très souvent considéré comme le guide spirituel de Mustafa Kemal Atatürk.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://dhfles.revues.org/docannexe/image/320/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Figure 1. Tercüme, vol. 5, n° 26, 1944 : liste des classiques français (Fransız Klasikleri) publiés jusqu'en 1944.
URL http://dhfles.revues.org/docannexe/image/320/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 2. Tercüme, même numéro. Suite de la liste des classiques français. On peut lire en titre : « liste des 105 œuvres classiques et modernes [dont 38 françaises] publiées par le ministère de l'Éducation à l'occasion du XXIe anniversaire de la République ».
URL http://dhfles.revues.org/docannexe/image/320/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 998k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, juin-décembre 2007, n°38/39

Référence électronique

Hanife Güven, « Les élites turques francophones et le mouvement de la traduction des années 1940 », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 38/39 | 2007, mis en ligne le 16 décembre 2010, consulté le 25 mai 2017. URL : http://dhfles.revues.org/320

Haut de page

Auteur

Hanife Güven

Université de Dokuz Eylül, Izmir, Turquie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • Les cahiers de Revues.org