Navigation – Plan du site
La grammaire des dames

Femmes grammairiennes ? Les Lettres de Mademoiselle*** à Monsieur*** Professeur de Rhetorique […] sur la Langue Françoise (1756)

Nadia Minerva

Résumés

Les Lettres anonymes qui sont l’objet du présent article offrent une nouvelle perspective sur la relation entre les femmes et la grammaire. Si, au XVIIIe siècle, l’opinion commune est que dans le domaine de la grammaire les femmes montrent toute leur faiblesse d’esprit et leur infériorité, ces lettres, décidément polémiques contre les stéréotypes des fautes de grammaire féminines, sont la preuve que, si la femme reçoit une éducation adéquate en linguistique, elle peut rivaliser avec l’homme, même dans le domaine ardu de la réflexion grammaticale : en effet, la demoiselle examine et réforme de nombreux aspects phonétiques, orthographiques et morphosyntaxiques du français. Le XVIIIe siècle nous a laissé de nombreuses grammaires pour les dames. Les Lettres ne sont pas une grammaire pour les dames, mais une grammaire des dames, à savoir un projet de réforme de la langue française fondé sur des principes « féminins ».

Haut de page

Texte intégral

1. La grammaire des dames

1Une étude sur la grammaire des dames ne peut que commencer par l’évocation du célèbre numéro d’Histoire Épistémologie Langage de 1994 qui y a consacré une bibliographie et des pages éclairantes. Il s’agit d’un corpus important pour lequel on peut parler de véritable mode aux XVIIIe et XIXe siècles. Cependant, ce corpus nous livre un nombre très réduit d’ouvrages écrits par des femmes, d’où la singularité des dix-sept Lettres [...] sur la Langue Françoise dont l’intérêt réside avant tout dans leur auteur : une demoiselle que je n’hésite pas à quali­fier de grammairienne, bien consciente qu’il s’agit d’un métier inha­bituel, à cette époque, pour le sexe féminin.

  • 1  Cet article se veut un approfondissement d’une étude remontant à 2000, où les Lettres étaient mise (...)

2Les Lettres anonymes qui seront ici analysées offrent une nouvelle perspective sur la relation entre les femmes et la grammaire1. Dans le contexte du XVIIIe siècle – où le rapport des femmes avec la grammaire ne montre que leur faiblesse et leur infériorité –, ces lettres, décidément polémiques contre les stéréotypes des fautes de grammaire féminines, se veulent la preuve que, si la femme reçoit une éducation adéquate, elle peut rivaliser avec l’homme, même dans le domaine ardu de la réflexion grammaticale.

3Après un aperçu sur la grammaire des dames entre XVIIe et XVIIIe siècles, dans les pages qui suivent seront abordées les propositions avancées dans lesLettres à propos de la réforme de l’orthographe, de la simplification de la grammaire, du genre des noms et de la désam­biguïsation des homonymes et des polysèmes.

2. Femmes et réflexion linguistique

  • 2  Ces deux linguistes ont été étudiées par Wendy Ayres-Bennett qui nous explique que le manque d’édu (...)

4Rares sont les femmes qui se sont intéressées à la grammaire : quatre sont mentionnées dans les contributions d’HEL : Marie Le Jars de Gournay (L’Ombre de la damoiselle de Gournay, 1626), la célèbre « fille d’alliance » et éditrice de Montaigne, antagoniste de Malherbe, dont les œuvres complètes comportent des remarques éparses sur la querelle entre conservateurs et novateurs, sur la langue poétique et sur les diminutifs (« Du langage françois », « Des diminutifs françois », « Deffence de la poësie et du langage des poëtes »...) ; Marguerite Buffet (Nouvelles observations sur la langue françoise, 1668) qui fait « profession » « d’enseigner aux Dames l’art de bien parler & de bien écrire... »2 et Madame La Roche (Le vrai & parfait abbregé de toutes les grammaires françoises [...], 1705) qui publie en Allemagne et s’adresse aux germanophones ; aux Pays-Bas, Johanna Corleva, une savante d’Amsterdam étudiée par J. Noordegraaf, publie deux livres : une gram­maire, Algemeene en geredeneerde spraakkonst (1740), première tra­duction de la Grammaire générale et raisonnée, et un dictionnaire néerlandais-français, De Schat der Nederduitsche Wortel-woorden [...] / Le Trésor des Mots Originaux, de la Langue Flamande [...] (1741). Au XIXe siècle, elles seront plus nombreuses.

  • 3  Épouse d’un imprimeur/libraire de Paris, Madame Mérigot est encore attestée en activité dans la li (...)
  • 4  Mieux connue pour ses études d’ancien anglais (An Apology for the study of Northern Antiquities), (...)
  • 5  Je suis redevable de ces informations à Massimo Sturiale qui m’a également fait connaître une autr (...)

5À ces femmes-grammairiennes, on peut ajouter notre demoiselle et Madame Mérigot3 qui a publié une méthode de lecture (1798). Enfin, un groupe bien plus nourri de grammairiennes anglo-saxonnes, à partir d’Elizabeth Elstob4, ont été étudiées par Carol Percy, d’abord dans un article du numéro cité d’HEL (1994) où elle ne mentionne que six grammaires des femmes écrites pour les femmes, puis, dans un article de 2010 où elle en compte quatorze pour le XVIIIe siècle, à partir de la New Grammar d’Ann Fisher (1750)5.

3. Femmes et grammaire6

  • 6  Pour plus de détails, voir Minerva 2000.

6Si les grammaires des dames ne sont pas nombreuses, en revanche, le XVIIIe siècle nous a laissé de nombreuses grammaires pour les dames où les auteurs-hommes se prodiguent à illustrer les attentes qu’ils reposent dans la grammatisation (modérée) du deuxième sexe. Dans la plupart des cas, par « grammaire des dames » on désigne des manuels élémentaires, qui exigent des temps réduits d’apprentissage, des capa­cités cognitives médiocres, une application modeste : « Je prie les dames de ne faire que de très-courtes réflexions sur le précepte », dit Barthé­lemy à ses « jeunes orthographistes » (1778 : 58) et Thibierge explique qu’il s’est débarrassé – pour ses dames – de ces « formes scientifiques », si difficiles et si désagréables et qu’il a pu diminuer l’aridité des règles et des principes (1810).

7Cette étiquette désigne aussi des simplifications de grammaires plus prétentieuses – jugées inappropriées pour un public féminin – qui privi­légient le répertoire des formes, des exemples abondants et l’exercice mnémonique, des textes se fondant sur une analyse des besoins linguis­tiques de la femme qui en définit les caractéristiques et le statut. L’idée est donc de mettre à nu l’identité féminine, de prendre en compte son rôle social, ses intérêts, ses goûts.

  • 7  Voir, notamment, Vaugelas 1647 et Bouhours 1671. Sur le rôle actif de la femme dans les débats lin (...)

8Nous rencontrons, au XVIIIe siècle, plusieurs tentatives pour propor­tionner l’analyse linguistique, le choix du lexique et des contenus cul­turels à l’identité féminine. Ces grammaires des dames se fondent toutes sur quelques stéréotypes qui ont fixé depuis longtemps le rapport monde féminin/langue : d’une part, la spontanéité et la fraîcheur du langage des femmes, indiqué comme modèle en raison de l’absence de toute pédan­terie, d’autre part, leur faible familiarité avec le code écrit, ce qui justifie l’exigence de leur apprendre la langue « par règles ». Stéréotypes qui sont l’héritage du XVIIe siècle7 – on le sait, la femme est l’arbitre du bon usage dans la conversation –, et stéréotypes qui consacrent égale­ment son assimilation aux ignorants : c’est le revers de la médaille. Le manque d’étude qui profite grandement à l’oral, est fort nuisible à l’écrit, car, quand la femme prend la plume, elle montre tous les in­convénients de la carence d’une éducation linguistique formelle. Elle s’expose aux pires railleries et ses fautes font l’objet d’une unanime réprobation.

9Les femmes doivent donc apprendre l’orthographe, une orthographe grammaticale pour le français, pleine de pièges : la plupart des gram­maires des dames affichent dans le titre des indications concernant l’or­thographe. L’ignorance totale de la grammaire estropie leurs écrits, rend obscurs leurs discours, si clairs et ingénieux quand ils sont exprimés oralement, comme le remarque Prunay (1777 : XVIII).

10Quelles sont les fautes les plus fréquentes chez les femmes ? Les gra­phèmes et les signes diacritiques, les désinences nominales et verbales (avec les problèmes conséquents de l’accord), les homonymes, les bar­barismes et les provincialismes... Les choix opérés par les grammairiens montrent que les fautes des femmes sont dues aux dichotomies langue orale/langue écrite, registre familier/registre soutenu, périphérie/centre. L’enseignement linguistique sera donc centré sur les vices de pronon­ciation (que l’on attribue à des inflexions dialectales ou à l’ignorance de l’étymologie), la prosodie, la morphosyntaxe, les écarts par rapport à l’élégance et la justesse de la langue.

11L’idée reçue selon laquelle le rapport des femmes avec la grammaire est déplorable trouve un sec démenti dans ces Lettres d’une femme sur la Langue Françoise. La perspective des grammaires des dames sur la culture linguistique à dispenser aux femmes est complètement ren­versée. Les Lettres sont une grammaire des dames, à savoir un projet de réforme du français basé sur des principes « féminins » : de nombreux points de phonétique, d’orthographe et de morphosyntaxe sont examinés et réformés par notre demoiselle.

3. La réforme de l’orthographe

12Le domaine de la graphématique n’est pas nouveau pour les femmes, ou du moins il n’est pas inhabituel de leur attribuer l’aspiration à simplifier l’orthographe. Mais cette aspiration n’a-elle pas ses racines dans leur faible familiarité avec le code écrit ?

  • 8  Francis Wey, Remarques sur la langue française, cité par Firmin-Didot 1868 : 230.

13Les dames sont depuis le siècle précédent les ennemies déclarées de l’orthographe conservatrice ; elles se sont depuis toujours rangées du côté de l’orthographe moderne, l’orthographe simplifiée qui met au ban les lettres grecques, les lettres doubles, les lettres étymologiques et tous les graphèmes qui font du mot écrit une image déformée de la parole prononcée. Somaize donc, dans son Dictionnaire des Précieuses (1661), avait de bonnes probabilités d’être cru quand il rapporta leur réforme, réforme qui déchaîna une vive indignation contre les « mutilations » que la « coterie » des Précieuses a fait subir à l’orthographe traditionnelle8, bien que le temps leur ait donné raison sur bien des points, comme le relève Firmin Didot dans son histoire de l’orthographe (1868). Il n’est pas surprenant que plusieurs propositions de notre demoiselle soient les mêmes que celles du Dictionnaire des Précieuses : réduction des diph­tongues, suppression des consonnes non articulées, des géminées et des digrammes dits lettres grecques (th, ph), assimilation des consonnes, etc.

  • 9  En voici quelques exemples : testetéte, escritsécrits, faictsfaits, advisavis, autheurauteur, (...)
  • 10  Brunot, 1905-, III, Ière partie, ch. IX (« La préciosité ») ; IV, Ière partie, ch. IV (« La réform (...)

14Selon Somaize, l’orthographe des Précieuses répond à leur projet de réduction des mots par la suppression des lettres superflues, pour rendre l’écriture plus proche de la prononciation9. On a minimisé l’apport des Précieuses et Brunot se demande quel rôle elles ont pu jouer10. En effet, les réformes de l’orthographe sont légion, avant le Dictionnaire de Somaize et après : Les Véritables régles de l’ortografe francéze, ou l’art d’aprandre an peu de tams à écrire côrectemant de Lesclache (1668), Les Progrês de la véritable ortografe ou l’ortografe francêze fondée sur ses principes confirmée par démonstracions de Lartigaut (1669), le Projet d’un Esei de grammére francéze de laqele on ôte toutes lés letres inutiles (1704), la Nouvelle maniere d’ecrire comme on parle en France de Vaudelin(1713), le Précepteur, c’est-à-dire huit traités, savoir une grammaire francèse, une ortografe francèse (1750)..., autant de sources possibles pour les Lettres, sans parler des autres réformistes plus modérés (Dangeau, Girard, d’Olivet, Beauzée...). Il suffit de penser à la troisième édition du Dictionnaire de l’Académie (1740), sous la direc­tion de l’abbé d’Olivet, dont les changements orthographiques affectent 5 000 mots sur 20 000 (plus du quart du vocabulaire est modernisé).

15D’ailleurs, tout avait déjà été dit sur la bi-univocité du rapport gra­phème/phonème par les Messieurs de Port-Royal qui expriment leurs vœux au sujet de l’orthographe :

1. Que toute figure marquast quelque son, c’est à dire qu’on n’écrivist rien qui ne se prononçast;

2. Que tout son fust marqué par une figure ; c’est à dire qu’on ne prononçast rien qui ne fust écrit;

3. Que chaque figure ne marquast qu’un son, ou simple ou double. Car ce n’est pas contre la perfection de l’écriture qu’il y ait des lettres doubles, puisqu’elles la facilitent en l’abré­geant ;

4. Qu’un mesme son ne fust pas marqué par de différentes figures. (Arnaud & Lancelot 1660 : 19)

16Les lettres de la demoiselle sont suscitées par les commentaires iro­niques de son ancien maître sur une lettre d’une dame : son orthographe, très fautive, est celle de toutes les dames, remarque-t-il (p. 3). Pleine de fautes, réplique la demoiselle, mais aussi pleine de bon sens et donc digne d’admiration :

Ce sont vous, Messieurs les Sçavants, qui ortografiez mal. Quelle idée d’employer dans l’écriture beaucoup de lettres inutiles et à la pronontiation et à la distinction des idées des choses que l’on veut exprimer ? Penser bien, parler comme on pense, écrire comme on parle, voilà dans la balance du bon sens la vraie façon d’écrire. Vous ne trouvez pas cela dans votre ortographe, on le trouve en partie dans celle des femmes.

17Le caractère illogique de l’écriture française, masculine, fait ressortir le caractère rationnel et logique de la prétendue ignorance féminine. Et la demoiselle de s’aventurer dans un réajustement radical du système graphique. Elle propose une écriture qui soit la transcription de la parole, une écriture où un signe correspond à un son, une écriture pho­nographique. Elle se prononce donc contre l’orthographe étymologique et pour l’alignement de la graphie sur la prononciation. On aura reconnu la théorie de la représentation étudiée par Liselotte Biedermann-Pasques (1998) ; il ne faut pas écrire comme les Anciens : les lettres ayant été inventées pour représenter les sons de la parole, il faut tenir compte de la prononciation moderne. La demoiselle opte pour la transparence dans le rapport graphie-phonie (comme les adeptes de l’orthographe phonétique et modernisée l’avaient exigé selon différents degrés), la réduction drastique des graphèmes rendue possible par la correspondance exacte phonème/graphème (l’auteur donne de nombreux exemples de phrases qui, transcrites avec un système phono-orthographique de son invention, réduisent leur extension de plus de 20 % (p. 45), le rejet du principe d’écriture « morphogrammique » qui est à la base des théories conser­vatrices (s du pluriel, e du féminin, certaines désinences verbales non prononcées...).

Les diphtongues sont des êtres de raison. C’est une monnoye imaginaire.

Cinq voyelles ne sont pas assez. Il en faut douze.

Moyennant ces douze voyelles, il n’y aura plus dans l’al­phabet cet embarras de voyelles simples, de voyelles com­posées, de diphtongues de différentes espéces, de voyelles nazales, de voyelles longues, de voyelles breves. Toutes ces choses sont capables d’embarrasser le langage, soit parlé, soit écrit. (p. 32-34)

18et elle invente de nouveaux graphèmes correspondant aux douze sons vocaliques du français.

Lettres, p. 34 : les voyelles.

19Quant aux consonnes, elle n’en est pas plus satisfaite. Tout le système consonantique est à refaire : il y a trop de consonnes et celles qui servent n’existent pas (elle distingue, par exemple, trois graphèmes pour g dans gagé, gagné ; deux pour l dans : lerin et bouillon ; deux pour n dans : André (nasale) et Annibal). Tout d’abord, il faut supprimer les consonnes finales non prononcées. Puis il faut empêcher qu’un même son s’écrive de deux manières différentes. Par exemple, le graphème t qui transcrit parfois le son /s/ : « Il faut qu’un t soit toujours un t. S’il faut prononcer le second t de Titien comme s, il faut l’écrire par un s, Tisien » (p. 41).

Lettres, p. 43 : les consonnes.

20Puis, elle s’en prend au h : « Le caractère h n’est rien. Il faudra en faire quelque chose » (p. 37). C’est un avis partagé : déjà au siècle précédent, Ménage, dans ses Observations sur la Langue françoise (1675), avait remarqué que « H [est] mise sans raison en plusieurs mots » (cité par Biedermann-Pasques, 1998). Voici ce qu’elle propose : vu qu’elle assi­gne le graphème c, suivant le critère de bi-univocité, seulement au son /k/, h servira de prépalatale fricative sourde : on écrira hapo pour chapeau. « Quelle breveté ! quelle clarté ! quelle simplicité dans le mot hapo [...] ! Je voudrais devenir homme pour être désigné par le mot hapo » (p. 39). Cette proposition n’est pas neuve non plus : Vaudelin, par exemple, avait proposé le même emploi de h. Elle établit donc un nouvel alphabet qui aura pour but de supprimer toutes les « irrégula­rités », « les superfluités », les « variétés » « qui font entre l’écriture & le langage, des difficultés [..] dans la manière d’écrire et de parler » (p. 15).

4. La simplification de la grammaire et le genre des noms

21Les interventions de Mademoiselle concernent l’article, le nom, le pronom et le verbe. Elles visent à simplifier les marques redondantes, à normaliser les exceptions, à désambiguïser les énoncés équivoques. Le texte de référence sur lequel portent ses modifications est la grammaire de Restaut, dans l’édition de 1750.

22Éliminons avant tout ce qui est inutile, propose-t-elle : ne dans la négation, pas est suffisant.

Les enfans qui commencent à parler cherchent la maniere la plus naturelle de s’expliquer, la plus breve et la plus expé­diente pour communiquer leur pensée. J’aime la bouillie, dira l’enfant. J’aime pas la bierre, dira le même enfant. Cela est bref, cela est expressif. (p. 23)

23En effet, les deux principes qui guident la demoiselle sont la brièveté et l’expressivité.

Peut-être quelqu’un dira qu’on employe cette double négation dans la vue d’orner le discours. [...] Vous trouveriez-vous bien orné si on vous affubloit de deux robbes, qu’on vous mît sur la tête deux bonnéts quarrés et deux perruques ? (p. 24)

24Fréquentes sont les polémiques contre les « ornements » qui nuisent à l’immédiateté du message, et contre les solutions dictées par la « deli-catesse de l’oreille », car « il faut accoutumer les oreilles aux sons de la raison » (p. 64). Pourquoi multiplier les désinences verbales ? Le pronom ne suffit-il pas pour diversifier les personnes ? Pourquoi les verbes irréguliers, sources d’erreur ? « Roidissons-nous, Monsieur, contre l’irrégularité. Ne souffrons aucuns verbes de cette espece. Il n’y a qu’à vouloir. Plus de verbes irréguliers. » (p. 67)

25Les trois s, marques du pluriel dans des syntagmes article-nom-adjectif sont inutiles : l’article suffit pour distinguer le singulier du pluriel, le masculin du féminin et du neutre, que la demoiselle introduit pour rationaliser le genre des termes référés aux êtres inanimés sujets à l’ar­bitraire. Mais il faut reformuler tous les paradigmes des articles aux­quels sont totalement confiées les fonctions distinctives de cas, genre et nombre. On utilisera cependant le double article au lieu du masculin générique :

Les hommes sont raisonnables. On parle dans cette phrase également des hommes et des femmes. Il seroit donc à propos de joindre les deux articles, et de donner au mot homme les deux genres : le la hommes sont raisonnables. (p. 50),

26suggère la demoiselle, en proposant un expédient antisexiste, certes maladroit, mais avant-coureur. Nous touchons un problème sensible. Quant au sexisme dans la langue française, en effet, elle soulève le problème des accords syntagmatiques et des dissymétries grammaticales quand on se réfère aux hommes et aux femmes avec des effets d’effa­cement et de marginalisation des femmes.

27Comme on le sait, ce refus du masculin à double valeur est très actuel, quand les femmes accèdent à des professions qui leur étaient fermées autrefois. Il suffit de penser aux dénonciations contre l’absence d’une forme féminine symétrique à la forme masculine dans les noms d’agents. C’est le problème du « marquage » (Lepschy 1989) : pourquoi les mots qui renvoient aux hommes (et fréquemment dans la forme masculine), devraient-ils être employés comme termes génériques qui dénotent à la fois les hommes et les femmes ? Le masculin inclusif cache les femmes. Le masculin « non marqué », dit-on aujourd’hui, n’est pas « neutre », tout au contraire il renforce les préjugés de genre et obscurcit la présence des femmes dans les rôles institutionnels, les professions, la presse, l’opinion publique.

  • 11  Thibierge dit qu’il s’est servi, pour son Traité, du Manuel des Étrangers de Domergue, le seul, à (...)

28Le genre montre d’ailleurs l’arbitraire du signe, précise la demoiselle : « On dit une perdrix sans masculin ; un perdreau sans féminin : les mâles de cette espece deviennent-ils femelles en vieillissant, & naissent tous mâles? » (p. 54). Les linguistes, on le sait, distinguent le genre grammatical (la classification des noms à partir de la morphologie linguistique) du genre « naturel » ou « biologique » (la division des êtres humains en catégories binaires qui se fondent sur la morphologie anatomique). Le genre grammatical et le genre naturel ne coïncident pas toujours (l’exemple de Fräulein, en allemand, grammaticalement neutre, est le plus connu). La recherche en anthropologie du langage a montré que les catégories de genre dans une langue sont des ressources sociales plutôt que des structures grammaticales fixes. Mais, à l’époque des Lettres, la remarque de la demoiselle concernant le genre en tant qu’ordre grammatical arbitraire est digne de toute notre attention. Pour en faire ressortir la modernité, j’évoquerai l’Extrait d’une grammaire pittoresque et amusante à l’usage des dames et des étrangers, suivi d’un Traité figuratif sur les genres de nos substantifs de Thibierge (1810)11. Le Traité de Thibierge montre comment l’enseignement grammatical peut être mis au service du renforcement du statut social ; il montre comment on peut enseigner le rôle à travers le genre. L’écueil est le genre des noms désignant des inanimés. Mais, puisque le genre des noms reflète toujours la condition de l’homme et de la femme, et leurs qualités respectives, il suffit de penser à leurs traits dominants, dit-il. Déjà pour les animaux domestiques, observe Thibierge, on peut ob­server les caractéristiques liées au sexe :

Les mâles et les femelles de ces animaux [taureau/vache, bélier/brebis, bouc/chèvre, coq/poule] se distinguent par des caractères très-différens, l’un est fier, turbulent, courageux ; l’autre craintif, pacifique, modeste. On aurait donc mal fait de les confondre par un seul genre (1810 : 6).

  • 12  Sur le genre grammatical, voir Violi 1987 et Yaguello 1992 (IIe partie : « L’image des femmes dans (...)

29Un substantif sera donc de genre masculin quand l’objet désigné a quelques propriétés du sexe masculin : force, vivacité, élévation (Thibierge, s’est-il aperçu que ces noms sont féminins ?) Les préro­gatives masculines sont féconder les êtres productifs et être plus actifs que passifs. En revanche, un substantif est de genre féminin quand il a en lui les propriétés du sexe féminin : plus de grâce que de force, plus de douceur que de vivacité. plus de délicatesse que de vigueur, plus passif qu’actif... Ainsi, art et ciel ne peuvent être que masculins et ils ont les propriétés pour féconder la terre, qui, bien sûr, est de genre féminin, terre épouse, mère, nourrice. Comme on le voit, Thibierge ne prend en considération que le français, ce qui le fait tomber dans des méprises grossières : il est notoire que le caractère immotivé du genre grammatical est justement déduit par les linguistes de la différence dans la distribution des genres dans les langues. Thibierge a donc choisi un domaine réfractaire à toute tentative de rationalisation12. Mais pour Thibierge, la forme grammaticale existe en tant qu’expression d’une valeur sémantique liée au symbolisme du corps inscrit dans la langue : une disponibilité sémantique (Violi 1987) qu’il assume pour organiser un système oppositif : actif/passif, fort/faible, supérieur/inférieur, fondé sur les représentations archaïques du féminin, représentations qui sont mises au service d’une sentence irrévocable sur le statut de la femme. La condition de la femme est sanctionnée par l’analyse linguistique et la discrimination sexuelle passe par les catégories grammaticales.

4. Les homonymes et les polysèmes

30Enfin, la demoiselle n’oublie pas d’aborder une autre question épi­neuse : les homonymes et les polysèmes qui suscitent son irritation et, dit-elle, sa « mauvaise humeur » contre la langue nationale (p. 16). La langue française est « difficile » et « ridicule » à cause de la quantité de « mots de même consonance & de différente signification dont elle est remplie » (p. 16).

31En cela, elle rejoint plusieurs autres grammairiens des dames qui mettent l’accent sur cette difficulté : Barthélemy (1787), par exemple, qui consacre lui aussi un développement important aux substantifs à deux genres et aux fautes fréquentes des femmes concernant les homo­nymes.

N’est-ce pas assez pour les enfans qui apprennent à lire & pour les étrangers qui veulent apprendre notre langue, que ces superfluités dont je vous ai entretenu ? Il faut encore qu’on attache aux mêmes mots différentes significations. L’on voit tous les jours des personnes très-versées dans notre langue en défaut à ce sujet. (p. 16-17)

32La demoiselle cite plusieurs cas d’homonymie, dont je suis, verbe être, et je suis, verbe suivre, souris, l’animal, et souris, le mouvement du visage, puis la fameuse série d’homophones temps – tan – taon – tend – tant. Les homonymes sont des sources d’ambiguïté. Le français est finalement une langue pauvre quoi qu’en disent les savants sur le degré de perfection qu’elle aurait atteint.

33Ce thème commence à prendre une certaine importance chez les grammairiens. Voué à un grand avenir, il fait en effet son apparition dans la grammaire de Restaut (Principes généraux et raisonnés de la grammaire françoise, 1730) qui traite de la distinction à l’écrit entre la et, du et , des et dès, a et à, ce et se, mes et mais, dont et donc, quand et quant, sur et sûr, ou et ... Il aborde enfin l’orthographe des homophones opérant des distinctions que nous retrouvons, par exemple, dans la Grammaire des dames de Barthélemy. Les dictionnaires des homonymes ne tarderont pas : ceux de Hurtault (Dictionnaire des mots homonymes de la langue française, 1775), Philipon de La Madelaine (Des homonymes français, ou Mots qui dans notre langue, se ressem­blent par le son et diffèrent par le sens, 1802), Delion-Baruffa (Nouveau Dictionnaire des mots homonymes de la langue française [...], 1805)...

5. Conclusion

34Féministe avant la lettre, Marie de Gournay avançait – au début du XVIIe siècle – que si les hommes et les femmes étaient éduqués de façon identique les différences disparaîtraient. Notre demoiselle a eu cette chance : elle a bénéficié d’un curriculum masculin. Dans la maison paternelle, elle a suivi les cours de grammaire que le précepteur (des­tinataire de ses lettres) dispensait à ses frères. Non seulement, elle se distingue des autres femmes par ses goûts, mais elle fait preuve d’un tempérament très peu conventionnel pour une femme.

35« J’aurai contre moi l’usage, la coutume, la mode. Ce sont-là auprès de beaucoup de personnes de redoutables adversaires » (p. 7), admet la demoiselle, sans se décourager ; elle ne craint pas non plus d’aller augmenter le nombre des précieuses ridicules : elle est consciente qu’une femme ne devrait pas défier l’homme sur son terrain, celui de l’esprit (p. 8) , mais elle ne s’y soustrait pas, brisant deux fois, de façon agressive, sur le plan du contenu et sur le plan du style, les canons et les espaces qui lui sont autorisés. Tout le projet de réforme est exprimé en formules catégoriques, d’un ton assertif, inconvenant pour une femme (Yaguello, 1992 : 37). Parmi les traits du stéréotype féminin connotés défavora­blement, nous rappelle Marina Yaguello, il y a le purisme, la maîtrise de registres relevant de domaines mineurs, la parole timorée, non assertive, l’incapacité de manier des concepts abstraits, la peur des mots (ibid., p. 57). Dans les Lettres, la démonstration a contrario est faite : les lettres sont la preuve des dons intellectuels d’une femme, de ses capacités d’abstraction et de théorisation. Elles montrent « l’étendue et la solidité de l’esprit de la demoiselle », nous dit l’Avertissement, qui a brillé dans les disciplines les plus éloignées du monde féminin, tradi­tionnellement ancré dans le concret et dans le quotidien : ces sciences dures qui ne sont pas faites pour la faiblesse intellectuelle qu’on assigne d’ordinaire au beau sexe. Mademoiselle est devenue une véritable « femme sçavante » (p. IV). Nous ne trouvons pas dans les Lettres de programme pédagogique, mais elles suggèrent un plan d’éducation décidément moderne : sans négliger les occupations féminines (« l’édu­cation qui lui conv[ient] »), la femme peut aspirer à une culture plus élevée.

36Mais pour revenir aux propositions linguistiques de la demoiselle concernant la transparence, l’univocité, l’économie linguistique, elles vont à l’encontre du stéréotype qui prétend que la femme est la gar­dienne de l’usage même s’il est contraire à la raison :

la méthode autorisée par l’usage, la mode & la coutume con­cernant l’ortographe, est une chose défectueuse & qu’il faut corriger. (p. 15)

Le but essentiel de la parole pour les gens de bon sens, est de communiquer leurs idées. Tout ce qui éloigne de ce but est défectueux et doit être corrigé. (p. 20)

37Il faut oser : une norme perd son sens si elle s'oppose à la raison. Contrai­rement au stéréotype qui la veut gardienne de l’usage, la femme gram­mairienne se range du côté de l’utopie de la langue régie par l’ordre et la régularité, la transparence et l’univocité, la fonctionnalité et l’économie – formulée ici en termes de transgression féminine au code linguistique et au code culturel, en tant qu’infraction du modèle péda­gogique en vigueur.

38Les écarts des femmes pris comme modèle d’un devoir-être fournissent la base pour un réaménagement révolutionnaire du système-langue.

Haut de page

Bibliographie

ARNAUD, Antoine & LANCELOT, Claude (1660). Grammaire géné­rale et raisonnée. Paris : Pierre le Petit.

AYRES-BENNETT, Wendy (1994). « Le rôle des femmes dans l’éla­boration des idées linguistiques du XVIIe siècle en France », Histoire Épistémologie Langage, 16/II : La grammaire des dames, 35-53.

BARTHÉLEMY, Louis (1787). Grammaire des dames, ou Nouveau traité d’orthographe françoise ; réduite aux règles les plus simples [...]. Genève : Barde, 1ère éd. 1785.

BECK-BUSSE, Gabriele (1994a). « La grammaire française dédiée à mes jeunes amies : bibliographie raisonnée de manuels de la langue française à l’usage de la jeunesse féminine (1564-1850) », Histoire Épistémologie Langage, 16/II : La grammaire des dames, 9-33.

BECK-BUSSE, Gabriele (1994b). « Les femmes et les “Illitterati” ; ou : la question di latin et de la langue vulgaire », Histoire Épistémologie Langage, 16/II : La grammaire des dames, 77-94.

BIEDERMANN-PASQUES, Liselotte (1990). « Théories et pratiques orthographiques au XVIIe et au début du XVIIIe siècle », Le Fran­çais moderne, 60e année, n° 2, déc. : Écriture et orthographe.

BIEDERMANN-PASQUES, Liselotte (1992). Les grands courants orthographiques au XVIIe siècle et la formation de l’orthographe moderne. Tübingen : Niemeyer.

BIEDERMANN-PASQUES, Liselotte (1998). « Les caractéristiques de la modernité du système graphique de Ménage (1675) », in I. Leroy-Turcan & T. R. Wooldridge éds, Gilles Ménage (1613-1692), gram­mairien et lexicographe. Le rayonnement de son œuvre linguistique. Édition électronique, Toronto : SIEHLDA.

BOUHOURS, Dominique (1671). Les Entretiens d’Ariste et d’Eugène. Paris : Mabre-Cramoisy.

BRUNOT, Ferdinand (1905-). Histoire de la langue française. Paris : Colin, t. III et IV.

CAJKA, Karen (2008). « Eighteenth-century teacher-grammarians and the education of proper women », in I. Tieken-Boon Van Ostade ed, Grammars, Grammarians and Grammar-Writing in Eighteenth-Century England. Berlin : Walter de Gruyter, 191-222.

CALLIÈRES, François de (1692). Des mots à la mode et des nouvelles façons de parler [...]. Paris : Claude Barbin.

FIRMIN DIDOT, Ambroise (1868). Observations sur l’orthographe ou ortografie française suivies d’une histoire de la réforme ortho­graphique depuis le XVe siècle jusqu’à nos jours. Paris : Typo­graphie d’Ambroise Firmin Didot.

LEPSCHY, Giulio (1989). « Lingua e sessismo », in Nuovi saggi di linguistica italiana. Bologne : Il Mulino, 61-84.

Lettres de Mademoiselle*** à Monsieur*** Professeur de Rhetorique au Collége de… en l’Université de… sur la Langue Françoise (1756). A Berlin : Et se vend à Paris, Chez la Veuve Lottin, et J. H. Butard, Imprimeurs-Libraires.

MÉRIGOT, Madame (1798). Étrennes de Cadmus, manière facile et amusante d’apprendre à lire sans épeler. Paris : Mérigot.

PERCY, Carol (1994). « Paradigms for their sex ? Women’s grammars in late eighteenth-century England », Histoire Épistémologie Langage, 16/II : La grammaire des dames, 121-141.

PERCY, Carol (2010). « Women’s grammars », in Raymond Hickey ed, Eighteenth-Century English : Ideology and Change, Cambridge : Cambridge University Press, 38-58.

PRUNAY, de (1777). Grammaire des dames, où l’on trouvera des prin­cipes sûrs et faciles pour apprendre à ortographier correctement la langue française, avec les moyens de connaître les expressions provinciales, de les éviter, et de prévenir, chez les jeunes Demoi­selles, l’habitude d’une prononciacion vicieuse. Paris : Eugène Ofroy.

SOMAIZE, Antoine Baudeau, sieur de (1661). Le grand Dictionnaire des prétieuses [...]. Paris : J. Ribou, 2 vol.

THIBIERGE, R. M. (1810). Extrait d’une grammaire pittoresque et amusante à l’usage des dames et des étrangers, suivi d’un traité figuratif sur les genres de nos substantifs. Paris : Didot.

VAUGELAS, Claude Favre de (1647). Remarques sur la langue françoise. Paris : Vve J. Camusat et P. Le Petit.

VIOLI, Patrizia (1987). « Les origines du genre grammatical », Lan­gages, 85, mars : Le sexe linguistique, 15-34.

YAGUELLO, Marina (1992). Les mots et les femmes. Paris : Payot.

Haut de page

Notes

1  Cet article se veut un approfondissement d’une étude remontant à 2000, où les Lettres étaient mises en perspective avec d’autres grammaires des dames (celles d’Antonini, Prunay, Barthélemy et Thibierge), dans le but de montrer les traits marquants de ces grammaires par rapport à celles destinées à un public masculin ou non précisé (Minerva 2000).

2  Ces deux linguistes ont été étudiées par Wendy Ayres-Bennett qui nous explique que le manque d’éducation et la position sociale des femmes les a empêchées de produire des grammaires formelles. Elles ne nous ont laissé en effet que des remarques (Ayres-Bennett 1994).

3  Épouse d’un imprimeur/libraire de Paris, Madame Mérigot est encore attestée en activité dans la librairie en 1819-1820.

4  Mieux connue pour ses études d’ancien anglais (An Apology for the study of Northern Antiquities), elle a également publié une grammaire : Rudiments of Grammar for the English-Saxon Tongue (1715).

5  Je suis redevable de ces informations à Massimo Sturiale qui m’a également fait connaître une autre étude mentionnant six grammaires publiées vers la fin du XVIIIe siècle par des maîtresses à l’intention de leurs écoles (Cajka 2008).

6  Pour plus de détails, voir Minerva 2000.

7  Voir, notamment, Vaugelas 1647 et Bouhours 1671. Sur le rôle actif de la femme dans les débats linguistiques de l’époque, voir aussi François de Callières (1692) qui fait souvent allusion à sa fonction d’arbitre dans les querelles sur le bon usage.

8  Francis Wey, Remarques sur la langue française, cité par Firmin-Didot 1868 : 230.

9  En voici quelques exemples : testetéte, escritsécrits, faictsfaits, advisavis, autheurauteur, efficaceeficace, hostelhotel, piedpié, sçaitsait, veuvû, attendatten, pressentimentprésentiment aageâge, meschantméchan, avecqueavéque, nopcesnoces, qualitécalité, connoistconaît, etc.

10  Brunot, 1905-, III, Ière partie, ch. IX (« La préciosité ») ; IV, Ière partie, ch. IV (« La réforme dans les salons et les cercles. Une campagne phonétiste »).

11  Thibierge dit qu’il s’est servi, pour son Traité, du Manuel des Étrangers de Domergue, le seul, à son avis, qui ait analysé à fond le problème du genre des noms, en réduisant les 500 règles du célèbre grammairien-patriote.

12  Sur le genre grammatical, voir Violi 1987 et Yaguello 1992 (IIe partie : « L’image des femmes dans la langue »), qui considèrent le genre essentiellement comme support aux représentations symboliques collectives.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Lettres, p. 34 : les voyelles.
URL http://dhfles.revues.org/docannexe/image/3132/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Légende Lettres, p. 43 : les consonnes.
URL http://dhfles.revues.org/docannexe/image/3132/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadia Minerva, « Femmes grammairiennes ? Les Lettres de Mademoiselle*** à Monsieur*** Professeur de Rhetorique […] sur la Langue Françoise (1756) », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 47-48 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://dhfles.revues.org/3132

Haut de page

Auteur

Nadia Minerva

Université de Catane

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • Les cahiers de Revues.org