Navigation – Plan du site
La grammaire des dames

Avec quels ouvrages les femmes apprenaient (et enseignaient) les langues ? Bibliographie raisonnée(XVe-XIXe siècles)

Maria Eugenia Fernández Fraile

Résumés

Cet article se propose d’établir une bibliographie concernant le domaine des « ouvrages destinés à l’éducation linguistique des femmes ». Il prend comme point de départ la bibliographie établie par G. Beck-Busse (1994). Nous avons constitué un répertoire composé d’une centaine d’ouvrages, dont nous extrayons une série de paramètres constitutifs, tels que les contenus de formation, la chronologie (XVIe-XXe siècles), la géographie (lieu d’édition), la langue ciblée (étrangère/maternelle), les usages, le public. Cette présentation ne peut être que le point de départ pour des analyses plus approfondies.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ainsi, le Catalogue des livres imprimés de la bibliothèque du roi (New York : Burt Franklin, 1822) (...)

1Le répertoire que nous présentons dans cet article se situe dans le prolongement de la bibliographie constituée par Gabriele Beck-Busse en 1994, qui a ouvert la porte aux recherches sur les ouvrages que les femmes ont utilisés pour enseigner et apprendre les langues. Nous avons dépouillé d’autres répertoires bibliographiques (celui établi par Chervel en 1982, celui établi par Auroux, Désirat et Hordé en 1982, ou encore le corpus établi par I. Havelange, 2009), la base de données Emmanuelle, les fonds des bibliothèques françaises (la BNF et la bibliothèque Saint-Geneviève, notamment) et espagnoles (la BNE et la bibliothèque du Palacio Real de Madrid), ou encore de nombreux catalogues (des livres imprimés) publiés au long du XIXe siècle1, sans oublier les travaux de chercheurs tels que N. Minerva (2000) et C. Pellandra (2000). Les sources utilisées par les auteurs des articles publiés à l’issue du colloque de Gargnano permettront une nette augmentation des données disponibles.

1. Questions de méthode

1.1. Constitution du répertoire : le contenu

2Nous avons procédé à une délimitation précise de ce qui constitue le domaine « ouvrages pour apprendre/enseigner les langues ». Nous avons gardé uniquement les ouvrages qui proposent un enseignement de la langue (« lire, écrire et parler correctement ») :

  1. d’une part, dans ses composantes traditionnelles, telles qu’elles sont définies par les grammaires de l’époque : l’orthographe (donc, les abécédaires, pour apprendre à écrire, et les ‘cours d’orthographe’) ; la prononciation (en fait, les règles pour apprendre à décoder le texte écrit au moyen de la lecture à voix haute, mais aussi pour éviter certaines prononciations provinciales ou patoisantes) ; la morphologie (catalogues de barbarismes : déformation d’un mot, emploi dans un sens qu’il n’a pas ; ouvrages du type « ne dites pas, dites… », destinés à éliminer des locutions vicieuses…) ; la syntaxe (listes de solécismes, ou emplois syntaxiques fautifs) ;

  2. d’autre part, dans des composantes qui sont définies de nos jours sous la dénomination d’« habiletés langagières » : apprendre à parler, ap­prendre à ‘converser’ (catalogues de phrases ou de dialogues pour « faciliter la conversation ou la causerie »), à l’exclusion des livres de lecture (par ex., les ouvrages de Madame Le Prince de Beaumont).

3Nous n’avons retenu « ni des rhétoriques ni des ‘secrétaires’ ou traités sur le style épistolaire ni des dictionnaires ni des anthologies ou chresto­mathies » (Beck-Busse 1994 : 9), dans les diverses dénominations de l’époque (recueils, guirlandes, florilèges, etc.) ; ni les ouvrages de morale, éducation, biographies exemplaires, arts et métiers, mode, littérature (théâtre, contes de fées, récits de voyage ou d’aventures…) destinés aux femmes.

4Certains ouvrages posent une question délicate : les Cours d’instruction (ainsi, les Études convenables […] de André-Joseph Panckoucke, 1749) sont une espèce d’encyclopédie des connaissances que toute personne (dans ce cas, des dames ou des filles) doit posséder, dont la grammaire, la poésie, la rhétorique, etc. Nous avons pris la décision de les incor­porer au répertoire, s’ils comprennent des études de grammaire ou de langue destinées aux femmes.

1.2. Constitution du répertoire : dates, destinataires, pays, langues

5G. Beck-Busse offrait une liste de titres publiés au long de quatre siècles (de 1564 à 1850) : nous avons étendu le terminus ad quem, et continué le dépouillement jusqu’à la fin du XIXe siècle ; mais aussi le terminus a quo, et incorporé un ouvrage, le premier en date, à notre connaissance, les Introducciones latinas […] contrapuesto el romance al latín, publié par Antonio de Nebrija en 1486 (Salamanca, ca. 1486), ouvrage bilingue (latin et espagnol) rédigé à la demande de la reine, pour que les « femmes religieuses et vierges dédiées à Dieu » puissent apprendre le latin :

  • 2  Ainsi, cet ouvrage servira à ce profit bien connu que le révérend père l’évêque d’Avila m’a fait s (...)

a lo menos se siguirá aquel conocido provecho que de parte de vuestra Real Majestad me idxo el muy Reverendo Padre y Señor, el Obispo de Avila : que no por otra causa me man­dava hazer esta obra en latín y romance, sino por que las mu­geres religiosas y vírgenes dedicadas a Dios, sin participación de varones pudiessen conocer algo de la lengua latina (Nebrija, 1486 : fol. A.ii., r. col 2, in Quilis 1980 : 14)2.

6Nous devons souligner en passant que c’est la composition de cet ou­vrage bilingue qui donna à Nebrija l’idée de l’utilité de commencer l’étude de la langue par la langue maternelle, idée de base de la compo­sition de sa Gramática de la lengua castellana (1492) :

  • 3  Nous avons été les premiers inventeurs d’une œuvre si nécessaire, laquelle nous avons faite dans l (...)

fuemos los primeros inventores de obra tan necesaria. Lo cual hezimos en el tiempo más oportuno que nunca fue hasta aquí […] I seguir se a otro no menor provecho que aqueste a los ombres de nuestra lengua que querrán estudiar la gramática del latín ; por que después que sintieren bien el arte del cas­tellano, lo cual no será mui dificile, por que es sobre la lengua que ia ellos sienten, cuando passaren al latín no avrá cosa tan escura que no se les haga mui ligera, maior mente entreviendo aquel Arte de la Gramática que me mandó hazer vuestra alteza, contraponiendo línea por línea el romance al latín ; por la cual forma de enseñar no sería maravilla saber la gramática latina, no digo io en pocos meses, más aún en pocos días, & mucho mejor que hasta aquí se deprendía en muchos años (Nebrija, 1492 : Prólogo, in Quilis 1980 : 101)3.

7À notre avis, nous ne devons point négliger les « grammaires qui se réfèrent à une demoiselle particulière » (fille de roi ou de la grande noblesse), comme le fait G. Beck-Busse, étant donné que de tels ou­vrages ont pu par la suite être utilisés par de nombreuses autres femmes (dames, jeunes filles, etc.) et qu’ils ont constitué un modèle à suivre pour les générations postérieures ; par conséquent, ils ont droit de cité à part entière. Ainsi, les ouvrages tels que An introductorie for the lerne to rede, to pronouce and to speke French […] compyled for […] lady Mary of Englande (Londres, 1532) ont été incorporés au catalogue, de même que les nombreuses grammaires destinées à l’« usage de la jeunesse de l’un et de l’autre sexe » (par exemple, celle de Nicolas de Flans, 1721) : une analyse de détail permettrait de révéler la présence d’éléments spécifiques à cette double destination. Nous n’avons pas retenu les ouvrages adressés à l’enfance, à la jeunesse, à l’usage des pensionnats, à l’usage d’une jeune personne…, qui ne mentionnent pas explicitement le sexe féminin des destinataires.

8Grâce à ces critères, nous incorporons l’ouvrage de Marguerite Buffet (Nouvelles Observations sur la langue françoise..., 1668), puisque cette femme de lettres participe – sans être considérée comme ‘précieuse’ – au mouvement général de la deuxième moitié du XVIIe siècle qui mène à la configuration d’une manière de parler et d’écrire connue comme le « bon usage ». Marguerite Buffet publie son ouvrage pour aider les femmes « à parler bien », après avoir constaté que :

il se trouve quantité de personnes qui […] ne laissent pas d’y faire des fautes considérables. Je sçay que pour y remédier beaucoup d’excellens esprits ont travaillé sur cette matière, mais soit que la méthode qu’ils ont tenuë ne soit pas assez claire, ou qu’ils ne se soient pas expliquez assez intelligi­blement, les fautes que je vois commettre tous les jours à quantité de gens de condition, et principalement aux femmes, me font croire que l’on n’a point leû leurs livres, ou que si on les a leûs, on n’a point profité. C’est pourquoi j’ay pris une route bien différente de la leur, et n’ay quitté le chemin qu’ils ont tenu, que pour me rendre au but en moins de temps et avec moins de peine, en travaillant principalement pour les femmes (1668 : 6).

9Le contenu de l’ouvrage de Marguerite Buffet est double. Dans la première partie sont exposées un certain nombre de recommandations d’ordre grammatical destinées principalement à des femmes. Il s’agit de convaincre les lectrices qu’elles peuvent arriver à un savoir sur la langue, à travers un enseignement « aisé et familier », en corrigeant les erreurs courantes de vocabulaire et de prononciation qui sont faites par les femmes, sans constituer une analyse systématique de la langue (tout autant que les Remarques de Vaugelas ou les Observations et Nouvelles Observations de Bouhours et d’autres !). Dans la seconde partie, M. Buffet compose un Eloge des Illustres Sçavantes, sous forme de dis­cours apologétique vantant les capacités intellectuelles féminines, sur lequel se greffe une liste de figures féminines modèles destinées à illustrer la validité de cette défense du féminin. Ces portraits des femmes sont un exemple de femmes cultivées et érudites sachant converser correctement et écrire judicieusement. Aux conseils théoriques gram­maticaux répondent ainsi des exemples et des modèles à suivre.

10Nous avons aussi incorporé la « grammaire » d’Abel G. Boyer : The Compleat French-Master for Ladies and Gentlemen (1694) : les desti­nataires-femmes sont citées en premier lieu, ce qui ne nous semble pas répondre à une question de politesse, mais à la volonté de Boyer de cibler le public féminin, puisque les femmes étaient les plus intéressées à apprendre la langue française.

1.3. Constitution du répertoire : problèmes

11Comme G. Beck-Busse, nous avons éprouvé une série de difficultés :

  1. La délimitation du public cible (quelle différence entre dame, demoiselle, jeune demoiselle, jeune fille ?) : « il est évident que le plus gros problème […] réside dans une relecture adéquate des termes, où adéquate veut dire fidèle à la mentalité de l’époque » (Beck-Busse 1994 : 11).

  2. Le choix de mots-clés pour les recherches, étant donné les nom­breuses défaillances des catalogues. Il nous a fallu ainsi procéder à des recherches simples, à partir de mots-clés très généraux (langue française, grammaire française, femmes, etc.) et dépouiller ensuite les résultats. Bien sûr, un examen des exemplaires a été très souvent nécessaire.

  3. Le titre des ouvrages : il sert en principe à identifier l’objet/sujet de la recherche mais aussi le destinataire ; il est à prendre avec une série de précautions, car il porte parfois à confusion, étant donné son caractère multifonctionnel (dénomination, mais aussi communi­cation d’une « image de marque », qui peut dépendre de la mode et révéler un intérêt commercial, comme l’indique G. Beck-Busse 1994 : 16/II, 11). Par exemple, la dénomination « grammaire des dames » devient à la fin du XVIIIe siècle un label qui regroupe des ouvrages très divers, quant à leur contenu et même quant au(x) public(s) auxquels ils sont adressés. Seulement une analyse détaillée du contenu des ouvrages permet d’être fixé sur cette question : si certains titres apparaissent fréquemment, ils montrent des tendances qui reflètent la situation sociale et culturelle d’un pays.

2. Le répertoire

2.1. Les chiffres

12Nous avons répertorié pour les pays et bibliothèques choisis une centaine d’ouvrages destinés aux femmes pour l’enseignement des langues, sans compter les nombreuses rééditions que quelques-uns d’entre eux ont connues. Nous adoptons un point de vue quantitatif, ce chiffre constitue une proportion minimale de l’ensemble des ouvrages des­tinés à un public « neutre » : ils permettent de signaler cependant un phénomène de société. Nous pouvons percevoir une progression constante dans l’édition des ouvrages de langue destinés aux femmes, progression qui s’accélère au cours du XIXe siècle : la disciplinarisation des études de la langue (maternelle et étrangère) et l’accès progressif des filles à l’enseignement privé (religieux) et public (loi Guizot, 1833 ; loi Camille Sée, 1880) comporte ainsi une augmentation significative des ouvrages destinés de façon spécifique aux femmes/filles ; elles constituent un nouveau public que le monde éditorial cible de mieux en mieux avec des titres aguicheurs. Les livres adressés « à l’usage des deux sexes », aux « jeunes gens », aux pensionnats, aux maisons religieuses, etc. deviennent monnaie courante.

2.2. Les lieux et pays d’édition

13Hormis les Instituciones latinas de Nebrija, le premier en date, les ouvrages destinés à apprendre la « langue » aux femmes surgissent tout d’abord en Angleterre puis en France (souvent comme langue mater­nelle), en Italie, aux Pays-Bas et en Allemagne ; ensuite, on les retrouve dans d’autres pays de l’Occident (la Pologne, par exemple) avec de mul­tiples traductions. Les ouvrages pour enseigner les langues aux femmes se répandent dans toute l’Europe, avec de multiples différences dans les pratiques et dans les discours, et le faitqu’un pays n’ait publié aucune « grammaire pour les dames » ne signifie pas un non usage d’ouvrages linguistiques adressés aux femmes ou conçus à leur intention. Par exemple, dans le cas de l’Espagne nous n’avons trouvé à la BNE que très peu d’ouvrages de grammaire destinés aux femmes (quelques-uns, destinés aux filles : « niñas ») ; par contre, à la Bibliothèque du Palacio Real de Madrid, on trouve des exemplaires des grammaires de Choffin, Barthélemy et de De Prunay, ce qui montre que la circulation de ces grammaires existait et que la noblesse espagnole s’intéressait aussi à l’éducation des femmes.

14Quant aux lieux d’édition, il ressort que la plupart des ouvrages ont été édités en France : Paris, Lyon, Rennes, Nancy, Nantes, Poitiers, Le Mans, Lille ; quelques-uns sont édités aussi à Londres, à Genève et à Berlin.

2.3. Les langues

15Notre catalogue ne se limite pas à une seule langue : le français cons­titue la plupart des ouvrages, mais nous avons retenu aussi des ouvrages destinés à apprendre le latin, l’italien, l’anglais, l’allemand et l’espagnol. Il existe néanmoins une nette prédominance (80 %) des grammaires ayant le français comme langue cible (langue maternelle ou langue étrangère). On pourrait penser que les « grammaires pour les femmes » constituent un fait éminemment propre à la langue française, lié à l’essor que le français langue étrangère prend à partir de la fin du XVIIe siècle dans les cours européennes, où le rôle des femmes (associé à leurs qualités pour la conversation) va consolider le goût pour l’étude et le savoir (cf. Cravieri, 2001). C’est le prestige de la langue française, en étroite association à une « culture française », qui transforme la con­naissance de la langue (une habileté parmi d’autres), en image de marque des gens de « bonne qualité ».

16Cette représentation est cependant une simplification de la question. En effet, les autres langues connaissent aussi, à des degrés divers, des ouvrages (de langues) destinés aux femmes. C’est notamment le cas de l’italien : les grammaires pour apprendre l’italien apparaissent avant les grammaires pour apprendre le français (Antonini, 1728 ; La Lande, 1729). Ceci dit, le XIXe siècle marque une nette suprématie du français : dans la base de données Emmanuelle, on ne trouve que 16 ouvrages destinés à enseigner aux femmes les langues autres que le français.

2.4. La langue véhiculaire, les usages

17La langue véhiculaire est normalement la langue maternelle des destinataires (ainsi, la Grammaire italienne d’Antonini est rédigée en français), mais on trouve aussi des ouvrages bilingues (ainsi celui de Choffin, 1747).

18L’évolution des ouvrages est liée aux progrès de l’institution scolaire, et à la constitution des études secondaires. Ces ouvrages de langue adres­sés aux femmes vont être utilisés pour des usages autodidactes, dans des contextes éducatifs privés ou familiers (à l’aide d’une « demoi­selle » ou gouvernante), et aussi dans des contextes scolaires (couvents, maisons religieuses). L’apprentissage de la langue comprenait une grande part de correction (quant à l’orthographe notamment), mais s’étendait égale­ment aux habiletés langagières telles que la conver­sation, la rédaction de lettres, la composition de poésies… Aussi, les ou­vrages bilingues per­mettaient-ils un retour vers la langue maternelle : c’est le cas par exemple de la Memorietta italiana, per le fanciulle, o Conversazioni familiari in italiano ed in francese, etc., Italiano e Francese (Casella, 1837). La traduction proposée (ou le texte bilingue) permet de faire comprendre le texte français, mais aussi d’améliorer les habiletés lin­guistiques en langue maternelle.

3. Les publics

19Les grammaires de langue pour les dames s’inscrivent dans la lignée des ouvrages destinés à un public divers qui ne connaît pas le latin, qui n’a pas reçu une formation ‘institutionnalisée’ (trivium, quadrivium), qui n’appartient donc pas au monde des ‘savants’, mais qui devient de plus en plus important en nombre du fait que le latin perd progressivement son statut de langue véhiculaire en Europe. Le label « ceux qui ne savent pas le latin » nous montre que les éditeurs ciblent déjà une catégorie de la population bien précise, désireuse d’accéder à la ‘culture’ :

un petit nombre d’auteurs se consacrent à la divulgation du savoir, rendant les résultats de leurs recherches accessibles à un public qui se caractérisent par son appartenance « au Monde » et qui, par là, se distingue nettement du monde des savants (Beck-Busse 1994 : 16/II, 77).

20Le label « dames » constituera de même un créneau porteur : ouvrage « pour demoiselles », « à l’intention des demoiselles », « à l’usage des dames », des « mères de famille »… Parfois, la précision des destina­taires surprend : « Ouvrage très utile aux demoiselles françoises qui enseignent cette langue en Allemagne » (Choffin 1747 : page de titre). En effet, une délimitation trop précise des destinataires nuit aux possibilités commerciales, et les titres tendront à devenir de plus en plus généraux. Les titres révèlent toutefois des évolutions sociales. On peut constater que les dénominations changent avec les siècles : les ouvrages destinés à une princesse (fille de roi) ou à une grande dame (XVIe-XVIIe) cèdent le pas aux ouvrages destinés aux « dames » (XVIIIe siècle), puis (XIXe siècle) à ceux destinés aux « jeunes filles » (ou demoiselles), et aux petites filles (ou demoiselles). Les auteurs du XVIIIe siècle (Adam, Choffin, Barthélemy, Prunay…) utilisent le terme Dames parce qu’ils adressent principalement, mais pas exclusivement, leurs ouvrages aux dames de la haute société, mais un bon nombre de femmes de la bourgeoisie possédaient le désir d’« apprendre » le français, ne serait-ce que par mimétisme social. L’apparition des desti­nataires « mères de famille », qui assument la fonction d’ensei­gnantes de leurs propres enfants, est à mettre en parallèle avec le succès, dans la première moitiédu XIXe siècle, des courants pédagogiques connus sous la formule de « enseignement universel » (cf. Jacotot). À partir de la seconde moitié du XIXe siècle, l’enseignement des filles commence à se généraliser en Europe et les manuels ou grammaires se font l’écho de cette évolution sociale ; les éditeurs cependant ciblent souvent de façon globale le public avec des formules telles que « pour garçons et filles », ou « de l’un et l’autre sexe ».

Conclusions

  • 4  Nous avons ainsi l’intention de constituer une base de données, dépendante de l’Instituto de Estud (...)

21Il reste, non seulement à compléter ce catalogue (par pays, par siècles)4, mais aussi à analyser de façon approfondie cet ensemble d’ouvrages, spécialement dans une question qui nous est chère : les contenus de formation. S’il existe des ouvrages spécifiquement destinés aux femmes, cela veut-il dire que les contenus de formation, les savoirs linguistiques, les habiletés langagières, les modèles de comportements, la morale... sont différents (par rapport aux autres ouvrages, que ce soit ceux destinés aux garçons, ou bien ceux destinés à n’importe quel public sans distinction de sexe) ? Existe-t-il un imaginaire propre qui est véhiculé par ces ouvrages ? Y a-t-il une volonté d’éduquer la femme de façon différente des hommes ? Si c’est le cas,  est-ce pour mieux la préparer à l’exercice de ses « fonctions » traditionnelles (comme dans le Traité des études de l’abbé Fleury), ou bien pour rompre ce carcan et revendiquer le droit à une éducation de qualité ?

  • 5  Rappelons qu'au XIXe siècle, en France, « l’éducation des filles reste […] très largement aux main (...)

22Aussi, si nous partons du fait que la banque de données Emmanuelle répertorie 27 585 grammaires utilisées comme manuel scolaire (XIXe et XXe siècles), force est de constater que la proportion de grammaires destinées aux filles (un peu plus d’une centaine d’ouvrages différents, sans tenir compte des rééditions : donc, moins de 0,5 %), est nettement en dessous de la proportion de filles qui étaient scolarisées5. Ce qui voudrait dire que, dans la plupart des cas, ce sont les mêmes ouvrages qui ont été utilisés, sans aucune distinction des destinataires, surtout à partir de l’établissement de la mixité. Et que, par conséquent, ce sont les mêmes contenus, les mêmes habilités linguistiques, les mêmes exemples à suivre (à travers des images historiques constituées dans la plupart des cas par de grands hommes), les mêmes modèles de comportement individuel et social, les mêmes vertus… qui auraient été véhiculés. Hypothèse de travail que nous avançons, qui devra être confirmée ou non par des analyses prochaines, et qui situe le phénomène « gram­maires des dames » dans une perspective historique large. En tout cas, la constitution d’un répertoire (plus) complet des ouvrages destinés aux femmes doit être un point de départ nécessaire.

ANNEXE

Répertoire bibliographique6

  • 6  Nous réduisons l’information bibliographique à l’essentiel pour des raisons d’espace.

231486

24NEBRIJA, Antonio de. Introducciones latinas […]. Madrid : Imp. Joachin de Ibarra. 1492, 2e éd.

251532

26An introductorie for the lerne to rede, to pronouce and to speke French […] compyled for […] lady Mary of Englande. Londres.

271598

28W.P. The Necessarie, fit and convenient Education of a yong Gentlewoman. Written both in French and Italian. Londres : Adam Islip.

291668

30BUFFET, Marguerite. Nouvelles observations sur la langue françoise.Paris : Jean Cusson.

311694

32BOYER, Abel. The Compleat French-Master for Ladies and Gentlemen [...] Londres : Th. Salusbury.

331721

34FLANS, Nicolas de.Curiöse  és digne de lire... le calendrier perpétuel alphabétic, de la prononciation françoise, de la déclinaison, con­jugaison, noms, pronoms [...]. Cologne : J. Promper.

351726

36ANTONINI, Annibale Abbé. Traité de la grammaire italienne dedié à la Reine. Paris : Philippe-Nicolas Lottin.

371728

38Grammaire italienne à l’usage des dames, avec des dialogues et un Traité de la poësie. A Paris : Chez Rollin. 1731, nouv. éd.

391729

40LA LANDE, M. de. Réfutation des faux principes répandus dans la ‘Grammaire italienne à l’usage des dames’par l’abbé Antonini. Paris : Vve. Pissot.

411746

42GAILLARD, Gabriel-Henri. Essai de rhétorique à l’usage des jeunes demoiselles, avec des exemples tirés, pour la plupart, de nos meilleurs orateurs & poëtes modernes. Paris : Ganeau. 1746, 1748, 1752, 1762, 1765, 1776, 1787, 1811,  nouv. éds.

431747

44CHOFFIN, David-Étienne (1747). Grammaire françoise, dans un goût nouveau, réduite en tables, à l’usage des Dames et des autres personnes qui ne savent pas de latin. Ouvrage très utile aux demoiselles françoises qui enseignent cette langue en Allemagne. Berlin : Bei Ambrosuis Haude und John Carl Spener. 1755/56, 1757, 1763,  nouv. éds.

451748

46Introduction à la ‘Grammaire des dames’ […].Berlin : Haude und Spener. 1757, 2e éd.

471749

48PANCKOUCKE, André-Joseph. Les études convenables aux demoiselles […]. Lille : A. J. Panckoucke. Paris : Tilliard. 2 vol. 1773, 1755, nouv. éd.

491756

50(s.n.). Lettres de Mademoiselle*** à Monsieur*** Professeur de Rheto­rique au Collége de… en l’Université de… sur la Langue Françoise. À Berlin, Et se vend à Paris, chez la Veuve-Lottin, et J. H. Butard, Imprimeurs-Libraires.

511772

52BENCIRECHI, Abbé. Leçons hebdomadaires de la langue italienne à l’usage des Dames. Paris : Veuve Ravenel et Fetil. 1778, nouv. éd.

531783

54Étrennes italiennes, présentées aux Dames, qui désirent apprendre l’Italien. Paris : Denos, Molini.

551772

56WANDELAINCOURT, Antoine-Hubert. Cours d’éducation à l’usage des demoiselles et des jeunes messieurs […]. Paris.

571782

58Grammaire françoise, destinée au cours d’éducation des demoiselles et des  jeunes messieurs qui ne veulent pas apprendre le latin. À Rouen : chez Le Boucher le jeune ; et à Paris : chez Durand neveu.

591777

60PRUNAY de. Grammaire des dames […]. Paris : Lottin l’aîné. 1785, nouv. éd.

611779

62ADAM, Nicolas.La vraie manière d’apprendre une langue quelconque vi­vante ou morte par le moyen de la langue française. 1ère partie, Gram­maire françoise à l’usage des dames. Paris : B. Morin. 1783, nouv. éd.

631780

64Quatre Chapitres […]. Paris : B. Morin,

651783

66Le Favole di Fedro [...]. Paris : B. Morin.

671783

68Grammaire italienne à l’usage des dames […]. Paris : Benoît Morin.

691783

70La vraie manière l'apprendre une langue quelconque vivante ou morte par le moyen de la langue française. 2e partie. Grammaire latine […]. Paris : chez Benoît Morin. 1786, nouv. éd.

711786

72La vraie manière l'apprendre une langue quelconque vivante ou morte par le moyen de la langue française. 4e partie. Grammaire Angloise […]. Paris : chez Benoît Morin.

731787

74La vraie manière d'apprendre une langue quelconque vivante ou morte par le moyen de la langue française. Démonstration et pratique de la nouvelle méthode d’enseignement. Paris : chez Benoît Morin.

751788

76BARTHÉLEMY, Louis. La cantatrice grammairienne […]. Genève, Paris : Briand, Pierre-César.

771797

78Grammaire des dames, ou Nouveau traité d’orthographe françoise... par M. l’abbé Barthélemy. Genève : P. Barde. 1785, 1787, nouv. éd.

791785

80TOURNON Antoine. Nouvelle méthode pour apprendre les principes de la langue françoise, à l’usage des jeunes personnes.1re partie. Paris : Cailleau.

811795

82PANCKOUCKE, Charles-Joseph (?). Nouvelle grammaire raisonnée, à l’usage d’une jeune personne. Paris : Plassan, an III.

831801

84GARNIER.Grammaire française élémentaire, à l’usage des jeunes filles du pensionnat établi à Strasbourg par Mme Delahaye […]. Strasbourg : Imp. de Levrault.

851806

86WARCHOUF, Stéphanie de. Vélocifère grammatical […]. Paris : Le Normant.

871808

88SCOPPA, Antonio.Grammaire italienne pour les dames... Paris : Gérard.

891810

90BOINVILLIERS, Jean-Étienne-Judith Forestier.Cours analytique d’orthographe ou de ponctuation, ou Nouvelle grammaire des dames. Paris : A. Delalain.

91FRICLOT, E. Principes de grammaire, à l’usage des jeunes demoiselles. Nantes : Forest.

92PERSON DE BÉRAINVILLE (L. C. Person, dit le chevalier de Bérainville). Petite grammaire des jeunes demoiselles […]. Paris : Blanchard.

93THIBIERGE, R.-M. Extrait d’une grammaire pittoresque et amusante à l’usage des dames et des étrangers […]. Paris : Didot.

941811

95RAMIE. Abrégé de la grammaire française, à l’usage des demoiselles. 4e édition […]. Lyon : M.-P. Rusand.  1827, 6e éd.

96VAUVILLIERS Mlle. Nouvelle méthode pour enseigner le français aux demoiselles, ou le Guide des mères qui dirigent elles-mêmes l’éducation de leurs filles. Paris : Le Normant. 1813, 2e éd. corrigée et augmentée. Paris : F. Guitel.

97(s.n.). Abécédaire des petites demoiselles […]. Paris : P. Blanchard. 1814, 1825, nouv. éds.  

981812

99ROUXEL, Mme. Principes de grammaire française en forme de catéchisme par demandes et par réponses à l’usage des jeunes personnes. Milan : Silvestri.

1001825

101GALLAND, P.-J. Cours complet d’instruction, à l’usage des jeunes demoiselles et convenable aux jeunes gens. 2e éd. revue, corrigée, et augmentée. Paris : A. Eymery.

1021831

103CHAVIGNAUD Pierre Léon.Nouvelle grammaire française des demoi­selles, en vers. Paris : Les marchands de nouveautés. 1841, 1843, 1846, 1851, 1853, 1858, nouv. éds.

104(s.n.). Grammaire française dédiée à mes jeunes amies.Lille : Imp. de Blocquel.

1051832

106MAUVAIS, Virginie. Vocabulaire de lecture, à l’usage des élèves de l’école-modèle de jeunes demoiselles.1re partie. Nancy : Impr. de Dard.

1071834

108Grammaire élémentaire à l’usage des élèves de l’École modèle de jeunes demoiselles […], première partie : Nancy : impr. de Richard-Durupt. 1837 : Nancy : Impr. de Vve. Hissette.

1091833

110ROULLEAUX, Mme.Grammaire française à l’usage des pensionnats de demoiselles. Rennes : Impr. de J.-M. Vatar.

1111837

112(s.n.). Cours complet d’éducation pour les filles. Paris : Hachette. 1874, nouv. éd.

113CASELLA, Maria Emilia A. Memorietta italiana, per le fanciulle, o Con­versazioni familiari in italiano ed in francese, etc., Italiano e Francese. Londres : J. Souter.

114SARDOU, Antoine-Léandre. Leçons de grammaire française et exercices de style […]. Paris : Hachette.

1151840

116Petit cours de grammaire française, ouvrage extrait des Leçons de grammaire du cours complet d’éducation pour les filles. Paris : L. Hachette.

117Exercices sur les leçons du Petit cours de grammaire […]. Paris : L. Hachette.

118Corrigé des Exercices sur les leçons du Petit cours de grammaire française […]. Paris : L. Hachette.

119THÉRY, Augustin. Conseils aux mères sur les moyens de diriger et d’ins­truire elles-mêmes leurs filles. Deuxième partie : éducation moyenne de dix à quatorze ans. Paris : L. Hachette. 1859, nouv. éd.

120SERREAU, Sophie.Grammaire française progressive à l’usage des jeunes personnes. Paris : A. Johanneau.

121J. M. J. Grammaire à l’usage des jeunes demoiselles. Le Mans : Imp. de Monnoyer.

1221841

123LAYET, Mlle. Grammaire française, mise en scènepar Mlle Layet. Paris : Maison.

1241842

125(s.n.). Éléments de la grammaire française à l’usage des soeurs de l’ins­truction chrétienne. Vannes, Lamarzelle. 1842, 1846, 1848,1850, 1853, 1854,1859, 1861, 1865, nouv. éds.  

126(s.n.). Manuel d’enseignement grammatical […]. Lyon : Imp. de L. Lesne.

1271844

128Curso de educación para las niñas Dividido en seis tratados a saber: 1º Consejos a las madres 2º Gramática castellana y ejercicios de memoria y lectura […]. Madrid : Imp. de Hidalgo.

1291848

130Devoirs faits et exercices corrigés à l’usage des maîtresses, d’après les exercices sur la grammaire à l’usage des écoles tenues par les Filles-de-la-Sagesse. Paris : V. Forest. 1851,1854, nouv. éds.

1311849

132HARMAND, Mlles. Exercices de grammaire et d’orthographe […]. Bar-sur-Ornain : impr. de Mme Laguerre. 1854, 1860, 1869, nouv. éds

1331856

134AX, Guilhaume de. Grammaire française des mères de famille. Paris : Mme Picard.

135FOÜAN, Élisabeth de. Petites causeries sur la grammaire française. Paris : Dezobry, E. Magdeleine et Cie.

1361857

137D.R.T.N. El Instructor del bello sexo : o sea breves tratados de religión moral gramática aritmética higiene economia domestica y urbanidad. Para uno de las escuelas de niñas. Zaragoza : Imp. de V. Andrés.

1381861

139Corrigé des exercices sur la grammaire française à l’usage des écoles tenues par les filles de la sagesse. 8e éd. Poitiers : H. Oudin.

140Exercices sur la grammaire française à l’usage des écoles tenues par les filles de la sagesse. Nantes : imp. de V. Forest. 1863, 1869, 1872, 1894, nouv. éds.

1411865

142REGNARD, Cécile. Grammaire des jeunes filles... par É. Sommer,... avec de nombreux exercices rédigés par Mme Cécile Regnard. Ouvrage extrait du Cours de grammaire française. L. Hachette. 1873, 3e éd.

1431866

144Cours de dictées adaptées à la Grammaire des jeunes filles à l’usage des écoles. 1868, 1872, 1874, 1881, 1889, nouv. éds.

1451868

146Compositions françaises à l’usage des jeunes filles.

1471870

148HEINRICH, Jean-Baptiste. Lectures choisies accompagnées d’exercices sur l’Étude de la langue française […]  à l’usage des jeunes filles. Paris : Librairie Classique de Ch. Fouraut et fils. 1873, 1879, nouv. éds.

1491877 

150Lectures variées, avec exercices et devoirs sur toutes les matières de l’enseignement, à l’usage des écoles primaires, des cours d’adultes et de tous les établissements d’instruction. Paris : Fouraut.

1511886

152Guide de pédagogie pratique.Paris : Bloud et Barral.

153(s.n.). Abrégé de la grammaire française à l’usage des pensionnats des Ursulines de Jesus, dites de Chavagnes. Poitiers : H. Oudin.

1541881

155JURANVILLE, Clarisse. Le Style enseigné par la pratique[…]. Paris : A. Boyer.

1561882 

157La Conjugaison enseignée par la pratique, méthode... comprenant des exercices variés sur des verbes groupés par familles. Livre de l’élève. 2e éd. Paris : A. Boyer.

1581889

159Manuel de style de composition, inaugurant une méthode nouvelle. 2e degré. Livre de l’élève. 8e éd. Paris : Vve P. Larousse.

1601898 

161La Conjugaison enseignée par la pratique […]. Livre du maître. Paris : Larousse.

1621882

163BARTOLOMÉ Y MINGO, Eugenio. Epitome de gramática castellana para uso de las niñas […]. Madrid : Librería de Educación Manuel Rosado.

1641883-1884

165PEŸ, Alexandre.Enseignement secondaire des jeunes filles d’après les nouveaux programmes officiels. Cours de langue allemande à l’usage des institutions, cours, lycées, etc. Paris : C. Delagrave.

1661889

167BRACHET, Auguste; DUSSOUCHET, Jean. Exercices sur la grammaire française complète, rédigée conformément aux programmes de l’enseignement secondaire des jeunes filles […]. Paris :Hachette. 1891, 1893, 1895, 1897, nouv. éds.

168DUSSOUCHET, Jean.Exercices et corrigés sur la « Grammaire française complète », rédigée conformément aux programmes de l’enseignement secondaire des jeunes filles […]. Paris : Hachette.

1691890

170FERTÉ, Henri. Enseignement des jeunes filles […]. Paris : Hachette.

1711892

172HALBWACHS, G.Troisième année d’allemand […]. Paris : A. Colin.

1731896

174SCORDIA, Blanche. Grammaire française à l’usage des écoles primaires. Cours élémentaire. Paris : A. Hatier.

1751899

176Grammaire française à l’usage des écoles et des pensionnats de jeunes filles […]. Cours élémentaire. Paris : A. Hatier.

177(s.n.). Corrigé des exercices grammaticaux […] à l’usage des maisons d’éducation de jeunes filles […]. Lyon : E. Vitte.

1781898

179CROISAD. Grammaire française à l’usage des écoles et des pensionnats de jeunes filles. Cours élémentaire. Paris : A. Hatier. 1899, nouv. éd. Cours préparatoire. 1898. Cours moyen et supérieur, 1898, 1899.

1801899

181MORIGNY, A. Recueil de compositions françaises, à l’usage des classes de grammaire de l’enseignement classique, de l’enseignement secondaire moderne (6e, 5e, 4e, 3e) et des pensionnats de jeunes filles. Livre du maître. Paris : C. Poussielgue.

Haut de page

Bibliographie

AUROUX, S., DÉSIRAT, Cl. & HORDÉ, T. (1982). « Les idéologues et les sciences du langage. Bibliographie », Histoire Épistémologie Langage, 4, 145-170.

BECK-BUSSE, Gabriele (1994). « La grammaire française dédiée à mes jeunes amies : bibliographie raisonnée de manuels de la langue française à l’usage de la jeunesse féminine (1564-1850) », Histoire Épistémologie Langage, 16/II, 9-33.

CRAVIERI, Benedetta (2001). La civiltà della conversazione. Milano : Adelphi (trad. esp. La Cultura de la Conversación. Madrid : Siruela, 2003).

CHERVEL, André (1982). Les Grammaires françaises, 1800-1914. Répertoire chronologique. Avant-propos d’Alain Choppin. Paris : INRP.

http://projects.chass.utoronto.ca/langueXIX/chervel/index.html [16.03.2011].

CHOPPIN, Alain. « Banque de données Emmanuelle (IFÉ)». http://www.inrp.fr/emma/web/ [16.03.2011].

FERNÁNDEZ FRAILE, Mª Eugenia (2011). « La educación lingüística de las mujeres », in J. Villoria éd., Historia de las ideas lingüísticas. Francfort-sur-le-Main :  Peter Lang, 91-121.

HAVELANGE, Isabelle (2009).Un corpus inédit : les ouvrages écrits pour les demoiselles, 1750-1830. En ligne sur le site du Service de l’histoire de l’éducation de l’INRP « Femmes et genre en histoire de l’éducation ».

http://www.inrp.fr/she/femmes/livres_demoiselles.htm [16.03.2011].

MINERVA, Nadia (2000). « Le donne e la grammatica. Su alcune ‘grammaires des dames’ tra Sette e Ottocento », in N. Minerva éd., Dames, Demoiselles, Honnêtes Femmes. Bologna : CLUEB, 73-105.

MINERVA, Nadia & PELLANDRA, Carla (1991). Insegnare il fran­cese in Italia. Reperorio de manuale pubblicati dal 1625 al 1860. Bologne : Patron.

MOSCONI, Nicole (1994). Femmes et savoirs. Paris : L’Harmattan.

PELLANDRA, Carla (2000). « La grammatica delle dame », in Lionello Sozzi éd., L’educazione dell’uomo e della donna nella cultura illu­ministica, Atti del Convegno Internazionale di Torino, 1997. Torino : Accademia delle scienze, vol. 24.3, 103-115.

QUILIS, Antonio (1980). « Estudio sobre la Gramática de la Lengua castellana de A. de Nebrija », in A. Nebrija, Gramática de la Lengua castellana. Madrid : Ed. Nacional, 9-92.

Haut de page

Notes

1  Ainsi, le Catalogue des livres imprimés de la bibliothèque du roi (New York : Burt Franklin, 1822) ; le Catalogue […] sur vélin qui se trouvent dans des biblio­thèques tant publiques que privées (Paris : chez De Bure Frères, 1834) ; le Cata­logue […] composant la bibliothèque de M. C. Leber (Paris : Chez Techener, bibliothèque municipale de Rouen, 1839) et le Catalogue des livres imprimés de la bibliothèque publique de la ville de Mons (Bruxelles : Imp. L. F. Moureaux, 1852).

2  Ainsi, cet ouvrage servira à ce profit bien connu que le révérend père l’évêque d’Avila m’a fait savoir de la part de votre Majesté : à savoir qu’il ordonnait de com­poser cette œuvre en latin et en langue romane pour cette raison et pas une autre, c’est-à-dire que les femmes religieuses et vierges consacrées à Dieu, sans partici­pation d’hommes, puissent connaître quelque chose de la langue latine]. C’est nous qui traduisons.

3  Nous avons été les premiers inventeurs d’une œuvre si nécessaire, laquelle nous avons faite dans le temps le plus opportun qui n’a jamais été jusqu’à maintenant […] et qui s’ensuit à un autre profit non moindre, à savoir celui tiré par les hommes de notre langue qui voudront étudier la grammaire du latin ; car une fois qu’ils possé­deront bien l’art du castillan, ce qui ne sera pas trop difficile, étant donné que c’est la langue qu’ils parlent, quand ils passeront au latin, il n’y aura aucune chose obscure qui ne pourra devenir très facile à comprendre, surtout en ayant en vue cet Art de la Grammaire que votre Altesse m’a ordonné de faire, en y opposant ligne par ligne la langue romane au latin ; par laquelle forme d’apprendre ce ne sera point une merveille de savoir la grammaire latine, je ne dis pas en peu de mois, mais en peu de jours, et beaucoup mieux que jusqu’à maintenant on apprenait en beaucoup d’années]. C’est nous qui traduisons.

4  Nous avons ainsi l’intention de constituer une base de données, dépendante de l’Instituto de Estudios de las Mujeres, de l’Université de Grenade.

5  Rappelons qu'au XIXe siècle, en France, « l’éducation des filles reste […] très largement aux mains des congrégations religieuses » (Mosconi 1994 : 184). La loi Guizot (1833) établit la scolarisation pour garçons et filles (études primaires), mais peu de filles fréquentent les écoles de l’État. En 1867, Victor Duruy autorise la création d’écoles pour filles dans les communes de plus de 500 habitants. Ce  n’est qu’en 1880 (loi Camille Sée) que l’enseignement secondaire de jeunes filles est créé (cf. Mosconi 1994 : 183-204).

6  Nous réduisons l’information bibliographique à l’essentiel pour des raisons d’espace.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Eugenia Fernández Fraile, « Avec quels ouvrages les femmes apprenaient (et enseignaient) les langues ? Bibliographie raisonnée(XVe-XIXe siècles) », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 47-48 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://dhfles.revues.org/3125

Haut de page

Auteur

Maria Eugenia Fernández Fraile

Université de Grenade

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • Les cahiers de Revues.org