Navigation – Plan du site

Langue et littérature. La littérature dans l'enseignement de l'anglais en France jusqu'en 1969

Marie-Hélène Clavères
p. 18-64

Texte intégral

1En 1991, Jean-Michel Adam constate dans son avant-propos que les rapports entre linguistique et littérature ont « cessé d'être naturels » et que la situation entre littérature et enseignement du français « n'est pas plus claire ». Dans ce qui se limitera pour l'essentiel à un (trop) rapide survol des passages traitant du statut de la littérature dans les instructions et programmes de langues vivantes étrangères publiés en France des origines à 1969, et reproduits en annexe, on s'efforcera de montrer que l'obscurité, les paradoxes et les tensions ne se limitent pas à ces quarante dernières années, certes particulièrement mouvementées.

2Il est évident, comme le souligne Roland Desné (1998), que les liens entre littérature et enseignement des langues sont anciens et constants, et que les trois missions traditionnellement assignées à la littérature dans la classe de langue - ludique, esthétique et sociale - ne cessent d'être réitérées ou .revendiquées par les enseignants, mais ces deux dernières ne sont incontestables que dans la mesure où l'on attribue à l'enseignement des langues vivantes un objectif culturel. Est-ce toujours le cas ? Le rôle de la littérature est invariablement au cœur des débats méthodologiques : les langues ne s'apprennent pas dans les livres, la littérature ne doit être introduite que dans les classes supérieures (Bréal : 1893) ; le recul de la littérature aboutira inexorablement à l'« emberlitzfication » des lycées (Nissole : 1908 ; Schmitt : 1908). Or on doit observer, d'une part, que dans tous les programmes depuis 1840 l'étude de la langue usuelle précède l'étude des textes littéraires, et que, d'autre part, ce sont les adeptes de la méthode directe qui ont le plus ardemment soutenu l'enseignement littéraire.

3On s'astreindra donc ici à un travail de repérage systématique. Quels textes sont-ils choisis ? Quels noms l'institution scolaire donne-t-elle à la littérature ? Quels exercices lui associe-t-elle ? Les polémiques méthodologiques assimilent volontiers la littérature à une pédagogie de l'écrit : on essayera de montrer que les liens entre « écrit » et littérature ne sont pas exclusifs.

4Enfin, si la littérature est l'une des « passions françaises » (Zeldin, 1978) on ne peut pas faire l'économie de la question de l'enseignabilité de la passion.

I. La littérature peut-elle être étrangère ?

  • 1   C'est le terme banalement employé dans les rapports sur les activités des professeurs des faculté (...)
  • 2  Arrêté du 7 mars 1853. Dans les Facultés de Besançon, Dijon, Poitiers, Rennes et Strasbourg, les p (...)

5Par leurs traductions et leurs analyses, d'illustres écrivains français ont mis à la portée du public cultivé, dont les enseignants d'anglais ne font qu'exceptionnellement partie pendant la première moitié du XIXe siècle, les « chefs d'œuvre » de la littérature anglaise. Si Richardson et l'abbé Prévost semblent avoir totalement disparu des mémoires et des écrits, Voltaire reste présent au point que c'est le titre qu'il a choisi pour sa traduction de Jules César qui apparaît parfois dans les programmes de l'agrégation ou du certificat d'aptitude : La Mort de César. Chateaubriand, Pongerville et La Harpe, Villemain, Charles Nodier, Taine jouent un rôle tout aussi essentiel dans l'appréciation et la découverte de Milton, Sheridan, Goldsmith ou Dickens. Les bardes écossais, fictifs ou non, et les ballades irlandaises, traduites par le professeur d'anglais du lycée Saint-Louis O'Sullivan, sont à la mode sous la Restauration et la Monarchie de Juillet. Les historiens anglais de la république romaine, comme Ferguson, inscrit au programme de l'agrégation de 1849, jouissent d'une certaine faveur autour de 1848. Les « dames »1, les curieux et les érudits du Second Empire suivent avec plus ou moins d'assiduité les conférences de littérature étrangère données en français dans les facultés des lettres, selon le plan d'enseignement triennal établi par le ministre Fortoul2.

  • 3   Voir Annexe.
  • 4  Sur la question des langues vivantes et de l'éducation «nationale », voir Clavères (1995).

6Tout cela n'est évidemment pas sans conséquences sur le choix des textes utilisés en classe, mais ne saurait masquer le fait que, jusqu'en 1870, l'enseignement des langues étrangères côtoie l'enseignement classique sans y être franchement intégré : dans sa circulaire du 29 septembre 18633, le ministre Victor Duruy classe résolument les langues vivantes dans les enseignements « particuliers », soumis aux besoins des localités, et à ce titre exclus de l'éducation «nationale»4. Seules les langues anciennes peuvent contribuer à la formation de l'esprit ; seules les littératures grecque et latine - et la littérature française, qui en est la seule héritière directe et légitime - doivent être admises dans les lycées, les littératures modernes étant réservées aux étudiants des facultés, c'est-à-dire aux adultes capables d'en mesurer les limites et les dangers

  • 5   On peut également y voir une volonté de faciliter le travail des élèves en leur présentant des ré (...)

7S'illustrent ici les caractéristiques dégagées par Viviane Isambert-Jamati (1970) pour la période antérieure 1860-1870 : « valeurs suprêmes et intégration à l'élite ». Et sur la question particulière du refus d'intégrer les langues étrangères à l'enseignement secondaire, Duruy bénéficie de l'appui sans équivoque de ceux qui sont par ailleurs ses adversaires politiques. Si tous ne font pas leurs les outrances de l'abbé Mellier (1868) qui définit l'anglais comme un « baragouin du Nord », doté d'un système grammatical « proche de l'indigence » et qui ne saurait donc être tenu « pour un idiome vraiment artistique », beaucoup conviendraient avec Victor de Laprade (1869) qu'une langue vivante n'est « qu'un dictionnaire de plus »,un « instrument de travail », et que la logique, la morale, l'esthétique, l'histoire, en bref « la culture », sont à puiser exclusivement dans les littératures anciennes. Cette conception strictement instrumentaliste des langues modernes explique partiellement5 le rôle prépondérant attribué par la circulaire du 18 septembre 1840 aux traductions anglaises et allemandes de Virgile, Homère ou César.

  • 6  Les programmes de l'agrégation et du certificat d'aptitude incluent des listes d'auteurs français (...)
  • 7  Cet exercice n'est toutefois explicitement légitimé dans les programmes qu'à partir de 1925

8Rude leçon de relativisme, la défaite de 1870 impose l'abandon des « valeurs suprêmes » et assure aux langues vivantes une place définitive dans les cursus classiques. Ce qui était jadis un motif de rejet devient un argument en faveur de l'intégration : Alexandre Beljame, professeur à la Sorbonne, montre que la langue anglaise a une histoire (1882) et justifie la présence des littératures modernes dans les lycées par leur capacité à illustrer la variété de l'héritage gréco-latin commun (1885). C'est ce rôle qui est dévolu aux littératures étrangères dans les programmes de 1890 et qui légitime leur présence dans l'enseignement classique. Il est dès lors licite d'établir des comparaisons avec la littérature française, qui devient progressivement une littérature moderne parmi les autres : Madame de Sévigné et Lady Montague, Shakespeare et Corneille, Addison et Boileau, Sheridan et Molière suscitent des développements plus ou moins conve­nus aux concours de recrutement6 et dans les classes7.

2. Du texte à l'auteur et de l'auteur au texte

  • 8  C'est avec un effarement perceptible que l'inspecteur général Firmery retrouvera l'une d'entre ell (...)

9Sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, les libraires-éditeurs spécialisés dans les langues étrangères, la plupart installés rue de Rivoli et tous dotés de services d'expéditions en province très efficaces - Théophile Barrois, Baudry, Truchy, Galignani - mettent à la disposition du public, des autodidactes, des gouvernantes, des maîtres particuliers, des pensionnats ou des écoles de langues pour adultes installées notamment autour de la rue de Rivoli, des ouvrages très divers, qu'ils importent de Londres ou d'Edimbourg ou réimpriment en France, ainsi que des ouvrages originaux composés par des maîtres de langues particuliers ou enseignant dans les collèges royaux. L'essentiel de leurs catalogues est consacré à des textes, souvent destinés à déjeunes lecteurs : les éléments d'histoire naturelle et d'histoire de la Grèce et de Rome ou le British Nepos de Mavor, la Nouvelle Cyropédie ou les Voyages de Cyrus de Ramsay - sorte de Télémaque sans nymphes ni déesses -, des fabliers modelés sur ceux de Dodsley et Perrin, très en vogue entre 1800 et 1820, les contes moraux de Mrs Trimmer, Mrs Hofland, Mrs Opie, Miss Crabb, Miss Edgeworth, et du docteur Aikin et de Mrs Barbauld, particulièrement prisés dans la période 1825-1840. Les pièces de théâtre, ayant eu du succès à Londres ou expressément composées pour des pensionnats8, sont particulièrement nombreuses entre 1825 et 1835. La vague jacotiste des années 1830-1840 est à l'origine de dizaines d'éditions en anglais de Télémaque ; beaucoup plus ponctuellement, et à l'initiative d'un seul disciple, Benjamin Laroche, d'œuvres originales en anglais adaptées à la méthode Jacotot : Forester de Miss Edgeworth en 1830, et The Vicar of Wakefield de Goldsmith en 1832. Ce sont surtout les maîtres particuliers qui manifestent un intérêt soutenu et exclusif pour les œuvres littéraires anglaises : entre 1825 et 1833, l'un d'entre eux, Lake, publie successivement un choix de textes du Spectator d'Addison, des extraits du Paradise Lost de Milton, une biographie et un choix de poèmes de Byron, un recueil de poèmes de Goldsmith, et des éditions de The School for Scandal et The Rivals de Sheridan. Jusqu'en 1840 environ, les professeurs des collèges royaux, quand ils proposent des textes, livrent essentiellement des anthologies, composées selon le plan établi par Noël et Chapsal pour leur Leçons anglaises de littérature et de morale, sur le plan des leçons anglaises et des leçons latines publié par Le Normant en 1817 : Les Leçons de littérature anglaise ancienne et moderne de O'Sullivan (1830), Les Petites Leçons de littérature ou de morale de Rudelle (1832) ou le British Poets de Thommerel (1836). La circulaire de septembre 1840 sera la première à susciter la composition de manuels adaptés : O'Sullivan publie cette année-là un Narrationes et Conciones anglais, or Elégant Extracts from the most esteemed translations of Xenophon, Herodotus..., tandis que Charles Fleming, du Collège Bourbon, propose un De Viris anglais ; or the Illustrious Characters of Rome...

  • 9  On peut néanmoins s'interroger sur certaines absences, comme celle du Robinson de Defoe. Peut-être (...)

10Les textes disponibles, donc, sont nombreux et variés9. Tous, bien sûr, ne seront pas adoptés par l'institution scolaire, où les langues vivantes sont enseignées à partir de 1829. Le goût de Villemain pour Sheridan ou les éloges que Goethe et Nodier décernèrent à Goldsmith ne suffisent pas à justifier leur position quasi hégémonique dans les classes d'anglais des collèges jusqu'en 1870, ni le maintien du second jusqu'en 1938. L'évolution des mentalités ou les frilosités particulières - par exemple celles de Bréal (1872) qui juge que School for Scandal est une pièce trop immorale pour être présentée à des élèves - n'expliquent pas davantage la dispari­tion brutale de Sheridan entre 1870 et 1925. Goldsmith comme Sheridan passaient pour fournir des modèles de conversation élégante, et on faisait apprendre leurs dialogues par cœur, mais la langue de Sheridan était plus archaïque que celle du Vicar. Et si, malgré les sarcasmes de Fleming (1847) sur ces ouvrages où les petites filles ont toujours des chapeaux de paille et des boucles abondantes, et les déchaînements de Taine contre la « littérature institutrice », Miss Edgeworth traverse allègrement le siècle, s'installe dans les petites classes dans tous les programmes jusqu'en 1925 (il n'y a plus de liste d'auteurs !), et séduit les inspecteurs généraux ou les agrégés de la République qui la rééditent soixante ans après les jacotistes, ce n'est pas parce que ses héroïnes sont plus blondes ou moins niaisement dociles que celles de ses consœurs tombées dans l'oubli, mais parce que ses dialogues sont également considérés comme des modèles susceptibles d'être appris par cœur. La réflexion sur l'introduction et le maintien de certains textes dans les classes et la disparition des autres, donc sur un processus de filtrage complexe, doit s'intégrer à une réflexion sur la « culture scolaire » au sens qu'André Chervel (1998) donne à ce terme : comment, en effet, l'institution scolaire française a-t-elle délimité ou inventé un domaine qu'elle a nommé « littérature anglaise » ?

  • 10   Archives Nationales, Paris : F17 6898. Y sont conservées les réponses de 40 collèges royaux ou co (...)
  • 11  A titre d'exemple, au collège communal de Sens, on lit les fables de Dodsley, le Rasselas de Johns (...)
  • 12  La classe de Charles Fleming au collège Bourbon, où on lit, outre les ouvrages répandus ailleurs, (...)
  • 13  Les traductions de Salluste et de César par John Blair sont les plus répandues.
  • 14  Voir Bénichou (1996).

11Les réponses à la circulaire du 11 décembre 1840, qui exigeait des établissements secondaires la liste des ouvrages utilisés dans les classes de langues vivantes10 fournissent un premier état des lieux. Les réponses des collèges communaux et de certains collèges royaux de province sont très variées, surtout lorsque l'enseignant est anglophone11. En revanche, à une exception près12, dans les collèges royaux de Paris et de la plupart des grandes villes de province, on utilise une anthologie - presque toujours celle de O'Sullivan -, et une traduction de texte grec ou latin13 ou The History of Rome par Goldsmith. Lorsque s'y ajoute une œuvre complète, c'est invariablement The Vicar ou School for Scandal. C'est dire que les choix sont pour l'essentiel déjà faits. Shakespeare et Milton ne pénétreront massivement dans les classes qu'après 1850, sous l'influence des programmes du certificat d'aptitude, créé en 1842, et surtout de l'agrégation, créée en 1849, dans lesquels est mise en œuvre la notion largement nouvelle « d'auteur »14.

  • 15  Sur ce point, voir ici même l'intervention de Nadia Minerva.
  • 16  Par exemple, les Morceaux choisis publiés par Auguste-Anatole Liégaux-Wood chez Delagrave en 1891 (...)

12A la même époque, on constate un profond bouleversement des anthologies15 où, au classement traditionnel de Noël et Chapsal par genres littéraires, se substitue un classement chronologique par auteur. Les conséquences de ce bouleversement sont nombreuses et durables : certains types de textes - par exemple ceux des orateurs parlementaires comme Pitt ou Burke - disparaissent définitivement des classes. La place de l'histoire littéraire, présente dans les textes officiels dès 1840 et jusqu'à 1938, et dont les dérives potentielles sont signalées à partir de 1890, s'en trouve renforcée. La notion d'« auteur » impose par ailleurs des hiérarchisations - les grands, comme Shakespeare et Milton, désormais indiscutables, promis, comme les philosophes, aux classes supérieures - et les mineurs, dont la liste n'est pas fermée, et auxquels on peut adjoindre sans inconvénients « des morceaux spécialement composés pour les élèves », point développé par les instructions de 189016.

  • 17  On doit y voir bien sûr l'influence des théories littéraires devenues majoritaires. Voir sur ce po (...)
  • 18  Swift n'apparaît dans les programmes qu'en 1925, mais on doit le lire pour l'agrégation.

13Enfin se développe, surtout après 1870, un para-texte parfois plus volumineux que le texte lui-même : notes de bas de page et introductions à orientation de plus en plus biographique au fur et à mesure que le siècle avance17, presque toujours rédigées en français. Il arrive que la biographie corrige le texte en lui donnant la portée morale qui lui fait défaut : la misérable fin de Swift, triomphalement évoquée par tous les auteurs d'anthologies18 entre 1880 et 1910, apparaît comme le juste châtiment des outrances du conteur et des errements de l'homme. L'identité du texte à imiter (voire à lire) devient parfois floue : s'agit-il d'imiter (voire de lire) Benjamin Franklin ou bien Prosper Fiévet, agrégé de l'Université, commentant Benjamin Franklin ?

14Après 1880, lorsque sont mis en place un enseignement universitaire et des licences de langues modernes, c'est aux enseignants des facultés des lettres qu'il appartient de fixer les contours de « la littérature anglaise » : Adrien Baret, chargé de cours à la Sorbonne, publie Tennyson en 1886, et Alexandre Beljame, professeur à la Sorbonne, Shelley en 1895. Les thèses sont autant d'« inventions » d'auteurs anglais : on peut citer à titre d'exemples, celles du lillois Auguste Angellier sur Keats et Burns en 1892, ou celle de Léon Morel, professeur à Saint-Cloud, sur Thomson en 1895. Ces nouveaux auteurs pénétreront dans les classes par le biais des programmes des concours de recrutement.

15Ce sont les programmes de 1901-1902, complétés en 1908, qui préconi­sent la « méthode directe », donc la primauté de la langue usuelle, qui marquent le triomphe éclatant de la littérature : aucun programme ne détaille et n'illustre avec plus de soin l'enseignement littéraire, aucun inspecteur général n'a eu ou n'aura pour parler des littératures étrangères la conviction de Joseph Firmery (1902) ou le lyrisme d'Emile Hovelaque :

Et c'est ainsi qu'à la tragédie du jeune amour il faut le décor de l’Italie, cruelle et voluptueuse, de Vérone déchirée par ses haines héréditaires, de l’amoureuse nuit italienne enchantée de lune, chargée d'ardeurs, de langueurs et de parfums, où palpite la voix du rossignol, où sous les lustres des bals tournoient comme des papillons les beaux seigneurs amoureux et batailleurs, où les brèves et fiévreuses destinées sont enveloppées de menaces, traversées de joies et de terreurs excessives, où tout est plus rapide, ailé, ivre de vie légère qu'ailleurs. (1910 : 8)

  • 19  Jusqu'en 1987

16Les programmes successivement publiés après 1908 marquent un recul progressif de la notion et du terme de « littérature » : c'est en 1925 qu'est donnée la dernière liste d'auteurs19. En 1938, littérature et civilisation sont présentées conjointement, la littérature précédant la civilisation en Quatrième, mais venant en seconde position en Troisième : la littérature a cessé d'être l'unique composante culturelle de l'enseignement des langues. En 1950, il n'est plus question que de « textes », « empruntés à des écrivains de qualité » ou « choisis pour leur valeur littéraire, humaine ou sociale », en 1966 de « textes simples » « révélant tel aspect caractéristique de la littérature du pays étranger ou tel fait de civilisation particulièrement important». Enfin, en 1969, le mot «littérature» n'apparaît qu'une fois, lorsqu'est soulignée l'impossibilité de donner aux élèves des « connaissances théoriques d'histoire de la littérature » : ailleurs, il est fait mention de « textes simples de caractère narratif ou descriptif et de scènes de théâtre » : Baudry, Truchy ou Barrois n'auraient sans doute pas caractérisé autrement les ouvrages figurant à leurs catalogues.

17La « littérature » est devenue une discipline exclusivement universitaire, dotée d'une métalangue propre, une « technique » qui prend appui sur un vocabulaire spécialisé contre lequel les programmes de 1925 et 1938 mettent les professeurs en garde : dans les classes de lycées, la langue du discours sur le texte doit rester usuelle. L'objectif culturel de l'enseignement des langues vivantes s'affiche désormais en tant que tel, et il englobe le social au même titre que l'esthétique..

3. Le texte entre écrit et oral

  • 20  «A Sage [sic] and peaceful man always knows how to enjoy of [sic] position in life » (p. 370).

18Dans ce qui se présente comme un livre destiné aux maîtres jacotistes, de Séprès (1834) suggère quelques exercices pouvant faire suite à la découverte des textes de Goldsmith et de Miss Edgeworth prévue par Benjamin Laroche dans ses éditions. Ce sont pour la plupart des exercices écrits : résumés, comparaisons, exercices de style et compositions20, rédaction de dialogues à partir d'un passage narratif, synonymes, portrait de Marie Stuart, parallèles entre Démosthène et Cicéron... On ne saurait imaginer un programme plus conforme à la tradition rhétorique (Compère et Pralon-Julia, 1990 ; Douay-Soublin, 1997) ou aux pratiques contemporaines des collèges royaux : lire, c'est décomposer dans les petites classes et composer dans les classes supérieures. Et composer, c'est « forcément répéter, imiter, plagier» (Chervel, 1993). Une des fonctions essentielles du texte littéraire est de servir de modèle à l'écriture, et cette fonction ne sera jamais remise en cause. Dans le chapitre intitulé « Écrire en anglais » d'un livre de conseils destiné aux étudiants d'anglais des facultés publié en 1947, le recteur Digeon rappelle :

Lorsque j'enseignais l'anglais à déjeunes lycéens, nous goûtions beaucoup de plaisir, eux et moi, à faire de petites compositions d'après le modèle suivant : « Vous avez lu, de Charles Dickens (dans Pickwick) un passage intitulé : Mr Winkle skates (Mr Winkle patine). Écrivez sur ce modèle un Mr Winkle swims ou bien un Mr Winkle rides », etc. Parfois encore sur la page bien connue de Vanity F air, où Thackeray a raconté la bataille du jeune Cuff et du jeune Dobbin, nous greffions, « par manière de larcin subtilement fait », une lettre du jeune Cuff à ses parents, relatant la même aventure telle qu'il l'avait lui-même vécue, (p. 123)

19La permanence de ces exercices est attestée dans les programmes : « narrations, portraits et tableaux » sont prescrits en 1854, des « compositions » sont prévues dans les classes supérieures en 1874 et en 1880, des « narrations, lettres, récits, résumés des lectures faites » en 1902, des « résumés, rédactions, descriptions, narrations, lettres » en 1925 et 1938. Si la notion de « rédaction libre » introduite en 1890 marque un désir de rupture avec des pratiques de reproduction, on doit constater qu'il est fugitif.

  • 21  Sur l'évolution des épreuves de langues vivantes au baccalauréat, voir Clavères (1996).
  • 22  Dont un résumé fut donné comme sujet à Nancy en 1904, avec cette note, dont on ne sait pas si elle (...)

20Pour être à la fois prescrites et généralisées, ces pratiques de l'écrit ne sont que tardivement sanctionnées à l'écrit du baccalauréat ès lettres : ce n'est qu'en 1902 qu'une « composition en langue étrangère » y est substituée au thème21. Comme dans les compositions françaises de la même époque, les « matières » ont trait à la vie quotidienne (la mode des cartes postales, l'avenir de l'aviation), l'histoire ou la mythologie (la prise de Troie, la mort de Roland), la morale ou l'argument des fables (le loup et l'agneau22, les animaux malades de la peste). Les contraintes formelles (« Faire le récit au passé », « Faire parler le lion ») sont rares. Cette épreuve écrite implique et évalue certes une fréquentation assidue des textes littéraires en anglais comme en langue maternelle, mais c'est à l'oral que figure l'épreuve spécifiquement littéraire du commentaire de texte. Car la littérature sert aussi, et peut-être surtout, à mettre en œuvre des exercices oraux.

  • 23  Telle qu'elle peut être illustrée par l'équipe de recherche de l'INRP (voir par exemple Albertini, (...)

21Françoise Douay-Soublin (1999) a brillamment démontré comment en 1786, l'Encyclopédie Méthodique, où la grammaire est le domaine de Beauzée et la littérature celui de Marmontel, a procédé à une réorganisation des exercices, des prérogatives et des domaines de la rhétorique. Une histoire des exercices scolaires23 de langues vivantes se confond en grande partie avec un repérage des effets de cette redistribution.

22Si les instructions de 1925, puis de 1938, déplorent l'étanchéité de la frontière entre « grammaire » et « littérature » et suggèrent aux enseignants d'inclure dans l'approche des textes des exercices de reformulation « que la grammaire se réserve d'habitude », on doit observer que les effets du partage entre « grammaire » et « littérature » ne se limitent pas à des difficultés ponctuelles de définition d'exercices. A partir de la fin du XIXe siècle, les programmes - et plus particulièrement ceux de 1880 - délimitent très précisément les domaines respectifs de la grammaire et de la littérature. De la première dépendent les exercices écrits - essentiellement dictées et thèmes - ; de la seconde les exercices oraux : explication et récitation, exercices de lecture et de conversation, histoire littéraire. Les instructions de 1890 y ajoutent la lecture à haute voix et la lecture rythmée.

  • 24  C'est le nom de la première épreuve de langue vivante

23Le nom de l'activité interprétative menée oralement à partir d'un texte littéraire varie : dans tous les programmes, de 1840 à 1966, le terme « explication » est utilisé24, mais le sens qui lui est donné varie considérablement. Jusqu'en 1900 environ, « l'explication » est une activité très mal définie et, dans la période 1880-1900, les inspecteurs généraux ne caractérisent que négativement : ce ne doit pas être une paraphrase, elle ne doit être ni « diffuse », ni longue, ni courte, ni monotone, ni « strictement matérielle », ni « manquer de netteté » ou « d'abondance »... Firmery résume ainsi ses impressions d'observateur :

On ne saurait rien imaginer de plus stérile et en même temps de plus mortellement ennuyeux, que cette « explication », telle qu'elle se pratique le plus souvent. Un élève lit une phrase. J'entends qu'il articule plus ou moins distinctement une suite de mots, sans chercher à leur prêter une signification ; puis il ânonne un mot à mot qui n'a de sens dans aucune langue. Le reste de la classe est plongé dans une douce somnolence. Il arrive fort bien que le professeur lui-même est distrait et gagné par l'ennui général : il se contente d'intervenir quand l'élève interrogé s'arrête ou hésite, pour lui fournir le mot qu'il lui manque, sans jamais s'assurer s'il a compris quelque chose. Tout au plus, lorsque le mot à mot est terminé, le maître exige-t-il que la phrase soit mise en « bon français », c'est-à-dire non pas que la phrase allemande ou anglaise soit rendue avec précision et dans toute l'étendue de sa signification par une phrase française vraiment intelligible, mais simplement que les mots français obtenus par la première traduction juxtalinéaire soient rangés dans une phrase à peu près correcte, en sorte que, en procédant ainsi, on enseigne quelque chose, c'est du français et non de l'allemand ou de l'anglais. (1902 : 446-447).

24Avant de définir les exigences d'une approche « directe » de « l'explication » :

Il [le professeur] soutiendra l'attention de la classe, non seulement par l'intérêt de sa traduction, mais encore en posant de rapides ques­tions tantôt à l'un des jeunes gens, tantôt à un autre, en s'arrêtant parfois devant les passages les plus difficiles, en invitant les élèves à découvrir en quoi réside la difficulté et à la résoudre. Ces derniers s'habitueront à mettre un sens sous les phrases du texte, à s'affran­chir du mot à mot, et on se rapprochera de la « lecture ».[...] (Ibid., 448).

  • 25  Ce sont les exercices oraux suggérés dans le manuel majoritaire dans l’entre-deux-guerres, Carpent (...)

25Laudenbach (1902) propose une mise en œuvre en dix étapes : sujet résumé en français, texte lu lentement de bout en bout pour en extraire le sens général, puis repris phrase par phrase avec des commentaires et paraphrases du maître, questionnaire, dictée des mots « évocateurs », traduction, reconstitution du texte, dictée de la liste des mots ou locutions notés, grammaire et thème, extension systématique du vocabulaire. Au XXe siècle, « l'explication » est pour l'essentiel un exercice de questions et réponses sur et autour du texte25. Les instructions de 1950 le codifient très strictement sous forme d'un exercice en trois étapes. « L'explication » prend aussi le nom de « lecture expliquée » dans les instructions de 1925 et 1938, qui sont par ailleurs les seules à préciser que l'exercice doit être le même que dans les classes de français. Le terme de « commentaire » - qualifié de « dirigé » et posé comme synonyme « d'étude dialoguée » en 1966 -coexiste avec celui d'« explication » de 1925 à 1966. En 1969, il n'est plus question de « commentaire ». Contrairement à « l'explication » dans ses acceptions successives, dont on doit assurément trouver des équiva­lents dans d'autres pays, le « commentaire » est probablement (au moins dans son acception universitaire) un exercice spécifiquement français (Besse, 1992).

26Relèvent également de « la littérature » la lecture à haute voix, qui a une 'double fonction d'interprétation du texte - « une lecture nette et expres­sive jettera sur le texte une première clarté » précisent les instructions de 1925 - et d'enseignement de la matérialité de la langue orale, et la récita­tion, à laquelle un cahier est consacré à partir de 1938. Le paragraphe de 19 18 sur la versification incite à l'utilisation de métaphores musicales plutôt qu'à un vocabulaire spécialisé : le chant n'a jamais été loin de la lecture dans les programmes. Les indications sur la lecture sont cumulatives : « accentuée » en 1890, ni monotone ni mécanique mais « articulée » en 1902, la lecture doit être « articulée, accentuée et rythmée » en 1925. Toutes ces dernières indications sont absentes des instructions de 1966 et 1969 : les classes sont désormais équipées de magnétophones. Une révolution tech­nologique peut-elle mettre un terme à des exercices séculaires ?

27Au terme plutôt qu'en conclusion de ce rapide survol, on voudrait s'interroger sur ce qu'il a de spécifiquement français beaucoup plus de ce qu'il a de spécifique à l'anglais. Certains aspects évoqués ici - par exemple l'évolution des anthologies - ont été observés ailleurs, par exemple en Italie par Nadia Minerva. Il est très probable que la plupart des choix d'auteurs, le rôle de l'oral dans renseignement de la littérature, ou les polémiques autour de la langue « usuelle » cl la littérature sont dans une large mesure identiques partout en Europe, àquelques années ou à quelques variantes près. Reste que la France se singularise vraisemblablement par le rôle écrasant que la littérature joua dans l'académisation du corps enseignant par l'extrême faiblesse de sa tradition grammaticale au moment de I’institutionnalisation des langues vivantes. On rappellera ici l'analyse de Pierre Bourdieu :

[...] Après 1870, en Angleterre comme en France, l'enseignement de la littérature, qui avait été tourné jusque là vers l'apprentissage de l'écriture et de la parole publique, devient de plus en plus une « activité d'appréciation », « propre à cultiver le sentiment et l'imagination », l'enseignement de la rhétorique cédant toujours davantage la place à une culture du goût et à une préparation à la réception. (Cité par Douay-Soublin, 1999 : 1200).

28Les élèves ne font pas de dissertation en langue étrangère, mais leurs pro­fesseurs ont été formés à cette discipline et sont familiers de ces « infinis soliloques de lecteurs éclairés », selon la formule aiguë de Douay-Soublin. Comment l'aire lire Shakespeare quand on a lu, admiré, reproduit, Beljame dissertant sur Shakespeare ? Et comment enseigner ce qui ne s'apprend pas: le goût, qui exerce depuis si longtemps sa tyrannie (Sermain, 1999), l'Inventivité, bref, le sentiment littéraire ?

Haut de page

Bibliographie

Sources manuscrites

Archives Nationales Paris, F17 6898 : Réponses à la circulaire du 11 décembre 1840.

Sources Imprimées

Beljame, Alexandre (1882), « De l'enseignement des littératures et des langues modernes dans une Faculté des lettres », Revue Internationale de l'Enseignement, IV : 5-12.

Beljame, Alexandre (1885), « L'agrégation des langues vivantes », Revue Internationale de l'Enseignement, IX : 303-328.

Bréal, Michel (1872), Quelques mots sur l'instruction publique en France, Paris : Hachette.

Bréal, Michel (1893), De l'enseignement des langues vivantes, conféren­ces faites aux étudiants en lettres de la Sorbonne, Paris : Hachette.

Digeon, A. (1947), Les Etudes anglaises, Paris : Boivin et Cie.

Firmery, Joseph (1902), « Quelques mots sur la deuxième période dans l'enseignement des langues vivantes », Revue Universitaire, XI, 2 : 329-350.

Fleming, Charles (1847), Compte-rendu des Contes pour enfants de Joseph Hine, L'Interprète ou Paris et Londres, Recueil scientifique en français et en anglais, publié sous la direction de Monsieur Bescherelle aîné, 5 : 66-69.

Franchini, Silvia (1987), « Le origini dell'istruzione secondaria femminile е l'inchiesta Scialoja (1872-73) », convegno su : La passione della democrazia : Franca Pieroni Bortolotti е il movimento femminile dalle originial '900, in Quaderni di storia delle donne comuniste, 1, giugno.

Livre de lecture pour les petites filles italiennes (1908), Milan, Trevisini.

Hovelaque, Emile (1910), « L'enseignement des langues vivantes dans le deuxième cycle. Conférence faite le 15 octobre 1909 à la Sorbonne », Revue Universitaire, XIX, 1 : 293-310 et XIX, 2 : 1-16 ; 93-109.

Laprade, Victor de (1869), Le Baccalauréat et les études classiques, Pa­ris : Didier.

Laudenbach, Henri (1902), « Etude d'un texte de langue vivante dans les classes de grammaire », Revue Universitaire, XI, 2 : 147-160.

Mellier, (abbé) (1868), De la part à faire aux langues vivantes dans l'éducation libérale, discours prononcé à la distribution des prix de l'Institution des Chartreux, Lyon : Louis Perrin.

Minerva, Nadia - Pellandra, Carla (dir.) (1997) Insegnare il francese in Italia. Repertorio analitico di manuali pubblicati dal 1625 al 1860, Bologna, CLUEB.

Nissole, E. L. (1908), « La littérature étrangère dans les classes d'anglais », Revue de l'Enseignement des Langues Vivantes, XXV : 4-11.

Palazzolo, Maria Iolanda (1991), « Educazione alla conversazione/ educazione nella conversazione », in L'educazione délie donne. Scuole е modelli di vita femminile nell 'Italia dell 'Ottocento, Milano, Franco.

Schmitt, E. (1908), «L'Enseignement littéraire dans le Second Cycle», Revue de l'Enseignement des Langues Vivantes, XXV : 49-54.

Séprès P.-Y. de (1834), Emancipation intellectuelle, Cours complet de langue anglaise à l'usage du lycée national [...], Paris, lycée national ; Mansut fils.

Etudes

Adam, Jean-Michel (1991), Langue et littérature, Paris, Hachette.

Albertini, Pierre (1987), « L'histoire littéraire au lycée : repères chronologiques », Histoire de l'Education, 33 : 35-46.

Bénichou, Paul (1996), Le sacre de l'écrivain 1750-1830. Essai sur l'avènement d'un pouvoir spirituel laïque dans la France moderne, Paris, Gallimard. [Première édition 1973, Paris, José Corti.]

Besse, Henri (1992), « Quelques réflexions sur le texte littéraire et ses pratiques dans l'enseignement du français langue seconde ou étrangère », in Girard, Denis (éd.), Actes des Etats Généraux des Langues, Paris, Hachette, vol. 3 : 80-97.

Chervel, André (1986), Les Auteurs français, latins et grecs au programme de l'enseignement secondaire de 1800 à nos jours, Paris, INRP/Sorbonne.

Chervel, André (1987), « Observations sur l'histoire de l'enseignement de la composition française », Histoire de l'Education, 33 : 21-34.

Chervel, André (1988), « L'histoire des disciplines scolaires : réflexions sur un domaine de recherches », Histoire de l'Education, 38 : 59-119.

Chervel, André (1992), «Devoirs et travaux écrits des élèves dans l'en­seignement secondaire du XIXe siècle. Une source non exploitée : les enquêtes ministérielles et rectorales », Histoire de l’Education, 54 : 13-38.

Chervel, André (1993), «De l'amplification à la dissertation », in Kahn (dir.) : 130-141.

Chervel, André et Compère, Marie-Madeleine (1997), « Les humanités dans l'histoire de l'enseignement français », Histoire de l'Education, 74 : 5-38.

Chervel, André (1998), La Culture scolaire. Une approche historique, Paris, Belin.

Clavères, Marie-Hélène (1995), « Bréal et l'enseignement des langues vivantes ou Dans quel état on devient une référence », Histoire, Epistémologie, Langage, XVII, 1 : 75-93.

Clavères, Marie-Hélène (1996), « Les épreuves de langues vivantes au baccalauréat de langues vivantes de 1852 à 1914 », Les Langues Modernes, 4: 3-14.

Compagnon, Antoine (1983), La Troisième République des lettres. De Flaubert à Proust, Paris, Seuil.

Compagnon, Antoine (1999), « La rhétorique à la fin du XIXe siècle (1875-1900) », in Fumaroli (éd.) : 1215-1250.

Compère, Marie-Madeleine et Pralon-Julia, Dolorès (1990), « Les exercices latins au collège Louis le Grand », Histoire de l'Education, 46 : 5-24.

Crubelier, Maurice (1992), « Lire, 1880-1980. Au cœur d'une histoire culturelle », Histoire de l'Education, 53 : 3-12.

Decomps, Claire (1992), « Les sujets de français aux examens (baccalauréat, brevet supérieur et diplôme de fin d'études des lycées de jeunes filles) de 1881 à 1925 », Histoire de l'Education, 54 : 97-134.

Desné, Roland (1998), « Littérature et enseignement : une relation constante », in Frijhoff, Willem et Reboullet, André (dir.) : 162-170.

Douay-Soublin, Françoise (1997), « Les recueils de discours français pour la classe de rhétorique (XVIIIe-XIXe siècles) », Histoire de l'Education, 74 : 151-186.

Douay-Soublin, Françoise (1999), « La rhétorique en France au XIXe siècle à travers ses pratiques et ses institutions : restauration, renaissance, remise en cause », in Fumaroli (dir.) : 1071- 1214.

Frank, Marie-Thérèse (1992), « Pour une histoire orale de l'éducation en France depuis 1945 », Histoire de l'Education, 52 : 13-52.

Frijhoff, Willem et Reboullet, André (dir.) (1998), Histoire de la diffusion et de l'enseignement du français dans le monde, numéro spécial Le Français dans le Monde.

Fumaroli, Marc (dir.) (1999), Histoire de la rhétorique dans l'Europe moderne 1450-1950, Paris, PUF.

Isambert-Jamati, Viviane (1970), Crises de la société, crises de l'ensei­gnement, Paris : PUF.

Kahn, Gisèle (dir.) (1993), Des pratiques de l'écrit, Hachette.

Massol, Jean-François (1992), « La mort de Saint-Louis devant Tunis : tradition et innovations dans la composition française au début du XXe siècle », Histoire de l'Education, 54 : 135-146.

Sermain, Jean-Paul (1999), « Le code du bon goût », in Fumaroli (dir.) : 879-943.

Zeldin, Théodore (1978), Histoire des passions françaises, Paris : Recherches, 2 vol.

Haut de page

Annexe

La littérature dans les programmes et instructions régissant l'enseignement des langues vivantes en France jusqu'en 196926.

Circulaire du 18 septembre 1840

[...] Dans la première année, ce qui doit dominer est l'étude de la grammaire et de la prononciation ; dans la seconde année, des explications variées d'auteurs en prose ou en vers, qui, par des comparaisons fréquentes avec les auteurs grecs, latins et français, étendent et fortifient les connaissances grammaticales et littéraires des élèves ; dans la troisième année, un peu d'histoire littéraire, représentée par des morceaux de choix des premiers maîtres, avec des exercices de style et de composition. [...] Dans la seconde année [...] on expliquera des auteurs de vers aussi bien que des auteurs de prose. On préférera des auteurs qui permettent de perpétuelles comparaisons avec les écrivains de l'Antiquité. Par exemple, pour l'anglais on pourrait prendre la traduction de Virgile par Dryden, et celle de l'Iliade par Pope ; pour l'allemand, la traduction d'Homère de Voss, celle des Commentaires de César par Wagner, etc.. On aura soin de choisir les morceaux les plus intéressants sans s'astreindre à épuiser un livre entier. Dans la troisième année, l'enseignement aura plus particulièrement un caractère litté­raire. Le professeur pourra présenter une sorte de tableau de la littérature anglaise ou allemande, en faisant expliquer un ou deux morceaux de chaque auteur célèbre. Ce sera une histoire littéraire en exemples. [...]

Instruction générale du 15 novembre 1854 sur le plan d'études de 1852

[...] Les éléments constitutifs du langage et les rapports grammaticaux des parties du discours étant désormais bien connus, les exercices du cours de troisième année auront pour matière la révision générale de la grammaire, l'étude raisonnée des étymologies et des formes dérivées, l'histoire littéraire de la langue. Ici, bien plus que dans les cours précédents, l'exposition de ces différents objets devra être faite en allemand ou en anglais, dans de véritables conférences, dirigées par le professeur, et dont le résumé servira de travail personnel des élèves. L'histoire littéraire, par les sujets de narration, de portraits et de tableaux qu'elle fournira, fortifiera les jeunes gens dans la pratique de la langue tout en développant leur goût : elle achèvera d'ailleurs de les initier au génie de chacun des deux idiomes et aux beautés des écrivains les plus remarquables dans tous les genres. Il faudra éviter cependant de donner à l'histoire littéraire un caractère trop élevé pour l'âge des élèves et on y fera dominer de préférence l'explication des textes. Les compositions et tous les devoirs écrits de cette troisième année seront rédigés exclusivement en anglais ou en allemand.[...]

Circulaire du 29 septembre 1863

[...] Je conviens que les littératures germaniques sont fort belles, et que Goethe et Shakespeare ont beaucoup à donner à l'esprit français ; mais ne faut-il pas réserver surtout pour l'étudiant de nos facultés cette influence, qui n'aura que des avantages, et point d'inconvénients, si elle agit sur des esprits préparés par une culture sévère et dans le sens des traditions. Pour l'élève du lycée, il est bon de le retenir d'abord sous la discipline classique. Nos arts, nos lettres, nos sciences, notre esprit même et nos lois viennent d'Athènes et de Rome. Il faut faire l'esprit des enfants avec ce qui a fait l'esprit des pères. Ceux de nos élèves pour qui l'on veut le haut enseignement de nos lycées doivent avant tout entretenir un commerce de chaque jour avec la Bible, Homère, Hérodote, Horace, Virgile et nos grands classiques nationaux. Mais il est nécessaire de leur apprendre aussi ce que l'on n'apprend bien que dans l'enfance, une langue étrangère, et de leur mettre dans la main cette clef d'or qui leur ouvrira dans la suite des tré­sors nouveaux. En un mot, dans l'économie de nos études scolaires, nous enseignons à nos enfants les langues mortes pour leur apprendre à penser, les langues vivantes pour leur apprendre à les parler.[...]

Programmes annexés au Plan d'études des lycées du 10 août 1874

Classe de Huitième. [...] Exercices de lecture. Explication et récitation. [...] Auteurs indiqués. Recueil de morceaux très simples (anecdotes, des­criptions, fables, contes). Miss Edgeworth, Frank.

Classe de Septième. [...] Explication et récitation. [...] Auteurs indiqués. Recueils de morceaux choisis. Miss Edgeworth, Contes faciles. Day, Sandford et Merton.

Classe de Sixième. [...] Explication et récitation. [...] Auteurs indiqués. Choix de morceaux classiques. Miss Edgeworth, choix de contes. Aikin et Barbauld, Evenings at home.

Classe de Cinquième. [...] Explication et récitation. [...] Auteurs indiqués. Choix de morceaux classiques. Walter Scott, Contes d'un grand-père (extraits). Les jours de classe de Tom Brown. Voyages du Capitaine Cook.

Classe de Quatrième. [...] Explication et récitation. [...] Auteurs indiqués. Choix de morceaux classiques. Daniel de Foe, Robinson Crusoë. W. Irving, Voyages de Christophe Colomb. Récits de l'histoire d'Angleterre (Goldsmith, Hume, Lingard, etc…). Pope, Windsor Forest.

Classe de Troisième. [...] Explication et récitation. [...] Compositions faciles en anglais. Auteurs indiqués. Choix de morceaux classiques. Walter Scott, Morceaux choisis. Macaulay, Histoire d'Angleterre (premier volume), Chants de l'ancienne Rome. Essais choisis de Goldsmith. Beautés d'Addison. Shakespeare, Jules César.

Classe de Seconde. [...] Explication et récitation. [...] Compositions en anglais. Comptes rendus, en anglais, de lectures anglaises faites en classe par le professeur. [...] Auteurs indiqués. Choix de morceaux classiques. Recueils de lettres. Walter Scott, morceaux choisis. Washington Irving, Sketch-book. Goldsmith, The Deserted Village, the Traveller. Shakespeare, Henri VIII, Richard III. Milton.

Classe de Rhétorique. Du style anglais. Langue de la poésie et de la prose. [...] Explication et récitation. [...] Compositions faciles en anglais. Auteurs indiqués. Choix de morceaux classiques. Recueils de lettres. Bacon, Essais. Pope, Essai sur la critique. Beautés de Byron. Shakespeare, Macbeth. Milton. Classe de Philosophie. Mêmes exercices qu'en Rhétorique.

Programmes annexés au Plan d'études du 2 août 1880

Division élémentaire.

Classe préparatoire. Livre de lectures enfantines. Exercices de langue usuelle à propos de lectures faites en classe, et comme explication de ta­bleaux figurés. [...]

Classe de Huitième. [...] Lecture. Principes généraux de la prononciation. Insister dans la prononciation sur l'accent tonique. [...] Auteurs indiqués. Morceaux choisis. Miss Edgeworth, Contes choisis.

Classe de Septième. [...] Explication et récitation d'auteurs élémentaires. Exercices de lecture et de conversation. [...] Auteurs indiqués. Morceaux choisis. Day, Sandford et Merton. Miss Edgeworth, Contes choisis. Division de grammaire.

Classe de Sixième. [...] Explication et récitation d'auteurs. Exercices de lecture et de conversation. [...] Version, surtout orale. Auteurs indiqués. Morceaux choisis. Miss Edgeworth, Contes choisis. Aikin et Barbauld, Soirée au logis. Miss Corner, Histoire d'Angleterre.

Classe de Cinquième. [...] Explication et récitation d'auteurs. Exercices de lecture et de conversation. Auteurs indiqués. Morceaux choisis. Walter Scott, Récits d'un grand-père. Hughes, Les jours de classe de Tom Brown. Voyages du capitaine Cook. Miss Corner, Histoire de la Grèce.

Classe de Quatrième. [...] Explication et récitation d'auteurs. Exercices de lecture et de conversation. [...] Auteurs indiqués. Morceaux choisis. Daniel de Foë, Robinson Crusoë. Irving, Voyages de Christophe Colomb. Pope, La forêt de Windsor. Miss Corner, Histoire de Rome. Division supérieure.

Classe de Troisième. [...] Explication et récitation d'auteurs. Exercices de lecture et de conversation. [...] Notions d'histoire littéraire, à propos des morceaux expliqués. Auteurs indiqués. Morceaux choisis. Macaulay, Histoire d'Angleterre, I. Walter Scott, un roman. Shakespeare, Jules César. Dickens, Histoire d'Angleterre.

Classe de Seconde. [...] Explication et récitation d'auteurs. Exercices de lecture et de conversation. [...] Notions d'histoire littéraire, à propos des i morceaux expliqués. Auteurs indiqués. Morceaux choisis. Dickens, David Copperfield. W. Irving, Livre d'esquisses. Goldsmith, Le Village abandonné, Le voyageur. Shakespeare, Macbeth. Walter Scott, un roman.

Classe de Rhétorique. [...] Explication et récitation d'auteurs. Exercices de lecture et de conversation. [...] Compositions. Notions d'histoire littéraire, à propos des morceaux expliqués. Auteurs indiqués. Morceaux choisis. Dickens, Nicolas Nickleby. Walter Scott, Les puritains d'Ecosse, Shakespeare, Henri VIII, Richard III, Othello. Byron, Childe Harold.

Classe de Philosophie. Auteurs anglais. Morceaux choisis, d'un caractère philosophique. Bacon, Essais. Pope, Essais sur la critique. Macaulay, Histoire d'Angleterre. Stuart Mill, La Liberté.

Arrêté du 28 janvier 1890

[...] L'étude de la langue doit précéder l'étude littéraire. [...] En français, nous n'introduisons nos élèves dans le commerce des grands écrivains qu'après leur avoir appris à s'exprimer eux-mêmes avec une certaine correction. En latin, nous avons soin de les mettre au courant des formes grammaticales, de leur apprendre même à s'en servir et à les appliquer dans des devoirs élémentaires, avant de leur présenter un texte de Virgile ou de Tacite. Dans les langues vivantes, le besoin d'une sage lenteur et d'une gradation habile est d'autant plus grand que ces langues sont plus différentes de la nôtre et que les littératures dont elles sont les organes ont un caractère plus original. A lire trop tôt Shakespeare et Goethe, on risque de ne jamais les comprendre. Vouloir unir prématurément l'étude littéraire à l'étude de la langue, c'est tout compromettre à la fois, c'est s'exposer à ne jamais lire couramment la langue, à ne jamais la parler surtout, et à ne jamais goûter la littérature dans ce qu'elle a de réellement original, c'est-à-dire dans ce qui en fait le véritable intérêt. S'il fallait sacrifier l'une des deux études à l'autre, il serait encore préférable de s'en tenir modestement à la langue et de réserver la littérature pour un âge où l'esprit a conquis, avec la maturité, sa liberté d'allure, sa souplesse et son indépendance.

[...] La lecture. Les Morceaux choisis.

De même, les lectures doivent être soigneusement appropriées à la force de chaque classe. Un recueil de Morceaux choisis a été mis à la tête de chaque liste d'auteurs. Les Morceaux choisis ne sont pas pris nécessairement dans les auteurs du programme. L'Angleterre et l'Allemagne possèdent une riche littérature de contes et de récits, en partie signés de noms peu connus. L'élève d'une classe élémentaire, et même d'une classe de grammaire, n'apprécie pas encore ce qu'on appelle le style, surtout dans une langue étrangère. Ce qui l'intéresse, c'est le contenu. Il ne faut même pas craindre d'approprier un récit par quelques arrangements discrets, au goût de nos petits lecteurs français, ou de composer des morceaux spécialement pour eux. Il ne leur déplaira point, par exemple, d'entendre raconter, ou de raconter eux-mêmes en anglais ou en allemand un fait ou une anecdote empruntés à notre histoire nationale. Au reste, une lecture en langue étrangère doit avoir les mêmes qualités qu'une lecture française. Après que la prononciation de chaque mot aura été bien établie, on partagera la phrase en ses compartiments naturels, et on lui donnera son rythme. En d'autres termes, à l'accent du mot on ajoutera l'accent de la phrase. Il va sans dire que préalablement le sens des mots aura été expliqué : on ne lit bien que ce que l'on comprend. S'agit-il d'une poésie, on scandera le vers, on en marquera les accents. Le professeur ne se croira jamais tenu, même dans la division supérieure, de faire un cours complet de prosodie, mais il donnera toujours, à propos des textes en vers, toutes les indications nécessaires pour qu'ils soient bien lus. Parmi les exercices prescrits pour la classe préparatoire, figurent la lecture rythmée et le chant. La première est un exercice d'ensemble que tout professeur peut pratiquer et qui demande seulement une extrême précision. Quant au chant, il est recommandé au professeur, sans lui être imposé : c'est un excellent moyen d'habituer une classe à une bonne prononciation. [...]

VII. Les auteurs.

Jusqu'à la fin de la division de grammaire, la série des textes à expliquer et à redire de vive voix ne contient guère que des contes et quelques scènes de comédie. Jusque-là, l'élève n'a guère été habitué qu'à dénommer et à qualifier les objets qui l'environnent et à exprimer sa propre pensée en langue étrangère. Le moment semble venu de le mettre en contact direct avec les écrivains. S'il a bien profité des six dernières années, et même en lui concédant un peu de temps perdu, il doit posséder les cinq cents mots qui forment le fonds uniforme et indispensable du langage ; il doit être à même d'analyser une phrase, d'en relever les expressions saillantes, de sentir la vivacité d'une tournure ou la beauté d'une image. Il peut faire alors ce qu'on appelle lire un auteur, sans le déchiffrer laborieusement à l'aide du dictionnaire et de la grammaire, sans le torturer surtout par un triste mot-à-mot hérissé de contre-sens. Le programme de quatrième nous apportait déjà la principale comédie de Lessing, Minna de Barnhelm, un modèle de conversation élégante et simple, et les Récits d'un grand-père de Walter Scott, qui se recommandaient par leur contenu historique. En troisième, nous voyons apparaître les noms de Goethe, de Schiller, de Goldsmith, de Macaulay, auxquels s'ajouteront bientôt ceux de Shakespeare, de lord Byron, de Dickens et de George Eliot. Comment ces auteurs doivent-ils être lus et expliqués ? Il sera tout naturel que l'explication se fasse d'abord au point de vue de la langue. Et que de découvertes on peut faire faire à l'élève dans ce vaste champ d'un idiome qui est construit sur un autre plan que le nôtre ! Que de révélations inattendues ! Que de surprises qui stimulent notre curiosité ! Souvent l'impossibilité de traduire est le meilleur des commentaires. Quand Macbeth, dans une de ses dernières tirades, s'écrie, en maudissant la vie : out, out, brief candie ! nous traduisons : éteins-toi, court flambeau ! Mais quelle énergique éloquence dans ce monosyllabe répété, d'un sens si plein qu'il n'a plus besoin du verbe qui l'accompagne d'ordinaire ! De même, la Léonore de Burger s'écrie : hin ist hin ! ce qui veut dire que les morts sont morts, pâle interprétation de ces deux adverbes monosyllabiques reliés par la plus simple des formes verbales. Une ballade de Goethe, intitulée Le Pêcheur, est, d'un bout à l'autre, pour le traducteur, une lutte contre un texte impossible à atteindre. Faut-il éviter ces textes ? Il faut les rechercher, au contraire. Ce sont des occasions de pénétrer dans le génie de la langue, et le professeur qui négligerait ces occasions se priverait d'une vraie source d'intérêt. Il faut de même recueillir avec soin les expressions qui sont habituelles à un écrivain et qui caractérisent sa manière, les mots qui appartiennent spécialement à une époque et qui contiennent des allusions aux mœurs. Ces remarques prennent peu de temps, elles jettent de la variété dans l'explication, elles nourrissent la leçon, elles laissent une trace dans la mémoire. Elles sont plus instructives que des digressions littéraires qui ne se rattachent directement ni aux textes expliqués ni aux connaissances générales de l'élève.

L'histoire littéraire ; ses limites.

Le programme porte, pour la classe de rhétorique seulement, des notions d'histoire littéraire à propos des textes expliqués. Ces notions devront réellement se borner à ce qui peut éclairer les textes ; elles ne devront jamais dégénérer en cours. Au reste, toutes les fois que le professeur, au milieu d'une explication, pourra faire un rapprochement entre la littérature dont il est l'interprète et les littératures classiques, plus familières à l'élève, il ne se refusera pas ce moyen de l'intéresser : il sera là dans son véritable rôle. En traduisant, par exemple, un lied de Henri Heine ou une romance de Wordsworth, il n'aura pas de peine à montrer combien ces strophes si simples, si peu ornées, qui visent si peu à l'éloquence, sont en dehors de nos habitudes littéraires. Dans un autre ordre d'idées, Shakespeare apparaîtra comme le représentant d'un drame où la fatalité antique ne joue presque aucun rôle, et dont le principal ressort est la liberté humaine. D'autres fois, par quelques textes bien choisis, on montrera comment l'histoire, école d'éloquence chez les anciens, est devenue philosophique en France, politique en Angleterre, scientifique en Allemagne. Le but de ces comparaisons, qui interviendront de temps en temps sans retarder la marche régulière de l'enseignement, ne sera point de dresser une échelle de dignité entre les écrivains, mais de laisser entrevoir comment le génie de plusieurs nations, si proches voisines, peut s'exprimer différemment dans des genres pareils. C'est là, en somme, la fin dernière de l'étude des langues et des littératures étrangères, et c'est par là que cette étude justifie la lace qui lui est faite aujourd'hui dans le plan de notre enseignement secondaire. On a dit que notre tradition littéraire était un peu trop en ligne droite ; elle va directement d'Athènes à Rome, et de Rome à Paris. Si l'étude es langues et des cultures étrangères n'est pas vaine, elle aura pour effet 'infléchir un peu cette ligne, sans la faire dévier tout à fait. L'Angleterre et l'Allemagne ont hérité, comme la France, de la civilisation antique ; mais, comme la France, elles y ont mêlé quelque chose de leur propre génie, c'est ce quelque chose que nous recueillons, et ce sont les langues qui nous ouvrent les chemins. [...]

Programme annexé

Division élémentaire.

Classe préparatoire. [...] Lecture à haute voix ; lecture rythmée ; chant. ...] Petites poésies apprises par cœur. [...] Livre de lectures enfantines.

 Classe de Huitième. [...] Explication et récitation de textes faciles. [...] morceaux choisis de prose et de poésie.

Classe de Septième. [...] Explication et récitation de textes faciles. Exercices de conversation sur les lectures faites en classe.

Auteurs anglais. Morceaux choisis. Day, Sandford and Merton. Miss Edgeworth, Moral Tales, Popular Tales (choix), Old Poz.

Division de grammaire.

Classe de Sixième. [...] Explication et récitation d'auteurs. Exercices oraux sur les mots appris et sur les textes expliqués. Auteurs anglais. Morceaux choisis. Choix de contes. Aikin et Barbauld, Evenings at Home. Miss Corner, A Short History of England.

Classe de Cinquième. [...] Explication et récitation d'auteurs. Exercices oraux sur les mots appris et sur les textes expliqués. [...] Auteurs anglais. Morceaux choisis. De Foë, Robinson Crusoe. Franklin, Autobiography. Miss Corner, History of Greece (extraits).

Classe de Quatrième. [...] Explication et récitation d'auteurs. Exercices oraux sur les mots appris et sur les textes expliqués. [...] Auteurs anglais. Morceaux choisis. Walter Scott : Tales of a Grandfather. W. Irving, The Life and Voyages of Christopher Colombus (extraits), The Sketch-Book. Miss Corner, History of Rome.

Division supérieure.

Classe de Troisième. [...] Explication et récitation d'auteurs. Lecture courante de morceaux faciles. Exercices de conversation sur les textes lus ou expliqués et sur les mots appris. [...] Auteurs anglais. Morceaux choisis. Goldsmith, The Vicar of Wakefield. Lamb, Tales from Shakespeare. Macaulay, History of England (extraits).

Classe de Seconde. [...] Explication et récitation d'auteurs. Lecture courante. Essais de conversation et de composition sur les textes lus ou expliqués. Auteurs anglais. Morceaux choisis. Shakespeare, Julius Caesar, Coriolanus. Goldsmith, The Deserted Village. Walter Scott, un roman. Dickens, A Christmas Carol, David Copperfield. Extraits des historiens anglais.

Classe de Rhétorique. Explication et récitation d'auteurs. Exercices de lecture et de conversation. [...] Rédaction libre. Notions d'histoire littéraire à propos des textes expliqués. Auteurs anglais. Morceaux choisis. Shakespeare, Macbeth, King Richard III. Byron, Childe Harold. Tennyson, Enoch Arden. Dickens, Nicholas Nickleby. George Elliot, Silas Marner.

Classe de Philosophie. Exercices de conversation sur les lectures faites. Auteurs anglais. Morceaux choisis. Shakespeare, Hamlet. Macaulay, Essays.

Instructions du 15 novembre 1901

[...] 14. La littérature, manifestation essentielle de la vie des peuples, a naturellement sa place dans l'enseignement des langues vivantes. Mais la culture littéraire, proprement dite, par l'étude des textes sera toujours subordonnée à la connaissance de la langue, qui reste la fin principale de tout l'enseignement. [...]

Arrêté du 31 mai 1902

[...] Dans la seconde période, tout en exerçant et en développant la faculté et l'habitude de converser, en donnant une plus grande étendue au vocabulaire dont l'élève dispose et plus de précision à ses connaissances grammaticales, on se propose comme but de le mettre en état de comprendre les livres et les publications diverses imprimées dans la langue étrangère et d'exprimer lui-même sa pensée dans cette langue par écrit. On lui apprend à lire et à écrire. Enfin, dans la troisième, la langue est suffisamment connue pour que la lecture cesse d'être à elle-même son propre but ; on s'en sert pour faire connaître au jeune homme le pays étranger, la vie du peuple qui l'habite et sa littérature.

La première période correspond aux classes de sixième et de cinquième ; la seconde aux classes de quatrième et de troisième ; la dernière au second cycle des études. Mais il ne faut pas considérer ces limites comme impératives et rigoureuses. [...]

Première période. [...] Livres. Un livre de lecture, simple, mettant en œuvre le vocabulaire déterminé ci-dessus (leçons de choses, petites descriptions, récits historiques ou légendaires, anecdotes, poésies enfantines). S'appliquer avant tout à obtenir une lecture bien faite. Expliquer les mots à l'aide des mots déjà sus. En tout cas, éviter la traduction mot à mot.

Deuxième période. Classes de quatrième et de troisième.

La conversation a été, dans la période précédente, l'exercice continuel, grâce auquel l'élève a acquis l'intelligence des vocables et des connaissances grammaticales. La place principale, dans la seconde période, appartient à la lecture. La conversation ne disparaît pas, loin de là, mais d'artificielle, elle devient naturelle. Le professeur fait la classe dans la langue enseignée ; il s'en sert pour tout ce qu'il a à dire à ses élèves et notamment pour la correction des devoirs, les élèves pour tout ce qu'ils ont à dire ou à demander. La lecture fournit aussi ample matière à conversation.

[...] Lectures.

Tout d'abord, on s'appliquera à ce que le texte soit lu correctement. Le professeur lira d'abord la phrase et la fera répéter. Après explication, il fera relire l'alinéa entier et ne tolérera pas une lecture mécanique et mo­notone. Il expliquera d'abord pour chaque phrase les mots inconnus, en se servant des mots déjà sus. Il s'assurera par des questions que la phrase est bien comprise. Arrivé à la fin de l'alinéa, il le fera résumer. Il peut être nécessaire, pour s'assurer que le texte a été compris, de le faire traduire. En ce cas, on évitera le mot à mot ; la phrase sera immédiatement rendue par une phrase. Cet exercice sera dirigé par le professeur en langue étrangère. De temps en temps, on fera raconter une histoire lue précédemment. Les élèves seront en outre engagés, dans tout le cours des études, à faire des lectures supplémentaires qui seront contrôlées en classe.

Leçons. Elles consistent surtout en récitation de textes. Devoirs écrits. Les devoirs écrits seront d'abord des dictées, puis des reproductions de récits lus en classe ; enfin des exercices de composition laissant plus d'initiative et de liberté à l'élève (narrations et lettres).

Livres. [...] 2° Textes de lectures : Livre de lecture contenant des récits d'histoire ou de légende, des tableaux de la vie à l'étranger, des notions pratiques présentées sous une forme brève et agréable. Choix de nouvelles et de saynètes, donnant autant que possible, en même temps que des modèles de style pour la narration, des peintures de mœurs contemporaines. Ce recueil contiendra aussi des pièces de vers. Un journal.

Troisième période.

[...] Les exercices seront donc en grande partie les mêmes que durant la seconde période. Mais on accordera une place de plus en plus large aux exercices écrits (narrations, lettres, récits, résumés des lectures faites). L'usage d'un dictionnaire en langue étrangère est recommandé pour la rédaction de ces devoirs. [...] Les lectures prennent peu à peu un caractère plus didactique. Les sujets pourront en être puisés dans les publications périodiques. Le moment est venu de faire connaître à l'élève la vie, la civilisation, l'histoire et la littérature du peuple étranger. Les sujets de lecture, les commentaires du professeur, au besoin des séries de courts exposés faits dans la langue étrangère et suivis d'interrogations dans cette langue, initieront graduellement les élèves à cette connaissance. On encouragera les lectures faites à domicile et en étude. L'élève résumera de vive voix ou par écrit les pages qu'il aura lues. De temps à autre, on fera faire par les élèves de petites leçons orales sur les arts industriels, les grandes découvertes, la géographie, les voies de communication, les beaux-arts, l'histoire littéraire. Ces faits se rattacheront, autant que possible, à des lectures ou à des exposés déjà faits. [...]

Livres : Lectures se rapportant à la géographie, à l'histoire, aux sciences. Morceaux choisis de prose et de vers tirés des principaux chefs-d'œuvre de la littérature. [...]

Instructions de 1908

[...] En Quatrième et en Troisième, il [le professeur] s'efforcera de ne faire expliquer que des textes vivants et bien écrits ; discrètement, il fera ressortir la valeur d'un mot mis à sa place, la précision et la force d'une expression, la netteté d'un développement, la liaison et la dépendance des idées, la solidité de la composition du morceau expliqué. Plus tard, il pourra insister sur ce qu'il y a de plus significatif, d'individuel et de caractéristique dans les mots, les tournures, le rythme et le style d'un texte, montrer en quoi il nous renseigne sur la vie, les préoccupations les plus fréquentes, les idées, la sensibilité, la personnalité de l'écrivain, les caractères propres de l'époque à laquelle il appartient, le génie du pays dont il écrit la langue.

Mais ces analyses, qui resteront toujours simples, claires, peu ambitieuses, ne doivent jamais porter d'abord que sur des textes déjà expliqués au point de vue du vocabulaire, de la grammaire, du sens : c'est sur la nette compréhension du texte que le professeur doit s'appuyer pour en dégager a portée documentaire et la valeur esthétique, et ses appréciations doivent toujours se rattacher à l'examen précis des mots, des expressions qu'il contient.

L’enseignement de la littérature aura donc ses racines dans l'étude de la langue ; il s'en nourrira et viendra à son tour la féconder ; les deux disciplines ne seront jamais séparées, mais se fortifieront l'une par l'autre, car ne œuvre littéraire ne peut être pleinement appréciée que dans et par la langue où elle est écrite.

C’est surtout au moyen des poésies lyriques déjà apprises par ses élèves que le maître doit tout d'abord donner l'enseignement littéraire. Il aura eu soin de les choisir dans les classes et les années précédentes de façon à constituer des groupes de poésies de tels ou tels écrivains qui se corrobo­rent toutes et convergent toutes à faire naître graduellement une idée simple, nette, précise de la personnalité et du génie de chacun. Ensuite, il rapprochera les groupes séparés de notions ainsi acquises au sujet des écrivains d'une même époque ; les ressemblances et les différences se dégageront toutes seules : elles seront l'objet de petites leçons, de petites conférences, qui viendront compléter les commentaires du maître, les lectures de la classe ; et l'élève acquerra peu à peu une idée exacte, fondée sur l'analyse et la possession de textes bien choisis, des caractères communs de telle ou telle période littéraire.

Rien de plus naturel que de faire ensuite en Seconde, en Première, des rapprochements entre les différentes périodes de la littérature étrangère dont on précisera les grands développements et leurs rapports avec les principaux moments de civilisation. On aboutira ainsi à des comparaisons avec les périodes correspondantes de la littérature française, et peu à peu les différences profondes de pensée, de sensibilité, d'expression qui séparent notre génie du génie des peuples étrangers s'imprimeront dans l'esprit des élèves. Grâce aux clartés que se renverront ainsi les deux littératures, ils comprendront mieux à la fois celle de leur pays et celle du pays étranger. Ils auront sur un assez grand nombre de textes et d'écrivains représentatifs des impressions personnelles et précises qu'aucun enseignement de la littérature donné ex cathedra et a priori ne leur fournira jamais ; et par la netteté, la sûreté, la vie des connaissances que le professeur de langues vivantes leur aura ainsi communiquées, il aura puissamment collaboré à la formation de leur esprit et contribué à leur culture générale. C'est à ce couronnement des études de langues vivantes qu'il doit penser toujours : ce sont ces caractères de précision, de parfaite possession, de constante réalité, qu'il doit s'efforcer de donner à son enseignement, depuis les pe­tites classes jusqu'aux plus hautes. Dans toutes, la méthode est la même. Elle ne diffère que par ses objets, qui varient selon l'âge, les facultés, les intérêts des élèves. [...]

Classes de Sixième et Cinquième. [...]

Les leçons. - La récitation est un exercice d'articulation dont l'utilité est grande. Les textes appris seront de petites poésies bien simples, des fables de préférence, et de courtes anecdotes. L'anecdote a un avantage : c'est qu'après l'avoir récitée plusieurs fois, l'élève finit par la raconter. Le professeur devra faire tous ses efforts pour obtenir une récitation presque déclamée, accompagnée de gestes. Elle doit être placée, non au commen­cement de la classe, mais à la fin. [...]

Classes de Quatrième et de Troisième.

[...] La lecture. - L'exercice principal est désormais la lecture. Elle ne consiste pas uniquement à faire comprendre le texte lu. Sans doute, il faut tout d'abord que l'élève sache ce que signifie la page qu'on lit, mais c'est le moyen, ce n'est pas le but. Le but, c'est que l'élève s'assimile les éléments nouveaux contenus dans le texte. Il ne s'agit plus seulement de lui apprendre les noms des choses qu'il voit ; le livre apporte dans la classe le monde extérieur, la vie des hommes dans la société. Ce livre doit être choisi de telle façon qu'il intéresse les élèves, et que les morceaux qu'il contient soient très variés. Il faut surtout qu'il n'y soit pas fait abus de géographie et de statistique. Les instructions ministérielles disent qu'il ne suffit pas de faire connaître la langue étrangère, mais qu'il faut aussi connaître le pays étranger. On s'est mépris sur le sens de ces paroles. On a introduit dans les classes des livres absolument dénués d'intérêt et qui ne sont que des nomenclatures. Ce n'est pas au professeur de langues vivantes qu'il appartient de faire des cours de géographie. Le pays étranger dont doit parler le maître, ce sont des habitants dans leur milieu, avec leur manière de penser et de sentir, toutes choses que décrivent avec talent les nouvellistes, et ce sont avant tout des nouvelles dont il faut se servir. Le premier devoir du professeur est de préparer le texte qu'il expliquera. Il faut en effet qu'il le fasse comprendre tout entier uniquement à l'aide de la langue étrangère ; il arrivera souvent qu'il lui faudra faire un long tour à travers le vocabulaire connu pour expliquer un vocable nouveau. Il ne peut pas toujours s'en remettre à l'improvisation ; il faut qu'avant d'entrer en classe, il sache comment il s'y prendra pour que tout soit clair. Mais encore une fois, ce n'est pas là qu'est le but de l'exercice : il est destiné avant tout à apprendre aux élèves des choses nouvelles. Le professeur doit onc savoir d'avance que c'est surtout sur tels mots, telles tournures, telles expressions que doivent porter ses efforts. Il faut qu'il puisse se dire, quand il aura fini : Mes élèves ont appris aujourd'hui telle ou telle forme grammaticale, tel vocable, qu'ils ignoraient. Quand, au cours de l'explication, il arrivera à ces mots, à ces formes, il les détachera du contexte, les écrira ou les fera écrire au tableau et en fera l'objet d'une courte leçon ; il donnera le sens général de toute tournure nouvelle et précisera ses nuances diverses. Il pourra élargir son exposé et, par exemple, parler de la formation des mots en ajoutant d'autres exemples à celui qui est l'occasion de cette excursion. Il rentrera ensuite dans le texte, en insistant sur la signification qu'a l'expression dans le passage. Ce qu'il faut éviter avant tout, c'est l'explication par synonymes : elle est inefficace et ne laisse que du vague dans l'esprit de l'élève ; il vaudrait mieux au contraire montrer la différence qui existe entre des synonymes apparents. [...] L'explication doit se faire dans la langue étrangère. Il est bon de donner à cette explication la forme d'un dialogue avec les élèves et de les interroger souvent. La lecture terminée, il reste à vérifier si le texte a été compris. Beaucoup de professeurs croient s'en assurer en posant des questions qui sont les phrases du texte sous forme interrogative et l'élève répond tranquillement sous forme positive. Cela ne prouve pas du tout qu'il a compris. Il n'y a qu'un seul moyen de faire le contrôle, c'est d'inviter un ou plusieurs élèves à reproduire le texte en français. On n'interrogera pas seulement les forts, mais encore les moyens et les faibles. Cette reproduction a pour les élèves en retard une très grande utilité. Comme ils savent que, à la fin de l'exercice, tout s'éclairera, ils suivent l'explication attentivement et peu à peu finissent par s'y intéresser et par comprendre. [...] Si ce contrôle révèle que des passages n'ont pas été compris, le professeur les reprendra, mais en les expliquant uniquement dans la langue étrangère.

L'enseignement littéraire. -[...] on ne saurait trop répéter qu'en Quatrième et en Troisième cet enseignement doit garder un caractère extrêmement élémentaire. Il s'y réduit en somme à la pénétration, à la compréhension, aussi complète que possible, d'un certain nombre de textes littéraires faciles, soigneusement gradués et groupés. Lorsque le maître aura insensiblement conduit ses élèves à voir nettement quels sont les mots les plus significatifs d'une strophe ou d'une phrase, à découvrir le rôle et la portée de l'une ou l'autre dans la poésie ou le morceau, à dégager l'émotion, le sentiment ou l'idée qui ont inspiré l'écrivain, leurs correspondances avec le rythme et le style, sa tâche sera achevée, et tout commentaire « littéraire » sera vain : c'est directement et par lui-même que l'élève découvrira et sentira la beauté des textes ; c'est par le contact immédiat avec des fragments d'un écrivain qu'il se trouvera face à face avec sa personnalité et qu'il apprendra à la connaître. La méthode appliquée à l'enseignement de la littérature sera donc celle-là même qui a donné la possession du vocabulaire et de la grammaire : elle supprime les intermédiaires, elle enseigne le mot par l'image, la grammaire par l'exemple, la littérature par des textes ; et partout elle met l'élève directement en face de réalités concrètes ou spirituelles et non de mots ou d'idées abstraites.

Deuxième cycle.

Lecture : Enseignement littéraire [...]. On s'efforcera par le choix des textes de compléter et de développer les notions précédemment acquises sur tel ou tel écrivain et sur les principales époques de la littérature étrangère. Un plan doit donc présider au choix de ces lectures qui ne seront jamais abandonnées au hasard ou à la fantaisie. Par leur coordination raisonnée et leur convergence vers des fins nettement délimitées d'avance, ces lectures contribueront avec l'étude du français à remplacer la discipline que fournissent dans les autres sections les études gréco-latines.

Mais même en Seconde et en Première, l'enseignement littéraire gardera autant que possible un caractère élémentaire et pour ainsi dire concret. Ce n'est que peu à peu que l'on y introduira l'étude de textes étendus, les idées générales, qu'on y fera des rapprochements et des commentaires d'un ordre plus élevé et plus abstrait. On ne négligera jamais de rattacher les nouvelles connaissances aux anciennes ; ce n'est que graduellement que l'on passera de l'étude de la poésie lyrique si abondante, si belle et si significative dans les littératures étrangères et qui restera longtemps la principale préoccupation du maître, à celle des œuvres dramatiques et à la prose d'imagination ou d'idées, plus complexe que les morceaux descriptifs, les nouvelles et les fragments de roman qui ont fourni jusqu'ici la matière des lectures. Lorsque la classe s'attaquera à une scène ou morceau détaché, le maître aura soin, par une brève analyse et des commentaires, de les situer dans l'ensemble auquel ils appartiennent et d'en préparer ainsi l'intelligence. Il ne se contentera pas d'ailleurs de faire connaître à sa classe des morceaux de bravoure des principaux écrivains. On ne peut admettre que nos élèves quittent le lycée sans avoir fait connaissance directement et pareux-mêmesavec Goethe ou Shakespeare, Dante et Cervantes, et autrementque par decourts fragments détachés. On s'appliquera, dans lamesure du possible, à leur faireétudier dansson ensemble au moinsune œuvre ou un texte étendu d'un oudeux des plusgrands écrivains dupays dont ils étudientla langue. Il va sansdire qu'ici comme partout ilimporte de ne rien donneraux. élèves- qu'ils ne puissent pleinement comprendre, que la précision et laparfaite possession des notions qu'on leur communiquel'emportent surleur nombre ou leur étendue. Mieux vaut se résigner à résumer de nombreuses scènes d'unepièce, afin, depouvoir enapprofondir quelques-unes, que de selivrer à une étude rapide etnécessairement imparfaite detoutes. [...]

Arrêté du 3 juin. 1925

Classe de Sixième. Lecture, explication et récitation de textes très faciles ; chant. Oncommence le cahier de récitations qui suivra l’élèvedans toutle cours de ses études. [...] Auteurs. - Textes très faciles, tirés de la littératureenfantine consacrée par l'usage ou des grands écrivains. [...]

Classede Cinquième. Lecture. L'explication faiteen langue étrangère est toujours précédée et suivie de la lecture soigneusement articulée, accentuée et rythmée du passage. [..,] Auteurs - Textes faciles. VoirProgramme de Sixième».

Classe de Quatrième. [...] Lecture expliquée. - Elle tient une plus grande place qu'auparavant. L'explicationfaite en langue étrangère est toujours précédée et suivie dela lecture soigneusement articulée, accentuée etrythmée. Récitation. - Textes de prose et de poésie gradués et toujours pris chez les bons écrivains. Jusqu'ici, on s’est contenté de nommer les auteurs des morceaux étudiés et de donner quelques dates. En Quatrième, à propos de ces noms, on commencera de donner des notions d'histoire littéraire Exercices écrits. - Résume de pages lues ; rédactions de sujets racontés en classe. [...] Auteurs. De Foê, Robinson Crusoë. Swift, Gulliver's Travels. Lamb,Tales fromShakespeare. The Golb Bug, The Raven. WalterScott,, Ivanhoe (extraits). Stevenson, The BottleImp. Kipling, The First Jungle Book. Havthorne, The House of the SevenGables (extraits).

Classe de Troisième. [...]Exercices oraux. - Lecture, récitation (voirliste d’auteurs). Lectures complémentairesfaites en dehors des classes et suivies de brefs comptes rendus ; a l'occasionde tousces exerciceson donnera des notionssommaires sur les auteurs étudiés et sur leur époque,.[.....] Exercices écrits. [...] Résumes, rédactions, descriptions, narrations, lettres. [...] Auteurs. - Même liste qu'en Quatrième. AjouterMiss Edgeworth,Castle Rackrent.

Classe de Seconde. [...] Exercices oraux. - Lecture expliquée. On étudiera plus en détail, au moyen de textes choisis, la vie politique, intellectuelle, morale, artistique du peuple étranger. Récitation. - Exposes faits par des élèves d'après des lectures personnelles et suivis d'une courte discussion. Il devra exister une bibliothèque de classe. A l'occasion des textes proprement littéraires, notions plus développées sur les auteurs et leur époque. On étudiera dans le détail les passages essentiels ; on les reliera par des analyses, afin que les élèves aient une idée précise de l'œuvre dans son ensemble.Exercices écrits. - [...] Récits, lettres, dialogues, discours, compositions sur des sujets faciles de morale ou de littérature. Auteurs. -Shakespeare, Jules César, Merchant of Venice. Goldsmith, The Deserted Village. Sheridan, The School for Scandai. Washington Irving, Sketch Book Tennyson, EnochArden, The Brook, Ulysses, The Lotus-Eaters. Dickens, Christmas Carol. Stevenson, Dr. Jekyll and Mr. Hyde. H.-G. Wells, The Country of the Blind. Macaulay, Extraits des Essais sur Hampden, Hastings, Clive et Pitt. W. Cowper, The Task (extraits).

Classe de Première. [...] Dans l'explication de textes, le professeur fera, de façon systématique, des rapprochements entre la littérature étrangère et lalittérature française.

Mêmes exercices oraux et écrits qu'en Seconde. Le sujet de la compositionen langue étrangère sera de préférence emprunte soit à une version,soit à tout autre texte précédemment étudie. Auteurs. Shakespeare, The Tempest,As You Like It, Macbeth. Milton, Allegro, Penseroso. Goldsmith, |She Stoops To Conquer. Wondsworth, Peter Bell, Michael. Shelley, Ode to the West Wind, The Sensitive Plant, The Cloud, To a Skylark. Coleridge, TheAncient Mariner. Dickens, David Copperfield (extraits). Thackeray, Esmond(extraits), George Eliot» Scènes of Clérical Life. Addison, extraits ,du Spectator. W. Hazlitt, Essays (choix).

Classe de Terminale. [.,.] Composition [...] Comme dans la classe de première, le professeur s'efforcera de provoquer des rapprochements entre la littérature étrangère et la littérature française. [...] Auteurs. Extraits des principaux romanciers, poètes, historiens, critiques, philosophes et écrivains politiques des dix-neuvième et vingtième siècles. Ou l'un des ouvrages suivants : Shakespeare, Hamlet. Milton, Paradise Lost (extraits). Bacon, Essays. Carlyle, Heroes and Hero Worship. Ruskin, extraits. Emerson, extraits. Stuart Mill, Autobiography (extraits).

Instructions du 2 septembre 1925

[...] La lecture expliquée, la version, le thème, la composition en langue étrangère.

La lecture des textes commence presque dès le début des études de langues vivantes ; mais elle ne devient vraiment lecture expliquée que vers la fin de la deuxième année d'études. Les suggestions présentées ici s'appliquent surtout à la deuxième période (classes de Quatrième et de Troisième) et à la période suivante (classes supérieures), mais on pourra au besoin s'en inspirer pour diriger les exercices de même nature pratiqués dans les classes d'initiation tels que : commentaire de gravures, petits récits anecdotiques, premiers essais de conversation suivis.

La lecture expliquée de textes étrangers ne différera pas, dans sa méthode, de la lecture expliquée des textes français. On se souviendra seulement que les textes proposés ne sont pas, comme les textes en langue maternelle, sommairement compris à première lecture, et que, pour le commentaire demandé, les élèves ne disposent que d'un vocabulaire limité. L'art du professeur consistera à tirer le meilleur parti de ces faibles ressources. On peut, avec un minimum de mots et de tournures, exprimer des pensées variées et même assez délicates. D'ailleurs, à mesure que les élèves connaîtront mieux la langue, ce travail de réduction et de mise au point ne sera plus si nécessaire, et l'on pourra conduire une classe de langues vivantes comme on conduit une bonne classe de français. Le professeur - qu'il se serve d'un recueil tout fait, ou qu'il emploie sa collection personnelle de morceaux choisis, ou qu'il complète l'un par l'autre - éliminera de son enseignement tous textes fades et sans valeur. Les littératures modernes sont assez riches pour qu'on puisse composer des anthologies très variées, ne contenant guère que de l'excellent. Il sera préférable de présenter les textes par ordre chronologique et, si possible, dans un ordre de difficulté croissante.

Avant d'expliquer un texte nouveau, on donnera sur l'auteur les notions indispensables. On caractérisera brièvement son œuvre en insistant sur les côtés mis en lumière dans le passage à étudier. Dans les classes de Seconde et de Première, ces renseignements biographiques et littéraires, un peu plus développés, constitueront les notions d'histoire littéraire mentionnées au programme de ces classes ; alors, il sera à propos de placer l'écrivain dans son milieu. On prendra utilement, comme points de repère, les événements capitaux de notre propre histoire. On pourra se renseigner, chaque trimestre, sur les sujets traités dans les classes d'histoire et de français. La concordance que l'on peut ainsi établir entre les enseignements divers frappe beaucoup les élèves, et laisse dans leur esprit des souvenirs vivaces.

Une lecture nette et expressive jettera sur le texte une première clarté. Avant toute explication de détail, on indiquera le sujet, l'idée principale du morceau. S'il est extrait d'un roman, d'un drame on le situera dans l'œuvre, on en indiquera le rôle et le caractère afin d'éviter toute ambiguïté, toute erreur d'interprétation. On en étudiera alors le plan ; on en séparera nettement les différentes parties, qu'il s'agisse d'arguments, de sentiments, de descriptions ou des différentes phases d'une action.

L’étude du détail, qu'on abordera ensuite, devra être aussi concrète, aussi vivante que possible. S'il s'agit d'un paysage, on cherchera en quelle région, en quelle saison, à quelle heure de la journée il convient de le placer, et pourquoi ; on en examinera les lignes, les couleurs, la lumière ; par la pensée, on le transportera sur une toile ; on mettra en lumière chaque dé-ail en lui assignant son rôle et son importance dans l'ensemble. On appliquera des règles de même nature à un fragment dramatique, à une anecdote, à un conte. On étudiera, d'autre part, la vraisemblance d'un récit de pure invention, la vérité, l'authenticité d'un épisode historique ; on développera chez les élèves l'esprit critique, qui n'est qu'une des formes du bon sens, D’autres fois, c'est à leur imagination qu'on fera appel, à leur sensibilité, à leur délicatesse. L'explication ainsi conçue constituera au premier chef un enseignement de culture, si l'on entend sous ce nom le développement de ce qu'il y a chez les jeunes gens de plus intelligent, de plus intime et de meilleur, ans les morceaux étudiés, les moyens d'expression de l'écrivain seront l'objet d'une attention spéciale. On peut apprécier avec beaucoup de finesse le style et la manière en des termes très simples, sans jamais avoir recours au vocabulaire technique de la critique dont les élèves n'ont nul besoin. Il existe des procédés très variés qui permettent de rendre sensibles, même à des novices, la valeur esthétique des moindres détails de forme : synonymes qu'on essaie de substituer aux mots du texte, comparaisons et figures qu'on supprime et qu'on modifie, vers dont on change l'ordre et les rimes. Il est à ce propos toute une série d'exercices que la grammaire se réserve d'habitude, mais dont on peut tirer fort bon parti au point de vue littéraire : mise au pluriel, changement de temps, de mode, passage du style indirect à l'expression directe, toutes modifications qui peuvent altérer grandement, parfois de façon fort suggestive, la physionomie d'un morceau. Ici, l'on changera le héros en héroïne ou inversement ; là, on transportera la scène du passé dans le présent ; ou bien encore on comparera le texte à l'illustration et l'on étudiera les moyens dont disposent deux arts différents.

On terminera en dégageant de la lecture ainsi faite quelque principe général, une idée d'intérêt actuel, d'application fréquente, voire même immédiate. Il importe en effet au plus haut point que les élèves ne séparent jamais le texte de la vie, qu'ils s'habituent à le considérer comme un recueil d'impressions, de réflexions faites par des hommes plus sagaces, plus sensibles qu'on ne l'est en général et avec lesquels il y a plaisir et profit à s'entretenir. [...]

Instructions du 30 septembre 1938

Classe de Sixième. [...] Exercices oraux. Lecture, récitation, réponses à des questions posées, conversation, chant. [...] Auteurs. Textes faciles de langue courante et moderne ; adaptations, poésies empruntées à la littérature enfantine ou juvénile. [...]

Classe de Cinquième. [...] Exercices oraux. Lecture expliquée, comportant l'étude du vocabulaire, de la grammaire et un commentaire des faits et des idées. Récitation, conversation, chant. [...] Auteurs. Textes originaux mais simples de prose et de poésie empruntés aux meilleurs auteurs modernes et contemporains ; adaptations.

Classe de Quatrième. [...] Littérature et civilisation. Notions très succinctes d'histoire littéraire à propos des auteurs étudiés. Extraits d'écrivains, fragments historiques ayant une valeur littéraire, destinés à donner quelque idée de la vie du peuple étranger depuis les origines de sa civilisation jusque vers le milieu du dix-septième siècle. Exercices oraux. Les mêmes qu'en Cinquième. Brefs exposés. Résumés de lectures faites en dehors de la classe. [...]

Classe de Troisième. Civilisation et littérature modernes et contemporaines. Étude méthodique de la vie du peuple étranger dans ses diverses manifestations : aspect du pays, institutions politiques, judiciaires, financières ; industrie, agriculture, commerce, transports ; les colonies, l'armée et la marine ; l'art et la science ; la vie religieuse, le sentiment national. Cet enseignement sera donné sous forme de brefs résumés auxquels serviront d'illustration des morceaux de prose ou de poésie empruntés aux meilleurs auteurs modernes et contemporains. Ces résumés alterneront avec des lectures plus strictement littéraires, soit qu'on étudie une des œuvres ci-après mentionnées, soit qu'on utilise une anthologie. Exercices oraux. Lecture expliquée, récitations, exposés, résumés. [...]

Liste d'auteurs pour les classes de Quatrième et de Troisième. Nouvelles, contes et extraits des écrivains anglais et américains modernes et contemporains, tels que : Mrs Gaskell, Stevenson, Mariâtes, Conan Doyle, Jack London, Jérôme K. Jérôme, Té. Hughes, H.-G. Wells, Kenneth Grahame, A. A. Milne, R. Crompton, Mrs Ewing, etc. Ou l'un des auteurs suivants : Goldsmith, The Vicar of Wakefield (extraits). W. Scott, extraits de ses romans. W. Irving, Sketch-Book (extraits). Ch. Lamb, Tales from Shakespeare. Ch. Dickens, extraits de ses romans. Ruskin, The King of the Golden River. L. Alcott, Little Women (abrégé). Miss Montgomery, Misunderstood. Richard Jefferies, Bevis (extraits). R. Kipling, Contes tirés du First Book of the Jungle et autres extraits. Oscar Wilde, The Happy Prince. The Canterville Ghost. J. Barrie, Extraits de Peter Pan. M. Baring, Forget-Me-Not and The Lily of the Valley, etc. [...]

Cahiers. A ce cahier [le cahier-journal] s'adjoindra le cahier de récitation. Au cours de ses lectures personnelles, il est à la fois inévitable et heureux que le maître rencontre périodiquement une page, un poème, un fragment pleinement intelligible et harmonieux en soi, dont il souhaite faire éprouver à sa classe la qualité persuasive, émouvante ou tonique. Le cahier de récitation deviendra par conséquent, en même temps qu'un recueil pré-pieux de formes vivantes, le reflet des explorations communes les plus animées, le témoignage d'interventions pédagogiques spontanément choisies et particulièrement stimulantes. [...]

Versification. [...] On fera de préférence ces exposés devant les élèves réunis des diverses sections. On évitera, dans toute la mesure du possible, les termes employés par les métriques du grec et du latin : ils ne pourraient qu'induire les élèves en erreur. Comme la musique fournit des vocables d'une remarquable précision pour la mesure et la durée, l'indication des pauses et des silences, l'accentuation des sons, le caractère des rythmes, on pourra lui emprunter quelques termes simples : temps, mesure, binaire (deux syllabes par temps), ternaire, triolet (trois syllabes par temps). On se souviendra enfin que l'analyse prosodique des vers et des strophes ne saurait être, dans l'enseignement du second degré, une étude technique ayant sa fin en soi. Le rythme devra être étudié dans ses rapports avec la pensée, et le professeur devra toujours aboutir à des conclusions de caractère littéraire.

La lecture expliquée [...].

Le texte reprend mot pour mot celui de 1925. Y sont toutefois insérées quelques recommandations supplémentaires.

[...] On se gardera de toutes généralités auxquelles ne correspondent aucun texte antérieurement expliqué ou qu'on se propose d'expliquer très prochainement. Tous jugements, toutes appréciations qui ne reposent sur la connaissance précise d'aucun morceau peuvent être considérés comme autant de chèques sans provision.

Pour classer plus facilement l'écrivain dans son milieu, on pourra, à l'occasion, prendre comme point de repère quelques événements bien connus de notre histoire politique ou littéraire, établir quelques correspondances. On pourra, chaque trimestre, se renseigner sur les sujets traités notamment dans les classes d'histoire et de français. Les parallélismes que l'on peut ainsi établir entre les enseignements divers, et que faciliteront les conseils de classe, frappent beaucoup les élèves et peuvent laisser dans l'esprit des souvenirs vivaces. [...] Le professeur ne se croira pas tenu, bien entendu, d'expliquer avec ce même détail, phrase par phrase, expression par expression, toutes les parties d'une œuvre assez étendue. Il y a parfois, dans les récits de caractère historique, des paragraphes d'information, indispensables à l'intelligence des épisodes mais dont il convient de retenir seulement quelques faits essentiels. La lecture cursive, accompagnée de quelques éclaircissements, suffira pour les passages de cette nature. Le temps ainsi économisé sera mis à profit pour l'explication approfondie des pages significatives, riches d'idées et de suggestions. [...] ;

Instruction du 1er décembre 1950

Il s'agit d'enseigner aux élèves, dès le début, à parler, puis à lire et à écrire correctement la langue élémentaire d'aujourd'hui ; à exprimer, oralement d'abord, les faits et les idées de la vie la plus générale. Cet enseignement s'appuie à tous les échelons sur des textes empruntés, dès que possible, à des écrivains de qualité, immédiatement clairs pour leurs lecteurs contemporains de même langue, pleinement intelligibles par eux-mêmes sans le secours d'une documentation spéciale, historique ou biographique, et choisis pour leur valeur littéraire, humaine ou sociale. Il a donc un double objet : exercer les élèves à la pratique de la langue et contribuer à leur enrichissement intérieur par l'étude de textes représentatifs de la vie et de la pensée du peuple étranger. Ces deux préoccupations ne devront jamais être dissociées. [...] La lecture du texte sera donnée d'abord par le maître -soit avant, soit après l'ouverture des livres - selon la difficulté du passage, mais seulement après cette assimilation ou révision des termes ou des tours nécessaires. Elle soulignera avec toute la netteté souhaitable, à la fois le sens et le mouvement des paragraphes successifs. On ne demandera pas aux élèves de lire à haute voix avant que, le détail ayant été élucidé tous livres ouverts, la teneur du texte ait fait l'objet de l'entretien dirigé (voir ci-dessous) qui constitue l'activité principale de toute classe de langue vivante. Souvent, le temps disponible ne permettra que pour un petit nombre de phrases choisies la mise au point de la diction, couronne­ment sonore et rythmique de l'examen du détail. Le commentaire doit se faire par voie de questions et de réponses, uniquement dans la langue étrangère. Il comprendra non seulement la solution des difficultés littérales définies plus haut, mais aussi la reformulation successive des faits, puis des idées du texte, enfin celle des souvenirs et des réactions qu'il suscite sur les plans humain, moral ou littéraire.

En résumé, en dehors des remarques grammaticales et de la traduction, l'explication d'un texte comprendra normalement trois phases essentielles :

D'abord tous livres fermés : 1° L'étude et le réemploi préliminaires des termes ou tours utiles.

Puis, tous livres ouverts : 2° L'élucidation du sens littéral ; 3° L'entretien sur le fond et la forme.

On se gardera d'encombrer ces données propres de notions générales d'histoire littéraire qui ne s'en déduisent pas directement. [...]

Instructions du 26 juillet 1966

[...] II. Exercices oraux. En dehors des exercices d'entretien mentionnés plus haut, l'étude dialoguée des textes, conduite en langue étrangère, res­tera l'activité fondamentale. Elle aura pour objet des textes simples, de valeur certaine, révélant tel aspect caractéristique de la littérature du pays étranger ou tel fait de civilisation particulièrement important. Dans de nombreux cas d'ailleurs, le même document pourra être à la fois source d'enrichissement esthétique et de culture humaine et sociale. [...] Lorsque le professeur souhaitera présenter à ses élèves des œuvres étendues, il ne fera étudier dans les détails que les passages essentiels. Ceux-ci seront reliés par de brefs résumés, éventuellement par une lecture cursive, pour donner une idée nette de l'ensemble.

III. Exercices écrits. Résumés et analyses de textes expliqués en classe. [...] En Première, les élèves seront initiés au commentaire dirigé qui deviendra l'exercice principal dans les classes Terminales. [...]

Circulaire n° IV 69-364 du 28 août 1969

[...] Dans un second stade, correspondant à la troisième et quatrième années [...] on pourra commencer à exploiter des textes simples de caractère narratif ou descriptif et des scènes de théâtre, dans lesquelles on retrouvera les éléments les plus courants de l'expression affective et logique élémentaire. Pratique avant tout au cours du premier cycle, mais faisant appel, en particulier dans le deuxième stade, à des textes et documents permettant d'initier les élèves à la vie quotidienne et à certains aspects de la civilisation du peuple étranger, cet enseignement possédera donc une valeur culturelle qu'il convient de ne pas négliger. Dans le second cycle, un objectif culturel, sans lequel l'enseignement des langues vivantes n'aurait pas, même sur le plan pratique, sa pleine efficacité, viendra se combiner avec le premier objectif sans jamais le supplanter. Bien entendu, il ne s'agit pas de donner aux élèves, dans le temps limité imparti aux langues vivantes des connaissances théoriques d'histoire de la littérature et de la civilisation, mais de contribuer à leur information et à leur enrichissement intérieur par l'étude de textes représentatifs de la vie et de la pensée du peuple étranger. Ces textes, il appartient au maître de les choisir en toute liberté en tenant compte naturellement du niveau de la classe et des goûts des élèves, sans pour autant renoncer à faire découvrir à ceux-ci des horizons nouveaux, à stimuler leur imagination, à atteindre leur sensi­bilité ou à former leur jugement. [...] Dans le second cycle, l'explication de textes restera l'une des activités fondamentales, qui devra permettre de susciter à la fois un effort d'analyse et de réflexion de la part des élèves et de les entraîner à s'exprimer convenablement dans la langue étrangère.

[...]

L'explication de textes elle-même, telle qu'elle est définie par les instructions générales de 1950, appelle quelques précisions et quelques retouches inspirées par l'expérience.

Tout d'abord, la pratique qui consiste à diviser un texte d'une certaine longueur en passages très courts (5 ou 6 lignes parfois), qui ne présentent pas d'intérêt propre, ainsi isolés de l'ensemble du morceau, rend parfois cet exercice artificiel et ennuyeux. Cette façon de procéder risque de décourager les élèves au lieu de susciter leur intérêt, et elle ne permet pas d'animer un entretien un peu substantiel. Elle est liée à une insistance excessive sur la présentation, tous livres fermés, du vocabulaire nouveau qui précède en principe cet entretien. Certains maîtres interprétant les instructions de manière trop littérale, se croient tenus d'accorder la même importance à tous les éléments de langage sans distinction, et de les faire tous réemployer dans des exemples. [...] Dans le commentaire proprement dit, on se gardera de procéder de façon trop formelle, trop stéréotypée, en demandant par exemple de diviser en plusieurs parties un texte dont cette division ne ferait pas ressortir l'économie interne. Délaissant certains artifices scolaires, les questions passe-partout, on s'efforcera de guider méthodiquement la réflexion en usant de questions qui permettent d'orienter en quelque mesure le dialogue vers un débat spontané portant sur le contenu essentiel du passage proposé. Surtout, on veillera, quel que soit le texte étudié, à ce que cet entretien se déroule toujours dans la langue courante d'aujourd'hui, celle-là même dont un étranger se servirait pour exprimer ses réactions. [...]

Haut de page

Notes

1   C'est le terme banalement employé dans les rapports sur les activités des professeurs des facultés des lettres.

2  Arrêté du 7 mars 1853. Dans les Facultés de Besançon, Dijon, Poitiers, Rennes et Strasbourg, les professeurs traiteront la première année de la littérature anglaise, en deuxième année de la littérature allemande et de celles de l'Europe du Nord, en troisième année, des littératures méridionales. Dans les Facultés d'Aix, Grenoble, Lyon et Montpellier on verra en première année la littérature italienne, en deuxième année les littératures espagnole et portugaise et en troisième année les littératures septentrionales.

3   Voir Annexe.

4  Sur la question des langues vivantes et de l'éducation «nationale », voir Clavères (1995).

5   On peut également y voir une volonté de faciliter le travail des élèves en leur présentant des récits ou des personnages qui leur sont d'ores et déjà familiers. Ceci explique sans doute la présence des histoires de la Grèce et de Rome de Miss Corner dans les programmes de 1880 et 1890, et le fait qu'elles soient présentées aux élèves avant l'histoire d'Angleterre du même auteur.

6  Les programmes de l'agrégation et du certificat d'aptitude incluent des listes d'auteurs français et des questions de littérature française, par exemple, pour l'agrégation de 1876 : les Pensées de Pascal, l’Art Poétique de Boileau, les Oraisons funèbres de Bossuet et Le Cid de Corneille. Contrairement à leurs collègues d'allemand, qui prévoient des sujets de leçons comparatistes, les présidents du jury d'agrégation d'anglais se bornent à y puiser des sujets de thème oral. En revanche, à l'oral du certificat d'aptitude à l'enseignement de l'anglais certains sujets peuvent concerner exclusivement la littérature française : « Quelle influence la philosophie cartésienne a-t-elle eu sur Racine ? », « André Chénier », « Apprécier en quelques mots les caractères de la poésie de Lamartine, Victor Hugo et de Musset. » (1886). On notera que les présidents des jurys d'agrégations de langues sont sur ce point plus audacieux que ceux de lettres, par exemple en inscrivant au programme de 1849 Phèdre, prudemment écarté des cours de français (voir Chervel, 1986)..

7  Cet exercice n'est toutefois explicitement légitimé dans les programmes qu'à partir de 1925

8  C'est avec un effarement perceptible que l'inspecteur général Firmery retrouvera l'une d'entre elles - The Honeymoon - dans la classe d'Arsène Manesse à Périgueux en 1903.

9  On peut néanmoins s'interroger sur certaines absences, comme celle du Robinson de Defoe. Peut-être à cause du compromettant patronage de Rousseau, il n'est que très rarement édité en anglais en France, au dix-neuvième siècle, et on n'en a trouvé qu'un exemple d'utilisation, au pensionnat Glashin des Batignolles, vers 1850. Introduit dans les lycées après 1870, il figure dans tous les programmes entre 1874 et 1938.

10   Archives Nationales, Paris : F17 6898. Y sont conservées les réponses de 40 collèges royaux ou communaux de Paris et de 81 collèges communaux, ce qui constitue un ensemble exceptionnellement complet.

11  A titre d'exemple, au collège communal de Sens, on lit les fables de Dodsley, le Rasselas de Johnson, les anthologies d'Addison et de Byron de Lake, le De Viris de Fleming, The Vicar of Wakefield et She Stoops To Conquer de Goldsmith, The School for Scandal de Sheridan, une histoire d'Angleterre de Cooper, un récit d'aventure de Cumberland, The West Indian, l'anthologie anglaise de O'Sullivan et le Hamlet de Shakespeare.

12  La classe de Charles Fleming au collège Bourbon, où on lit, outre les ouvrages répandus ailleurs, le sulfureux Byron et l'américain Washington Irving.

13  Les traductions de Salluste et de César par John Blair sont les plus répandues.

14  Voir Bénichou (1996).

15  Sur ce point, voir ici même l'intervention de Nadia Minerva.

16  Par exemple, les Morceaux choisis publiés par Auguste-Anatole Liégaux-Wood chez Delagrave en 1891 font coexister Goldsmith et des narrations composées par l'épouse anglaise de l'auteur qui peuvent avoir pour thème les trames des fables de La Fontaine aussi bien que l'évocation du courage et du patriotisme des petits Alsaciens face à l'occupant allemand.

17  On doit y voir bien sûr l'influence des théories littéraires devenues majoritaires. Voir sur ce point Compagnon (1983 et 1999).

18  Swift n'apparaît dans les programmes qu'en 1925, mais on doit le lire pour l'agrégation.

19  Jusqu'en 1987

20  «A Sage [sic] and peaceful man always knows how to enjoy of [sic] position in life » (p. 370).

21  Sur l'évolution des épreuves de langues vivantes au baccalauréat, voir Clavères (1996).

22  Dont un résumé fut donné comme sujet à Nancy en 1904, avec cette note, dont on ne sait pas si elle était destinée à rassurer ou à terroriser les candidats : « On aurait intérêt à se souvenir que La Fontaine a composé sur cette matière une fable connue de tout le monde. »

23  Telle qu'elle peut être illustrée par l'équipe de recherche de l'INRP (voir par exemple Albertini, 1992 ; Chervel, 1987, 1988, 1992 ; Crubellier, 1992 ; Decomps, 1992 ; Frank, 1992 ; Massol, 1992).

24  C'est le nom de la première épreuve de langue vivante

25  Ce sont les exercices oraux suggérés dans le manuel majoritaire dans l’entre-deux-guerres, Carpentier-Fialip, et dans les plus répandus après 1950, successivement Laffay et Kerst, et Richard et Hall.

26  Seules les listes d'auteurs sont spécifiques à chaque langue : on n'a reproduit ici que celles concernant l'anglais. Ces textes concernent l'enseignement secondaire classique de garçons, les filières courtes, professionnelles, techniques ou spéciales n'incluant pas (par principe) d'enseignement littéraire. Les particularités des instructions destinées aux lycées de filles ont été jugées négligeables

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Documents pour l’histoire du français langue étrangère et seconde, juin 1999, n°23.

Référence électronique

Marie-Hélène Clavères, « Langue et littérature. La littérature dans l'enseignement de l'anglais en France jusqu'en 1969 », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 23 | 1999, mis en ligne le 12 mars 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://dhfles.revues.org/3034

Haut de page

Auteur

Marie-Hélène Clavères

Université Paul Valéry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • Les cahiers de Revues.org