Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Ce numéro de Documents regroupe les textes des contributions présentées au colloque international de la S.I.H.F.L.E.S. qui, sous le titre L'enseignement de la langue et de la littérature françaises dans la seconde moitié du XIXe siècle, s'est tenu à Sintra du 1er au 3 octobre 1998.

2L'importance de la période choisie, la richesse et l'ampleur des perspectives ouvertes et des sujets abordés concernant l'enseignement des langues et, en particulier, l'enseignement de la langue et de la littérature françaises, ont été patentes dès la conférence d'ouverture, et dans toutes les com­munications présentées et les débats qui se sont ensuivis. Il s'agit, en effet, d'une période marquée dans toute l'Europe par d'importants mouvements d'innovation culturelle et pédagogique, parmi lesquels l'introduction de l'étude des langues étrangères dans l'enseignement secondaire et leur promotion au rang universitaire, la professionnalisation des enseignants de langues vivantes et la création des premiers postes de professeurs de langues et littératures étrangères. C'est aussi dans la seconde moitié du XIXe que s'est développée la méthode directe, l'une des méthodologies qui ont le plus bouleversé l'apprentissage du français, et à propos de laquelle, en raison de la valorisation croissante de la littérature dans l'enseignement de la langue, on a assisté à la parution d'un nouveau type d'ouvrages didactiques, les anthologies de textes littéraires.

3Quatre grands axes ont été l'objet du travail de recherche des Sihflésiens et des nouveaux chercheurs portugais qui se sont associés à nous :

41) Enseignement des langues et littératures étrangères et politique linguistique ;

52) Histoire de la méthodologie du FLE ;

63) Ouvrages didactiques : manuels, méthodes, grammaires, dialogues, anthologies ;

74) Formation et profils des enseignants.

8Dans la conférence d'ouverture du colloque, Marie Hélène Clavères a développé le thème des rapports entre littérature et enseignement des langues. A l'appui des instructions et des programmes de langues vivantes étrangères publiés en France des origines à 1969, elle retrace l'évolution du statut et du rôle de la littérature dans l'enseignement de l'anglais en France.

9Les trois premières communications, insérées dans le premier bloc thématique, situent l'enseignement du français dans le contexte historique, social et politique de l'Ile de Malte, des Pays-Bas et de l'Espagne, pays où, comme dans la plupart des pays européens, le milieu du XIXe siècle est une période charnière de l'enseignement des langues et des littératures étrangères. S'occupant de 1'évolution et des caractéristiques de l'institutionnalisation du français en milieu scolaire maltais entre 1850 et 1900, Anthony Aquilina et Noël Caruana-Dingli centrent leur analyse sur les facteurs qui ont favorisé la consolidation progressive de la position du français dans l'Ile de Malte et de son implantation dans le système éducatif de ce pays et soulignent l'importance des années 1880 dans cette évolution. A l'appui de sources diverses, Marie-Christine Kok- Escalle analyse l'évolution de l'image culturelle du français, de son statut et de son rôle dans l'éducation néerlandaise de la seconde moitié du XIXe, signalant les moments-clés de l'histoire de l'enseignement du français aux Pays-Bas qui marquent la création officielle d'un enseignement secondaire moderne (1863) et des premières chaires universitaires de langues vivantes étrangères (1878-1886). Dans le cadre de la vie politique et de l'évolution du système éducatif espagnol, Juan Garcia-Bascuñana nous montre l'influence de la loi Moyano (1857) sur la transformation du statut du français dans l'enseignement secondaire et sur l'élaboration des directives et des outils didactiques destinés aux classes de français.

10Les dix communications qui constituent le deuxième axe de notre colloque, Histoire de la méthodologie du FLE, analysent les conséquences des mutations signalées sur la méthodologie du FLE dans plusieurs pays européens et dans les colonies françaises : ruptures/continuités/éclectismes des méthodologies et des méthodes, diversification des publics.

11Évoquant la conjoncture qui a favorisé en France, à la fin du XIXe siècle, l'émergence d'une didactique du FLE, Valérie Spaëth présente et analyse les méthodes mises au point pour trois publics différents : les Européens, les patoisants et les colonisés. Elisabet Hammar et Carla Pellandra abordent la problématique des publics féminins. Elisabet Hammar nous montre l'intérêt et l'importance, pour une histoire totale de l'enseignement du FLE, d'une comparaison entre la didactique utilisée dans les écoles de garçons et celle des écoles de filles. Son analyse détaillée de l'apprentissage du français dans une école de filles de Stockholm à partir des manuels employés, durant l'année scolaire de 1880/81, fait ressortir une image assez concrète du quotidien des études de français à la veille de la Réforme et une idée plus précise de l'influence réelle de ce mouvement sur l'enseignement féminin, S'occupant de l'enseignement du français aux jeunes filles italiennes qui, tout au long du XIXe siècle, accèdent lentement à l'enseignement public, Carla Pellandra nous montre la transformation du rôle de la langue et de la littérature françaises dans l'éducation féminine. Son examen de plusieurs matériaux didactiques nous révèle les caractéristiques et la spécificité d'un enseignement conçu pour un public féminin, la complexité et l'invisibilité d'une histoire qui fait ses premiers pas. Marcus Reinfried et Javier Suso illustrent la diversité des méthodes utilisées au XIXe siècle. Javier Suso nous présente la méthode naturelle (ou pratique) d'apprendre la langue française de Francisco Piferrer, l'un de ses meilleurs théoriciens et praticiens en Espagne. Tout en évoquant le contexte d'enseignement du français dans la première moitié du XIXe et l'essor spectaculaire de cette étude vers le milieu du siècle, Suso souligne la force de la résurgence de la méthode pratique et de ses idées pédagogiques novatrices, dont l'influence s'exercera en Espagne surtout à partir des années 1880. Malgré ses nouveautés, on est très loin encore de la méthode directe, thème développé par Marcus Reinfried. Il décrit la constitution du mouvement réformiste en Allemagne dans la seconde moitié du XIXe, les caractéristiques et les deux variantes de la méthode directe, met en valeur les emprunts de cette conception méthodologique aux théories linguistiques, pédagogiques et psychologiques de l'époque et analyse l'application de la méthode dans la pratique scolaire, L'étude de Carmen Roig, Le débat méthodologique sur l'enseignement des langues étrangères dans les pages du Boletín de l'Institución Libre de Enseñanza (BILE), que nous avons incluse dans cet ensemble de communications, concerne aussi la méthode directe. L'analyse des pages de ce bulletin met en lumière la résonance de ce débat en Espagne à partir de la fin du XIXe, l'importance et l'influence de cette réflexion théorique et méthodologique sur la modernisation de l'enseignement des LEV et notamment du français dans le système scolaire espagnol. Herbert Christ et Maria Herminia Amado Laurel ont centré leurs communications sur l'enseignement littéraire. Herbert Christ nous présente les résultats de sa recherche sur la méthodologie de l'enseignement de la littérature française utilisée dans les pays de lan­gue allemande dans là seconde moitié du XIXe siècle. Se basant sur les témoignages des professeurs eux-mêmes, les programmes annuels des lycées et collèges (Schulprogramm) publiés entre 1850 et 1900, Christ retrace le cheminement de la pensée méthodologique des professeurs de français de cette période, dont il évoque les questions posées et les débats, la diversité des réponses apportées et des pratiques. Dans sa communication, Sainte-Beuve lu par Gustave Lanson et par Marcel Proust, Maria Herminia Amado aborde la singularité des approches du texte littéraire de Lanson et de Proust par rapport au modèle critique de Sainte-Beuve et nous montre le rôle fondamental que tous les trois ont joué et jouent encore dans les études littéraires et dans l'enseignement de la littérature française. Ouvert à la recherche concernant les langues étrangères autres que le français, notre colloque a accueilli la contribution de Manuel Gomes da Torre à l'histoire de la méthodologie de l'anglais au Portugal : Between tradition and innovation : the teaching of English in Portugal at the turn of the century. Gomes da Torre y souligne que la méthode Grammaire/Traduction est la pratique la plus répandue dans l'enseignement de l'anglais, non seulement au XIXe siècle mais dans les premières années du XXe, période où la lutte entre tradition et innovation atteint son comble. Dès la fin du XIXe l'influence du Mouvement de la Réforme se fait toutefois sentir, notamment chez les partisans de la méthode directe, mais l'application de ses principes et leur généralisation seront assez tardives.

12Sept communications (IIIe bloc thématique) abordent les ouvrages didactiques sous des angles divers : spécificité des publics, activités d'apprentissage privilégiées, répercussions de l'institutionnalisation du français et du renouvellement méthodologique de l'enseignement des langues étrangères sur la composition et la diffusion de nouveaux manuels. A propos de ce renouvellement, Michel Berré étudie l'apport des « savoirs scientifiques » dans un manuel pratique publié en Belgique vers 1860 : le Cours complet de langue française, de Bernard Mortier, destiné aux élèves flamands des écoles primaires et moyennes. Il analyse dans quelle mesure les nouveaux critères psycholinguistiques de sélection et de classement des formes proposés ont conduit à un renouvellement effectif dans le choix et la mise en ordre de la matière à enseigner pour conclure que les pratiques des instituteurs suivent plutôt la tradition. Le texte de Nadia Minerva -Langue et littérature. Les premières anthologies italiennes pour l'enseignement du français (XIXe siècle) - évoque l'influence de l'institutionnalisation de l'enseignement des langues étrangères en 1859-60 et de l'entrée du français dans les cursus des lycées en 1889 sur l'histoire du manuel de français en Italie, sur sa composition et sur sa diffusion croissante. A partir d'un corpus d'anthologies et de livres de lecture, elle retrace l'évolu­tion de ces manuels, dans la seconde moitié du XIXe, par l'analyse de leur structure et de leurs contenus, qui révèle la valorisation progressive de l'en­seignement littéraire dans la classe de français au détriment des apprentissages linguistiques. Valeria de Gregorio examine le contenu dialogique d'un manuel qui a connu un grand succès en Italie vers la fin du XIXe siècle : Dialogues italiens-français adaptés aux formes et aux sujets de la moderne conversation, adapté par Candido Ghiotti à partir de l'ouvrage de Charles Morand Dialogues classiques, familiers et autres, à l'usage des étudions des langues française et italienne. Valeria de Gregorio compare l'édition de 1877 de Ghiotti avec l'édition française de 1854 et l'édition italienne de 1868 pour évaluer le véritable apport de Ghiotti et la validité de la stratégie pédagogique de son manuel à l'aube du XXe siècle où de nouvelles méthodologies de la Didactique des Langues voient le jour. Situant Soler y Arqués dans une lignée de pédagogues qui, dans la seconde moitié du XIXe siècle, proposent des méthodes d'enseignement des langues qui se veulent nouvelles par la subordination de la théorie à la pratique, Denise Fischer analyse ses Leçons de langue française, méthode analytique et synthétique, ouvrage vraiment innovateur, qui connaîtra en Espagne un énorme succès. Abordant la problématique de la traduction dans quelques manuels de la seconde moitié du XIXe siècle, Marie France Merger examine la place de la traduction dans ces manuels, l'utilisation qui en est faite et le type de traduction ou de textes proposés par les auteurs, pour constater que la méthode Grammaire/Traduction n'est pas un bloc monolithique, limité aux exercices écrits et que, malgré le discrédit jeté sur les exercices de traduction, ils occupent une place de plus en plus importante dans la pratique orale de la langue. L'intervention d'Aline Gohard-Radenkovic se centre sur les représentations culturelles véhiculées sur l'Orient et l'Occident dans un manuel intitulé : Le tour d'Europe. Livre de lecture courante à l'usage du Levant. L'ouvrage, qui se destine aux élèves levantins des lycées de Constantinople, est étudié d'un double point de vue, civilisationnel et linguistique, analyse qui fait ressortir le caractère nationaliste et patriotique de ces représentations, dans le but de former les jeunes générations francophones aux valeurs humanistes et chrétiennes de la France et de l'Europe occidentale et aux valeurs républicaines.

13Le statut et les attitudes des « maîtres de langues » et des professeurs ont profondément changé dans la seconde moitié du XIXe siècle dans la plupart des pays. Notre colloque leur a donc donné une place importante. Formation et profils des enseignants constitue le thème du quatrième axe de recherche et a été l'objet de trois communications.

14Encarnación Medina étudie la formation du professeur Ricardo Rubio dont elle met en valeur le profil « francisant » et le rôle important joué au sein de l'Institution Libre d'Enseignement de Madrid au tournant du siècle, no­tamment par l'apport de l'influence française à la rénovation pédagogique espagnole, assez germanisante dès son fondement. Maria Eugenia Fernandez Fraile analyse l'œuvre pédagogique d'Eugénie Foa vouée, à l’instar de Mme Le Prince de Beaumont, à l'éducation des filles, l'importance de sa contribution à la rénovation des idées pédagogiques de l'époque et, en particulier, à l'éducation des femmes. Jacqueline Lillo nous présente le résultat de sa recherche sur « Les professeurs de français à Païenne de 1860 à 1900 ». Tout en évoquant le contexte socio-économique et éducatif de cette ville, l'évolution du statut du français dans l'enseignement secondaire, le statut, la formation des professeurs et leurs conditions de travail, Jacqueline Lillo fait ressortir le décalage important vérifié entre les orientations didactiques officielles et la pratique quotidienne des classes.

15Nous remercions très vivement le soutien apporté à ce colloque par le Centre de Coopération Culturelle et Linguistique de l'Ambassade de France, de Lisbonne, l'Association Portugaise des Professeurs de Français (A.P.P.F.), l'Union Latine, le Ministère de l'Education (« Instituto de Inovação Educacional »), la Mairie de Sintra et la Caixa Geral de Depósitos. La publication de ces actes n'aurait pu se faire sans le financement de la Fondation Calouste Gulbenkian, du Ministère de la Science et de la Technologie (« Fundação para a Ciência e a Tecnologia ») et de la S.I.H.F.L.E.S.

16Nous exprimons également nos très vifs remerciements à toutes celles et à tous ceux qui ont participé aux débats de notre rencontre, à nos collègues du Comité Scientifique et au Président de la S.I.H.F.L.E.S.. Notre gratitude aussi à Gisèle Kahn, qui a accepté, très volontiers, la patiente et épineuse tâche de la révision de tout le texte des actes, et à Luis Filipe Teixeira qui s'est chargé de la correction finale et de la mise en page.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Documents pour l’histoire du français langue étrangère et seconde, juin 1999, n°23.

Référence électronique

Maria José Salema, « Présentation », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 23 | 1999, mis en ligne le 12 mars 2015, consulté le 16 août 2017. URL : http://dhfles.revues.org/3033

Haut de page

Auteur

Maria José Salema

Centro de Estudos Humanísticos Universidade do Minho

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • Les cahiers de Revues.org