Navigation – Plan du site
Communications

Les textes littéraires comme procédé d'enseignement du FLE dans les Chantreau (1781-1857)

Maria Eugenia Fernández Fraile
p. p.137-150

Texte intégral

1C'est le Real Colegio de Nobles, fondé par le roi bourbon Philippe V en 1725, qui incorpore le premier le français dans les matières de l'enseignement en Espagne. Le long du 18e siècle, l'enseignement des langues vivantes va s'étendre aux Académies militaires, par exemple celle d'Avila. Et ce n'est qu'à la fin du siècle que d'autres institutions scolaires, moins élitistes, incorporent l'étude des langues vivantes: ainsi, les séminaires (Vergara, 1776; ou Cádiz, 1794) ou les écoles nautiques (Málaga, 1785), ou encore le Real Instituto Asturiano de Náutica y Mineralogía, de Gijón (1794, fondé par Jovellanos).

2Mais aussi, comme l'ont montré les thèses de Quintín Calle (1990: 153-54), de Carmen Fernández Díaz (1988), ou nous-même (1995: 77-87), il se produit une énorme demande de professeurs de français dans la seconde moitié du 18e siècle: non seulement ils enseignent le français à la Cour, mais ils donnent aussi des cours particuliers à des fils de la noblesse ou de la bourgeoisie, ou bien ils ouvrent des académies privées. À la fois, le nombre des ouvrages (grammaires ou autres) -ainsi que de leurs éditions et tirages- destinés à l'enseignement du français, se multiplie, ce qui répond à un besoin et à une demande croissants dans la société espagnole. On peut dire que, à la fin du 18e siècle, savoir parler des langues étrangères (spécialement le français) avait cessé d'être considéré comme l'apanage et l'image de marque de la noblesse. Comme Pierre Nicolas Chantreau l'indique:

La lengua francesa, hoy tan universal en las Cortes, es parte de la buena educación de la juventud, de estudio de los literatos, y de la curiosidad de las demás gentes; siendo muy útil su estudio para qualquiera carrera que se emprenda, y adorno y gala en los que no se dedicaren á ninguna (1781: III).

3Selon le profil des apprenants, et le cadre où l'enseignement se fait, les objectifs d'apprentissage du FLE au 18' siècle relèvent d'une double postulation:

4- d'un côté, une composante instrumentale, même professionnelle, ou en tout cas, pratique, axée principalement sur la compréhension des écrits en langue française, la traduction et la pratique orale de la langue. Répondront à ces objectifs les Artes, Llaves ou Diálogos, qui sont destinés à lautoapprentissage, aux cours particuliers, ou aux enseignements dispensés à des publics ignorants de la science grammaticale.

5- de l'autre côté, une composante élitiste: adorno y gala, comme le dit Chantreau, une marque de distinction, pour briller dans les salons et la Cour. Cet objectif est inséparable d'une diction correcte et élégante, ce qui rejoint l'édu­cation nobiliaire du «bon goût». Torre y Ocón déclare par exemple que l'élève doit «bien savoir la langue», et la «parler avec justesse» (1728: 356). Ce sont les «grammaires» en principe qui répondront à ce besoin, et qui serviront de manuel dans les cadres institutionnels signalés.

6C'est donc à l'intérieur de ce cadre que commence à poindre l'accès à une parole et à une écriture d'abord correctes, puis stylistiquement soignées en LE, objets de la formation littéraire, c'est-à-dire -en principe- la formation du goût littéraire, base du bon goût. La mise en forme, ou la concrétisation, de cet objectif est un long processus qui accompagne l'évolution de la conception du FLE elle-même.

7Le catalogue établi par Gonzalo Suárez Gómez (1961), dans la partie «Re­cueils de proverbes, récits, romans et autres ouvrages bilingues», nous montre qu'il existait de nombreux ouvrages littéraires espagnols traduits en français. Aux 17e et au 18e siècles, ce sont surtout des œuvres d'écrivains espagnols, en effet, en traduction bilingue, qui sont utilisés pour apprendre le français. Selon ce catalogue, le premier ouvrage littéraire qui aurait pu servir à apprendre le français à travers sa traduction espagnole est Le Jugement de Paris, de Nicolas Renouard (1612), traduit par César Oudin. Et ce n'est qu'en 1822 qu'on édite le Télémaque en version bilingue (Perpignan, J. Alzine): ouvrage qui aura un succès énorme, vu les nombreuses rééditions (1837, 1842), qui prennent parfois l'aspect de versions interlinéaires (ainsi, l'édition de P. Delalain, à Paris, en 1830, servant d'appui à la méthode Jacotot). De même, au début du 19e siècle, les comédies de Molière seront traduites (L'École des maris; Le Médecin malgré lui, Madrid, Repullés, 1834).

8Quant aux Gramáticas francesas pour Espagnols, elles s'inspirent quant au contenu des grammaires françaises éditées en France, en reprenant, en gros, le modèle des grammaires latines quant à la présentation du contenu, et quant à la méthode d'enseignement. On y observe, cependant, une intéressante évolution des contenus dans le sens d'une définition et une prise en charge de l'objectif d'accès à la langue littéraire, en tant que base de la correction et du «bon goût».

9La Gramática de Pierre Paul Billet (1673; nous citons d'après l'édition de 1708) incorporait à la grammaire proprement dite un art poétique (la troisième partie), ou «breve compendio de la poesía francesa, útilísimo, para aprender a conocer, y medir los versos, y a componerlos». La partie syntaxique (la seconde partie) montrait déjà un grand intérêt pour les questions de l'éloquence et du «bien parler», sous forme de paralelo, c'est-à-dire de listes alphabétiques de locutions espagnoles et françaises avec leur correspondance dans l'autre langue (201-308). Cette approche de l'éloquence, sous la forme de l'expression juste et convenable, venait tout droit de Vaugelas et des conceptions du bon usage du 17e siècle.

10Les grammaires éditées au 18e siècle (ainsi, la Gramática de José Nuñez de Prado (1727), professeur de français au Real Colegio de Nobles, ou le Nuevo método... dividido en dos gramáticas (1728) de Francisco Torre y Ocón) font disparaître l'art poétique; en outre, l'éloquence ou le «bien parler» n'ont pas de place dans leurs manuels, et ils limitent en principe leurs objectifs à la correction grammaticale.

  • 1  Voir de manière plus concrète: de Coménius, /. A. Comenii Janua Linguarum Reserata... (1631), et l (...)
  • 2  Nous citons d'après l'édition de 1780, qui rassemblera en un seul volume les deux ouvrages antérie (...)

11D'autre part, l'influence des idées sur les bienfaits de l'enseignement pratique ou «naturel» des langues exposées par Coménius, Locke ou Antoine Pluche1, va être recueillie principalement dans les Artes, Llaves ou Diálogos, qui réduisent le poids de la mémorisation des règles grammaticales et du vocabulaire, et proposent plutôt des contenus destinés à la pratique de la langue: ainsi la Llave (1748), d'Antonio Galmace, maître de langue française à la Cour espagnole, propose de nombreux exercices de traduction, sous forme de textes en trois colonnes parallèles (espagnol, français, prononciation figurée, 43-57)2; des catalogues de «Modos de hablar francés» (285-317); une «Recopilación de voces» (317-357), puis un «Dialogue espagnol et français» (358-400), où deux caballeross'entretiennent d'anecdotes historiques et de questions patriotiques dans une hôtellerie (posada).

12Quant à l’Arte de traducir el idioma francés,de Capmany (1776), il contient un bref résumé de grammaire à volonté comparative franco-espagnole, où les idiotismes (expressions) de la langue française occupent la partie plus abondante (73-189). La traduction est envisagée d'une façon instrumentale: le traducteur doit -sauf dans le cas des idiotismes- révéler la langue «originale» (1776: V), montrer le style ou la physionomie de l'écrivain qu'il traduit. Ses conseils sur la traduction (français-espagnol) ont comme objet les «écrits nobles, scientifiques, éloquents, et non pas les contes, les comédies ou les pièces burlesques» (1776: XV). En excluant le style familier et populaire, Capmany manifeste un choix: ne sont dignes d'intérêt que les œuvres sérieuses, qui offrent des exemples de la force de la raison, qui devaient être composées «dans le style sublime des écrivains éloquents» (1776: XV).

13Dans ce panorama, Pierre Nicolas Chantreau va montrer une attitude très novatrice. D'abord, par son éclectisme, qui est révélé dans le titre même de son manuel: Arte de hablar bien francés o Gramática completa(1781). Le titre manifeste sa volonté d'intégrer comme objectifs de l'enseignement du FLE, d'une part, la langue instrumentale, que ce soit pour servir aux échanges oraux ou à la traduction (objectifs prioritaires des Artes ouLlaves);d'autre part, la correction dans l'expression et la formation du bon goût, objectifs de l'enseignement des Gramáticasdispensé dans les institutions et collèges. L'Artede Chantreau veut s'adapter, pour employer un terme moderne, aux profils variés des amateurs et étudiants de la langue française. Il joint ainsi à la Gramática(d'où il exclut, comme Núñez ou Ocón, les règles de versification, ou art poétique, de Billet), un abondant Suplementooù il reprend les composantes de la Llavede Galmace: «una nomenclatura muy amplia de las frases más precisas para romper a hablar en una conversación» (1-98), «un tratado de la propiedad de las voces» (première partie, espagnol-français, 99-142; seconde partie, français-espagnol, 143-245), en plus d'une série d'expressions verbales, cris d'animaux, proverbes, et monnaies françaises (245-356). Il y ajoute, à la manière de Capmany, «algunas observaciones sobre el arte de traducir» (256-259), où il s'inspire principalement de L'Essai sur la traductionde d'Alembert (1781: 257). Et finalement, en tant qu'option originale, il propose une série de textes qu'il destine à la pratique de la lecture et de la traduction.

14Mais Chantreau ne propose pas une simple juxtaposition ou suite de contenus (grammaire-supplément) comme dans le cas de Galmace; chez lui, il se produit une réelle intégration pédagogique de ces deux éléments de l'enseignement/apprentissage. En effet, Chantreau incorpore des conseils de méthode (1781: XVII-XX: «Método que el Maestro debe llevar en su enseñanza, y el discípulo en su estudio»), composante totalement novatrice quant aux contenus de la grammaire/manuel, où il estime nécessaire la complémentarité entre la théorie et la pratique dans l'enseignement des langues. La mémorisation des règles grammaticales, selon lui, doit se compléter dès le début par un apprentissage du vocabulaire et la production orale, ou dialogue.

15Pour arriver à parler une langue, il faut en effet mettre en pratique les règles, le vocabulaire et les phrases jour par jour et dès les premières leçons, à travers deux procédés didactiques principaux. Le premier, c'est l'exercice de la parole elle-même:

nadie debe pretender llegar á hablar con desembarazo un idio­ma, si luego que sepa tres ó cuatro de las frases familiales, no prorrumpe en decirlas quando se ofrezcan, sin detenerse por los absurdos que dirá á los principios; porque el hablar enteramente depende de la práctica (1781: XX).

16Le second est la traduction des textes proposés:

De la traducción del francés al castellano, se pasará a la del cas­tellano al francés, verbalmente, y por escrito (a). Nada formará más al discípulo en el hablar y escribir que este trabajo, resultando de él la necesidad de practicar todas las reglas que habrá estu­diado de ortografía, analogía y construcción; las que se impre­sionan siempre mejor con la práctica, que con la teórica (1781: XIX-XX).

17Toute traduction, selon Chantreau, doit se faire en deux phases; version et traduction proprement dite. La version, selon la définition de Chantreau, «abraza [...] el significado intrínseco de las voces» (1781: XIX). Elle était pratiquée spécialement à partir d'une présentation bilingue des textes sous forme interlinéaire ou sous forme de colonnes parallèles, comme dans le cas de Gal­mace, par exemple ( «la traducción de propósito se ha puesto gramatical, quanto cabe», 1780: 43). Elle était destinée principalement à l'apprentissage des règles de lecture (c'est ainsi qu'on apprenait à lire avec des textes en latin), et à travers ces règles, de la prononciation de la langue française. Dans une seconde phase,ces textes servaient à la reconnaissance du vocabulaire et des parties du discours, objet d'une première année d'études. La version est donc une traduction littérale, qu'on appelle aussi parfois lecture versionnelle, qui se pratiquait en général avec des textes faciles: La note (a) en bas de la page XX indique en effet: «Debe escogerse a este efecto un libro castellano muy claro y fácil como: El Catón cristiano, el Catecismo de Fleury, el Compendio del P. Isla, etc.» (1781: XX).

  • 3  Ch. Durieu: «la traduction pédagogique est un exercice qui s'inscrit dans le cadre de l'apprentiss (...)

18La traduction proprement dite, selon Chantreau. «[abraza] su valor extrínseco [de las voces], dando la sustancia de la idea del texto sin atender a su forma literal» (1781: XIX). Si dans la version, l'objectif se limitait à reproduire le style de l'auteur original, tout en évitant les calques, ce dont il s'agit surtout avec la traduction, c'est d'apprendre les expressions idiomatiques, et d'élever l'apprentissage au «bien parler». Ce n'est plus donc une traduction pédagogique, dans le sens employé par Christine Durieu ou E. Lavault3; la «traduction» est pour Chantreau une fin en soi, l'accès à une expression (en langue espagnole ou française) soignée et belle, au développement chez l'élève de la notion du «bon goût».

19C'est dans ce but que Chantreau rédige un bref traité sur la traduction («Obser­vaciones sobre la traducción y el mejor modo de enterarse de ella...», 256-259), qu'il accompagne d'exemples tirés du Compendio de la Historia de España (traduction par le Padre Isla de l'Abrégé de l'histoire d'Espagne, du Père Duchesne); puis, il propose des textes comme instrument de travail ou comme exercices (pour la version/traduction en espagnol, et en français, ou «thème»), que nous pouvons diviser en deux classes:

20- la première est composée de textes suivis de leur traduction, et dans les deux premiers, d'une analyse de type stylistique/expressive. Nous trouvons ici un extrait du livre V de Télémaque (260-267); un extrait de VIntroducción à I'Historia natural y a la Geografía física de España, de Guillermo Boules, traduit en français par le vicomte de Flavigny (268-271); des extraits de l’Abrégé de l'histoire d'Espagne (172-181); un fragment du Quijote (182-185); des extraits de la Gazette d'Amsterdam.

21- la seconde est composée de textes en français sans traduction espagnole ni notes explicatives (destinés donc en principe à la «version»): une série de bons mots, de faits ou anecdotes historiques, d'apophtegmes, et finalement un «Précis historique de l'Espagne» (290-304).

22Si l'innovation de Chantreau est de taille dans l'aspect méthodologique, les objectifs et les contenus de l'enseignement connaissent une modification aussi importante. Nous ne voulons pas nous référer aux contenus d'ordre linguistique, dont les innovations ont été signalées par Brigitte Lépinette (1995), mais aux aspects culturels et littéraires. Je tiens à souligner que, quant au choix du contenu, d'un point de vue didactique, l'innovation fondamentale que Chantreau établit consiste à distribuer le contenu grammatical, destiné à être appris par cœur, en trois catégories correspondant à trois niveaux ou phases de l'apprentissage (voir 1781, Método: XVII). Question qui nous semble fondamentale et qui marque une première entreprise de linguistique appliquée à la didactique du FLE.

23Pour nous en tenir aux textes littéraires, objet de cette communication, Chantreau introduit deux fragments de Don Quijote et de Télémaque, bien qu'il signale que, en raison de leur difficulté, ces textes doivent servir au couronnement de l'apprentissage de la langue. On pourrait en déduire que la présence de la littérature est bien maigre. Cependant, la «Bibliothèque française, ou choix de livres que tout amateur de la littérature doit se procurer», qui suit les textes (304-308), marque clairement les objectifs de l'enseignement et de l'apprentissage du FLE selon Chantreau. La formation transmise par la langue française ne se limite pas à une période «scolaire»; toute personne cultivée, tout homme de goût, doit avoir lu une série d'ouvrages, concernant:

24a) des contenus linguistiques, axés sur l'expression correcte et convenable: une grammaire (de l'abbé de Wai(ly), un dictionnaire portatif, les Synonymes français de l'abbé Girard, «absolument nécessaire pour bien connaître le génie et les finesses de la langue françoise» (304);

25b) des contenus de formation intellectuelle et morale: des ouvrages de logique, de morale, de mythologie;

26c) des contenus de formation géographique (moderne, générale; livres de voyages), et historique: histoire (ancienne, romaine, universelle, de l'Espagne, du Portugal, de la France, de l'Angleterre);

27d) de formation scientifique (physique et histoire naturelle);

28e) finalement, de formation esthétique et littéraire, qui inclut des ouvrages généraux (principes, cours de Belles-lettres, œuvres de Condillac, modèles de lettres), puis les œuvres de Boileau (2 vol.), les chefs-d'œuvres de Corneille (2 vol.), de Racine (3 vol.), de Molière (2 vol.), de Crébillon (3 vol.), la Méîromanie de Piron, Le Méchant de Gresset, Le Siège de Calais de Belloy, les Comédies de Regnard (2 vol.), Le Comte d'Essex, de Thomas Corneille, puis Les Fables de La Fontaine, les Contes moraux de Mr. Marmontel (3 vol.), l’Histoire de Gil-Blas (4 vol.), et le Dictionnaire d'Anecdotes (2 vol.).

29Nous voyons ainsi que si Chantreau, dans son Suplemento, ne propose que deux textes littéraires, ce n'est pas parce que la littérature française est ignorée dans ses choix, mais seulement parce qu'elle n'est pas jugée apte à servir d'instrument d'apprentissage de la langue pour les premières années d'études, c'est-à-dire pour une utilisation pédagogique, et qu'elle doit être réservée pour le moment où 1'élève/1'homme connaîtra la langue française. Et, quant à la littérature, ce n'est plus l'art de versifier (l'art de compter les syllabes et de composer des rimes) ou l'art poétique (choix et usages des figures du discours ou de l'expression, propres à la poésie) qui sont visés, comme dans le cas de Billet; c'est plutôt, d'une façon primordiale, la langue littéraire qui est proposée comme un but en elle-même, en tant que langue correcte et soignée, et par là, source du bon goût et de l'élégance dans la diction ou l'écriture. Comme l'indique B. Lépinette (1995: 158), l'objectif n'est plus seulement strictement linguistique (parler la langue d'une façon correcte), mais aussi stylistique et esthétique (arriver à la beauté de l'expression).

  • 4  Ainsi les auteurs Juan Alarcôn (1845), Lorenzo Cot (1824), I_x)renzo de Alemany (1826). Antonio Be (...)

30L'Arte... de Chantreau devient au long de la première moitié du 19e siècle l'ouvrage de référence principal quant à l'enseignement du FLE en Espagne, à tel point qu'il se produit très rapidement une dérivation du sens par métonymie: le Chantreau désigne très rapidement l'ouvrage composé par Nicolas Chantreau. Puis, les droits de la propriété intellectuelle n'étant pas encore protégés, divers auteurs vont qualifier leurs ouvrages de Chantreau4 , voulant par là bénéficier du prestige de cette «marque», ou vont carrément puiser dans l’Arte. Cela sans compter les nombreuses rééditions de l’Arte... lui-même, dans différentes villes, qui dépassent le nombre de trente.

31Le respect du contenu et de l'esprit méthodologique de Chantreau dans ces rééditions, adaptations ou reconversions de son ouvrage, est très variable. Les rééditions respectent en principe le contenu de l'original de 1781: les éditions de Madrid de 1786 (2è), de 1797 (3è), 1804 (4è) sont des réimpressions exactes de l'édition originale. Cependant, peu à peu des modifications apparaissent, qui ne concernent pas seulement l'orthographe. Ainsi, par exemple, l'édition faite à Barcelone en 1824 (Librería N. Oliva y Cia.) abrège le Prologue en éliminant une partie fondamentale, les conseils de méthode. De même, l'édition faite à Paris en 1824 (Librairie De Bossange) adapte l'orthographe aux nouvelles normes de l'Académie espagnole et française, mais élimine cette même partie du Prologue. A partir de cette élimination, l’Arte... de Chantreau devient une simple grammaire descriptive de la langue française, comme les autres.

32Quant aux textes littéraires, on remarque aussi certaines variations quant au choix des ouvrages proposés pour leur lecture-traduction postérieure à l'apprentissage lui-même. L'édition de Paris y ajoute les œuvres de Condillac, de Thomas, de Fonte(ne)lle, l'Iliade et l'Odysée, les chefs-d'œuvres dramatiques de Voltaire (4 vol.), les œuvres de Destouches (5 vol.), et on augmente les œuvres de Racine, de Pierre et Thomas Corneille, et de Molière.

33Les adaptations que d'autres auteurs réalisent de l’Arte... de Chantreau feront subir à l'original des modifications plus importantes. Pablo Dupuy, en 1836 (réédition en 1838, par laquelle nous citons) abrège plus fortement encore le Prologue... Pour nous en tenir au thème qui nous occupe, quant au choix des œuvres littéraires, il en ajoute abondamment: Marmontel, Florian, Bernardin de Saint Pierre, Fléchier, Bossuet, Gresset, Colardeau, Delille, Legouvé, ainsi que Madame Cottin, Madame de Montolieu, et les œuvres complètes de Le Sage (Aventures de Gil-Blas, Le Diable Boiteux, Le Bachelier de Salamanque). De même, la Gramática francesa de P.N. Chantreau, édité en 1839 (réédition en 1844) à Barcelone (Librería de D. Manuel Sauri), dont l'auteur est Luis Bordas, professeur de la Junta de Comercio, modifie les règles de prononciation, divers articles de syntaxe, et il parle des qualités de la méthode Jacoto t.

  • 5  Nous citons par la 3e édition, de 1835

34La Gramática francesa titulada el nuevo Chantreau (1826)5 de Lorenzo de Alemany, elle, ne ressemble plus du tout à l’Arte... de Chantreau. Alemany élimine complètement le Prologue, il redistribue tout Je contenu en deux parties, et il numérote toutes les règles de la grammaire, les unes après les autres, pour une meilleure mémorisation et pour permettre une localisation plus facile. La seconde partie contient certains éléments du «Suplemento» de Chantreau (la «recopilación de voces» (203-261), la «propiedad de las voces» (263-297). Il propose aussi des «Diálogos familiares» (329-358). Quant aux textes de lecture, il les limite à des «anécdotas y agudezas para egercitarse en la lectura y en la traducción» (359-372), qu'il accompagne de deux textes à caractère géographique et historique sur l'Espagne (373-375). La seconde édition (1829) offre en plus des modèles de lettres de commerce, et elle élimine les textes de lecture et de traduction, qu'elle reporte dans une œuvre spécifique, éditée à part:

A los trozos de lectura que había al fin se ha sustituido una co­lección de AA. clásicos franceses, impresa separadamente, que para mayor comodidad del público se venderá unida o separa­damente de esta gramática al arbitrio de cada uno (1835: IV).

  • 6 Il salue en effet comme ouvrages d'intérêt qui ont précédé son édition de 1844 non seulement une «c (...)

35Cette Colección de autores franceses, compuesta para la más cabal ins-trucción de la juventud de Lorenzo de Alemany (1844) nous en dit long sur les nouvelles préoccupations, quant aux objectifs et contenus, de l'enseignement du FLE. La lecture de textes d'auteurs français commence à s'imposer comme une composante souhaitable et même nécessaire de l'enseignement6. Cependant, ces lectures ne peuvent pas avoir pour objet «los trozos más sublimes de los mejores clásicos, [...]los mas bellos pasages de Boileau y de Fénélon, de Bossuet y de la Fontaine, de Chateaubriand o de Victor Hugo» (1844: VI), tels qu'ils ont été rassemblés dans les œuvres de Noël ou Chapsal, car «ni este libro, ni los muchos que se han publicado en España convienen para los principiantes, para los más jóvenes». La collection de textes qu'il propose commence ainsi par des histoires, qui ne sont plus des anecdotes plaisantes, mais qui contiennent des leçons morales: la générosité, la fidélité, la justice, la probité, le courage... y sont vantés, et la calomnie, par exemple, est punie... En second lieu, Alemany propose des extraits d'écrivains célèbres, choix guidé également par des critères non pas stylistiques ou esthétiques, mais moraux. Font partie de cette sélection, par exemple, les Aventures de Télémaque (extraits du livre 8è et 9è), l’Éloge de Louis XIV, de Millot; un Éloge sur l'éloquence (243-255); des Fables choisies de La Fontaine (256-315); des extraits d'Athalie, de Racine (316-355, acte I, se. 1 et 4; acte II, se. 5 et 7; acte Hl, se. 7; acte 4, se. III); on trouve finalement une poésie de J.-B. Rousseau «Caractère du juste». L'édition de 1848 ajoute (355-379) des poésies de Voltaire «L'Horreur des guerres civiles», «La Conscience», Millevoye «La Tendresse maternelle», Lamartine «La Prière», Racan «Douceurs de la vie champêtre», Ducis «L'Amitié» et Victor Hugo «La Charité», ainsi que des extraits des Plaideurs, de Racine (320-324, acte I, se. 4).

  • 7 Ce n'est pas le lieu de nous arrêter sur les nombreux va-et-vient que connaît la situation institut (...)

36Pendant cette première moitié du 19' siècle, il se produit des changements importants dans la situation institutionnelle du français-langue étrangère, qu'il convient d'examiner rapidement, puisque celle-ci va nous fournir une des clés explicatives des changements en cours. Une fois passée la ferveur antifrançaise à la suite de la Guerre de l'Indépendance -sentiment entretenu par les conservateurs qui voyaient dans les idées des philosophes français du 18e siècle un danger pour leurs privilèges et le régime monarchique-, les idées françaises deviennent tout simplement des idées libérales. Et c'est à l'effort de ce mou­vement libéra] et de modernité que l'Instruction publique, primaire (en 1838), et secondaire (en 1845, puis en 1857, avec la Ley General de Instrucción Pública, ou loi Moyano) voient le jour et se développent. Et précisément, le plan d'études du secondaire de 1845 établit le français comme matière d'enseignement, étude qui devient complémentaire dès 1846, puis qui est réintroduite comme obligatoire par la loi Moyano de 18577.

37Malgré les difficultés dans l'application de la loi, le phénomène de l'institutionnalisation du français est un facteur nouveau, puisque cet enseignement doit s'accommoder des instructions ministérielles, et porte en lui-même le germe d'une évolution de l'enseignement comme élément qui fait partie d'un tout: l'ensemble des matières des études secondaires, et principalement l'étude du latin.

38Ainsi, le Novísimo Chantreau de Bergnes de las Casas (1852, 3e éd.) fait subir à l’Arte des modifications très profondes, qui tiennent à la nouvelle situation du français. Pour nous en tenir à la question littéraire, c'est dans la sélection des textes servant d'appui à la lecture et à la traduction qu'on observe les changements les plus importants: d'abord, il élimine les observations sur la traduction; mais aussi, il élimine la traduction en espagnol qui accompagnait l'extrait des Aventures de Télémaque (d'où Chantreau avait tiré ses exemples pour bâtir ses règles de traduction); à la place, il développe énormément «el análisis etimológico y sintáctico» de ce texte (18 pages, 281-298). Pour nous faire une idée de la minutie de l'analyse, le premier paragraphe, de 9 lignes, appelle 59 observations. Il élimine également les textes historiques, l'extrait du Quijote, et aussi les extraits de la Gazette d'Amsterdam, qui étaient tous accompagnés de leur traduction correspondante. Au lieu de ces

Anécdotas insulsas que puso Chantreau, he puesto varios trozos selectos, y de diversos géneros, de los mejores autores franceses, modernos sobre todo, tales como Buffon, Cuvier, Victor-Hugo, Lamartine, Janin, La Bruyère, Chateaubriand, La Fontaine, etc. (1852: Prólogo),

39qu'il intitule «Études françaises de littérature et de morale» (306-322). Il y recueille des textes d'ordre sentimental («A Flore», de Bernardin de Saint-Pierre; «L'exil», de Lamennais), de culture générale historique («Incendie de la Flotte turque», de Pouqueville; «Prise de Jérusalem», de Michaud; «Mort de Mirabeau», de Victor Hugo; «Les ruines de Palmyre»; Marie Antoinette), de culture scientifique («Avantages des sciences»; «La cataracte du Niagara»; «Nature brute et nature cultivée», de Buffon), et surtout, à contenu moral («La médisance», «L'espérance»; quelques Fables de la Fontaine; des poésies diverses).

40La 4e édition (1857) se limite à introduire des collections de phrases, en espagnol, pour être traduites en français (Temas), dans l'esprit de la «méthode» Ollendorf.

41À travers cette présentation, nous avons vu comment les objectifs de l'ensei­gnement du français connaissent une forte évolution, à l'intérieur de laquelle surgit le recours aux textes littéraires.

42a) Chantreau, dans l’Arte..., réunit et ordonne de façon cohérente les objectifs de l'enseignement du français:

43- dans le contexte scolaire initial, le français est enseigné en tant qu'instrument de communication pratique ou utilitaire (parler la langue, traduire), objectifs que des auteurs comme Alemany maintiendront (par exemple à travers les lettres de commerce);

44- dans un deuxième niveau ou stade de l'enseignement, le français peut devenir un moyen d'accès à l'expression soignée et au bon goût, c'est-à-dire un moyen de formation stylistico-esthétique. Cette fonction est assignée aux textes littéraires, qui sont ainsi intégrés dans le Supplément, à côté des autres textes. Les textes d'écrivains français marquaient ainsi le couronnement de l'apprentissage de la langue; la traduction était le moyen privilégié pour cultiver le bon goût et le style.

45b) Dans la première moitié du 19e siècle, dans les rééditions et adaptations du Chantreau, les auteurs tendent:

46- soit à éliminer les textes littéraires des manuels (Bordas, Dupuy), estimant qu'ils ne sont pas aptes à l'enseignement de la langue;

47- soit à les déplacer (Alemany, Bordas) dans des collections de textes d'auteurs très divers quant à la forme et au contenu, et où les textes «littéraires» commen­cent à acquérir un poids appréciable;

48- soit à les réintroduire dans les manuels, en transformant les objectifs assignés à ce contact avec les textes littéraires, et en les utilisant pour un apprentissage de la langue (dans le but de faire des analyses morphosyntactiques, dans le cas de Bergnes).

49On constate ainsi que la mise en contact des élèves avec les productions littéraires françaises s'est ouvert un chemin dans l'esprit des auteurs de manuels ou de grammaires à partir de l’Arte de Chantreau; cependant, avec l'institutionnalisation du français comme matière, les objectifs assignés au français commencent à être remplacés par d'autres, et le français commence aussi à devenir:

50- un instrument de transmission de valeurs morales et culturelles (rôle des collections des textes d'écrivains);

51- un instrument de formation intellectuelle (compréhension de textes complexes; mémorisation; application des règles grammaticales; analyse syntactique, précieux outil d'analyse logique).

Haut de page

Bibliographie

Alemany, L. de (1826): Gramática francesa, titulada el Nuevo Chantreau, Madrid, Imprenta Eusebio Aguado.

— (1844, 2è éd.): Colección de autores franceses, compuesta para la más cabal instrucción de la juventud, Madrid, Libr. de Antonio de Sojo.

Bergnes de las Casas, A. (1852, 3e éd.; 1857, 4e éd.): Novísimo Chantreau.

Billet, P. P. (1708): Gramática francesa, Madrid, Imp. de Juan García Infanzón.

Calle Carabias, Q. (1990): La enseñanza de idiomas en España, Málaga. UP.

Chantreau, P. N. (1781): Arte de hablar bien francés, o Gramática Completa, Madrid, A. de Sancha.

Capmany, A. de (1776): Arte de traducir el idioma francés, Madrid, A. de Sancha.

Fernández Díaz, C. (1985): Antonio de Capmany, una visión original del problema de la traducción y del aprendizaje del francés en la España del siglo XVIII, Santiago de Compostela, UP.

Fernández Fraile, M.a  E. (1995): La enseñanza/aprendizaje del francés en España entre 1767 y 1936: objetivos, contenidos y procedimientos, Granada, UP.

Galmace, A. (1748): Llave para aprender francés, Madrid, Imprenta del Reino.

Lépinette, B. (1995): «El arte de hablar bien francés (1781) de P.-N. Chantreau (1741-1808), grammaire pour l'enseignement du français aux Espagnols», Le Français Moderne, vol. LX, n.° 2, pp. 138-165.

Nunez de Prado, J. (1727): Gramática de la lengua francesa, Madrid, Viuda de M. Fernández.

Suárez Gómez, G. (1956): «Avec quels livres les Espagnols apprenaient le français, 1520-1850», thèse, extraits publiés dans la Revue de Littérature Comparée (1961), vol. 1, pp. 158-171; vol. 2, pp. 330-347; vol. 3,pp. 512-524.

Torre y Ocón, F. (1728): Nuevo método... dividido en dos gramáticas, Madrid, Imp. de Juan de Aritzia.

Haut de page

Notes

1  Voir de manière plus concrète: de Coménius, /. A. Comenii Janua Linguarum Reserata... (1631), et l’Orbis sensualium pictus (1658); John Locke: Thoughts concerning Education (1693); de Noël Antoine Pluche, La mécanique des langues et l'art de les enseigner (Brest, Imp. de Michel, 1735).

2  Nous citons d'après l'édition de 1780, qui rassemblera en un seul volume les deux ouvrages antérieurs: les Adiciones a la Gramática francesa del Rmo. P. Nuñez (1745), et la Llave proprement dite (1748).

3  Ch. Durieu: «la traduction pédagogique est un exercice qui s'inscrit dans le cadre de l'apprentissage des langues étrangères et du perfectionnement linguistique» (Durieu, Ch. (1991): «Traduction pédagogique et pédagogie de la traduction», Le Français dans le Monde, 243, pp. 66-70); E. Lavault: «L'objectif de la traduction pédagogique est essentiellement didactique... La traduction n'est plus alors une fin mais un moyen, dans la mesure où ce qui importe, ce n'est pas le message, le sens que le texte véhicule, mais l'acte de traduire et les différentes fonctions qu'il remplit: acquisition de la langue, perfectionnement, contrôle de la compréhension, de la solidité des acquis, de la fixation des structures» (Lavaut, E. (1985): Fonctions de la traduction en didactique des langues, Paris, Didier, p. 18).

4  Ainsi les auteurs Juan Alarcôn (1845), Lorenzo Cot (1824), I_x)renzo de Alemany (1826). Antonio Bergnes de las Casas (1845), Luis Bordas (1842), Pablo Dupuy (1829), Pedro Puiggari (1841), Pedro Maria de Torrecilla (1850)... utiliseront à leur profit l'«appellation d'origine» Chantreau, leurs œuvres seront souvent rééditées plusieurs fois: ainsi le Novisimo Chantreau de Bergnes de las Casas connaîtra -que nous sachions- une 25è édition en 1904!

5  Nous citons par la 3e édition, de 1835

6 Il salue en effet comme ouvrages d'intérêt qui ont précédé son édition de 1844 non seulement une «colección de autores franceses» qu'il avait lui-même proposée pour servir aux concours de Cátedras del Consulado de Madrid, mais aussi des ouvrages similaires de D. Antonio Gil de Zarate, de Antonio Bergnes de Barcelone, ou encore «las aventuritas y charadas» du professeur D. José Conde de Bilbao.

7 Ce n'est pas le lieu de nous arrêter sur les nombreux va-et-vient que connaît la situation institutionnelle du FLE dans les divers plans d'étude qui se succèdent pendant la seconde moitié du XIXe siècle en Espagne. Il faut dire brièvement, pour nous en tenir à la période concernée, que la langue française devient matière complémentaire par une disposition de 1846 (Real Orden de 24 de julio), situation rendue officielle par le plan d'études du 28-VIII-1850. Quant à la loi Moyano, elle réintroduit l'étude des langues vivantes dans les études générales (5è et 6è année, une heure 3 jours par semaine), mais les dispositions législatives postérieures réduiront à nouveau l'obligaüonen option: les règlements de 1859 ouvriront la porte à la non-exécution de l'obligatoriété; le plan d'études du 21-VIIM861 réduit l'étude du français à une seule année; le plan d'études du 9-V-1866 élimine les cours et ne maintient qu'un exercice de traduction pour devenir Bachelier ès Arts: «Los alumnos deberán aprender privadamente lengua francesa, de la cual se les exigirá un ejercicio de traducción en el grado de bachiller enaArtes» (cap. I, art. 3). Finalement, les décrets du 2I-X-1868 et du 25-X-1868 éliminent de fait (par omission) l'enseignement des langues dans les études secondaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Documents pour l’histoire du français langue étrangère et seconde, décembre 1999, n°24.

Référence électronique

Maria Eugenia Fernández Fraile, « Les textes littéraires comme procédé d'enseignement du FLE dans les Chantreau (1781-1857) », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 24 | 1999, mis en ligne le 22 janvier 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://dhfles.revues.org/3016

Haut de page

Auteur

Maria Eugenia Fernández Fraile

Université de Grenade

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • Les cahiers de Revues.org