Navigation – Plan du site
Institutions pour la diffusion du français

L'impérialisme linguistique de Pierre Foncin en Méditerranée

Noriyuki NISHIYAMA
p. 35-48

Résumés

Pierre Foncin a joué un rôle capital pour la politique de diffusion du français dans les colonies et à l'étranger au début de la IIIe République, par la création de l'Al­liance Française. Sa politique linguistique se caractérise par l'impérialisme linguistique, notamment à l'égard des Berbères.

Haut de page

Texte intégral

0. Introduction

1L'impérialisme linguistique est devenu un enjeu à la fois linguistique et didac­tique grâce à l'étude de Philippson sur les problématiques de la diffusion de l'anglais, qui l'a défini en ces termes : « une théorie propre à l'analyse des relations entre culture dominante et culture dominée, en particulier la façon dont la promotion de l'apprentissage de la langue [seconde] anglaise a été faite » (Philippson 1992 : 15). Si cette théorie s'intéresse aux relations de force entre les cultures, le français n'en est pas exempt compte tenu de son rôle en tant que vecteur de la politique linguistique d'assimilation à l'époque coloniale.

  • 1  « De toutes les régions qui appellent l'attention, la première place nous paraît appartenir au bas (...)

2Dans la présente étude, nous allons dégager l'impérialisme linguistique de Pierre Foncin (1841-1916), premier secrétaire général (1883-1897) et sixième président (1899-1914) de l'Alliance Française (abrégée en AF), et, à ce titre, idéologue de la politique linguistique extérieure de la France sous la IIIe République. Notre objectif est de mettre en lumière son idéologie lin­guistique en fonction de la politique de diffusion du français dans le bassin méditerranéen, région prioritaire de l'action de l'AF selon Foncin1. Son idéologie coloniale est formulée en termes de « conquête morale », et nous-allons examiner particulièrement l'Algérie comme laboratoire d'application de cette « conquête morale ».

1. Qu'est-ce que l'impérialisme linguistique ?

3Pour analyser les valeurs de l'impérialisme linguistique, nous allons nous appuyer ici sur les remarques d'un linguiste japonais, Tanaka Katsuhiko, qui a décrit, en s'appuyant sur Meillet, cette idéologie linguistique en termes d'abandon de la langue maternelle pour la remplacer par une autre (Tanaka 2000 : 47). Cette idéologie est caractérisable de trois points de vue.

  • 2  Ce point de vue semble émerger de la réflexion de la linguistique historique du XIXe siècle. Pour (...)

4En premier lieu, toutes les langues ne sont pas d'égale valeur; quelques-unes sont barbares, retardées du point de vue de la civilisation, et d'autres plus avancées, civilisées, présupposé inspiré et influencé implicitement par la théorie de l'évolution biologique et sociale répandue au XIXe siècle. De toute évidence, ce sont les savants européens qui ont inventé cette hiérarchie des langues comme telle, de sorte que les langues européennes équipées de la flexion, trait par excellence de la supériorité linguistique à leurs yeux, ont été considérées comme les plus évoluées à l'échelle mondiale2.

  • 3  Nous entendons par là « une recherche des éléments ou des tendances (phonétiques, phonologiques, s (...)

5Les universaux du langage alimentent également l'impérialisme linguistique3. Cette hypothèse linguistique suppose que nous pouvons exprimer notre pensée par le biais de n'importe quelle langue au monde. La structure profonde commune des langues nous permet d'exprimer notre pensée au moyen d'une langue plus répandue et plus performante au détriment de notre langue maternelle, parfois restreinte sur le plan linguistique aussi bien que géographique. Il arrive, par exemple, que telle langue ne soit pas suffisamment équipée en vocabulaire technique par rapport aux autres, ce que l'on constate dans beaucoup de langues vernaculaires.

6Mais l'argument le plus convaincant s'articule autour d'une doctrine lin­guistique et socioculturelle : les locuteurs peuvent abandonner leur langue maternelle pour une autre à volonté, sans avoir à recourir à des mesures coercitives. Ce choix linguistique s'opère facilement à condition de séparer la langue de la nation, comme le souligne Meillet à propos de la situation linguistique dans l'empire ottoman. Il rappelle l'abandon de l'usage de leur langue maternelle par les Grecs et les Arméniens au profit du turc, alors qu'ils se sentaient encore grecs ou arméniens (Meillet 1928 : 78). L'histoire atteste ainsi d'exemples de nations qui ont abandonné l'usage de leur langue maternelle, tout en gardant une conscience nationale forte. Il faut donc admettre, avec Meillet, qu' « une nation n'est pas liée à tel ou tel soutien matériel, et pas même, à la langue. Appartenir à une nation est affaire de sen­timent et de volonté » (ibid).

7Cela ne nous empêche pas de nous interroger sur l'avenir des langues dans le monde du point de vue de la politique linguistique. Si une nation accepte facilement de remplacer sa langue maternelle par une autre, pour des raisons de commodité par exemple, il arrive que l'impérialisme linguistique en vigueur permette de distinguer les peuples qui sont capables de maîtriser la « langue de l'empire » de ceux qui ne le sont pas, ce qui nous rappelle à bien des égards la situation linguistique sous la domination coloniale.

2. La politique de la diffusion du français chez Foncin: la « conquête morale »

  • 4  Léon la fait remonter à un rapport d'un inspecteur général de 1855, à propos de l'insuffisante rep (...)

8Foncin n'a pas prononcé l'expression « impérialisme linguistique », mais c'est la « conquête morale » qui l'incarne de facto par la mise en place de la politique de diffusion du français aux indigènes. Quant à la « conquête morale », elle n'a pas été inventée par Foncin lui-même, et nous ne pouvons déterminer pour l'instant l'origine de cette notion4. Cependant, c'est apparemment Hardy, inspecteur de l'enseignement en Afrique Occidentale Française (A.O.F.) qui l'a rendue célèbre, en publiant Une conquête morale : l'enseignement en A.O.F. en 1917.

9Il est bien probable qu'après la conquête militaire, cette expression ait été utilisée dans les milieux politiques. Après 1871 (défaite de Mokrani en Kabylie), l'Algérie, intégrée comme une région de la République n'est plus aux mains des militaires et cède « le pas aux seuls artisans de la rentabilisation coloniale » (Stora 1991 : 23), les colons qui dès lors dominent le pays. Foncin affirme le passage de la conquête militaire à la conquête morale : « Depuis plus de trente ans, nous avons achevé la conquête matérielle de ce beau pays ; sa conquête morale reste à faire » (cité dans Bruézière 1983 : 40).

10Dans l'acception large du terme, la « conquête morale » consiste à exercer, d'un côté, une influence morale, intellectuelle et religieuse sur les individus par les missionnaires, et de l'autre, une influence d'ordre linguistique et culturel par l'enseignement de la langue. Foncin, au titre de décideur de la politique linguistique, précise qu'elle a pour objectif d'apprendre aux indigènes le français pour les transformer en « Français de cœur » : « la conquête matérielle n'est rien sans la conquête morale et les indigènes placés sous notre protectorat ne pourront devenir Français de cœur que s'ils ont appris à parler notre langue » (BAF 29 bis [1889] : 13).

11Si la politique d'assimilation vise la francisation par le français, Foncin n'entend pas assimiler les indigènes à des Français à part entière ; ils peuvent devenir « Français de cœur », ce qui n'intègre pas toujours l'aspect administratif et juridique. La compétence orale du français est privilégiée pour franciser la population:

12Apprendre à toute la population indigène l'usage de notre langue. Qu'elle comprenne le français, qu'elle le parle, voilà l'essentiel. Qu'elle le lise, qu'elle l'écrive, cela est utile, mais à un moindre degré. Qu'elle fournisse des élèves à nos collèges et à nos lycées, ceci est déjà presque du luxe  (Foncin 1884a : 15).

13Pour Foncin, ce qui importe d'abord, c'est la compétence orale, la compé­tence écrite (l'expression et la compréhension écrites) est posée, dès le départ, comme étant presque hors de la portée des indigènes. Cette priorité accordée à l'oral montre la portée de la politique d'assimilation : les indigènes n'ont pas besoin de maîtriser la langue telle que la pratiquent les Français métropolitains, un français rudimentaire leur suffit pour servir, par exemple, des maîtres français.

14La « conquête morale » sert également à exalter le nationalisme républicain dans la crise politique, économique et sociale de l'époque. La défaite de 1871, accompagnée de la cession de l'Alsace et de la Lorraine à l'Alle­magne, a humilié gravement la dignité de l'État, de sorte qu'il fallait relever et redresser la France à tout prix. Le clivage politique, religieux et même régional a tellement accentué la crise du pays que l'unité nationale a failli se dissoudre. La création de l'AF correspond exactement à la volonté de surmonter ces difficultés, pour qu'elle rende visible l'unité nationale des Fran­çais en dehors de l'esprit de parti. La conquête morale s'accorde parfaitement à ce contexte, exaltant la France en tant que grande nation, propagan­de qui va de pair avec la colonisation, et Foncin lie la grandeur du pays à la conquête morale : « Le seul rôle digne d'une grande nation est de conquérir jusqu'à l'âme des peuples qui s'abritent sous sa protection » (BAF 21-22 [1888J : 26).

15Foncin distingue, implicitement, les nations « inférieures » qui conquièrent uniquement par la force militaire, de celles plus « civilisées », qui sont aussi capables de les conquérir moralement. L'idée n'est pas originale, on la trouve par exemple dans un discours politique de Jules Ferry en 1891 : « La race supérieure ne conquiert pas pour le plaisir, dans le dessein d'exploiter le faible, mais bien de le civiliser et de l'élever jusqu'à elle » (cité par Ageron 1978 : 66). Ferry suggère que la colonisation des races « inférieures » pour le plaisir et l'exploitation des faibles, n'est pas celle des Français, race « supérieure » par excellence, qui sont capables d'apporter les bienfaits de la civilisation à des populations. Il s'agit, évidemment, du discours de la colonisation sous couvert de la civilisation.

16La « conquête morale » ne se contente pas de témoigner de la grandeur de la France et de la supériorité des Français, mais elle est lice à un intérêt plus contingent à savoir le problème démographique de la France au XIXe siècle. La puissance de l'État dépendait alors du facteur démographique au même titre que de la puissance politique, militaire et économique, et la stagnation de la population était perçue comme une grave crise. II fallait accroître le nombre des Français pour maintenir la grandeur du pays. Aux yeux de Foncin, le Canada, le Québec en l'occurrence, présentait un bon exemple pour la fécondité, ce qui n'était pas le cas pour la France. Il propose une autre solution à exploiter:

Puisque la France manque d'enfants, qui l'empêche de franciser les fis de ses sujets et protégés coloniaux ? La tâche est délicate assuré­ment, et elle sera longue. Raison de plus pour l'entreprendre avec promptitude, résolution et persévérance. Or le premier effort de cette annexion morale doit être l'enseignement de notre langue (BAF 26 (1888] : 166).

17Compte tenu du poids démographique de l'Angleterre (350 millions avec son empire y compris l'Inde), Foncin envisage, pour ne pas perdre la bataille des puissances, de transformer les colonisés en Français au moyen de la francisation. Cependant, ces Français, appelés « Français de cœur », ne sont jamais identiques à ceux de la métropole sur le plan administratif et juridique, et Foncin ne s'attarde pas sur le statut de ces « Français de cœur », de ces « Français d'adoption ».

18La « conquête morale » apporte une autre contribution plus directe à la ges­tion des colonies. Foncin observe qu'elle rend service en consolidant et en perpétuant les colonies. A l'époque où la crise économique et commerciale s'aggravait en France aussi bien que dans l'Europe entière (BAF 15-16 [1887] : 5), l'intervention militaire pour le maintien de la sécurité dans les colonies, et en particulier en Algérie coûtait cher. La diffusion de la langue devrait permettre de « donner aux indigènes des idées françaises, et (de) les acheminer tout doucement vers l'amour de la France » (BAF 37 11891] : 81 ). Ici apparaît clairement l'objectif moral de l'enseignement du français : inculquer aux indigènes un patriotisme « français » au moyen de l'enseignement du français. Les indigènes en seront plus dociles, ce qui permettra à la République de les dominer sans avoir à toujours recourir aux forces militaires. Foncin ose comparer le coût de l'enseignement de la langue à celle de la force militaire:

l'entretien d'un instituteur coûte moins cher que celui d'une com­pagnie de légionnaires, et les caisses de livres et de fournitures clas­siques sont d'un transport beaucoup plus aisé et moins dispendieux que celui des obus et des canons (Foncin 1900a : xxiii).

19C'est ainsi que Foncin ne cesse d'évoquer, au cours de sa carrière à l'AF, la prédominance de la « conquête morale » sur la conquête militaire. Les intérêts majeurs de cette politique résident en fin de compte dans la justification de la domination coloniale. Le maintien des colonies exige, en plus de la force militaire, une obéissance spontanée de la part des sujets en tant que dominés, sans quoi le système colonial peut s'effondrer sous l'assaut des insurrections. A cet égard, la « conquête morale » permet, à la longue, aux dominés d'intérioriser le rapport de domination, et de justifier la domination coloniale telle qu'ils la vivent. La conquête morale s'opère dans cette dyna­mique, quand les dominés sont formés à une obéissance spontanée.

  • 5  Son hypothèse relative à la langue et au commerce est illustrée par l'exemple d'une ville argentin (...)

20La « conquête morale » par la diffusion du français vise une autre valeur, et Foncin n'oublie pas l'aspect émotionnel de la langue ; l'affection pour la langue peut rendre service au commerce. Il reconnaît la corrélation effective entre langue et commerce, et il proclame que les produits d'un pays se vendent bien là où la population pratique la langue du pays d'origine des produits, en raison de l'affection que le peuple éprouve envers ce pays5. Selon lui, « partout où résonne la langue anglaise on achète des produits anglais. La langue est ainsi une arme, une force redoutable » {BAF 21-22 [18881 : 23).

  • 6  « Nous ne pouvons guère compter, nous Français, sur ce sentiment national pour obtenir la préféren (...)

21La sympathie d'ordre linguistique déterminant les achats, la présence des Français à l'étranger devrait contribuer à l'expansion économique du pays. Malheureusement, ils ne sont pas assez nombreux ni dans la métropole ni hors de France6. Lorsque les ressortissants français à l'étranger ne constituent pas un enjeu pour améliorer la conjoncture économique, la crise peut s'avérer encore plus grave, susceptible de toucher le destin même du pays:

  • 7  Ce « deuxième rang » correspond au chiffre d'affaires en matière de commerce extérieur, et le « si (...)

Si nous ne parvenons pas à modifier cette situation, je dis qu'elle est grave et inquiétante pour l'avenir. Elle signifie que notre com­merce d'exportation, qui se maintient à grand’peine au deuxième rang, menace de tomber rapidement au sixième, par la raison que la guerre économique amènera bientôt chaque peuple à n'avoir plus pour clients que ses sujets ou ses amis.(BAF 26 [1888] : 169)7.

  • 8  « Des Arabes, des Kabyles, des Maures, des Malgaches, des noirs, dira-t-on, voilà une maigre clien (...)

22Le maintien du rang du pays étant crucial pour la grandeur du pays, il faut chercher, suivant la logique du capitalisme, les nouveaux débouchés en dehors de la France, ce qui permet de justifier la colonisation de l'outre-mer, même si le pouvoir d'achat des colonisés ne s'élève pas pour autant8.

23Pourquoi Foncin s'acharne-t-il à répéter ce discours économico-linguistique ? Son propos s'adresse, dans la plupart des cas, aux membres de l'AF et/ou aux autres Français susceptibles d'adhérer à l'Association, d'où ce ton de propagande. Lorsque la propagande est pratiquée dans le cadre des activités nationales de l'AF, elle n'est pas seulement adressée aux membres, aux amateurs de la langue, mais aussi aux industriels, capables de soutenir financièrement les actions de la propagation. Le discours doit toucher le patriotisme du public au point de le faire adhérer à l'Association. D'où la mise en valeur de l'aspect économique de la langue dans son argumentation:

L'AF est votre alliée naturelle ; la propagation de la langue française est la clef des marchés extérieurs. Unissons donc nos efforts. (...), car tous nos écoliers deviendront un jour vos acheteurs, et vous récupérerez plus tard en larges bénéfices bien au-delà de ce que vous aurez dépensé pour nos écoles.(BAF 26 [1888] : 173).

24Le secrétaire général cherche à persuader les industriels que l'AF travaille pour eux, et avec succès, ce dont témoigne, par exemple, l'accroissement spectaculaire de ses membres. Ils ont presque doublé au bout d'un an ; en 1884, ils sont 5649, alors qu'en 1885 ils sont 11505.

3. L'Algérie comme laboratoire d'application de l'impérialisme linguistique : l'échec de l'enseignement aux indigènes

25La mise en place de la « conquête morale » en Algérie précède chez Foncin le constat d'un échec de l'enseignement du français aux indigènes (Barko 2000), et le projet donc d'une autre politique linguistique, destinée de façon prioritaire aux Kabyles. Plus de trente ans après la conquête militaire, Foncin récapitule les erreurs commises par les gouvernements successifs dans l'enseignement aux indigènes.

  • 9  « Avant la conquête française, l'instruction était très répandue chez les indi­gènes d'Algérie » ( (...)
  • 10  « Toute cette organisation de l'instruction musulmane rappelle beaucoup celle de la France au moye (...)

26Il existait, en effet, un enseignement arabo-musulman avant la conquête9, même s'il apparaissait moyenâgeux aux yeux des Français. Foncin en dresse l'état des lieux, du primaire au supérieur10. Il reconnaît que la France « l'a laissé périr entièrement » (Foncin 1883 : I I). Car cette instruction représentait pour les autorités françaises un vivier de fanatisme, d'où pouvait éventuellement émerger la révolte contre les colons. C'est la raison pour laquelle les autorités ainsi que les colons n'étaient pas favorables à l'enseignement aux indigènes.

27Foncin donne, comme deuxième erreur, le manque de ressources financières de la part du gouvernement central. Le discours portant sur la crise finan­cière est souvent repris dans les débats en matière de colonisation à l'époque, d'autant plus que la métropole souffre de stagnation économique. Il faut cependant être attentif à la véracité de ce discours, une récente étude historique indiquant le coût dérisoire de la conquête coloniale (Etemda 2001 : 74). Il se peut que l'explication en termes de budget restreint puisse facilement justifier l'échec de l'enseignement aux indigènes, sans avoir à évoquer d'autres causes.

28La troisième remarque réside dans la dispersion des compétences en matière d'instruction. Les divers acteurs, civils, militaires et religieux, concourent à l'œuvre de l'instruction, mais sans réelle cohérence. Il manque « un rouage central efficace qui prenne l'initiative et la suscite, qui groupe les bonnes volontés, étudie et répande les meilleures méthodes, favorise la formation des maîtres, distribue équitablement des secours financiers » (Foncin 1900a : xxii).

29Les colons soutiennent qu' « il n'y a pas lieu de s'occuper des Arabes, si ce n'est pour les massacrer ou tout au moins pour les refouler dans le désert » (Foncin 1883 : 4). Opinion qui s'accompagne de représailles contre les indi­gènes, d'autant plus que les colons avaient du mal à réprimer les insurrections. D'autres objectent que l'instruction met « une arme de plus entre leurs mains » (Foncin 1883 : 5). Cette forte opposition se traduit par la conviction que les indigènes ne sont pas éducables (ibid). Autant d'arguments de sécurité, qui ont conduit les colons à s'opposer vivement à l'instruction des indigènes.

30Foncin lient à reconnaître également des erreurs dans les pratiques pédagogiques utilisées avec les indigènes. Il relève que l'instruction ne correspond pas à leur vie pratique. Le témoignage des cheikhs est significatif : « Les cheikhs que j'ai eu l'occasion de voir m'ont assuré que tous les enfants iraient à l'école, pourvu que l'enseignement fût très pratique et d'une utilité immédiate » (Foncin 1883 : 22).

  • 11  Cela n'empêche pas de constater qu'en métropole la diffusion générale du français était à l'ordre (...)

31Les chefs des indigènes ne trouvaient pas tellement utile l'instruction à la française, fondée méthodologiquement sur « l'éducation maternelle ». Foncin précise que la pédagogie dite de « l'éducation maternelle » revient à « considérer les petits Arabes comme des élèves ordinaires et à leur enseigner le français sans prendre garde qu'ils l'ignorent ; (...) nous avons oublié que leur mère leur ont parlé arabe ou kabyle et non français » (A4F 37 [18911 : 73). L'enseignement du français aux indigènes est effectué, là où ils ne pratiquent pas cette langue dans leur vie quotidienne, comme s'il s'agissait de petits Français en milieu francophone11. Dans l'enseignement du français en métropole, on ne s'interroge pas sur les objectifs de l'apprentissage de la langue du point de vue de « l'utilité immédiate », sinon dans l'enseignement professionnel. L'acquisition du français langue maternelle va de soi, même si, sur le plan politique, l'instruction nationale vise à la formation nationale du citoyen. Pour ce qui est des colonies où l'environnement linguistique en français n'existe pas, « l'utilité immédiate » représente un atout pour soutenir le système scolaire.

32La difficulté réside également dans les activités pédagogiques. Lorsque beau­coup d'écoles étaient à la charge des missionnaires catholiques, ils voulaient inculquer les valeurs chrétiennes à travers l'apprentissage de la langue : « La plupart des devoirs dictés sont empruntés presque exclusivement à l'Écriture sainte ou extraits d'ouvrages dont le caractère confessionnel apparaît à chaque ligne » (Foncin 1883 : 23). Alors que l'Islam était « la seule patrie de références idéologiques pour la masse des Algériens musulmans » (Stora 1991 : 41). Cette disposition pédagogique a pu renforcer l'hostilité des parents.

33Autant d'éléments négatifs qui ne facilitent pas la mise en place de l'ensei­gnement aux indigènes. Foncin réoriente donc la politique linguistique en faveur des Kabyles, indigènes moins nombreux que les Arabes.

34L'échec de l'enseignement aux indigènes, en particulier aux Arabes, a per­mis de réfléchir à une autre stratégie, et « de l'aveu de tous, il paraît plus facile d'enseigner le français aux Berbères qu'aux Arabes. Commençons par ­les Berbères » (BAF 37 [1891] : 74).

35Cette orientation repose, d'une part, sur la perception que les Français ont des Kabyles. Foncin relève que « les Kabyles ne sont point réfractaires à notre civilisation » (Foncin 1883 : 17), ni hostiles à l'instruction : « nous avons à nos portes, dans les montagnes de l'Afrique du Nord, toute une région berbère d'agriculteurs patients, laborieux, intelligents, plus rapprochés de la civilisation occidentale que certains paysans de la France, et très désireux de parler notre langue » (BAF 26 [1888] : 167).

36La comparaison entre les Kabyles et « certains paysans de France » n'est pas sans raison. Ici apparaît en effet une des caractéristiques de l'idéologie de l'impérialisme linguistique. Foncin compare les Kabyles aux paysans bretons, basques ou provençaux, tout simplement à cause de leurs carac­tères « rudes, laborieux, intelligents, mais restés à demi barbares » (BAF 37 [1891] : 82). Il s'intéresse en particulier à la situation linguistique des Kabyles par rapport à celle des patoisants français. Le berbère, langue maternelle des Kabyles, partage certaines caractéristiques avec les langues régionales de France.

  • 12  II s'agit ici de la littérature écrite, qui abonde évidemment dans la littérature française. Fonci (...)

37En premier lieu, Foncin remarque que le berbère n'a pas de caractères propres, à la différence de l'autre langue des indigènes, l'arabe. D'où il condamne le fait que cette langue ne dispose pas de patrimoine littéraire12. L'absence de richesse littéraire dévalorise nécessairement la langue dans son rapport avec la nation. Foncin ne cesse d'indiquer le lien inéluctable entre la langue et le peuple : « la supériorité d'une langue se mesure à la supériorité du peuple dont elle est l'âme et la voix » (Foncin 1900a : xxxii).

38Il existe une race « supérieure » par rapport à d'autres races «  inférieures » il existe nécessairement une langue « supérieure » à côté des langues « inférieures » : « Tant vaut ce peuple, tant vaut sa langue » (Foncin 1900a : viii). La valeur de la langue est appréciée en fonction de celle de la nation, et la littérature en est la principale composante. Une nation qui ne dispose pas de littérature vaut moins, ainsi que sa langue. La hiérarchie des langues correspond à celle des nations.

39En second lieu, Foncin tient compte de l'indice démographique de la langue. A cet égard, le berbère est dévalorisé, tout comme les langues régionales de la France, par rapport au français et à l'arabe. Si une langue est parlée par une population importante, on ne peut la remplacer facilement par une autre, alors qu'une langue minoritaire peut s'effacer au profit d'une autre. L'arabe présente, de ce point de vue-là, une difficulté : « L'arabe est plus embarrassant. (...) il est en usage dans la Tunisie et le Maroc, dans tout l'Orient, pays avec lesquels l'Algérie entretient des relations assidues : il y a pour les indigènes un intérêt commercial très sérieux à le connaître. Il est donc naturel et légitime que tous les enfants dont les familles en feront la demande reçoivent des leçons d'arabe. Est-ce une raison d'aller plus loin et de donner une partie de l'enseignement en arabe dans les communes indigènes ? » (Foncin 1883 : 44) La valeur commerciale de la langue est soutenue ici par une population arabophone importante, dispersée dans plusieurs pays, ce qui justifie qu'on ne l'abandonne pas pour une autre.

40Les langues régionales partagent quelques caractéristiques avec le berbère ; l'absence de caractères alphabétiques propres, d'une littérature écrite éven­tuellement imprimée, ainsi qu'une population peu nombreuse. Elles sont donc destinées à être remplacées par la grande langue de civilisation qu'est le français, langue nationale.

41Quant aux langues régionales, Foncin les qualifie de « taches noires »:

Sans sortir de France, j'aperçois quelques taches noires : vers le Nord on parle le flamand ; en Bretagne, le bas-breton ; vers les fron­tières d'Espagne, le basque et le catalan ; dans tout le Midi, divers patois dérivés de l'ancienne langue d'Oc. (...) avec les progrès de l'instruction primaire les taches noires s'effaceront peu à peu, et l'on peut prévoir le moment où la langue française sera comprise et par­lée par tous les Français. (Foncin 1885 : 2).

42Il évoque d'une manière implicite la présence d'autres « taches noires »en dehors de la France. S'agissant de « taches noires » sur la carte de la France, il faut les effacer peu à peu au moyen de l'instruction. Le destin du ber­bère doit suivre un itinéraire semblable:

Le berbère s'efface peu à peu, comme chez nous le flamand, le basque, le bas-breton ou le provençal. A quoi bon l'empêcher de périr ? Il n'a même plus de caractères alphabétiques propres ; il ne s'écrit pas (quoi qu'en pense le décret). Lorsqu'il sera mort, les Kabyles ne se serviront plus que de la langue française ; les montagnards de l'Aurès de même ; ils s'apercevront aisément alors qu'ils n'ont point perdu au change. (Foncin 1883 : 44).

43La politique linguistique au nom de la « conquête morale » cherche à remplacer complètement la langue des Kabyles par la langue des colonisateurs. Dans le processus de la colonisation, le transfert d'une langue des indigènes à celle des maîtres se situe certes au dernier stade, puisqu'il faudrait, à côté des mesures coercitives, une certaine obéissance spontanée de la part des colonisés. Quant aux patoisants, ils ont quand même de bonnes raisons pour se reconnaître comme des Français à part entière, ce qui n'était certes pas le cas pour les Kabyles.

4. En guise de la conclusion

44Foncin a mis en pratique l'impérialisme linguistique au nom de la « conquête morale » dans le contexte du colonialisme, en particulier des Kabyles. L'argu­mentation du remplacement de la langue maternelle, le berbère en l'occurrence, par une autre, le français, évoque exactement la logique de la francisation pour les patoisants. La politique linguistique intérieure a été une réussite, compte tenu de la diffusion du français en France, au détriment des langues régionales, même s'il a fallu des années pour assurer une francisation généralisée.

45Reste à savoir si les Kabyles, apprenants prioritaires de la politique de « conquête morale », ont accepté l'enseignement colonial. À cet égard, le rapport sur la situation linguistique en Algérie semble emblématique : il indique seulement 3% comme taux de scolarité des indigènes en 1900, ce qui représente au moins trente ans de travail dans cette « nouvelle France » (Foncin 1900a : 132). Nous pouvons alors nous demander avec un professeur de l'École coloniale, si l'Algérie n'est pas « la vivante exposition de toutes les fautes que pouvait accumuler la politique d'assimilation » (cité par Ageron 1978 : 193).

Haut de page

Bibliographie

Bulletin de l'Alliance Française (abrégé BAF), n. 1 (1884). n. 52 (1894).

ageron, Charles-Robert (1978) : France coloniale ou parti colonial ? Paris, Presses Universitaires de France.

Barko, Ivan (2000) : « L'Alliance Française : les années Foncin (1993-1914), Contexte, naissance, mutations », in Vigner 2000, 90-115.

Broc, Numa (1976) : « Patriotisme, régionalisme et géographie : Pierre Foncin (1841-1916) ». L'Information Historique, n. 38. 30-33. "

Brueziere, Maurice (1983) : L'Alliance Française : Histoire d'une institution. Paris, Hachette.

ducrot, Oswald, todorov, Tzvetan (1984) : Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage. Paris, Editions du Seuil.

Etemda, Bouda (2001) : « (colonisation) Une bonne affaire '? », Alternatives Economiques, n. 192,74-77.

foncin, Pierre (1883) : « L'instruction des indigènes en France », Revue Internationale de l'Enseignement, 15/08/1883, 3-47.

Foncin, Pierre ( 1884a) : L'Alliance Française et l'enseignement de la langue natio­nale en Tunisie et en Algérie (conférence faite à la Société Historique [cercle Saint-Simonj, le 1er mars 1884), Siège de l'Alliance Française.

Foncin, Pierre (1884b) : « L'Alliance Française, conférence faite au cercle Saint-Simon, le 18 décembre 1884 », Revue Scientifique, 27 décembre 1884, 1-19.

Foncin, Pierre (1885) : Conférence faite à Bordeaux le ! er décembre 1884, à l'E­cole Professionnelle. Bordeaux, Imprimerie G. Gounouihou.

foncin, Pierre (1889) : Alliance Française. Paris, Imprimerie nationale.

Foncin, Pierre (1891) : « La France extérieure (1891) », Annales de Géographie, 1-8.

Foncin, Pierre (1900a) : Alliance Française. La langue française dans le monde, exposition universelle de ¡900. Paris, Alliance Française.

Foncin, Pierre (1900b) : « De l'Enseignement aux Colonies », L'Année Coloniale, deuxième année, 3-15.

Hardy, Georges (1917) : Une conquête morale : l'enseignement en A.O.F. Paris, Armand Colin.

léon, Antoine (1991) : Colonisation, enseignement et éducation ; étude historique comparative. Paris, L'Harmattan.

Martin, Jean (1988) : Lexique de la colonisation française. Paris. Dalloz.

Meillet. Antoine ( 1928) : Les langues dans l'Europe nouvelle. Paris. Pavot.

MlURA Nobutaka, Kasuya, Keisuke, Griolet Pascal éds. (à paraître) : Les impérialismes linguistiques. Paris, Presses 1NALCO.

Mounin, Georges (1974) : Dictionnaire de la linguistique. Paris, Presses Universi­taires de France.

Phillipson, Robert (1992) : Linguistic Imperialism. Oxford, Oxford University Press.

Stora, Benjamin (1991) : Histoire de l'Algérie coloniale 1830-1954. Paris, La Découverte.

Tanaka, Katsuhiko (à paraître) : « La théorie linguistique de l'impérialisme linguistique supposant la séparation entre la langue et la nation », in Miura -Kasuya - Griolet éds.

Vigner, Gérard éd. (2000) : L'enseignement et la diffusion du français dans l'empi­re colonial français. 1815-1962. Actes de la journée d'étude organisée par la Simples à Saint-Cloud le 1 1 décembre 1998. Documents pour l'histoire du fran­çais langue étrangère ou seconde, 25. Paris, SIHFLES

Haut de page

Notes

1  « De toutes les régions qui appellent l'attention, la première place nous paraît appartenir au bassin de la Méditerranée. C'est là que notre action devrait s'exercer tout d'abord pour s'étendre progressivement à d'autres contrées plus lointaines » (BAF 1 11884] : 8). Les citations tirées du Bulletin de l'Alliance Française (abrégé en BAF) sont limitées aux textes signés par Foncin lui-même.

2  Ce point de vue semble émerger de la réflexion de la linguistique historique du XIXe siècle. Pour Schleicher, par exemple, les langues sont classées en trois catégories : langue isolante, langue agglutinante et langue flexionnelle. Ce linguiste allemand prétend que seule la dernière a le droit de représenter véritablement l'esprit, ce qui suppose la hiérarchie des langues (Ducrot 1984 : 26).

3  Nous entendons par là « une recherche des éléments ou des tendances (phonétiques, phonologiques, syntaxiques ou lexicales) qui soient communes à toutes les langues humaines et naturelles » (Mounin 1974 : 331).

4  Léon la fait remonter à un rapport d'un inspecteur général de 1855, à propos de l'insuffisante représentation des indigènes parmi les élèves du Lycée d'Alger (Léon 1991 : 20). Une autre recherche signale qu'à partir de 1892 elle était souvent reprise dans les discours politiques (Martin 1988 : 105).

5  Son hypothèse relative à la langue et au commerce est illustrée par l'exemple d'une ville argentine, la Piata : « Ce qui fait le commerce de Bordeaux avec la Plata, c'est que là on parle français et que partout où l'on parle français on achète des produits français » (Foncin 1885 : 15).

6  « Nous ne pouvons guère compter, nous Français, sur ce sentiment national pour obtenir la préférence de nos produits exportés, car il y a peu de Français établis à l'étranger, 500 000 tout au plus » (BAF 26 [18881 '■ 168).

7  Ce « deuxième rang » correspond au chiffre d'affaires en matière de commerce extérieur, et le « sixième » à la démographie du pays

8  « Des Arabes, des Kabyles, des Maures, des Malgaches, des noirs, dira-t-on, voilà une maigre clientèle ! » (Foncin 1900a : xvii).

9  « Avant la conquête française, l'instruction était très répandue chez les indi­gènes d'Algérie » (Foncin 1883 : 9).

10  « Toute cette organisation de l'instruction musulmane rappelle beaucoup celle de la France au moyen âge. (...) Les marabouts font songer aux moines batailleurs du Xe siècle et aux Templiers. (...) L'école primaire portait le  nom de mecidou de mekteb. (...) Ils lisaient, ils récitaient le Koran. (...) Un enseignement plus élevé, qu'on pourrait nommer secondaire, s'il y avait une classe moyenne en pays musulmans, était donné dans la medraça. par le mondares. Les jeunes gens y apprenaient la grammaire et le commentaire du Koran. (...) Enfin de véritables éta­blissements d'enseignement supérieur (...) existaient dans la plupart des mosquées des grandes villes. On y enseignait la législation, la théologie, les traditions et quel­quefois les éléments de l'histoire et de la littérature, l'arithmétique, l'astrologie, l'algèbre » (Foncin 1883 : 9-10).

11  Cela n'empêche pas de constater qu'en métropole la diffusion générale du français était à l'ordre du jour, notamment dans les régions où la population parlait d'autres langues que le français, comme en Bretagne et au Pays basque.

12  II s'agit ici de la littérature écrite, qui abonde évidemment dans la littérature française. Foncin valorise beaucoup la valeur de la littérature à l'égard de la langue : « Le fond d'une langue, c'est sa richesse littéraire, et celle- ci n'est elle-même que l'épanouissement de l'âme nationale » (Foncin 1900a : xiv).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Documents pour l’histoire du français langue étrangère et seconde, décembre 2001, n°27

Référence électronique

Noriyuki NISHIYAMA, « L'impérialisme linguistique de Pierre Foncin en Méditerranée », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 27 | 2001, mis en ligne le 02 juin 2014, consulté le 24 mars 2017. URL : http://dhfles.revues.org/2543

Haut de page

Auteur

Noriyuki NISHIYAMA

Université de Niigata, Japon

Haut de page

Droits d'auteur

© SIHFLES

Haut de page