Navigation – Plan du site
Lectures

Jacqueline Lillo (ed.). 1583-2000. Quattro secoli di lessicografia italo-francese. Repertorio analitico di dizionari bilingui.

Bern-Berlin-Bruxelles-Frankfurt am Main-New York-Oxford-Wien : Peter Lang, 2008, 2 vols, xxv-1089 p. ISBN 978-3-03911-517-4.
Anne Schoysman
p. 217-219

Texte intégral

1Plus qu’un répertoire bibliographique, cet ouvrage offre une véritable analyse de l’évolution de la lexicographie bilingue, de la Renaissance au XXe siècle. D’abord, par sa très grande exhaustivité : près de 800 fiches analytiques décrivent, dans l’ordre chronologique, de 1583 à 2000, les dictionnaires bilingues italien-français et français-italien, quel que soit leur lieu d’édition, examinés par une équipe de trente-huit chercheurs dans plus de 400 bibliothèques italiennes et européennes. Ensuite, par sa conception même : les modalités de la description visent à enregistrer non seulement toutes les informations bibliographiques utiles à l’identification des exemplaires, mais aussi leurs caractéristiques lexicographiques, afin d’en permettre une analyse méthodologique. On a par conséquent écarté du répertoire les glossaires à usage pratique, des volumes d’instructions, des grammaires pour l’apprentissage des langues, des manuels de conversation ou des guides pour voyageurs. Cette perspective exigeait aussi que l’on se limitât strictement aux dictionnaires bilingues, qui impliquent une approche lexicographique biunivoque : les trilingues (incluant le latin), nombreux dans l’histoire de la lexicographie, et en général les multilingues, se fondant nécessairement sur des réductions de champs sémantiques communs à plusieurs langues.

2La rédaction d’un répertoire couvrant cinq siècles rencontre des difficultés particulières. L’entreprise lexicographique étant un travail de longue haleine, il est courant qu’un lexicographe annonce un nouveau dictionnaire qui consiste en la révision, plus ou moins approfondie, d’un précédent ; aussi le protocole de description du répertoire prévoit-il l’indication éventuelle du premier auteur et des suivants. L’index final des auteurs (p. 1061-1070) est utilement suivi d’un index des auteurs précédents cités dans les frontispices (p. 1071-1072), et ils sont nombreux. Mais souvent, le lexicographe n’est pas une célébrité : pour à peine plus d’une vingtaine seulement, nous possédons quelques indications biographiques (appendice 1).

3Il fallait, d’autre part, tenir compte des difficultés propres à l’histoire de l’imprimerie : il est habituel, surtout aux XVIe-XVIIIe siècles, qu’un libraire-imprimeur, pour des raisons commerciales, annonce une nouvelle édition sur un frontispice qui est en réalité la seule page réimprimée des volumes à écouler, ou qu’un même texte de frontispice soit repris pour des réimpressions ou révisions successives. Les dates indiquées sur les volumes peuvent par conséquent être trompeuses, et les rédacteurs du répertoire ont dû avant tout identifier les premières éditions des dictionnaires. C’est pourquoi les mentions des frontispices se conforment aux critères de la description bibliographique en usage pour les imprimés anciens, en respectant scrupuleusement l’orthographe utilisée, avec l’indication du module du caractère (majuscules / minuscules, italiques, etc.), des abréviations, de la ponctuation, des alinéas, car on sait qu’un indice minimal de recomposition typographique du texte peut être précieux pour identifier le volume ; ce répertoire, basé sur l’examen matériel du livre (pour lequel sont donnés les dimensions, le nombre de pages, le nombre de colonnes par page, la présence ou non de titres courants, etc.) affine donc remarquablement les descriptions bibliographiques inévitablement assez sommaires de la plupart des catalogues de bibliothèques, dont les références sont indiquées pour chaque volume décrit. Le nombre des éditions différentes (sans compter les réimpressions) des dictionnaires bilingues français / italien identifiés de 1583 à 2000 est impressionnant : environ 1 250.

4Les caractéristiques métalexicographiques de ces dictionnaires font l’objet, elles aussi, d’une description détaillée. Le répertoire nous renseigne, pour chaque dictionnaire, sur la langue du paratexte (préfaces dédicatoires, introductions, aperçus grammaticaux, tables) et de chaque article (indications des catégories grammaticales), sur le contenu précis du paratexte (critères explicités, tables des abréviations, tables illustrées, etc.), sur le nombre de lemmes déclaré, sur la présence ou non d’unités lexicales pluriverbales (pont-levis, petit pois), de noms propres ou de noms géographiques. Ensuite, une seconde partie de la fiche descriptive rend compte de la microstructure des lemmes : la présence d’indications sur la prononciation (transcriptions par symboles phonétiques), sur la division en syllabes, sur la catégorie grammaticale, sur l’étymologie ; la nature des traductions (mots isolés, gloses descriptives, marques de registre, de langue de spécialité, etc.), l’indication éventuelle des formes figées des éléments pluriverbaux, des locutions et des proverbes, de la présence d’exemples et de leur nature, et des éléments utiles à la définition du paradigme (synonymes, parasynonymes, antonymes).

5Des informations aussi détaillées permettront de réaliser de nombreuses études sur l’histoire de la lexicographie et de la lexicographie bilingue. Des annexes (fin du second volume) fournissent déjà une série d’informations complémentaires au formidable instrument de recherche qu’est un tel répertoire. La table indiquant la production annuelle de 1583 à 2000 (appendice 4) met clairement en lumière la filiation des éditions des différents dictionnaires et l’intérêt croissant pour la lexicographie bilingue depuis le tout début du XIXe siècle. Les relevés des auteurs qui comptent plus de trois publications et des productions de dictionnaires par éditeur (appendices 5 et 6) permettent d’évaluer la diffusion des dictionnaires. Enfin, une dizaine de tables sous formes de graphiques (p. 1053-1057) ajoutent des éléments instructifs sur le nombre d’éditions par siècle, par auteur, par lieu de publication. Les index des auteurs, des éditeurs, des lieux d’édition, des bibliothèques et des collaborateurs clôturent le répertoire.

6Les bibliothèques d’Europe peuvent certainement encore révéler quelque édition non recensée : par exemple, on n’a pas pu retrouver ce qui serait le premier dictionnaire bilingue, le Petit vocabulaire en langue françoise et italienne de G. Pannonius, publié à Lyon en 1578, signalé par quelques bibliographes (cf. vol. I, p. x), si tant est qu’il ait jamais existé. Mais il ne s’agit plus désormais que de faire quelques éventuelles retouches – ou prolongements chronologiques, au-delà de 2000 ? – à ce répertoire conçu et dirigé par Jacqueline Lillo, qui ouvre maintenant la voie à d’innombrables enquêtes lexicographiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Documents pour l’histoire du français langue étrangère et seconde, décembre 2010, n°45.

Référence électronique

Anne Schoysman, « Jacqueline Lillo (ed.). 1583-2000. Quattro secoli di lessicografia italo-francese. Repertorio analitico di dizionari bilingui.  », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 45 | 2010, mis en ligne le 31 août 2013, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://dhfles.revues.org/2488

Haut de page

Auteur

Anne Schoysman

Université de Sienne

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • Les cahiers de Revues.org