Navigation – Plan du site
Lectures

Communiquer en langue étrangère. Aline Gohard-Radenkovic, Bern, Peter Lang, 1999, 253 p.

Marie-Christine Kok Escalle
p. 191-193

Texte intégral

1Le maître de français a été au long des siècles et dans de nombreux pays un passeur, un passeur d'idées et de culture; il a été vecteur de communica­tion dans nombre de sociétés européennes et coloniales. L'ouvrage d'Aline Gohard-Radenkovic, Communiquer en langue étrangère (Peter Lang, 1999) traite en réalité du rôle du maître de français aujourd'hui; son analyse des situations et des comportements contemporains révèle méthodologie et idéologie de l'approche didactique du français langue étrangère. L'étude identifie l'enseignant de langue étrangère à un médiateur culturel.

2Le rôle de médiateur culturel est en effet reconnu aujourd'hui comme important dans nos sociétés pluriculturelles européennes et les politiques s'attachent à trouver les formes les mieux adaptées au contexte national et local pour ces fonctions de médiation culturelle, dans les activités sociales, l'éducation à la citoyenneté, l'exercice de la justice; dans le monde des relations économiques il en est de même: on a grand besoin de gens qui non seulement peuvent parler la langue de l'autre, sont compétents en langue étrangère, mais aussi qui comprennent les codes de comportement, les structures et les référents culturels de l'interlocuteur, que celui-ci soit individu ou collectivité, pouvoir, société. En effet, la construction de l'Europe multiplie et favorise les relations interculturelles, les occasions de rencontres qui demandent des compétences culturelles et linguistiques pour pourvoir communiquer. Le Conseil de l'Europe qui, entre autre, finance plusieurs projets européens, internationaux, de recherche sur l'interculturel et la didactique des langues, projets qui regroupent des spécialistes d'un grand nombre de pays membres du Conseil pour donner des recommandations aux États membres, a proclamé 2001 « l'année des langues ». Cette relation entre didactique des langues et communication interculturelle fait ainsi l'objet de recherches interdisciplinaires. Un projet est actuellement en cours sur 'Mé­diation culturelle et didactique des langues', sous la direction de Geneviève Zarate et animé entre autres par Aline Gohard-Radenkovic dont l'expérience en didactique du français langue étrangère et en pratique des relations interculturelles est fort riche. Celle-ci a en effet été en poste dans plusieurs pays étrangers, enseignant le français langue étrangère en Autriche et en Turquie, puis animant les politiques linguistique et culturelle de la France à l'étranger en Australie, Corée du sud et Russie, avant de diriger l'Institut de français de l'Université de Fribourg en Suisse.

3Son ouvrage Communiquer en langue étrangère est le fruit de son expérience d'une part; il constitue d'autre part une prise de position sur la formation des enseignants de langue étrangère dont la qualité de médiateur culturel se profile en filigrane et dont les compétences culturelles sont à développer pour l'apprentissage didactique. Aline Gohard-Radenkovic part du postulat selon lequel « la dimension culturelle, indissociable de la langue, participe pleinement à la construction de [la] compétence langagière » (XVIII) et propose une réflexion didactique sur l'apprentissage des langues à des fins aussi bien diplomantes que professionnelles, selon une approche systémique et interdisciplinaire dans la ligne de ce que G. Michaud et E. Marc avaient proposé (Vers une science des civilisations ?, Bruxelles, Ed. Complexe, 1981); ainsi, apprendre une langue étrangère, c'est apprendre à communiquer et c'est devenir un médiateur interculturel. Dans une première partie, l'auteur brosse un état des lieux, décrivant les enjeux actuels de l'apprentissage des langues étrangères, que ceux-ci soient économiques, politiques ou sociaux, analysant l'évolution des représentations et des statuts de la culture en didactique du français langue étrangère (FLE), tant dans les conceptions que dans les méthodes et programmes de langues, enfin établissant ce qu'on entend par 'compétence de communication' en langue étrangère. Celle-ci doit être comprise comme « un ensemble de compétences de survie et d'orientation de nos apprenants dans la culture cible », qui se traduit par la maîtrise 1) de « compétences linguistiques et langagières », un savoir apprendre, 2) de « compétences sociolinguistiques », le savon-dire ou savoir s'exprimer, 3) de « compétences socioculturelles » ou référentielles, un savoir recontextualiser, 4) de « compétences discursives », le savoir rendre compte ou argumenter, 5) de 'compétences comportementales' ou pragmatiques, le savoir jouer, s'ajuster, enfin 6) de « compétences sémiotiques » qui permettent de savoir repérer, décoder les signes (pp. 94-96).

4Dans une deuxième partie, A.G.R. fait des propositions pour constituer cette compétence de communication, « pluridimensionnelle composée de compétences sociolinguistiques et socioculturelles » (p. 96), dans le cadre d'un enseignement de la langue et de la culture à des fins universitaires ou professionnelles. Les propositions didactiques, dont plusieurs sont illustrées par des exemples, avec exploitation de documents médiatiques et littéraires, visent la formation des enseignants aux fins d'acquérir de véritables compétences culturelles, pour pouvoir observer (cf. Lévi-Strauss et le principe de distanciation), objectiver et analyser les représentations (cf. Charaudeau : « ce n'est pas la langue qui témoigne des spécificités culturelles, c'est le discours », autrement dit l'usage qu'une communauté fait des mots). Ces enseignants, habitués par leur formation à déconstruire les stéréotypes et à construire une grammaire générative des comportements sociaux et culturels à partir du concept d'habitus (Bourdieu) qui sous-tend les pratiques et les valeurs, auront pour tâche d'introduire la composante socioculturelle dans les programmes d'apprentissage de langues étrangères adaptés aux différents types de publics. On y retrouvé les quatre types, présentés plus haut, de compétences à acquérir pour disposer des savoirs et des savoir faire nécessaires à la communication dans la situation donnée des apprenants. Aussi pour A.G.R. « maîtriser une langue étrangère, c'est apprendre simultanément à anticiper les malentendus et conflits potentiels dans les situations de communication multiculturelle. C'est posséder les repères sociolinguistiques et socioculturels adéquats et acquérir les stratégies nécessaires pour identifier les écarts et si possible les anticiper, si ce n'est les gérer » p. 216). Ceci est valable pour le champ universitaire et scientifique qui nous concerne directement et concerne aussi bien les spécialistes de langue étrangère que les non spécialistes; c'est aussi une réalité que l'on rencontre et que l'on rencontrera de plus en plus dans cette Europe en construction, tant dans le champ politique que dans le champ économique qui intéresse de plus en plus bon nombre de nos étudiants. A l'enseignant de langue de devenir un spécialiste de l'interculturel, un médiateur culturel, afin de combattre « ce regard aveugle » sur soi et sur l'autre, pour reprendre l'expression de Todorov (p. 230).

5Réflexion à la fois théorique et pragmatique sur une problématique dont l'histoire est déjà longue mais perçue différemment selon les siècles et leurs contextes, cette étude est en fait une traduction contemporaine d'un processus à l'œuvre depuis des siècles en Europe et dans le monde; les outils théoriques à disposition, qui donnent toute sa valeur à l'interdisciplinarité, et le contexte sont alors ceux du début de XXIe siècle.

6La lecture de cet ouvrage dont le sous-titre est « Des compétences culturelles vers des compétences linguistiques » est à recommander en ces temps de restructuration de l'enseignement des langues sous l'effet de besoins nouveaux, de contextes en mutation, de choix politiques indissociables des options économiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Documents pour l’histoire du français langue étrangère et seconde, juin 2001, n°26.

Référence électronique

Marie-Christine Kok Escalle, « Communiquer en langue étrangère. Aline Gohard-Radenkovic, Bern, Peter Lang, 1999, 253 p. », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 26 | 2001, mis en ligne le 20 novembre 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://dhfles.revues.org/2069

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Kok Escalle

Université d’Utrecht

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • Les cahiers de Revues.org