Navigation – Plan du site
...et du Sud

Les Aventures de Télémaque dans l’enseignement du Français Langue Étrangère en Espagne

Maria Elena de la Viña Molleda et Maria Eugenia Fernández Fraile

Résumés

Nous établissons tout d’abord la diffusion que Les Aventures de Télémaque ont connue en Espagne, du XVIIIe siècle au début du XXe siècle, et les jugements que l’œuvre a suscités de la part de ses traducteurs ou commentateurs. Ensuite nous examinons les valeurs morales et linguistiques que les professeurs ont attribuées à l’œuvre et l’évolution de son incidence dans les manuels pour l’enseignement du français.

Haut de page

Texte intégral

Les Aventures de Télémaque en Espagne ou pourquoi un succès littéraire devient un texte essentiel pour l’enseignement du français

  • 1  D’après nos recherches, qui ne prétendent pas avoir épuisé la question, nous avons trouvé, comme n (...)

1La grande quantité de traductions du Télémaque publiées en Espagne entre le XVIIIe siècle et le début du XXe siècle1 ainsi que la réalisation d’opéras, d’opéras bouffes, de parodies, d’études ou de suites des aventures (cf. Annexe II) font apparaître un succès incontestable de l’œuvre dans notre pays. Cet engouement est aussi représenté dans les manuels pour l’enseignement du français. Effectivement, dans une vingtaine de ces ouvrages didactiques (chrestomathies, collections de textes de lecture, voire grammaires françaises pour l’enseignement du français) de nombreux auteurs ont eu recours à des fragments, ou à des morceaux choisis (Annexe III).

2Trois questions viennent à l’esprit à la vue de ces chiffres : pourquoi ces nombreuses traductions du Télémaque en espagnol ? Quels sont les mérites qu’on lui reconnaît ? Pourquoi a-t-on eu recours à cette œuvre dans l’enseignement du français à des Espagnols ? Pour pouvoir répondre à ces interrogations, il faudra évidemment examiner les témoignages de ceux qui ont contribué à ce succès.

  • 2  « [...] con tan repetidas ediciones, y traducciones, no se ha sosegado el anhelo, con que el publi (...)
  • 3  « El mérito de esta obra, y la escasez que de ella hay; por haberse agotado ya, muchas ediciones, (...)

3La plupart des éditeurs et des traducteurs se font l’écho de l’énorme demande d’ouvrages de Télémaque, visant à la lecture, comme l’indique l’« Avertissement » de l’édition de 17432, à Anvers, ou aussi les éditeurs de l’édition de 1851 (Barcelone, Castaños) qui justifient leur publication pour satisfaire l’insistance du public, vu que de nombreuses éditions antérieures étaient épuisées3. À côté de ces manifestations enthousiastes on trouve cependant la déclaration de García de Arrieta qui se plaint de sa maigre incidence :

Oigo quejarse á muchas personas instruidas, sino de lo poco que se conoce, por lo menos de lo muy poco que se lee entre nosotros el Poema de Telémaco (1796 : X)

4Au XVIIIe siècle, les préfaces de l’oeuvre soulignent tout d’abord ses valeurs morales et instructives. Ainsi, l’édition attribuée à Francisco Medel, en 1723 indique que « este libro es mas que humano [...] es una cosa de los Cielos [...] es dogma politico» (1723 : Dédicace). García de Arrieta (1796 : VI-VII) la considère comme : « La obra más completa de educación y más útil para toda clase de personas, empezando por el Gefe de la sociedad, para cuya instrucción la compuso determinadamente su Autor, y concluyendo en el más ínfimo ciudadano. En una palabra, es el Poema de todas las naciones, de todos los siglos y de todas las personas ». L’édition de son recueil de fragments est guidée par une volonté formatrice qu’il manifeste explicitement dans son discours préliminaire : « La instrucción y utilidad pública. Este es precisamente el fin que me propuse » (1796 : V).

  • 4  Cette Approbation introduit pour la première fois Les aventures de Télémaque dans l’édition de 171 (...)
  • 5  «Las Aventuras de Telémaco me ha parecido, no solamente digna de ser imprimida, pero tambien de se (...)

5Pour renforcer les propriétés de l’œuvre de Fénelon, les différentes publications espagnoles vont aussi incorporer dans leurs prologues les opinions qu’elle a méritées de la part de ses critiques ou de ses commentateurs. Ainsi l’édition de 1743 (Anvers, Hermanos de Tournes), inclut l’approbation que M. de Sacy écrivit en juin 17164 et qui en encourage l’édition et la traduction5 ; Joseph de Covarrubias, dans son avertissement qui précède le premier volume de son Télémaque (1797 : 7-143) rapporte les jugements de l’abbé André en ces termes :

Las oportunas lecciones […] de sabia moral y de política, la vivacidad, y la evidencia de las descripciones, la pureza del lenguaje [sic], la propiedad de la frase, la verdad y energía de las expresiones, y la nobleza, gracia y gentileza del estilo, hacen que el Telémaco forme las delicias de los doctos Franceses, y el estudio de los extranjeros [sic] que quieren entrar en el gusto de la lengua francesa […] (Covarrubias 1797 : 7-8).

6Dans le deuxième volume, Covarrubias traduit le « Discours de la poésie épique et de l’excellence du poème de Télémaque » écrit par Michel de Ramsay, un des disciples de Fénelon (1798 : 5-53). Ce même discours « revu, changé et enrichi en plusieurs endroits sur des corrections envoyées par M. de Ramsay qui en est l’auteur » (1799 : I-XL) sera repris un an plus tard dans une version française (Madrid, Imp. Real).

7À partir de ces commentaires, les mérites rhétoriques de l’œuvre (la pureté du style et la beauté des figures) vont être continuellement soulignés. L’opinion de Ramsay qui soutient même que cette œuvre surpasse l’Odyssée d’Homère et l’Énéide de Virgile – c’est-à-dire ses sources d’inspiration – va être partagée par différents auteurs comme García de Arrieta qui déclare que « Los hombres más doctos de toda Europa no han dudado darle preferencia sobre los más excelentes modelos de la Antigüedad » (1796 : VI).

  • 6  Antonio de Capmany écrivit en 1798 le Comentario con glosas criticas y joco-serias sobre la nueva (...)

8Cet enthousiasme fait que de nouvelles versions espagnoles qui veulent dépasser les antérieures soient constamment proposées. Ainsi García de Arrieta justifie la sienne vu que « la traduccion Española que tenemos del Poema de Telémaco es muy defectuosa » (1796 : XXX) ; selon Rebolleda (1829 : II-III) les traductions antérieures ne sont pas à la hauteur de l’original, ou bien elles remplissent le texte espagnol de gallicismes et d’expressions corrompues, voire même d’erreurs et de défauts « imperdonables » ; Mariano-Antonio Collado, dans le prologue de l’édition de 1832 (Valencia, José de Orga), indique de même que la traduction de 1798 avait fait l’objet de nombreuses critiques de la part de Antonio de Capmany6 et il rapporte quelques-unes des erreurs signalées. S’il s’agissait d’un ouvrage historique, politique ou didactique – poursuit Antonio Collado – il n’y aurait nul besoin de proposer une nouvelle traduction, mais celle-ci est bien nécessaire pour conserver la beauté des images étant donné que le Télémaque est une œuvre « ingeniosa », remplie de métaphores, de très belles figures d’une langue d’un raffinement extrême (1832 : I).

9Dès la fin du XVIIIe siècle, le climat admiratif dont jouit Télémaque règne en Espagne, ce qui encourage les maîtres de français à l’adopter pour l’enseignement de cette langue, notamment pour l’exercice de la traduction. Le premier à citer les Aventures de Télémaque dans un manuel est P.-F. Rousseau. Dans le chapitre XIX de ses Rudimentos de la lengua francesa consacré à « l’usage et l’emploi des livres », l’auteur conseille pour les débutants, comme complément de l’apprentissage, des ouvrages de lecture « facile » tels que les histoires de Rollin, des lettres familières, les traités du Père Régnault, etc., et aussi le « Thélémaque » car cette œuvre possède tout comme les autres œuvres de Fénelon et d’autres écrivains célèbres, tels que Bossuet ou Voltaire, « un style […] composé de phrases très choisies » et fort « propres à la langue française » (1754 : 62-63). Ce sont aussi ces valeurs stylistiques et idiomatiques de sa prose qui poussent, vers la fin du siècle, P.-N. Chantreau (1781) à intégrer dans son Supplément un extrait de cette œuvre, accompagné de sa traduction en espagnol.

10Que dès le début du XIXe siècle de nombreux professeurs l’utilisent à cette fin est une évidence que nous confirme Mariano-Antonio Collado, traducteur de l’édition de 1832 (Valencia, José de Orga : I) qui commente dans le prologue : « es un hecho constante que los maestros de la lengua francesa la destinan […] a la enseñanza de sus discípulos que empiezan a traducir por ella ». Bergnes de las Casas, traducteur et professeur de français, déclare même que « el Telémaco viene a ser la cartilla por donde solemos los españoles aprender la lengua francesa » (1838 : 5).

  • 7  « Una obra que á más de ser útil á la juventud estudiosa, es instructiva é interesante á todas las (...)

11La deuxième moitié du XIXe siècle continue de nous montrer l’admiration que suscite l’œuvre de Fénelon. L’édition de 1851 insiste sur son utilité pour tous les jeunes étudiants (dans leur formation intellectuelle), et sur ses vertus éducatives et son agrément pour les lecteurs quelles que soient leur classe ou leur condition sociale7. D.A. Amar (1879 : 1-3) dans son prologue présente les nombreuses qualités de l’oeuvre car elle offre « a la juventud estudiosa la doble ventaja de que pueda, á la par que se forma en los preceptos gramaticales del idioma francés y se adiestra en el ejercicio de la version de una lengua á otra, enriquecer su imaginación con bellísimas imágenes ». Il relève ces qualités langagières en la désignant comme « perla de los clásicos franceses », « obra monumental de la literatura», en soulignant que c’est « una obra recomendada por el aplauso universal de más de dos siglos y cuajada del principio al fin de inapreciables bellezas literarias ».

12Néanmoins, on peut aussi observer, surtout à partir de cette seconde moitié du siècle, que les jugements se font plus nuancés et que l’œuvre est critiquée en tant qu’outil pour enseigner le français.

  • 8  « La falta de una obra de esta clase es generalmente conocida: reducidos al Telémaco, la mayor par (...)

13L’argument est déjà exprimé de façon timide en 1829 dans le Recueil en prose et en vers des plus beaux morceaux de la littérature française ; l’auteur anonyme, en justifiant la publication de son œuvre dans l’« Advertencia », signale que le Télémaque est le seul ouvrage pour l’apprentissage du français, circonstance qui à pour conséquence que l’élève n’a pas l’occasion de se heurter à toutes les difficultés de la langue française, ni d’en connaître toutes les beautés8.

14Les réticences ne concernent jamais l’oeuvre elle-même, cela est incontestable, mais les professeurs commencent à se rendre compte qu’elle n’est pas adaptée pour apprendre le français par le biais du moyen habituel : la traduction. C’est l’argument qu’utilise Vicente Alcober y Largo, dans son manuel intitulé Traducción Gradual del Francés (1857), pour justifier l’absence d’extraits de Télémaque dans son recueil de textes :

La obra « Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises » tenía por objeto instruir á un príncipe de bellísimas esperanzas en el arte difícil de gobernar sabiamente á los pueblos, despues de gobernarse á si mismo dominando sus pasiones y encaminándolas al bien, y con tal motivo, la sembró su autor de máximas de sana moral y de alta política. Mas nunca pudo imaginarse que la dedicáran como libro clásico al estudio de la lengua francesa, pues en esta suposición, hubiera colocado las dificultades gramaticales por un orden gradual [...]. Por consiguiente, no puedo estar conforme con la idea estampada en un anuncio que tengo á la vista, de que el Telémaco es obra precisa para aprender el idioma francés. Por ser, dice, la mas célebre de la literatura francesa (1857 : IV-V).

15Commentaire révélateur qui veut légitimer et défendre préalablement l’absence d’une habitude très enracinée et donc difficile à bannir.

16Un raisonnement nouveau apparaît donc vers le milieu du XIXe siècle, époque où l’on remarque que la gloire d’une œuvre ou ses mérites stylistiques ne coïncident pas toujours avec ses qualités didactiques pour apprendre le français. Il est certain que sa renommée est un des facteurs qui contribuent à motiver l’élève mais un texte dépourvu d’autres vertus didactiques apporte peu de chose à l’apprenant.

17En 1891, Fernando Araujo, un autre auteur très célèbre de recueils pour la traduction, n’ose pas exclure le texte. Cependant, il met en garde contre les problèmes provoqués par l’utilisation exclusive du Télémaque pour l’apprentissage du français, puisque l’élève se trouve « desorientado » quand il prend un autre ouvrage :

Hay profesores que prefieren dar a conocer un solo autor, como los que se sirven de la preciosa obra de Fénélon, Les aventures de Télémaque; pero este sistema tiene el gravìsimo inconveniente de que, variando con cada autor el estilo y hasta el lenguaje, el alumno se encuentra desorientado en cuanto se le pone en las manos otro escritor, y apenas acierta a descifrarle (1891: Prefacio).

18De même, les éditeurs de la Crestomatía Francesa de 1884 considèrent que l’utilisation des Aventures de Télémaque comme livre de lecture et de traduction n’est pas très utile pour que les élèves « hagan progresos visibles en un estudio tan difícil » (1884 : 5). Cela n’empêche cependant pas l’introduction du premier livre analysé en langue espagnole par A. Bergnes de las Casas.

19En conclusion, nous avons vu que dès la fin du XVIIIe siècle et pendant tout le XIXe siècle, Les Aventures de Télémaque appréciées pour leurs mérites linguistiques, rhétoriques, littéraires et pédagogiques, connaissent un succès certain auprès du public en général, et spécialement auprès des maîtres de français qui l’utilisent presque unanimement pour la pratique de la traduction. Les quelques voix qui, à partir du milieu du XIXe siècle, s’écartent de cet engouement général – nous indiquant que cette oeuvre ne doit pas être la seule à être utilisée, ou qu’elle n’est pas la plus judicieuse – nous annoncent peut-être l’apparition d’une orientation nouvelle dans l’enseignement du français, plus pratique, plus axée sur la langue courante.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie9

ADRY, J.-F. (1811), Les Aventures de Télémaque […] augmentées […] d’une Liste raisonnée des Éditions qui ont paru jusqu’à ce jour […], Paris, Chez Louis Duprat-Duverger.

ALCOBER Y LARGO, Vicente (1857), Traducción Gradual del Francés, Madrid, Imp. de M. Minuesa.

ARAUJO, Fernando (1891), Temas de traducción, trozos selectos, diálogos, consejos, cartas, acertijos, chistes, problemas, etc. coleccionados en francés para su traducción al español y viceversa, Toledo, Imp., y encuad. de Menor Hermanos; Madrid, Librería de Don Fernando Fe.

CHÉREL, Albert (1917), Fénelon au XVIIIe siècle en France (1715-1820). Son prestige, son influence, Paris, Thèse doctorale.

COMPAYRÉ, Gabriel (1929), Fenelón y la educación atractiva, Madrid, Ed. de la Lectura.

FERNÁNDEZ FRAILE, Mª-Eugenia, SUSO LÓPEZ, Javier (1999), La enseñanza del francés en España (1767-1936), Granada, Método.

GARCÍA DE ARRIETA, Agustín (1796), El espíritu de Telémaco, o mácsimas y reflexiones políticas y morales (sacadas fielmente, dispuestas por orden alfabético de materias, e ilustradas con varias notas para su mejor inteligencia, Madrid, Imp. de Benito Cano.

NOILLE-CLAUZADE, Christine (1999), « La morale du Télémaque : pour une poétique platonicienne de la fable », Revue des Sciences Humaines, 254, avril-juin, 85-106.

PUREN, Christian (1988), Histoire des méthodologies d’enseignement du français, Paris, CLE.

RAMSAY, M. de (1799), « Discours de la poésie épique et de l’excellence du poëme de Télémaque », in Les Aventures de Télémaque, Madrid, Imprimerie Royale, I-XL.

Revue du XVIIe siècle, numéro spécial Fénelon, 1951-1952, Paris, PUF.

ROUSSEAU, P.-F. (1754), Rudimentos de la lengua francesa, Valladolid, Alonso de Riego.

Annexe I

Éditions des Aventures de Télémaque en espagnol

1713. Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, continuación del libro IV de la Odissea de Homero10, La Haye, Adrien Moetjens Nouvelle éd., Madrid, 1758 (s.n.).

1723. Aventuras de Telémaco, Madrid, Francisco del Hierro, acosta [sic] de Francisco Medel Justo del Castillo11.

1733. Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, Paris, Pedro Witte et Francisco Didot12.

1733. Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, Brusselas [sic], en casa de Joseph La Plante.

1742. Aventuras de Telémaco, Amberes, a costa de los hermanos de Tournes.

1743. Aventuras de Telémaco, hijo de Ulisses, Amberes, a costa de los hermanos de Tournes. Nouvelle édition corrigée et augmentée. L’autorisation (octroyée à Paris, par M. Sacy) date de 1716.

1756. Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, traducidas en spanuola lingua, Anvers, De Tournes. 2 v.

1758. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulyses, Madrid, Joachin Ibarra.

1768. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulysses, Barcelona, Par Thomas Piferrer.

1768. Las Aventuras de Telémaco, Madrid, Imprimerie de Don Antonio Mayoràl.

1768. Las Aventuras de Telémaco, Barcelona, Imprimerie de Carlos Sapera.

1777. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulyses, Madrid, Joachin Ibarra.

1780 [c.a.]. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, Barcelona, Francisco Suriá y Burgada13.

1787. Aventuras de Telémaco, Madrid, Imp. de Benito Cano.

1793. Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, continuación del libro IV de la Odissea de Homero, Madrid, Imp. De la Vda é hijo de Marin, 2 v., front.

1797-98. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, trad. par Don Joseph de Covarrubias, Madrid, Imprenta Real. Le Ier vol. (1797) est précédé d’un traité de rhétorique (« A mis lectores », 7-143). Le IIe vol. (1798) est précédé du « Discours sur la poésie épique… » de M. de Ramsay (5-53).

1803. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulyses, trad. par Fernando Nicolás de Rebolleda, Madrid, Imp. de Don Mateo Repullés.

1804. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulyses, Paris, Casa de Louis (imprimeur).

1805. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, Madrid, Imp. de Villalpando, Real Compañia de Impresores y Libreros del reyno. Édition qui contient aussi les Aventures d’Aristonoüs (pp. 326-354) et un « Diccionario abreviado mitológico y geográfico para la inteligencia de la obra » (355-435).

1805. Las Aventuras de Telémaco, Madrid, Fuentenebro y Cía, IIe édition, trad. par F.N. Rebolleda.

1817. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, Barcelona, Juan Ignacio Jordi.

1820. Las Aventuras de Telémaco, trad. de Don Fernando Nicolas de Rebolleda, Barcelona, imprimerie et librairie de Sierra y Martí. IIIe édition.

1822. Las Aventuras de Telémaco, traduites au castillan par Don Nicolas de Rebolleda. Troisième édition révisée, corrigée et augmentée avec des notes sur la mythologie, la géographie et l’histoire, Perpignan, impr. de J. Alzine.

1822. Las Aventuras de Telémaco, traduites au castillan par Don Nicolas de Rebolleda. Madrid, Fuentenebro.

1825. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, traduites par Don Nicolas de Rebolleda. Nouvelle édition révisée, corrigée et augmentée avec des notes sur la mythologie, la géographie et l’histoire. Bordeaux, Lawalle jóven y sobrino.

1827. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, traduites par Don Nicolas de Rebolleda, Madrid, impr. de Fuentenebro.

1832. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, trad. par Mariano-Antonio Collado, Valencia, José de Orga. Éd. précédée d’un sommaire et accompagnée d’une note du traducteur nouvelle édition en 1832, en 12 livres (2 v.). Nouvelle édition en 1852.

1832. Las Aventuras de Telémaco, Paris, Pillet aîné. L’édition contient « des notes sur la mythologie, la géographie et l’histoire, et […] 24 illustrations ».

1841-43. Las Aventuras de Telémaco, Valencia, Monfort.

1842. Las aventuras de Telémaco, trad. castillane de D. Nicolas de Rebolleda, augmentée avec des notes sur la mythologie, le géographie et l’histoire. Paris, impr. de Pillet aîné.

1843. Aventuras de Telémaco seguidas de las de Aristonoo [...] et d’un essai sur la vie et les oeuvres du même auteur. Nouvelle trad. castillane par D. Mariano Antonio Collado. Valencia, Casiano Mariana.

1846. Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, Paris, Baudry, Librería Europea (imprimerie de Fain et Thunot).

1849. Telémaco hijo de Ulises, trad. par D.J.A.M. Madrid, Imprenta de la Publicidad, Chaque livre est précédé d’un sommaire.

1849. Las Aventuras de Telémaco, trad. de D. Nicolás de Rebolleda, Paris, Baudry.

1850. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, trad. de D. Nicolás de Rebolleda, Paris, Rosa, Bouret et Cie.

1850. Las Aventuras de Telémaco : seguidas de las de Aristonoo, precedidas de un ensayo sobre la vida y las obras de Fenelon, par M. Julio Janin, trad. par D. José Alegret de Mesa. Madrid, Librairie de Cabello y hermanos editores (impr. de A. Vicente).

1851. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, trad. par Fernando Nicolás de Rebolleda, Barcelona, Vicente Castaños. Nouvelle édition. Elle contient aussi une introduction des éditeurs et des illustrations.

1851. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, trad. au castillan par Fernando Nicolas de Rebolleda, nouvelle édition, Barcelona, Librería de Isidro Cerdá.

1851-1852. Las Aventuras de Telémaco, Madrid, Imp. del Semanario Pintoresco Español.

1852. Las Aventuras de Telémaco, Madrid, imprimerie del Semanario de la Ilustración.

1852. Las Aventuras de Telémaco, traduites au castillan par Mariano-Antonio Collado, Valencia, José de Orga.

1854. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, Paris, Librairie de Rosa, Bouret et Cie.

1856. Las Aventuras de Telémaco, trad. de D. Nicolás de Rebolleda, Paris, Baudry.

1863. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, Paris, Librairie de Rosa, Bouret et Cie.

1864. Las Aventuras de Telémaco, trad. de D. Nicolas de Rebolleda, nouvelle éd., Paris, Garnier hermanos.

1868. Las Aventuras de Telémaco, Paris, Garnier hermanos.

1868. Las Aventuras de Telémaco, Barcelona, Librairie de Lace de Ramón Pujal.

1878. Las Aventuras de Telémaco, Paris, Garnier hermanos.

1879. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, Paris, librairie de C. Bouret.

1881. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, Paris, México, librairie de C. Bouret.

1891. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, trad. de D. Nicolas de Rebolleda. Très nouvelle éd., augmentée avec les Aventuras de Aristonoo, quelques jugements d’écrivains importants à propos du Télémaque et un vocabulaire de noms mythologiques, historiques et géographiques, et révisée et notée par Miguel de Toro y Gómez, Paris, Garnier Hermanos libreros editores.

1901 ? Las Aventuras de Telémaco, version espagnole et préface par Pedro Umbert, [s.n.], [s.a.].

1902. Las Aventuras de Telémaco, trad. et réduction par A.B. Rodríguez, Burgos, Hijos de Santiago Rodríguez ; México, Ramón de S.N. Araluce (Biblioteca Enciclopédica Hispano-Americana). Édition en 24 chapitres, précédés chacun d’un sommaire (très réduit) et avec des notes à la fin de l’ouvrage.

1909 ? Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, version espagnole et préface par Pedro Umbert, Barcelona, Impr. De Henrich y compañía, en Comandita.

1913. Las Aventuras de Telémaco, Paris, Garnier Hermanos.

1932. Aventuras de Telémaco hijo de Ulises, trad. par F.S.B., Madrid, Espasa-Calpe.

1944. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, Madrid, Aguilar.

1944. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, Madrid, Crisol, Prologue par F.S.R.

Éditions de Télémaque en français faites en Espagne (jusqu’en 1945)

1799. Les Aventures de Télémaque fils d’Ulisse, Madrid, Impr. Real. Précédé du « Discours de la poésie épique et de l’excellence du poème de Télémaque, revu, changé et enrichi en plusieurs endroits sur des corrections envoyées par M. de Ramsay, qui en est l’auteur » (I-XL).

1822. Les Aventures de Télémaque fils d’Ulisse, nouvelle édition, Madrid, Imp. Royale.

1836. Les Aventures de Télémaque fils d’Ulysse, Barcelone, Francisco Oliva. Nouvelle édition augmentée des Aventures d’Aristonoüs. Édition en 24 livres, précédés d’un sommaire, Tours, Imp. de Mame.

1838. Les Aventures de Télémaque, Madrid, Imp. Nationale. Tous les sommaires sont placés au début de l’œuvre.

1841. Les Aventures de Télémaque, Barcelone, Imp. de J. Estivill, Nouvelle édition augmentée.

1846. Les Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse, Madrid, A. Poupart et frères.

1852. Les Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse, Madrid, C. Bailly-Baillière.

1853. Les Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse, Imprenta y Librería Española, San Fernando.

1859. Les Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse, Madrid, Carlos Bailly-Baillière.

1859. Les Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse, Barcelona, Juan Oliveres, nouvelle éd.

1903. Les Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse, Madrid, Perlado, Paez y Cª. Nouvelle édition augmentée des Aventures d’Aristonoüs.

1903. Les Aventures de Télémaque, Madrid, Sucesores de Hernando. Contient aussi Les Aventures d’Aristonoüs.

1909. Les Aventures de Télémaque, Nouvelle édition augmentée des Aventures d’Aristonoüs, Madrid, Perlado, Paez y Cª.

1912. Les Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse, Madrid, Hernando.

1936. Aventures de Télémaque par Fénélon, Madrid, Taller tipográfico de Blass, réimpression de l’édition de Lecoffre, Paris, H. Carrion, 1872, faite par M. l’Abbé Auber. Dédicacée au prince Juan de Borbón y Battenberg (le père du roi d’Espagne Juan Carlos).

Éditions bilingues ou plurilingues des Aventures de Télémaque14

1799. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, poème traduit au castillan par Agustín García de Arrieta, Madrid, Benito Cano, Bilingüe français-espagnol.

1803. Les Aventures de Télémaque, œuvre traduite par Fernando Nicolás de Reboleda, Madrid, Imp. Mateo Repullés. Bilingue français (pages paires, lettre cursive) et espagnol (pages impaires).

1804. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises. The adventures of Telemachus, the son of Ulisses, Paris, Bossange, Masson y Besson. Bilingue anglais (pages paires) et espagnol (pages impaires).

1822. Aventuras de Telémaco, trad. par Fernando Nicolás de Rebolleda, Perpignan, J. Alzine. Bilingue français/espagnol. Réimpression en 1829, Madrid. Même texte que celui de l’édition de 1803. Cette édition sert de base au Télémaque polygotte de l’édition de 1837 (Paris, Baudry).

1827. Las Aventuras de Telémaco, trad. par D. Fernando Nicolas de Rebolleda, Madrid, Imprenta Fuentenebro. Bilingue français (pages paires, lettre cursive) et espagnol (pages impaires). Même texte que celui de l’édition de 1803, mêmes illustrations.

1829. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, Madrid, impr. Fuentenebro. Édition bilingue.

1830. Telémaco. Primer [-tercer] libro, en español con la traducción interlineal (método Jacotot), Paris, P. Delalain. Nouvelle édition en 1835, bilingue espagnol/français ; avec la traduction française interlinéaire.

1830. Télémaque espagnol-français, trad. M. Raull, Paris, Babeuf.

1832. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises / Les Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse, traducidas al castellano por Mariano-Antonio Collado, Valencia, Imprenta de José de Orga.

1835. Telémaco. Primer [-tercer] libro, en español con la traducción interlineal (método Jacotot), Paris, P. Delalain. Nouvelle édition. Bilingue espagnol/ français ; avec la traduction française interlinéaire.

1835. Les Aventures de Télémaque. Édition en six langues, Paris, Baudry, Amyot et Barrois.

1837. Télémaque polyglotte, contenant les six langues Européennes les plus usitées: le Français, l’Anglais, l’Italien, l’Allemand, l’Espagnol, et le Portugais, Paris, Casimir.

1837. Télémaque polyglotte. Les six langues européennes les plus usitées : le français, l’anglais, l’allemand, l’italien, l’espagnol et le portugais, Paris, Baudry. (Des rééditions successives ont été faites du Télémaque polyglotte sur la base de l’édition de 1837, en choisissant une seule langue ou bien en réunissant deux ou plusieurs langues, comme l’indique l’éditeur lui-même : « ces diverses éditions sont disposées de manière que chaque langue a pour page le texte de l’ouvrage, et que l’on peut ainsi comparer telles langues que l’on veut. Chaque alinéa ou chaque page peut servir de thème ou de version dans ces diverses langues dont la contre-partie est le corrigé »).

1841. Télémaque. Livre premier, en espagnol, avec la traduction française interlinéaire, Paris, Mansut fils.

1842. Télémaque polyglotte. Les six langues européennes les plus usitées : le français, l’anglais, l’allemand, l’italien, l’espagnol et le portugais, Acad. Lengua, Madrid, trad. par D. Fernando Nicolás de Rebolleda (ce n’est pas indiqué, mais c’est le texte de Rebolleda qui est utilisé).

1842. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises / Les Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse, Paris, Baudry, Librería Europea.

1845. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises / Les Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse, Paris, Baudry, Librería Europea.

1846. Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises (en francés y en español), Paris, Baudry, Libreria Europea.

1849. Télémaque polyglotte. Les six langues européennes les plus usitées : le français, l’anglais, l’allemand, l’italien, l’espagnol et le portugais, Paris, Baudry, 2 v.

1850. Les Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse / Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, trad. de D. Nicolás de Rebolleda, Paris, Rosa y Bouret.

1852. Les aventures de Télémaque, en six langues : français, anglais [trad. de John Hawkesworth], allemand, italien, espagnol [trad. de Nicolas de Rebolleda] et portugais [trad. de Manuel de Sousa et de François do Nascimiento], Paris, Baudry. Cette édition est présentée comme la deuxième édition.

1856. Télémaque polyglotte. Les six langues européennes les plus usitées : le français, l’anglais, l’allemand, l’italien, l’espagnol et le portugais, Paris, Baudry, 2 v.

1862. Telémaco francés-español, Paris, Dramard-Baudry et Ce.

1871. Les Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse / Las Aventuras de Telémaco, hijo de Ulises, trad. de D. Nicolás de Rebolleda, Paris, Rosa y Bouret.

[s.a.] Télémaque polyglotte en six langues [s.l.]. Cette édition reprend le texte de l’édition Baudry de 1837, tout en variant la présentation et la typographie, et incorporant une carte des voyages de Télémaque.

[s.a.] Télémaque en six langues : français, anglais, allemand, espagnol, italien et portugais [s.l.]

Annexe II

Opéras, opéras bouffes, parodies, études ou suites des Aventures de Télémaque

1763. Zarzuela nueva burlesca Telémaco y Calipso, par Don Francisco Robles, Madrid en la imprenta de Gabriel Ramirez.

1774. ? Descripción del bayle [sic] serio intitulado Calypso y Telémaco que se debe hacer en el teatro del Real sitio de Aranjuez en el presente año/inventado y compuesto por [...] Domingo Rossi, Madrid, en la imprenta de Joachim Ibarra.

1780. Manual resumen de Las Aventuras de Telémaco, Barcelona, Francisco Suriá y Burgada.

1797. Télémaque sur l’île Calipso. Opéra écrit par le guitariste Fernando Sor.

1787. Quanto á los jovenes vale tener canas á su lado, tomado el argumento de Mr. De Fénelon […] en Las Aventuras de Telémaco, par Francisco Antonio Cabellos y Heras, Madrid, imp. De Joseph Otero.

1796. El espíritu de Telémaco, ó Máximas y reflexiones políticas y morales del célebre poema intitulado « Las Aventuras de Telémaco », par Agustín García de Arrieta, Madrid, en la imprenta de D. Benito Cano.

1798. Comentario con glosas criticas y joco-serias sobre la nueva traducción castellana de las aventuras de Telémaco publicada en la gazeta de Madrid de 15 de mayo del presente año, par Antonio de Capmany, Madrid, Imprenta de Sancha.

1800. ? Disertación particular sobre la poesía épica y excelencias del poema de Telémaco [s. l.] [s. n].

1808. Telémaco en la isla de Calipso o el triunfo de la sabiduría. Mis en scène par Francisco Lefebre, Madrid, oficina de Álvarez.

1812. El espíritu de Telémaco, ó Máximas y reflexiones políticas y morales del célebre poema intitulado “Las Aventuras de Telémaco”, par Agustín García de Arrieta, Gerona, en la Imprenta de Oliva.

1819. Telémaco en la isla Calipso, drama heroico en un acto par D.J.D.D.L.C., Valencia, Imprenta de Martín Peris.

1866. El joven Telémaco : Pasaje mitológico-lírico-burlesco en dos actos y verso, [s.n.] Madrid, Imp, De José Rodriguez Calvario.

1867, El joven Telémaco : Pasaje mitológico-lírico-burlesco en dos actos y verso, Eusebio Blasco y Soler, Madrid, Imp. De José Rodriguez Calvario.

1868. Télémaque en l’Albufera : Parodia de El joven Telémaco. Pièce bilingue (espagnol et valencien) en un acte et en vers, par Rafael María Liern, Valencia, F. Campo.

1869. El viejo Telémaco : zarzuela bufa en dos actos y en verso, par Pina Domínguez, Mariano (fils) et Manuel María de Santa Ana (fils), Madrid, Corresp. de España.

1872. El joven Telémaco : Pasaje mitológico-lírico-burlesco en dos actos y verso, [s.n.], Madrid, Imp. De José Rodriguez Calvario.

1884. El Quijote y el Telémaco, apuntes críticos, Par Luis Vidart, Madrid, Establecimiento tipográfico de los sucesores de Rivadeneyra.

1900. El joven Telémaco : Pasaje mitológico-lírico-burlesco: refundición en un acto de la zarzuela de Eusebio Blasco en dos y en verso, Eusebio Blasco y Soler, Madrid, Imp. R. Velasco.

1915. Una aventura inédita de Telémaco, roman de Luis Terán, avec des illustrations de F. Mota, Madrid, Los Contemporáneos.

1928. Las aventuras de Telémaco, adaptadas a las inteligencias infantiles, par José Baeza, Barcelona Araluce.

1944. Cuentos y Fábulas, trad. du français par J. Fanón y Mayoral, Barcelona, Nymsa (Sociedad General de Publicaciones).

Annexe III

Fragments (morceaux choisis) du Télémaque dans des ouvrages (recueils de textes, chrestomathies, grammaires…) destinés a l’enseignement du français

1781. CHANTREAU, J.-N., Arte de hablar bien francés o gramática completa, Madrid, Impr. De Sancha. Ce manuel est le premier qui incorpore, dans son Supplément, un extrait du Télémaque pour servir de texte d’appui pour la traduction (pp. 260-267). Il s’agit d’un extrait du Livre V, « Le sacrifice d’Idoménée ». Les « Chantreaux » de Alemany (1826), Hamonière (1831), Bordas (1836), Dupuy (1838) conservent aussi cet extrait.

1829. [anonyme] Recueil en prose et en vers des plus beaux morceaux de la littérature française, à l’usage de l’École de Commerce établie à Madrid sous la protection du Consulat, Tome I, Madrid, Imp. de D. Michel de Burgos. Le premier texte de ce manuel est un extrait du sixième livre : « Télémaque dans l’île Calypso ».

1829. TRAMARRÍA, D.F. de, Gramática francesa para uso de los españoles, Madrid, imprenta de Moreno. L’auteur présente un extrait de la « Bétique » (livre VII) qui n’apparaîtra plus dans les éditions postérieures.

1838. BERGNES DE LAS CASAS, A., Les Aventures de Télémaque, augmentées des Aventures d’Aristonoüs, Barcelone, Chez A. Bergnes. Le premier livre de Télémaque y est analysé en langue espagnole par A. Bergnes de las Casas, « professeur de langue française au consulat de Barcelone ». Cette édition contient aussi des « Études françaises de littérature et de morale » (387-591).

1839. TRAMARRÍA, D.F. de, Leçons françaises de littérature et de morale, choisies des meilleurs auteurs qui ont écrit dans ce genre, Madrid, Imprimerie et fonderie d’Aguado. Il établit de différentes catégories pour assembler les morceaux choisis de son recueil. Pour le groupe des « descriptions », il sélectionne La ville de Tyr (extrait du livre VII) et pour celui des « allégories » La mort et son cortège au pied du trône de Pluton (extrait du livre XIV). La deuxième édition (1846) maintient ces mêmes extraits.

1842. [anonyme] Colección de los mejores fragmentos (ó trozos escogidos) de sus obras, Madrid, Boix.

1842. Aventuras de Telémaco, libro primero, por el estudio del francés según el método Jacotot, Paris, imp. De Terzuolo.

1844. ALEMANY, D. L. de, Colección de AA. Franceses compuesta para la más cabal instrucción de la juventud, 3e éd., Madrid, Librería de Doña Antonia de Sojo. Il insère un extrait de l’oeuvre de Fénelon (livres huitième et neuvième qui correspondent aux livres quatorzième, quinzième et seizième dans les éditions en 24 livres). Quelques notes en bas de page traduisent librement certaines expressions.

1845. BERGNES DE LAS CASAS, A., Novísimo Chantreau, o Gramática francesa, Barcelona, Juan Oliveres. Cette grammaire incorpore le Livre premier du Télémaque, avec l’analyse correspondante, déjà publié en 1838. Ouvrage qui est réédité constamment tout le long du XIXe siècle (26e édition en 1905).

1846. MENDIZÁBAL, J., El Robertson español ó sea curso práctico teórico de lengua francesa, Madrid, Imprenta de D. Antonio Yenes. Dans cet ouvrage l’auteur utilise un extrait du livre VII se référant à la Bétique, pour pratiquer la lecture et la traduction.

1858. BENOT, E., Ollendorf reformado. Gramática francesa y método para aprenderla, 5e éd., Cádiz, Imprenta de la Revista Médica. Parmi le répertoire de morceaux choisis que cette grammaire incorpore on repère la conclusion du VI livre et le livre VII.

1861. VILA É IGLESIAS, F., El desarrollo de la pronunciación francesa y recopilación literaria, Barcelona, Alou hermanos. Il inclut des fragments des livres I, II, V, VII et X, avec la traduction de Don Mariano-Antonio de Collado dans la page de droite, pour « la aplicación de las reglas que forman el objeto de esta obra ».

1866. GARCÍA DE MODINO, J., Versiones francesas graduadas ó Recopilacion selecta [...], Valladolid, Imprenta de Hijos de Rodriguez. Il y incorpore un morceau de La Bétique, illustré en bas de la page avec des explications culturelles en espagnol.

1879. AYUSO, D. F. G., El traductor francés ó colección de obras escogidas de la Literatura Francesa... Il y incorpore un fragment de Télémaque dans l’île Calypso.

1879. AMAR, D.A., Telémaco escogido para uso de los alumnos de la clase de francés, Paris/Mexico, Ch. Bouret.

1884. R.T.C., Crestomatía Francesa : Selectas de los escritores mas eminentes de Francia [...], Barcelone, Librería de Juan Oliveres, 2e édition augmentée et corrigée. Elle contient le premier livre de Télémaque, accompagnée de l’analyse grammaticale par Antonio Bergnes de las Casas, déjà publiée en 1838, puis dans sa Gramática francesa.

1885. HORTELANO Y TRAPERO, A., Gramática teórico-práctica de la lengua francesa. Primero y segundo año. Ejercicios prácticos. Lecturas escogidas en prosa y verso de los más célebres clásicos franceses, Madrid, Imprenta de A. Pérez Dubrull. Parmi les textes choisis, on trouve un extrait du livre IX de Télémaque.

1889. MONGELOS, J. y LAPLANA, L., Colección de trozos escogidos de los autores clásicos franceses para ejercicios prácticos de lectura, análisis y traducción, San Sebastián, Imprenta Pozo. Le livre I de Télémaque y est reproduit en entier. Chaque paragraphe est précédé du résumé en espagnol.

1893. TARAZONA Y DOLZ DEL CASTELLAR, G., Nueva crestomatía francesa, Madrid, J. Góngora y Álvarez, impresor. Dans cette chrestomathie l’auteur inclut un extrait du livre VI : « Description de la Bétique ou Andalousie ».

Haut de page

Notes

1  D’après nos recherches, qui ne prétendent pas avoir épuisé la question, nous avons trouvé, comme nous pouvons le voir dans l’annexe I, cinquante-huit éditions en espagnol (seize éditions au XVIIIesiècle ; trente-cinq au XIXesiècle ; sept au XXesiècle, jusqu’en 1945) et une quinzaine d’éditions en français (une édition à la fin du XVIIIesiècle ; neuf éditions au XIXesiècle ; cinq autres au XXe). Nous observons également vingt-six éditions bilingues ou multilingues (toutes au XIXesiècle). À tout cela, il faudrait ajouter une grande quantité d’éditions françaises distribuées en Espagne et difficiles à recenser.

2  « [...] con tan repetidas ediciones, y traducciones, no se ha sosegado el anhelo, con que el publico solicita » (1743 : 2).

3  « El mérito de esta obra, y la escasez que de ella hay; por haberse agotado ya, muchas ediciones, nos ha determinado á emprender la presente publicación » (1851 : 5).

4  Cette Approbation introduit pour la première fois Les aventures de Télémaque dans l’édition de 1717 faite à Paris par Florentin-Delaulne.

5  «Las Aventuras de Telémaco me ha parecido, no solamente digna de ser imprimida, pero tambien de ser traducida en todas las lenguas » (1743 : Approbation de M. De Sacy).

6  Antonio de Capmany écrivit en 1798 le Comentario con glosas criticas y joco-serias sobre la nueva traducción castellana de las aventuras de Telémaco publicada en la gazeta [sic] de Madrid de 15 de mayo del presente año, publication destinée à « vengar la lengua española de los ultrajes que recibe todos los dias de los malos traductores » (1798 : prologue).

7  « Una obra que á más de ser útil á la juventud estudiosa, es instructiva é interesante á todas las clases de la sociedad » (1851 : 5).

8  « La falta de una obra de esta clase es generalmente conocida: reducidos al Telémaco, la mayor parte de los que aprenden Francés no tienen oportunidad para ejercitarse en todas las dificultades de la lengua, ni conocer todas sus bellezas ».

9  On ne cite pas les oeuvres indiquées dans les annexes.

10  L’édition de Télémaque de J.-F. Adry (1811, Paris, Louis Duprat-Duverger), contient une précieuse « Liste raisonnée des Éditions qui ont paru jusqu’à ce jour ». Son commentaire à propos de l’édition de 1713 est le suivant : « Il paroît que c’est la première édition de la traduction espagnole » (1811 : LXXVIII).

11  P.-N. Chantreau désigne « un tal Francisco Medel » comme le traducteur (1797 : Supplément, 265, note d). La consultation de l’ouvrage nous laisse un doute cependant, puisque F. Medel est l’auteur de la dédicace, où il loue l’ouvrage, et le libraire (« mercader de libros ») qui obtient le privilège de la vente (« acosta de… »), mais il ne dit nulle part en être le traducteur.

12  J.-F. Adry (1811 : XC) inclut l’observation suivante : « sur d’autres exemplaires, Didot ; mais ni l’un ni l’autre n’étoient imprimeurs à cette époque, et François Didot n’a commencé à imprimer qu’en 1755 […]. L’abbé Goujet place cette édition en 1734 ».

13  Selon Adry, « on estime une traduction espagnole du Télémaque, qui parut vers 1780 ; 2 v. in-8º. Elle est précédée d’un Discours préliminaire très bien fait, et où le Télémaque est dignement apprécié » (Adry 1811 : CXVII).

14  Nous omettons les éditions bilingues ou plurilingues de livres isolés (normalement, le premier) des Aventures de Télémaque réalisées par Jacotot et ses disciples.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Elena de la Viña Molleda et Maria Eugenia Fernández Fraile, « Les Aventures de Télémaque dans l’enseignement du Français Langue Étrangère en Espagne », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 31 | 2003, mis en ligne le 15 mars 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://dhfles.revues.org/1837

Haut de page

Auteurs

Maria Elena de la Viña Molleda

Universidad de Granada

Articles du même auteur

Maria Eugenia Fernández Fraile

Universidad de Granada

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • Les cahiers de Revues.org