Navigation – Plan du site
Première partie. Télémaque: la pédagogie, la langue et le style
Échos littéraires

« Sans Calypso et Eucharis je doute qu’on eût lu tant de leçons de politique et de vertus royales ». Isabelle de Charrière et Les Aventures de Télémaque

Madeleine Van Strien-Chardonneau

Résumés

Isabelle de Charrière a lu très jeune Les Aventures de Télémaque et cette lecture laisse une impression profonde comme en témoignent les diverses allusions dans sa correspondance ainsi que les personnages de mentors très nombreux dans son œuvre romanesque. Nous insistons ici sur l’intérêt stylistique qu’offre à Isabelle de Charrière le Télémaque, en particulier dans le cadre de ses activités pédagogiques et d’autre part sur la façon dont ce roman d’éducation princière nourrit son inspiration dans des écrits s’échelonnant de 1787 à 1799, époque à laquelle elle s’interroge sur l’avenir des princes et de l’aristocratie et de l’éducation à leur donner dans une société post-révolutionnaire.

Haut de page

Texte intégral

1Dans une  lettre de novembre 1797, Isabelle de Charrière (1740-1805), qui y  développe à l’intention d’un ami, un certain nombre de considérations sur l’écriture et sur divers types d’auteurs, fait allusion au Télémaque de Fénelon et à son pouvoir de séduction:

  • 1  Les références renvoient aux Œuvres complètes (désormais O.C.).  

On a reproché a Fenelon son Eucharis, & c’est tout dire car jamais aucun livre ne fut ecrit avec des intentions pu [sic] pures que celles qui dicterent a fenelon son telemaque mais sans Calypso et Eucharis je doute qu’on eut lu tant de leçons de politique & de vertus royales. (Charrière 1979-1984 : V, 377-378)1.

2 Il est un fait, ainsi que l’a noté Albert Chérel (1958 :10), que les lecteurs des XVIIe et des XVIIIe siècles ont été sensibles au romanesque  de l’ouvrage, en particulier celui du  livre VI relatant la passion de Calypso pour le fils d’Ulysse  et le désir de Télémaque pour Eucharis ; cet épisode a, en effet, à la fois captivé et scandalisé le public. Isabelle  de Charrière souligne la séduction de ces épisodes amoureux sur un public avide de romanesque et en même temps se montre adepte du classique « dulce et utile », rejoignant Fénelon qui écrivait: « Je n’ai jamais songé qu’à amuser Monsieur le duc de Bourgogne par ces aventures et qu’à l’instruire en l’amusant. »  Comme le souligne François-Xavier Cuche (1995 : 22) : « à l’inévitable  pesanteur du traité pédagogique Fénelon a substitué le plaisir de la fiction narrative. »

3 Le romanesque a certainement séduit aussi Isabelle de Charrière, mais n’a pas occulté l’intérêt du traité d’éducation princière comme en témoigne cet éloge vibrant de Fénelon, mentor du duc de Bourgogne, auteur de Télémaque et victime de Louis XIV, dans un roman épistolaire datant de 1802 et dont on ne conserve qu’une petite partie, Lettres d’Emilie à son père :

Mon pere, je vous le demande, Télémaque n’est-il pas le roman des princes ? N’a-t-il pas été fait tout exprès pour eux ? Or loin que son auteur soit taxé d’etre tombé dans une erreur dangereuse et d’avoir fait a son eleve un funeste present l’auteur de Télémaque n’est-il pas envié par tous les princes dans sa qualité de mentor de l’Héritier d’une Couronne.

Louis XIV a beau l’appeller l’esprit le plus chimerique de son royaume, il a beau l’exiler, tout lecteur le rappelle, tout prince digne de l’etre voudroit avoir été élevé par ce chimerique esprit. On cherche à connoitre ses moindres pensées, on étudie son histoire, on sait par coeur ce qu’il a ecrit. (O.C. : IX, 408).

4En 1802, Isabelle de Charrière a 62 ans, mais Fénelon est un auteur qu’elle pratique de longue date, puisque l’on sait par une lettre de sa gouvernante qu’à 15 ans  - elle s’appelait alors Belle de Zuylen - elle lisait Les Aventures de Télémaque et avec plaisir (O.C. : I, 76).

  • 2  Sur la réception des Aventures de Télémaque en Hollande, voir Martin (1928) et l'article de M.-C. (...)
  • 3 Chartier (1985), Darnton (1990), 154-187; et dans le cas précis de Charrière, Pelckmans 1995 : 64-1 (...)

5Le livre de Fénelon avait connu un vif succès en Hollande : il y avait été réédité à La Haye, chez A. Moetjens, l’année même de sa parution à Paris (1699) et traduit dès l’année suivante. Et au cours du XVIIIe siècle, il connut de nombreuses éditions en français ainsi que des traductions en néerlandais2. Il n’est donc pas surprenant qu’une jeune fille issue des milieux aristocratiques néerlandais traditionnellement ouverts à la culture française, formée elle-même par une gouvernante suisse cultivée, lise cet ouvrage. Les quelques références que l’on trouve dans la correspondance de jeunesse, c’est-à-dire avant son mariage en 1771, sont peu nombreuses, mais intéressantes car elles témoignent de cette pratique sociale et active de la lecture signalée par les historiens du livre et de la lecture3 . A titre d’exemple, voici un passage d’une lettre de 1764 où la jeune fille exprime son mécontentement à son correspondant de prédilection Constant d’Hermenches à propos d’une entrevue manquée ; elle clôt sa liste de griefs  par cette allusion au Télémaque :

Je souhaite que vous m’ecriviez des ennuis cette fois réels et dont je ne tiendrai plus aucun compte! Je souhaite…mais c’est assez d’imprecations. Calypso abandonnée n’en prononça pas plus contre Telemaque son depart étoit pourtant bien autrement cruel. (O.C. : I, 211).

  • 4  Dans la correspondance ultérieure, c'est Benjamin Constant, qui témoigne de cette connivence parta (...)

6La référence à la jalousie de Calypso est une façon détournée de faire comprendre à son correspondant l’intensité de ses sentiments en dépit du ton de badinage adopté. C’est chez elle une pratique courante (bien d’autres auteurs sont mis ainsi à contribution) et qui l’incite à se comparer volontiers avec les personnes des romans qu’elle est en train de lire (Pelckmans 1995: 80), mais c’est aussi la marque de la complicité d’une lecture partagée, la marque d’appartenance à un milieu cultivé pour qui le Télémaque est un texte familier4. Le Télémaque n’occupe certes pas dans les lectures de la jeune Belle de Zuylen la place tenue par les Fables de La Fontaine - plus faciles à apprendre par coeur sans doute -, mais si les références au Télémaque sont relativement peu nombreuses dans les lettres de jeunesse, on peut cependant supposer que, à l’instar de Julie, l’héroine de son premier texte littéraire, Le Noble, conte moral (1762), il fait partie de ses livres de chevet et qu’il a contribué avec ses nombreuses autres lectures à sa vocation et à sa formation d’écrivaine.

7Que cette lecture ait  laissé une impression profonde et durable, on peut s’en rendre compte aux diverses allusions et citations dans la correspondance ultérieure et dans l’oeuvre littéraire, essais, contes, romans: dans ces derniers, les personnages de mentors sont particulièrement nombreux. A ce titre d’ailleurs, on peut noter que Charrière réactualise le personnage fénelonien de Mentor: Laurence Vanoflen souligne très justement, dans sa thèse consacrée à Isabelle de Charrière (1999 : 225), qu’en introduisant nombre d’abbés-précepteurs dans ses fictions, Charrière va à l’encontre de l’évolution signalée par Robert Granderoute (1985 : I, 33), à savoir que, dans le roman pédagogique, le personnage du philosophe-précepteur remplace progressivement au cours du XVIIIe siècle celui de l’évêque-précepteur. On peut voir dans ces divers abbés-mentors qui peuplent les fictions de Charrière un hommage à l’auteur des Aventures de Télémaque.  

8 C’est dans la seconde moitié de sa vie et en particulier à partir des années quatre-vingt que l’on trouve les plus nombreuses références au Télémaque. Dans ce qui suit,  je me limiterai à deux aspects: d’une part l’intérêt sur le plan de la langue que représente le Télémaque pour Isabelle de Charrière - à cette époque elle s’occupe activement de la formation de divers jeunes gens et jeunes filles de son entourage - ,  d’autre part les éléments du traité d’éducation princière qui l’inspirent dans sa propre réflexion sur l’éducation du prince et plus généralement sur celle d’une aristocratie dont la position est menacée par les mouvements politiques et sociaux contemporains, mais qui pourrait être régénérée par une éducation appropriée.  

9Le Fénelon styliste fait l’objet de son admiration et ses commentaires qui reprennent les remarques convenues du temps - style clair, doux, harmonieux, naturel, montrent qu’elle souscrit entièrement à l’esthétique du style simple auquel  Fénelon lui-même est toujours resté fidèle (Goré 1968 : 53). Aussi Fénelon est-il maintes fois proposé en exemple aux élèves qu’elle s’attache à former : ainsi à l’une de ses jeunes amies Henriette L’Hardy à qui elle prodigue dans ses lettres de nombreuses leçons de style, lui prêchant la simplicité en ce domaine, elle affirme en 1792, critiquant l’abus de l’esprit chez Voiture, Balzac et après eux, chez Voltaire : « Bossuet & Fenelon ont été aussi simples que sublimes dans tous leurs écrits. » (O.C. :III,  336).

10Fénelon lui sert aussi de norme pour émettre un jugement de valeur sur la prose d’autrui. C’est ainsi qu’elle dit à propos d’une de ses petites protégées qui connaît le Télémaque par coeur : « Elle m’écrit […] en une orthographe horrible mais son stile est digne d’une eleve du mentor du duc de bourgogne. » (O.C. : VI, 60).

11Et c’est aussi une référence pour  la sienne propre, l’anecdote suivante montrant qu’elle est très fière de voir son style épistolaire comparé à celui de Fénelon :

Elle [une gouvernante] m’a écrit une lettre que j’ai admirée et ma reponse que M. de Ch. lui a portée lui même m’a valu un compliment bien flatteur. Il l’a comparée à une lettre de Fénelon qui est fort connue, & à mesure qu’il s’éloignoit de la demeure de la Dame il la félicitoit de lire, actuellement, ce qu’il appeloit un petit chef d’oeuvre. Je remarque que lorsque j’écris bien je ressemble aux écrivains du tems de Louis XIV. (O.C. : VI, 49).

12Bossuet et Fénelon sont de nouveau les écrivains de référence lorsqu’il s’agit de critiquer la prose du XVIIIe siècle finissant qu’elle déteste,  comme on peut le voir dans un passage d’une lettre à Chambrier d’Oleyres, dans laquelle elle imagine Bossuet et Fénelon revenus sur terre et incapables de comprendre le français de ses contemporains :

Avez-vous lu une certaine lettre de M. de Narbonne au Duc de Brunswic dont le stile fut assez bien imité par le Duc dans sa reponse. Ce sont à mon avis deux pieces très curieuses. Je voudrois voir Bossuet et Fénelon les lire, sans qu’ils eussent rien lu depuis eux mêmes de ce qui s’est publié. Je crois qu’ils demanderoient si c’est là la même langue dans laquelle ils ont ecrit. (O.C. : IV, 460).

  • 5  Voir par exemple la lettre à Ludwig Ferdinand Huber du 4 janvier 1796 : « Les écrits que la révolu (...)
  • 6  Aujourd'hui la langue françoise s'abatardit entre les mains d'un Necker, d'une Stael […] Tout est (...)
  • 7  Ensuite, je [William] lui [Caliste] lisois les nouveautés qui avoient quelque réputation, ou, quan (...)

13Dans toute cette période, elle manifeste son irritation à l’égard de l’emphase, l’amphigouri, le style entortillé, la boursouflure, la trivialité, pour reprendre ses propres termes, en particulier des révolutionnaires5 ou des pré-romantiques - Mme de Staël est une de ses bêtes noires non seulement à cause de la rivalité à propos de Benjamin Constant, mais aussi par aversion pour un style qu’elle abhorre6; tous ces auteurs, selon elle, dénaturent, abâtardissent la belle langue française des classiques du XVIIe siècle et  c’est pourquoi elle recommande la pratique assidue de ces derniers aux jeunes gens et jeunes filles avec qui elle entretient dans la seconde moitié de sa vie une correspondance à caractère fortement pédagogique et qu’elle stimule à écrire. Elle fait d’ailleurs lire le Télémaque à certains de ses personnages de fiction également pour la beauté de la langue, William et Caliste, par exemple, dans Caliste7, et elle-même se livre parfois à un discret pastiche, comme dans ce passage des Trois femmes (1795), où l’abbé de la Tour, mentor dans la tradition fénelonienne, décrit Théobald et Emilie, les deux amoureux protagonistes du roman en ces termes:  

Qui voudrait peindre le fils de Vénus et d’Anchise, ou l’héritier du trone d’Ithaque, ne pourrait mieux faire que prendre pour modèle le jeune Théobald. Mais si Théobald est le plus aimable des hommes, Emilie, ce jour-là, paraît moins une femme qu’une divinité. (O.C. : IX, 52).

14Certes, elle a d’autres auteurs à proposer comme modèles, mais celui du Télémaque lui semble particulièrement approprié pour ses correspondants dont la langue maternelle n’est pas le français: c’est ainsi qu’elle recommande à son traducteur allemand Ludwig Ferdinand Huber, rebaptisé pour l’occasion ‘mon élève’, de pratiquer entre autres Fénelon :

un mot encore à mon élève aux lectures qu’il choisira pour former son style.

[…] J’éviterais absolument certains écrivains modernes, tout aussi barbares, et tous ceux qui ont quelque chose de trop particulier, de trop caractéristique, pour ne lire du siècle passé que Bossuet, Fénelon et quelques autres […] (O.C. :  V, 186).

15Elle le recommande aussi à l’un de ses correspondants privilégiés, son neveu néerlandais Willem-René, dont elle s’applique à améliorer le français, en en extirpant d’abord les batavismes pour ensuite en polir le style. A cette dernière fin, elle propose, en juillet 1794 au jeune garçon qui a alors 13 ans l’exercice suivant:

Je voudrois que quelque fois vous lussiez cinq ou six fois de suite une periode soit de Rousseau soit de Bossuet soit de Fenelon  (sans doute vous avez lu Telemaque & le Discours sur l’histoire Universelle) & qu’après cela fermant le livre vous ecrivissiez ce que vous auriez à peu près retenu, comparant ensuite votre periode à celle de l’auteur & jugeant si les diferences sont essentielles ou non & si vous avez mieux ou moins bien dit. C’est là un excellent exercice de langage de stile & de gout (O.C. : IV,  509)

16Notons au passage l’optimisme de la pédagogue qui envisage pour son élève la possibilité d’égaler et même de dépasser son modèle.On ne sait si Willem-René s’est exécuté, mais trois ans plus tard, lorsqu’ il renoue la correspondance interrompue par la guerre et demande à sa tante des conseils pour parfaire son instruction, celle-ci, dans une lettre du 30 mai 1797, lui met au point un programme d’études et lui recommande - entre autres - pour améliorer son français l’exercice suivant, qui présente un degré  de difficulté plus grand que celui proposé trois ans plus tôt; du résumé on passe à la création personnelle;  Willem-René doit  faire à sa tante la relation de deux mariages de parents communs et écrire le morceau dans le « stile du Télémaque de Fenelon », et elle lui indique les grandes lignes de la composition et rédige à son intention un paragraphe à titre de modèle :

Vous pourrez vous expliquer librement sur les figures & les caracteres. Le frere s’appellera Amyntas & la soeur Themire. Commencez ainsi: Deux hymens se preparent dans une ville antique située sur une branche paisible d’un fleuve rapide, devenu le plus fameux de tous les fleuves. Que de combats se sont livrés sur ses rives! Avec quelle hardiesse on l’a passé! Avec quelle valeur on en a disputé le passage! [il s’agit du Rhin] Amyntas descendu de parens aimés dans sa patrie doit conduire Climene aux autels. Sa soeur la jeune Themire y sera conduite par Philemon. Pour faire connoitre à une parente qu’ils ont en Helvétie [Isabelle de Charrière] non loin de la source de cette riviere celebre dont je viens de parler, de cette riviere qui arose nos campagnes & quelque fois les a submergées, pour faire connoitre dis-je à leur parente quel est le degré de felicité qu’on peut esperer pour Amyntas & pour Climène, pour Thémire & pour Philemon j’essayerai de les peindre. O Muse! Je ne demande pas que tu m’inspires comme à Virgile des vers immortels mais je te demande pour ma prose la douceur & l’harmonie de son stile & ces heureuses expressions que tu dictas toi-même à l’auteur à jamais respecté de Telemaque (O.C. : V, 314-315).

17L’imitation, voire le pastiche, est non seulement sensible dans le vocabulaire antiquisant, l’emploi de la répétition, le rythme ternaire des périodes, mais aussi, dans les intentions didactiques: dans ce morceau, conçu comme exercice de style, doivent s’insérer également les connaissances géographiques (le Rhin, sa source, son cours et son régime) et historiques (le fameux passage du Rhin par les armées de Louis XIV).

  • 8  Il est possible qu'Isabelle de Charrière se souvienne aussi des leçons que Batteux - c'est un aute (...)

18Ces exercices qui s’enracinent dans le principe de l’imitation, chère au classicisme, et qui sont conformes à ceux proposés par les maîtres de langues de l’époque8, ne susciteront pas l’émulation d’un élève peu enclin à l’effort, ce qui n’empêchera pas Isabelle de Charrière de continuer à recommander à son entourage la lecture du Télémaque jusqu’à la fin de sa vie.

19Si le souci pédagogique de parfaire le français de ses élèves explique cette présence du Télémaque dans sa correspondance, le contexte politique d’une époque qui voit vaciller le pouvoir des princes et les privilèges de l’aristocratie n’y est pas étranger non plus : dans des textes divers, pamphlets politiques, contes, dialogues, roman d’éducation s’échelonnant de la période pré-révolutionnaire jusqu’à la fin du siècle, Isabelle de Charrière s’interroge sur l’avenir des princes et de l’aristocratie dans une société bouleversée par les révolutions : l’importance primordiale de l’éducation princière  (et corollairement de celle de l’aristocratie) et son lien étroit avec les qualités politiques des gouvernants est le thème qui sous-tend une réflexion qui puise largement dans l’ouvrage de Fénelon.

  • 9  Ses constatations pourraient s'appliquer à d'autres textes de la même époque comme  De l'esprit et (...)
  • 10  L'homme que je verrai que l'on craint, et que l'on veut que je craigne sans qu'on lui reproche auc (...)

20Comme l’a montré Laurence Vanoflen dans un article (2003 : 233-239) consacré au roman d’éducation princière inachevé, Asychis ou le prince d’Egypte (1798)9, Isabelle de Charrière reprend très largement les thèmes féneloniens en prônant la pédagogie de l’expérience,  en insistant sur l’importance  des qualités morales du prince (grandeur d’âme, courage, générosité, mœurs pures), en rappellant la nécessité d’abolir la distance entre lui et son peuple dont il doit être le bienfaiteur, le bon père. Le thème de la flatterie, thème récurrent dans le texte de Fénelon - Mentor met très souvent en garde le jeune prince contre les courtisans (Cuche 1995 : 34) - lui inspire l’essai au titre paradoxal, Apologie de la flatterie, le quinzième des Observations et conjectures politiques (O.C. : X, 103-105). A l’instar de Fénelon, Charrière  voit dans la flatterie un danger majeur pour les princes et elle revient sur ce point avec insistance, traçant par exemple, dans De l’Esprit et des Rois(1798), un portrait du bon conseiller, qui - souvenir de Mentor s’adressant à Idoménée - sait parler un langage dur et vrai - mais qui est surtout le portrait d’un anti-flatteur, d’un anti-courtisan10.

  • 11  Divers textes abordent cette problématique: l'essai nº 9 des Observations et conjectures politique (...)

21La fidélité au message du Télémaque n’exclut pas cependant, sinon une véritable remise en question, du moins des infléchissements et des interrogations, entre autres en ce qui concerne la place et le rôle de la femme dans l’éducation princière. Charrière estime que la princesse a droit, elle aussi, comme le prince, à une éducation digne de son rang et de son nom : elle peut être appellée à gouverner, comme Marie-Thérèse d’Autriche par exemple ou à jouer un rôle non négligeable dans l’exercice du pouvoir, comme c’était le cas en Hollande de Wilhelmine de Prusse, la femme du stathouder Guillaume V11.

  • 12  Dans les contes respectifs, Bien-Né (O.C. : X, 82-84) et Aiglonette et Insinuante.
  • 13  Laurence Vanoflen (2003: 234) parle à juste titre d'une version laïque, féminisée et sensible des (...)

22Dans l’univers fictionnel, on rencontre diverses figures de mentors féminins: c’est ainsi qu’à la différence du Télémaque où Minerve s’incarne dans un personnage masculin Mentor, Sagesse le mentor de Bien-Né reste une figure féminine, de même la fée insinuante conseillère d’Aiglonette.12 Quant à Asychis, le héros du roman d’éducation princière entrepris en 1798,  « frère très cadet de Télémaque »13, il  est présenté à un certain moment comme le substitut de Nitocris, sa sœur morte, qui lui a servi de modèle :

23Technatis [le père d’Asychis] aimoit encore plus sa fille que son fils & sans doute elle le méritoit davantage. Outre sa beauté & sa douceur qui étoit extrême, elle n’avoit guere moins de science que cette princesse Termutis qui eut la gloire d’avoir instruit le premier législateur des juifs sauvé par elle des eaux, dans toutes les sciences des Egyptiens. Ma sœur savait toutes les langues des pays qui nous avoisinent, le grec, le Phénicien l’Ethiopien, l’Arabe ; & c’est peut-être à l’émulation qu’elle m’inspira que je dois ce que j’en sais à cet égard (O.C. : IX, p. 377).

24Isabelle de Charrière s’écarte également de Fénelon lorsqu’elle s’interroge sur la figure du roi vertueux : certes le roi, le prince se doit d’être vertueux, mais en 1798, si elle ne met pas en doute ce principe, elle se demande si les vertus sont suffisantes pour continuer à être roi; à côté des qualités morales, il faut faire preuve d’autres capacités de pragmatisme et de professionnalisme. Respectant la tradition fénelonienne, Isabelle de Charrière déplore la distance qui sépare le  roi de son peuple et de ce fait l’ignorance qu’a le prince du sort de ses sujets. Aussi écrit-elle en 1788 :

Pense-t-on que l’imagination d’un Prince qui connaît à peine les environs de sa capitale puisse parcourir ses vastes  Etats? […] pense-t-on qu’un Roi [entouré de courtisans] puisse se représenter tout son peuple? (O.C. : X, 104)   

25Mais ce n’est pas seulement parce qu’un roi vit loin de son peuple qu’il ne le connaît pas, c’est aussi par défaut de jugement et ces lacunes du jugement sont pour Charrière liées à la maîtrise insuffisante du langage :

Je crois que si on pouvoit entretenir à son aise un Roi, on serait surpris de l’idée fausse & confuse qu’il attache ou plutôt à la non-idée qui reste attachée dans sa tête à la plupart des mots. (Ibid.)

  • 14  En fait, Isabelle de Charrière fait allusion à une tradition apparemment plus ancienne: « Il est u (...)

26La dimension politique du lien entre langue et pensée est sensible dans ce passage et si Charrière insiste dix ans plus tard dans De l’esprit et des rois (1798) sur l’importance d’apprendre au futur roi à s’exprimer aussi correctement et précisément que possible, ce n’est pas pour rivaliser avec les littérateurs de profession, mais c’est que la recherche du mot juste, de l’expression correcte, est le moteur même du fonctionnement de la pensée. Dans son Apologie de la flatterie, Isabelle de Charrière montre les conséquences regrettables entraînées, par la « non-idée », qu’un prince peut attacher par exemple au mot « misère ». Seul un effort d’information correcte pourra  donner au prince une idée exacte de ce qu’est la misère, celle de son peuple par exemple, donc lui donner la possibilité d’exprimer des jugements fondés et d’éviter des propos ineptes comme ceux attribués à la reine Marie-Antoinette : « ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche »14.

27Cette importance attachée à la langue dans la formation intellectuelle du prince rejoint ses propres préoccupations de pédagogue, particulièrement sensible dans les conseils dispensés à son neveu Willem-René, appelé - espère-t-elle - à faire partie de la classe dirigeante dans la nouvelle société: sa naissance aristocratique lui en donne peut-être le droit, mais lui en impose surtout le devoir. Dans la Salente de Fénelon, les nobles font partie de la première classe, « ceux qui auront le mérite et l’autorité des emplois » passent après « ceux qui auront une noblesse plus ancienne et plus éclatante » (Cuche 1995 : 166).

28Dans la société post-révolutionnaire, qu’envisage Isabelle de Charrière, la naissance ne suffit plus, pas plus que les vertus morales de l’ancienne noblesse : il faut y joindre des qualités intellectuelles et des compétences qui ne s’acquièrent que par l’étude et dans le programme d’études qu’Isabelle de Charrière prévoit aussi bien pour le prince de  De l’esprit et des rois  que pour son neveu, l’étude des langues, l’étude de la langue occupe une place capitale, car, en disciple de Condillac et de Dumarsais, elle considère que:   

Ecrire et parler sont de continuels exercices de l’esprit qui les perfectionnent incessamment. Je vois dans l’expression un criterium infaillible de la pensée. (O.C., IX, 252)

29Dans cette période où elle conjugue activités pédagogiques et commentaires sur l’actualité politique, Isabelle de Charrière trouve dans les Aventures de Télémaque une source d’inspiration pour nourrir sa réflexion sur l’éducation princière et le sort des rois, elle y trouve aussi un modèle à proposer pour cet exercice qu’elle juge indispensable aux princes, mais aussi aux particuliers, à savoir: penser, réfléchir et méditer et, pour ce faire, maîtriser la langue et prendre conscience de ce qu’est le langage.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie     

BATTEUX, Charles (1774 [1753]),  Cours de belles-lettres ou Principes de la littérature,Paris, Saillant et Nyon, Veuve Desaint, 5e éd.

CHARRIÈRE, Isabelle de (1979-1984), [O.C.], Œuvres complètes. Amsterdam,  G.A. van Oorschot, 10 v.

CHARTIER, Robert (1985), Pratiques de la lecture, Paris / Marseille, Rivages.

CHÉREL, Albert (1958), De Télémaque à Candide, Paris, Del Duca.

CUCHE, François-Xavier (1995), Télémaque entre père et mer, Paris, Honoré Champion.

DARNTON, Robert (1990), « First Steps Toward a History of Reading », in The Kiss of Lamourette. Reflections in Cultural History, New-York / London, W.W. Norton & Company, 154-187.

FÉNELON (1699), Les Aventures de Télémaque, éd. consultée : Paris, Garnier-Flammarion, 1968.

GORÉ, Jeanne-Lydie (1968), « Introduction » à Fénelon, cit.

GRANDEROUTE, Robert (1985), Le roman pédagogique de Fénelon à Rousseau, Genève / Paris,  Slatkine, 2 v.

MARTIN, H.G. (1928), Fénelon en Hollande, Amsterdam, H.J. Paris.

PELCKMANS, Paul (1995), Isabelle de Charrière. Une correspondance au seuil du monde moderne, Amsterdam, Rodopi.

STRIEN-CHARDONNEAU, Madeleine van (2003), « Isabelle de Charrière et l’institution du prince », in Luciani / Volpilhac-Auger (dir.), L’Institution du prince au XVIIIe siècle, Ferney-Voltaire, Centre International d’étude du XVIIIe siècle, 225-231.

VANOFLEN, Laurence (1999), La formation de l’individu selon Isabelle de Charrière (1740-1805). Thèse Paris IV.

------(2003). « De l’idéal au miroir brisé: Asychis, prince d’Égypte d’Isabelle de Charrière », in Luciani / Volpilhac-Auger (dir.), L’Institution du prince au XVIIIe siècle. Ferney-Voltaire,  Centre International d’étude du XVIIIe siècle, 233-239.

Haut de page

Notes

1  Les références renvoient aux Œuvres complètes (désormais O.C.).  

2  Sur la réception des Aventures de Télémaque en Hollande, voir Martin (1928) et l'article de M.-C. Kok-Escalle dans ce recueil.

3 Chartier (1985), Darnton (1990), 154-187; et dans le cas précis de Charrière, Pelckmans 1995 : 64-103.

4  Dans la correspondance ultérieure, c'est Benjamin Constant, qui témoigne de cette connivence partagée à propos du Télémaque, dans une allusion où le badinage est pur badinage: J'attends avec impatience mon domestique. Il doit être parti hier de chez vous. Quelque Eucharis aura arrêté ce jeune Télémaque dans sa course. (18 juin 1793, O.C. : IV, 103)

5  Voir par exemple la lettre à Ludwig Ferdinand Huber du 4 janvier 1796 : « Les écrits que la révolution a produits avec une admirable fécondité ont été, sous le rapport du style, un très mauvais exemple pour ceux qui ont prétendu s'en inspirer et l'on devrait bien songer à s'en écarter » (O.C. : V, 187).

6  Aujourd'hui la langue françoise s'abatardit entre les mains d'un Necker, d'une Stael […] Tout est gigantesque à la fois et mesquin. La boursouflure & la trivialité se succedent » (8 juillet 1797, O.C. : V, 333-334)

7  Ensuite, je [William] lui [Caliste] lisois les nouveautés qui avoient quelque réputation, ou, quand rien de nouveau n'excitoit notre curiosité, je lui lisois Rousseau, Voltaire, Fénélon, Buffon, tout ce que votre langue a de meilleur & de plus agréable (O.C. : VIII, 197).

8  Il est possible qu'Isabelle de Charrière se souvienne aussi des leçons que Batteux - c'est un auteur qu'elle pratique et dont elle recommande à maintes reprises la lecture à son entourage -  dispense dans son Cours de belles-lettres ou Principes de la littérature (1753), entre autres, dans le chapitre XII, «Quelques observations sur la manière de se former le style », de la section III du tome IV (1774 : IV, 249-255).

9  Ses constatations pourraient s'appliquer à d'autres textes de la même époque comme  De l'esprit et des Rois (1798) qui traitent sous forme de dialogues les thèmes du roman, mais aussi les textes datant des années 1787-1791, certains essais écrits sous forme de lettres fictives des Observations et conjectures politiques (1787-1788), des contes comme Bien-Né (1788), Aiglonette et Insinuante ou la souplesse (1791).

10  L'homme que je verrai que l'on craint, et que l'on veut que je craigne sans qu'on lui reproche aucune mauvaise action, l'homme dont on racontera jusqu'à satiété les bizarreries et les imprudences, l'homme que je saurai être occupé de projets intéressants qui ne peuvent point améliorer sa fortune, ou qui desirant quelque chose pour lui-même ne fera rien que de gauche pour l'obtenir, cet homme, à coup sûr, dirai-je, est un homme de genie ou d'esprit, et le donnant à mon fils, je tâcherai d'en trouver plusieurs de son espèce. De l'Esprit et des rois (1798), Troisième Dialogue (O.C. : IX, 247).

11  Divers textes abordent cette problématique: l'essai nº 9 des Observations et conjectures politiques, Sur la générosité & sur les Princes (O.C. : X, 70-73), le conte Aiglonette et Insinuante ou la souplesse (1791) (O.C. : VIII, 255-260).

12  Dans les contes respectifs, Bien-Né (O.C. : X, 82-84) et Aiglonette et Insinuante.

13  Laurence Vanoflen (2003: 234) parle à juste titre d'une version laïque, féminisée et sensible des Aventures de Télémaque, à propos de Asychis ou le Prince d'Egypte.

14  En fait, Isabelle de Charrière fait allusion à une tradition apparemment plus ancienne: « Il est un conte burlesque qu'on n'ose plus faire tant il est vieux, d'une princesse qui parlant d'une ville bloquée & affamée, disait : mais ces gens-là que ne mangeaient-ils du pain & du fromage! Je crois que ce conte n'exagera pas de beaucoup l'ignorance presqu'inséparable de la grandeur» (O.C. : X, 104).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Madeleine Van Strien-Chardonneau, « « Sans Calypso et Eucharis je doute qu’on eût lu tant de leçons de politique et de vertus royales ». Isabelle de Charrière et Les Aventures de Télémaque », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 30 | 2003, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://dhfles.revues.org/1614

Haut de page

Auteur

Madeleine Van Strien-Chardonneau

Université de Leyde (Pays-Bas)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© SIHFLES

Haut de page