Navigation – Plan du site
Première partie. Télémaque: la pédagogie, la langue et le style

Présentation

Nadia Minerva
p. 7-8

Texte intégral

1Les numéros 30 et 31 de Documents accueillent les Actes d’un Colloque qui s’est tenu à Bologne du 12 au 14 juin 2003. L’objectif de ce colloque a été double : d’une part, faire le point sur la réception du Télémaque notamment en didactique des langues, et d’autre part, expliquer les raisons d’une présence singulière à travers les siècles et les pays.

2Quant à l’organisation matérielle de ces Actes, les deux volumes – qui enregistrent peu de variations par rapport aux interventions prononcées – respectent, à quelque exception près, l’articulation conçue pour les journées d’étude bolonaises, les deux parties correspondant à deux options générales : questionnement de l’œuvre à travers les idées, les thèmes, les centres d’intérêt et les représentations qui en ont décrété le succès ; perspective à la fois historique et géographique dans la quête des innombrables pistes tracées par le rayonnement du Télémaque.

3Ce n’est qu’au sein de la SIHFLES qu’un tel projet pouvait être conçu et réalisé : pour la nature de ce texte phare, devenu bientôt patrimoine commun de la culture occidentale, pour le caractère transhistorique de ce type de recherche, pour la dimension plurilingue et multiculturelle du « phénomène Télémaque », pour la stratification et le croisement de significations dont il s’est chargé dans les disciplines qui l’ont interrogé, il fallait avoir recours à des observatoires diversifiés.

  • 1  Parmi les rares études dépassant le simple intérêt bibliographique, surtout pour ce qui a trait au (...)

4Le sujet est familier à bien des Sihflésiens : on connaissait le rôle primordial joué par Les Aventures de Télémaque dans l’enseignement du français. Mais les chercheurs s’y sont rarement attachés pour en mesurer la portée (et pour en évaluer les conséquences). Certes, cette constante de la pédagogie linguistique d’autrefois avait-elle été relevée, mais le constat n’avait produit que quelques analyses dispersées1 en l’absence de toute confrontation sur une base chronologique et géographique. Il était donc temps de s’en occuper de façon systématique et comparative sur les axes du temps et de l’espace.

5Cette permanence qui a résisté sans solution de continuité à l’évolution linguistique, aux changements culturels et idéologiques, du moins jusqu’à la moitié du XXe  siècle, a fait l’objet de lectures plurielles, les approches des Aventures étant marquées par les différents domaines disciplinaires des « lecteurs » convoqués pour cette mise en perspective des multiples aspects du discours fénelonien.

6À la question de savoir pourquoi Télémaque a subsisté (mais aussi à quelles conditions, selon quelles modalités, par quels moyens il a subsisté), les interventions confiées à ces Actes fournissent des réponses complémentaires : c’est précisément la richesse et la variété d’approches du signifiant et des signifiés de ce signe complexe que chaque discipline réclame pour soi qui a montré qu’une seule perspective ne saurait répondre à elle seule à toutes les questions et à soulever le voile sur tous les « secrets » de Télémaque.

7L’évidence de la diffusion presque sans égale de l’ouvrage de Fénelon, aussi bien que la fécondité de la pensée du précepteur du duc de Bourgogne ont été les assises sur lesquelles se sont bâtis les bilans et les perspectives.

8Le numéro 30 s’ouvre sur un premier groupe d’interventions consacrées aux conceptions philosophiques, éthiques, religieuses, politiques et pédagogiques de Fénelon, et surtout à Télémaque en tant que modèle dans les domaines de la philosophie morale et de la pédagogie.

9Comme par un effet de miroitement, cette modélisation originaire – qu’on pourrait appeler de premier degré puisqu’elle est au cœur de toute lecture fénelonienne – engendre les autres et en constitue le point d’ancrage : Télémaque modèle de langue et de style, modèle dans l’apprentissage linguistique, modèle enfin dont la réception littéraire témoigne d’une mise en abyme narrative qui n’est ici que partiellement exemplifiée.

10C’est dans le second des deux numéros de Documents que l’étendue extraordinaire de ce phénomène est mesurée et balisée. On verra que les résultats vont au-delà de toute attente.

11Grâce à la contribution de chercheurs provenant d’horizons différents, notre connaissance de Télémaque et notre perception du phénomène bien singulier auquel il a donné naissance ont basculé. C’est une image en mouvement, toujours rénovée qui s’en dégage, comme si la dérive observée nous renvoyait à de nouveaux horizons de lecture indéfiniment ouverts.

Haut de page

Notes

1  Parmi les rares études dépassant le simple intérêt bibliographique, surtout pour ce qui a trait aux modalités d’accueil et d’emploi du Télémaque, à signaler une analyse remarquable de Brigitte Lépinette qui a suivi la fortune de Télémaque en Espagne, en fournissant à la fois une typologie convaincante des différentes formes de pédagogisation qui se sont succédé aux XVIIIe et XIXe siècles (« Las traducciones españolas de un texto europeo : el Télémaque (1699) de Fénelon y su recepción en España », Quaderns de Filologia 1 : 63-82).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadia Minerva, « Présentation », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 30 | 2003, 7-8.

Référence électronique

Nadia Minerva, « Présentation », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 30 | 2003, mis en ligne le 06 décembre 2011, consulté le 26 mai 2017. URL : http://dhfles.revues.org/1465

Haut de page

Auteur

Nadia Minerva

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • Les cahiers de Revues.org