Navigation – Plan du site
Europe du Nord, de l'Est...

Analyse philologique d’une traduction serbe du Télémaque

Nenad Krstić
p. 70-76

Résumés

L’analyse philologique et comparative d’une traduction serbe des Aventures de Télémaque (Prikljucenija Telemaka, sina Uliseva, 1814) a démontré que Stefan Živković était un excellent traducteur et connaisseur de la langue française. Mais Živković  s’est présenté aussi comme un bon connaisseur de la langue littéraire serbe dans la deuxième moitié du XVIIIe et dans la première moitié du XIXe siècle : le slave-serbe. Cette traduction restera, sans aucun doute, une œuvre de grande valeur et une œuvre avec une influence considérable dans la littérature serbe du XIXe siècle. Prikljucenija Telemaka, sina Uliseva reste un vrai trésor dans la culture serbe.

Haut de page

Texte intégral

1Dositej Obradović  (1742-1811), un des premiers rénovateurs de la littérature serbe, savait bien que les traductions des œuvres littéraires contribueraient beaucoup au progrès de la culture serbe. Il était le plus grand écrivain serbe au XVIIIe siècle, mais aussi le traducteur de plusieurs œuvres littéraires, de l’allemand en serbe, de l’anglais en serbe, de l’italien en serbe et du français en serbe.

2Dositej était un excellent connaisseur de la langue française et il a influencé les jeunes écrivains serbes, Grigorije Trlajić, Atanasije Stojković et Stefan Zivković, quant à la traduction des Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse de Fénelon.

3Grigorije Trlajić (1766-1811) a traduit Les Aventures de Télémaque mais sa traduction, hélas, n’a jamais été imprimée. Professeur à l’Université de Petrograd, Trlajic a écrit sa dissertation doctorale en français : Mon opinion sur la méthode de traiter l’histoire générale dans un établissement d’éducation publique.

4Atanasije Stojković (1773-1823), lui aussi, a traduit le roman de Fénelon Télémaque, mais sa traduction, comme celle de Trlajić, n’a jamais été imprimée.

  • 1  Langue littéraire serbe dans la deuxième moitié du XVIIIe et dans la première moitié du XIXe siècl (...)

5Et enfin, Stefan Živković (1780-1831), étudiant en médecine à Vienne, publie à Vienne sa traduction du français en slave-serbe1 Prikliucenija Telemaka, sina Uliseva, Fenelonom arhiepiskopom kambrejskim spisana, s’francuskoga prevedena Stefanom Živkovem. Il s’agit de la traduction du roman de Fénelon Les Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse. Cette traduction deŽivković est la première traduction imprimée chez les Serbes de ce roman, alors si connu en Europe.

6Nous avons fait une complète analyse philologique et comparative de cette traduction avec l’oeuvre originale de Fénelon Télémaque. Mais, dans cet exposé, nous n’allons présenter que quelques exemples (plus exactement dix exemples) de cette analyse qui est divisée en trois parties : la traduction adéquate, l’ajout et l’omission des mots et la traduction inadéquate. Pour mieux suivre l’analyse, nous avons d’abord présenté le texte français, et ensuite sa traduction en slave-serbe.

7Le chiffre romain désigne le numéro du livre, et le chiffre arabe le numéro de la page où se trouve le texte en français et en slave-serbe.

1. La traduction adéquate

Premier exemple :

8« Il avait sa douceur et sa fierté, avec sa taille et sa démarche majestueuse » (I, 1).

9« On imadase njegovu prijatnost i gordost, sa njegovim strukom i hodom velicestvenim » (I, 1-2).

10Živković donne une traduction presque littérale avec le même ordre des mots ;´mais cette traduction est absolument compréhensible dans la langue serbe, et par conséquent, c’est une traduction littérale-adéquate. Le verbe à l’imparfait avait est traduit fidèlement avec le verbe à l’imparfait imadase. Dans la langue française, l’adjectif qualificatif se trouve ordinairement après le nom, et avant le nom dans certains cas que nous ne mentionnerons pas ici ; dans la langue serbe, dans la plupart des cas, l’adjectif qualificatif se trouve devant le nom. Mais dans sa traduction, Živković suit le rythme de la phrase française : il commence par le pronom personnel on, l’équivalent serbe de il, et termine par l’adjectif qualificatif velicestvenim, l’équivalent serbe de l’adjectif français majestueuse.

Deuxième exemple :

11« La déesse comprit que c’était Télémaque, fils de ce héros » (I, 1).

12« Boginja poznade da je to Telemak sin onoga heroja » (I, 2).

13Dans la phrase de Fénelon se trouvent deux verbes : comprit est au passé simple, et était à l’imparfait qui dans ce cas, à cause de la concordance des temps, convient au présent de la langue serbe. Et  Živković traduit précisément avec deux verbes au passé simple (aorist serbe) poznade et au présent je.

Troisième exemple :

14« Cependant Calypso se réjouissait d’un naufrage qui mettait dans son île le fils d’Ulysse, si semblable à son père » (I, 1).

15« Medutim Kalipso radovaše se okorabljekrušeniju, koje dovodaše u njezin ostrov sina Ulisova, tako podobna svojemu otcu » (I, 2).

16Encore une traduction presque littérale, mais de nouveau une traduction littérale adéquate. Živković suit fidèlement le style de Fénelon : il ne fait pas le changement de place des mots dans sa phrase, ce qu’on appelle dans la théorie de la traduction la redistribution. Tous les mots de la phrase française sont traduits précisément, comme, par exemple, les deux verbes à l’imparfait se réjouissait et mettait par deux verbes aussi à l’imparfait radovaše et dovodaše

Quatrième exemple :

17« Calypso, ayant montré à Télémaque toutes ces beautés naturelles, lui dit : Reposez-vous ; vos habits sont mouillés, il est temps que vous en changiez : ensuite nous vous reverrons, et je vous raconterai des histoires dont votre coeur sera touché » (I, 4).

18« Kalipso pokazavši Telemaku sve te prirodne krasote rece k njemu : ‘otpočinite, vaše je odelo mokro, vreme je da ga promenite, potom opet ćemo se videti, i ja ću vama povesti kazivati, koje će vašemu sercu mile biti’» (I, 5).

19Dans toute sa traduction de ce fragment, Živković fait un excellent passage de la langue française dans la langue serbe, plus précisément dans le slave-serbe, tout en faisant attention à ne pas perturber le texte original. Par exemple, il traduit fidèlement et précisément le participe passé composé ayant montré, en utilisant le mode serbe glagolski prilog vremena prošlog pokazavši.

Cinquième exemple :

20« Télémaque, voyant qu’on lui avait destiné une tunique d’une laine fine dont la blancheur effaçait celle de la neige, et une robe de pourpre avec une broderie d’or, prit le plaisir qui est naturel à un jeune homme, en considérant cette magnificence » (I, 4).

21« Telemak, videći da su za njega opredelile dolamu ot tanke vune belje ot snega, i jednu aljinu crvenu, navezenu po krajevi zlatom, imadaše radost, koja je prirodna mladomu čoveku, smatrajući na to velikolepije » (I, 6).

22Živković traduit presque parfaitement les phrases de Fénelon dans lesquelles se trouvent les descriptions d’une chose ou d’un événement, et les phrases avec les idées concrètes et précises. Il commence et termine sa traduction de cette longue phrase par les mêmes lexèmes qui se trouvent dans l’original français : le nom propre Telemak = Télémaque et le nom commun velikolepije = magnificence. Tous les mots sont traduits précisément; et les modes de temps aussi, comme, par exemple, le participe présent voyant et le gérondif en considérant par le mode serbe glagolski prilog : videći  et smatrajući.

Sixième exemple :

23« En même temps, quatre jeunes nymphes se mirent à chanter. D’abord elles chantèrent le combat des dieux contre les Géants, puis les amours de Jupiter et de Sémélé, la naissance de Bacchus et son éducation conduite par le vieux Silène, la course d’Atalante et d’Hippomène, qui fut vainqueur par le moyen des pommes d’or venues du jardin des Hespérides; enfin la guerre de Troie fut aussi chantée, les combats d’Ulysse et sa sagesse furent élevés jusqu’aux cieux » (I, 6).

24« U isto vreme četiri mlade Nimfe počese pevati. S početka stadose pevati strazenije bogova sa Gigantima; potom ljubov Jupitera i Semele; rodenje Bakusa, i njegovo vospitanije rukovodimo starim Silenom : trčanje Atalanta i Nipomena, koji bijaše pobeditelj posredstvom zlatni(h) jabuka, proizšedši iz Pjeriskoga vertograda; najposle spevaše i vojnu Trojansku : srazenija Ulisova, i mudrost njegova podiže u nebesa » (I, 7).

25La première phrase de Fénelon est traduite presque littéralement, mais cette traduction reste tout à fait compréhensible pour le lecteur serbe : elle est adéquate et précise. La construction verbale (le verbe au passé simple + l’infinitif complément avec la préposition à) se mirent à chanter est fidèlement traduite par Živković qui utilise l’équivalent serbe, mais sans préposition : pocese pevati. Dans sa traduction de la deuxième phrase, le traducteur évite la traduction littérale, mais en même temps, il ne s’éloigne pas beaucoup du texte original. Concrètement, à l’aide du modèle de transformation, les verbes au passé simple à la voix passive fut chantée et furent élevés deviennent dans la traduction les verbes au passé simple (aorist) à la voix active spevaše, podize se, vu que le passif s’emploie rarement dans la langue serbe.

Septième exemple

26« Pendant que Télémaque et Adoam s’entretenaient de la sorte, oubliant le sommeil, et n’apercevant pas que la nuit était déjà au milieu de sa course, une divinité ennemie et trompeuse les éloignait d’Ithaque que leur pilote Achamas cherchait en vain » (IX, 133).

27« Dokle Telemak i Adoam ovako besedjauzaboravljajući san, i ne opazajući, da se noc u njezinom tećeniju već bijaše prepolovila, neko zlotnorno i letivo bozestvo udaljivaše i(h) ot Itake, koju kormanoš nji(h)ov zaludu trazaše » (IX, 183).

28Encore une traduction tout à fait adéquate. Živković suit très bien le rythme de la phrase française. Il traduit précisément et fidèlement tous les lexèmes. Dans le texte français les verbes se trouvent à l’imparfait s’entretenaient, était, éloignait, cherchait et au participe présent oubliant, n’apercevant pas; dans la traduction les verbes se trouvent aussi à l’imparfait besjedau, bijaše, udaljavaše, trazaše et au glagolski prilog vremena sadašnjeg (l’équivalent serbe du participe présent), zaboravljajući, ne opazajući.

2. L’ajout et l’omission des mots

Premier exemple :

29« Sa grotte ne résonnait plus de son chant : les nymphes, qui la servaient, n’osaient lui parler » (I, 1).

30« Pećina njezina ne razdavaše sladki njezini pesana, Nimfe njezine sluzkinje smedjau k njojzi govoriti » (I, 1).

31Le traducteur peut ajouter des mots pour préciser le sens de sa traduction : ce sont le plus souvent des adjectifs, des adverbes, des noms et des pronoms. Zivkovic veut préciser le sens de sa traduction, et il  ajoute un adjectif qualificatif qui ne se trouve pas dans la phrase de Fénelon : sladki (= doux, douce). La proposition relative explicative qui la servaient devient dans la traduction le possessif + le nom njezine sluškinje. Quand aux verbes à l’imparfait ne résonnait, n’osaient et à l’infinitif parler, ils sont traduits par les équivalents serbes à l’imparfait ne razdavaše, ne smedjau et à l’infinitif govoriti.

Second exemple :

32« En cet état, nous passâmes au milieu de leur flotte; ils poussèrent des cris de joie en nous voyant, comme en revoyant des compagnons qu’ils avaient cru perdus » (I, 10).

33« U tom sostojaniju prodosmo mi posred nji(h)ove Flotte ; oni digoše krike ot radosti videći nas, misleći, da smo mi nj(h)ovo druzstvo, koje su oni drzali za izgubljeno » (I, 13).

34L’omission, comme une des formes de transformations faites par le traducteur, comprend l’omission des mots qui ne sont pas indispensables pour la compréhension du message du texte d’origine. Pour des raisons stylistiques, Živković fait justement cela : il omet la conjonction comme (= kao) et le verbe revoir (= opet videti) au gérondif en revoyant, mais sa traduction reste précise et adéquate.

3. La traduction inadéquate

Exemple :

35« Là, on trouvait un bois de ces arbres touffus qui portent des pommes d’or, et la fleur, qui se renouvelle dans toutes les saisons, répand le plus doux de tous les parfums; ce bois semblait couronner ces belles prairies, et formait une nuit que les   du soleil ne pouvaient percer » (I, 3).

36« Tu se vidau sume oni(h) gusti(h) drva, koja radajy zlatne jabuke, i ot koji(h) cvet, vozobnovljavajući se u svim godisnjim vremenima, prostire najslada blagovonija. Ta suma činjaše se uvenčavati te lepe liv ade, i pričinjavaše neku mračnost, koju zraci sunca ne mogau  probiti » (I, 4).

37Dans la première phrase, Živković traduit le nom singulier  un bois par le nom au pluriel šume, au lieu de šuma au singulier. Dans la deuxième phrase, le syntagme (le démonstratif + le nom) ce bois est précisément traduit par le syntagme (le démonstratif + le nom) ta šuma, mais la traduction, à cause de la faute qui est faite dans la première phrase, devient incompréhensible pour le lecteur serbe.

38Cette analyse philologique nous a démontré que la traduction de Živković est très fidèle à l’original français. Dans la plus grande partie de sa traduction, Živković suit fidèlement le style de Fénelon. Il traduit presque parfaitement les phrases françaises dans lesquelles se trouvent les descriptions d’un paysage, d’une chose, d’un événement, et les phrases dans lesquelles les idées sont concrètes et précises. Dans ces cas, il suit très bien le rythme de la phrase française. Mais quand les idées dans le texte français sont abstraites, le traducteur nous donne une traduction presque littérale, avec le lexique russe-slave qui est peu compréhensible pour le lecteur serbe : alors la phrase traduite devient un peu archaïque.

39Dans sa traduction, Živković ajoute des mots seulement quand cela est nécessaire; plus exactement, l’ajout, en tant que transformation, est motivé par le besoin d’exprimer un élément de contenu du texte d’origine par un autre élément qui n’existe pas dans la langue du texte d’origine, ou d’exprimer un élément de contenu qui ne se trouve pas dans le texte d’origine. De même, dans sa traduction il omet des mots seulement quand ces mots ne sont pas indispensables pour la compréhension du message du texte original, c’est-à-dire du texte français.

40Nous avons noté très peu de fautes ; par exemple, Živković traduit le nom au singulier un bois par le nom au pluriel šume, au lieu de šuma, et alors la phrase traduite en slave-serbe devient incompréhensible. Mais, il faut signaler encore une fois que dans la traduction de  Zivković  il y a très peu de fautes.

41Notre analyse a démontré que Stefan Zivković  savait très bien la  langue française et qu’il s’est présenté comme un excellent traducteur dans la période où, en Serbie, il n’y avait presque pas de dictionnaires français-serbe et serbe-français. Mais Zivković  s’est présenté aussi comme un bon connaisseur de la langue littéraire serbe dans la deuxième moitié du XVIIIe et dans la première moitié du XIXe siècle : le slave-serbe.

42Cette traduction de Živković restera, sans aucun doute, une oeuvre de grande valeur qui aura une influence considérable sur la littérature serbe du XIXe siècle. Prikljucenija Telemaka, sina Uliseva  reste un vrai trésor dans la culture serbe.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

FÉNELON (1814), Priključenija Telemaka, sina Uliseva  Fenelonom arhiepiskopom kambrejskim spisana, s’francuskoga prevedena Stefanom Živkovićem, U Vieni.

FÉNELON (1960), Le roman épique, Télémaque, Paris, Librairie Aristide Quillet.

KRSTIĆ, Nenad (1996), « Filološka analiza prevoda Stefana Živkovića sa francuskog jezika na srpski Fenelonovog Telemaka (1814) », Zbornik Matice srpske za filologiju i lingvistiku, knj XXXIX/1, Novi Sad, 71-90.

------(1999), Francuska knjizevnost u srpskim prevodina (1776-1843), Novi Sad, Svetovi.

------(2001), La contrastive et la traduction – le français et le serbe : les ressemblances et les différences, Beograd, Vedes.

MLADENOVĆ, Aleksandar (1989),  Slavenosrpski jezik. Studije i članci, Novi Sad, Knjizevna zajednica Novog Sada i Decje novine iz Gornjeg Milanovca.

Haut de page

Notes

1  Langue littéraire serbe dans la deuxième moitié du XVIIIe et dans la première moitié du XIXe siècle avec les éléments des langues suivantes : serbe populaire, russe, russeslave (rédaction russe du vieux slave) et serbe-slave (rédaction serbe du vieux slave).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nenad Krstić, « Analyse philologique d’une traduction serbe du Télémaque », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 31 | 2003, 70-76.

Référence électronique

Nenad Krstić, « Analyse philologique d’une traduction serbe du Télémaque », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 31 | 2003, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 30 mai 2017. URL : http://dhfles.revues.org/1347

Haut de page

Auteur

Nenad Krstić

Université de Novi Sad

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • Les cahiers de Revues.org