Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le colloque intitulé Le français langue des « élites » dont le présent volume reprend une partie des actes a pour objectif de contribuer à l’histoire du français dans le bassin méditerranéen et les pays balkaniques. Un tel objet ne peut être approché que de manière plurielle en convoquant simultanément l’histoire de l’évolution des sociétés, celle des échanges culturels, celle aussi des relations scientifiques, littéraires, éducatives, politiques, sans oublier les pratiques commerciales, etc.

2Comme le dit Fernand Braudel, « le passé explique le présent » et incontestablement, il faut savoir tirer des leçons du passé dans ce monde « présentiste » où les certitudes sont mises en question depuis le début du XXe siècle. Mais faut-il se plaindre de cette nouvelle orientation ? Il convient de ne pas perdre de vue que la grande aventure de la science a pris son essor avec l’écroulement des certitudes. Nous avons donc la chance de voir se constituer devant nos yeux une nouvelle image du bassin méditerranéen et des Balkans. Ce projet est évidemment très ambitieux. Les différents thèmes du colloque sont les éléments d’une même réalité et l’ambition du colloque est de reconstituer cette réalité dans sa globalité en réunissant les différentes sources documentaires.

3Patrick Cabanel (université de Toulouse-Le Mirail) propose une vaste présentation diachronique de la thématique du colloque. Selon le professeur d’histoire contemporaine, la France doit l’expansion de sa langue aux exilés huguenots du XVIIe siècle et aux congréganistes du début du XXe. Le paradoxe le plus frappant, mis en évidence par P. Cabanel, c’est que la République laïque a assumé cet héritage « religieux ». Ainsi, au début du XXe siècle, une série de réseaux (missionnaires, congréganistes en exil, instituteurs de l’Empire colonial, Mission laïque, Alliance israélite universelle), parfois hostiles les uns aux autres, ont conjugué leurs efforts pour assurer à la langue française un destin mondial.

4Henri Besse (ENS Lettres et Sciences humaines, Lyon) se penche sur la thématique du colloque par le biais d’une étude des deux éditions (1876-1887 et 1911) du Dictionnaire pédagogique de Ferdinand Buisson qui contiennent des articles consacrés à la Turquie d’Europe, d’Asie, d’Afrique et à tous les pays du bassin méditerranéen qui firent partie de l’Empire ottoman à une certaine époque de leur histoire. Les textes analysés par Henri Besse traitent essentiellement de l’organisation de l’enseignement dans ces pays où le français était pratiqué par une partie de leurs élites comme une sorte de langue seconde.

5Ekrem Aksoy (université Hacettepe) aborde la question de l’histoire de la francophonie en Turquie, de l’Empire ottoman à nos jours, en s’efforçant de dégager les causes de l’introduction de la culture française. Il insiste particulièrement sur les phases d’apogée et de déclin de la diffusion du français, en liaison avec les facteurs culturels et politiques.

6Dans le cadre de ses recherches sur les intérêts français dans l’Empire ottoman finissant, Jacques Thobie (université Paris VIII) se penche sur les activités d’enseignement des écoles françaises. Ces intérêts d’ordre économico-politique et le principe de protectorat catholique sont les motifs majeurs de l’intervention française en faveur de ces œuvres d’enseignement et d’assistance. Les dettes de l’Empire ottoman permettent aux gouvernements français de l’époque d’obliger le Sultan à accepter les exigences des établissements installés dans ce pays. La diffusion du français, d’abord parmi les « élites », ensuite dans les couches moyennes est l’une des conséquences de cette politique menée activement à la veille de la Ière Guerre mondiale. La contribution de Jacques Thobie présente également des statistiques détaillées portant sur ces écoles françaises dans l’Empire ottoman sous tous leurs aspects.

7Deux collègues françaises, Hélène Bayard Can et Marie Abak (université de Çukurova Adana) étudient l’origine et les modalités de la francophonie au sein d’une communauté orthodoxe vivant dans cette région (Iskenderun et Antakya). Pour les membres de cette communuté, le français occupe une place importante dans la communication en famille. Il va sans dire qu’une telle étude ne peut rester indifférente aux rôles des écoles françaises confessionnelles.

8Karène Sanchez Summerer analyse le rôle politique, nationaliste et religieux des élites francophones du collège des Frères des écoles chrétiennes de Jérusalem (1922-1939). À cette époque, le français, langue commune des élites de Jérusalem, est un instrument de communication pour l’ensemble des communautés monothéistes de la ville. Cette étude s’inscrit donc dans le cadre plus général d’une analyse de la politique de diffusion du français au Levant.

9Le cas de l’Égypte est présenté par Amr Helmy Ibrahim (université de France-Comté et université de Paris-Sorbonne) qui a centré son exposé sur le français référentiaire des élites égyptiennes de 1798 à 1976, à la suite de l’expédition de Bonaparte dans ce pays. Pour les élites égyptiennes, le français, même quand elles ne le parlaient pas bien ou pas du tout, était leprototype de l’européanité et de ses vertus civilisatrices. La communication d’Amr Helmy Ibrahim est une tentative d’interprétation de la fonction de la langue et du modèle français comme allié et ennemi de la langue arabe et du modèle musulman en Égypte.

10L’exposé de Raïa Zaïmova (Institut des études balkaniques, Sofia) décrit les collèges catholiques en Bulgarie et les autres institutions d’enseignement dans le contexte de la politique culturelle de la France, en insistant sur le rôle de ces établissements dans la formation de la nouvelle intelligentsia et sur la politique culturelle et éducative de la France.

11Pour analyser la contribution du français et des écoles françaises au XIXe siècle, Gülser Çetin (université d’Ankara) choisit comme cadre les réformes en Turquie et illustre, à travers l’étude du témoignage d’un professeur de français, la façon dont le français a joué un rôle de langue des élites administrative et intellectuelle, vecteur d’idées occidentalistes, modernistes et progressistes.

12Nurmelek Demir (université d’Ankara), quant à elle, décrit les premiers pas de la modernisation de l’intelligentsia féminine turque au XIXe siècle et montre comment la langue française leur a ouvert les portes du monde européen.

13Suna Timur Agildere (université Gazi, Turquie) parle des « élites » de la Sublime Porte. Il s’agit en l’occurrence des médiateurs (interprètes et traducteurs) francophones du bureau de traduction au XIXe siècle. Le bureau en question est un département créé en 1821 au sein du ministère des Affaires étrangères qui avait pour but initial de former des « drogmans » pour l’administration centrale et pour les diverses institutions et ambassades de l’Empire.

14Hanife Güven (université de Dokuz Eylül, Izmir) présente une autre « vague » de traduction en Turquie dans les années quarante du siècle dernier qui visait à traduire en turc des classiques du monde entier, surtout occidentaux, en utilisant le français. Elle analyse plus particulièrement le discours des élites sur le rôle de cette activité, qui a permis d’enrichir la langue et l’identité turques.

15Arzu Etensel Ildem (université d’Ankara) présente la correspondance diplomatique entre la Sublime Porte et la légation ottomane de La Haye, établie dans les années 1860 : cette correspondance se faisait en partie en français. Pour décrire le rôle que la langue française a joué dans la diplomatie ottomane et, après 1923, dans la diplomatie de la République de Turquie jusqu’aux années 1960, elle utilise comme corpus les documents des archives de l’ambassade de Turquie à La Haye et ceux du ministère turc des Affaires étrangères.

16Tanju Inal et Mümtaz Kaya (École Supérieure de Langues Étrangères Appliquées, université de Bilkent, Ankara), parlent d’une revue francophone, La Turquie Kamâliste, principalement composée d’articles rédigés en français. À travers une analyse thématique des articles publiés dans cette revue, les auteurs essaient de répondre à la question suivante : pourquoi avoir choisi la langue française (au détriment du turc), alors qu’il s’agissait d’une revue à caractère officiel publiée par l’Imprimerie d’État à Istanbul et dépendant de la Direction générale de la Presse au ministère de l’Intérieur ?

17Füsun Ataseven, Emine Bogenç Demirel et Elif Ertan (université technique de Yildiz) illustrent dans leur recherche l’influence du français sur la caricature turque à la fin du XIXe siècle. Selon les auteures, c’est sous l’influence de la culture française que l’humour oral turc a été remplacé par l’humour écrit et a gagné en diversité et en qualité.

18Un auteur et éditeur à Istanbul de très nombreux manuels entièrement en français (entre 1890 et 1950 environ), Marcel Fresco constitue l’objet d’étude de Danielle Omer. À travers cet auteur, Danielle Omer (université du Maine, Le Mans) étudie la propagation du français comme langue internationale dans le bassin méditerranéen et tout particulièrement dans sa partie orientale par l’Alliance israélite universelle et ses écoles.

19Sous le titre de « Dégâts linguistiques collatéraux du français à Istanbul », Raymond Renard (université de Mons, Belgique) tente de montrer comment la diffusion du français dans la société levantine juive a contribué, dès la fin du XIXe siècle, au déclin du judéo-espagnol. La majorité de la communauté juive chassée d’Espagne en 1492 fut accueillie par l’Empire ottoman. Pendant plusieurs siècles, la langue judéo-espagnole fut la langue des affaires du monde ottoman. Raymond Renard explique comment et pourquoi – lorsque l’Alliance israélite universelle a créé une chaîne d’écoles dans les principales cités levantines – le français est devenu la langue des élites juives au détriment du judéo-espagnol.

20Je tiens à remercier toutes les institutions et les responsables des sociétés privées qui ont généreusement contribuéà la réalisation de ce colloque : l’Institut français d’Istanbul, Monsieur Mehmet Erbak, le PDG d’Uludag Gazoz, Monsieur Esref Hamamcioglu, le PDG de Sodexho Istanbul.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Documents pour l’histoire du français langue étrangère et seconde, juin-décembre 2007, n°38/39.

Référence électronique

Osman Senemoglu, « Présentation », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 38/39 | 2007, mis en ligne le 16 décembre 2010, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://dhfles.revues.org/134

Haut de page

Auteur

Osman Senemoglu

Université Galatasaray

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • Les cahiers de Revues.org