Navigation – Plan du site

Le français face aux défis actuels : histoire, langue et culture. Sous la direction de Javier Suso Lopez et Rodrigo Lopez Carrillo.

Universidad de Granada : Apfue-Gilec, 2004, 2 volumes, v. I : 850 p., v. II : 788 p. 
Michela Mengoli
p. 177-180
Référence(s) :

Le français face aux défis actuels : histoire, langue et culture. Sous la direction de Javier Suso Lopez et Rodrigo Lopez Carrillo. Universidad de Granada : Apfue-Gilec, 2004, 2 volumes, v. I : 850 p., v. II : 788 p. 

Texte intégral

1Les deux tomes Le Français face aux défis actuels : histoire, langue et culture rassemblent les travaux (conférences, tables rondes, exposés et communications) des Journées du VIe Congrès International de Linguistique Française, organisées par le Département de Philologie Française avec l’appui de APFUE, qui ont eu lieu du 4 au 6 novembre 2004 à l’université de Grenade.

2Le domaine d’études est vaste, complexe et en pleine ébullition, comme en témoignent les nombreuses interventions qui se développent autour de trois thèmes fondamentaux, mis en valeur par les coordinateurs de l’édition dans la présentation des deux volumes : « l’interdépendance de la langue et des représentations socioculturelles, le poids de l’histoire dans la constitution de la langue et de la culture, et, en troisième lieu, le fait que le français et la culture que la langue véhicule sont confrontés à un double enjeu : les nouvelles technologies et la globalisation ».

3Les recherches, tant en français qu’en espagnol, se développent autour des axes suivants :

4*Traduction espagnol-français, français-espagnol. *Grammaire comparée espagnol-français, français-espagnol. *Enseignement du FLE et nouvelles technologies. *Théorie linguistique. *Histoire de la langue française. *Phonétique et phonologie. *Morphologie et syntaxe. *Pragmatique et analyse du discours. *Lexicologie, lexicographie et sémantique. *Dialectologie et sociolinguistique. *Traduction. *Méthodologie de l’enseignement du FLE. *Linguistique computationnelle et informatique,

5pour un total de 148 interventions.

6C’est précisément cette richesse foisonnante qui fait obstacle lorsqu’il s’agit de faire un compte rendu des articles du recueil. Les domaines thématiques interrogés couvrent tous les aspects problématiques de la langue française et de son enseignement. L’ouvrage donne une vue d’ensemble claire et précise des études dans ces domaines et en situe les principaux enjeux, tout en mettant en valeur les aspects problématiques des sujets abordés.

7Les conférences en ouverture des volumes, par Bernard Cerquiglini, Claude Hagège et Daniel Blampain, proposent des analyses fines et minutieusement argumentées de la question du monolinguisme français et des combats de la langue.

8Bernard Cerquiglini décrit le français comme « un idiome strictement normé, assez rétif à l’innovation et à la variation, peu soucieux de dialogue avec les autres parlers, surtout s’ils sont proches » et retrace le récit de la « lente adéquation de la langue à l’État centralisateur », récit qui voit ses épisodes fondateurs non seulement dans Villers-Cotterêt et la Révolution française, mais également dans la défaite de Sedan qui détermina la création de l’école de Jules Ferry et la naissance du « récit mythique du francien, source étatique et parisienne de la langue nationale ». Le monolinguisme règne en maître et la norme solidement établie détermine un sentiment d’insécurité linguistique chez beaucoup de locuteurs francophones. Selon l’auteur, « un tel monolinguisme a des effets que l’on peut regretter. Il entrave […] une évolution saine de la langue », mais surtout interdit au « développement néologique [de recevoir] l’accueil et les encouragements qu’il mérite » et il « isole la France au sein de l’espace francophone ». De même, Daniel Blampain affirme que « l’enjeu pour la langue française doit être, aujourd’hui, plus constructif que défensif » et il examine des extraits du Nouveau Dictionnaire des difficultés du français moderne, afin d’explorer « cet espace où les mots et les phrases se déploient, se déforment, s’inventent », l’espace de la francophonie.

9L’intervention de Claude Hagège retrace un tour d’horizon complet de la construction du français et aboutit à une proposition en faveur du plurilinguisme pour les individus et du multilinguisme pour les États.

10Une section est consacrée à la « Lexicologie, lexicographie et sémantique » : les études sur la langue de la publicité, le lexique de la guerre dans la presse française depuis le début de la guerre en Iraq, les proverbes, l’exotisme du vocabulaire de Gautier et Dumas côtoient celles consacrées aux dictionnaires. Manuel Bruña Cuevas circonscrit le statut des dictionnaires à la fois encyclopédiques et bilingues en examinant et comparant attentivement le dictionnaire de Dominguez (1845-1846), celui de Fernandez Cuesta (1885-1887) et le dictionnaire de Salva (1856) avec le Bescherelle (1845-1846) et le Littré (1863-1877).

11L’étude d’Amalia Rodríguez Somolinos suit les acceptions de mais (mais adverbe, mais argumentatif, réfutatif, mais et ses emplois énonciatifs) dans les dictionnaires français de Richelet à Pierre Larousse. Elle met en relief que « la signification des marqueurs du discours ne peut être qu’instructionnelle ; elle consiste en un ensemble d’instructions permettant d’interpréter le fonctionnement du connecteur dans les différents contextes dans lesquels il peut apparaître ».

12L’évolution des politiques linguistiques fait l’objet d’articles sur la norme, ou plutôt les normes linguistiques des pays francophones : citons par exemple celui de Jaromír Kadlec qui offre un panorama législatif et sociolinguistique de la situation du français du Québec et du joual ou bien celui de Pedro Mogorrón Huerta, sur le wallon, langue injustement considérée comme moribonde.

13La problématique francophone est présente aussi dans l’étude de Moustafa Benabbou, « Langue, française, identité(s), culture(s) et francophonie », dans la section « Histoire de la langue Française », où de minutieuses analyses diachroniques de faits de langue (les démonstratifs, les présentatifs en ancien français, les adjectifs de relation), coexistent avec le questionnement sur le statut de la discipline. Pierre Swiggers aborde la notion d’histoire de la langue et prend en considération les disciplines qui ont un objet d’étude en intersection, telles que, par exemple, la linguistique historico-comparative, la dialectologie, la grammaire comparée des langues romanes et la grammaire historique. Une fois constaté l’absence d’un cadre métathéorique pour l’histoire de la langue, Swiggers propose un historique solidement documenté avec de nombreux éclairages sur les travaux de collègues italiens, tels que Migliorini, Varvaro et Devoto.

14Pour ce qui concerne la section « Méthodologie de l’enseignement du FLE », les axes d’intervention privilégiés s’articulent autour de l’introduction du Cadre Européen et ses retombées dans les programmes (Arroyo et Avelino, Aval), de l’analyse de l’erreur (Bouali et Marcos García), de l’analyse comparative (de Saint Moulin, Ruggia) et du renouvellement d’activités de classe, tels que la lecture de la BD, le jeu de rôle, la chanson et la littérature en classe de FLE (Dolors Cañada, Deschamps, Kalliou, Montoro Araque, Scarampi, Ventura).

15En diachronie, beaucoup d’articles sont susceptibles d’attirer tout spécialement l’attention des Sihflésiens : l’historien du français langue étrangère a à sa disposition un panorama très vaste qui va de l’étude de l’article dans la grammaire de Jean de Vayrac de 1708 (Jiménez Domingo), à un aperçu sur l’enseignement de la phonétique en Espagne au XIXe siècle (Luec). Dans le même domaine, l’étude de Carlota Vicens Pujol et Gabriel Jordà Lliteras se penche sur l’enseignement du FLE en Espagne aux alentours du XIXe siècle, à travers l’analyse de deux manuels Llave nueva y universal de la lengua francesa de Antonio Galmace (1787) et Arte de hablar bien francés o gramática completa de Pedro Nicolás Chantreau (1810), analyse qui aboutit à la conclusion que, à l’époque en Espagne, on était « encore loin de la méthode orale » et que la véritable révolution dans le domaine de la didactique des langues étrangères ne se produira que plus tard, avec une demande accrue d’enseignement de langues étrangères. Les auteurs insistent aussi sur la place et le rôle que les textes et les exemples des manuels ont dans l’étude des aspects culturels d’un moment historique.

16Le remarquable travail qu’ont dirigé les collègues espagnols ouvre encore une fois la réflexion sur l’importance de la dimension collective dans toute recherche d’envergure.

17La qualité des interventions et la richesse des contenus constituent un vaste réservoir d’échantillons représentatifs des domaines de recherche actuels en linguistique qui s’avère incontournable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Documents pour l’histoire du français langue étrangère et seconde, juin-décembre 2005, n°35.

Référence électronique

Michela Mengoli, « Le français face aux défis actuels : histoire, langue et culture. Sous la direction de Javier Suso Lopez et Rodrigo Lopez Carrillo. », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 35 | 2005, mis en ligne le 14 février 2012, consulté le 31 juillet 2014. URL : http://dhfles.revues.org/1138

Haut de page

Auteur

Michela Mengoli

École de Spécialisation pour l’Enseignement Secondaire, Bologne

Haut de page

Droits d'auteur

© SIHFLES

Haut de page