Navigation – Plan du site

Michel Berré, Les langues à l’école primaire : enjeux identitaires et pédagogiques. L’enseignement du français en Belgique flamande au XIXe siècle.

Mons : Éditions du CIPA, 2006, 206 p.
Nadia Minerva
p. 169-173
Référence(s) :

Michel Berré, Les langues à l’école primaire : enjeux identitaires et pédagogiques. L’enseignement du français en Belgique flamande au XIXe siècle. Mons : Éditions du CIPA, 2006, 206 p.

Texte intégral

1Au cœur du livre de Michel Berré, les débats sur l’enseignement du français en Flandre au XIXe siècle, donc à l’époque de l’émergence, en Europe, des identités nationales et de la construction des systèmes scolaires d’État. D’où l’intérêt du « cas belge » : une histoire nationale marquée par une spécificité qui paraîtrait la rendre difficilement comparable avec les autres pays de notre continent ; le cas belge reste pourtant exemplaire – sous plusieurs aspects – de la réflexion nourrissant, à l’époque, la pédagogie linguistique de la plupart des pays européens.

2En amont, rappelons la thèse de doctorat monumentale en Linguistique et Littérature romanes, soutenue en 2003 à la Vrije Universiteit de Bruxelles sous la direction d’Annie Boone : Contribution à l’histoire de l’enseignement des langues : le français dans les écoles primaires, en Flandre au XIXe siècle. Étude des discours didactiques et pédagogiques. L’auteur en a tiré les chapitres susceptibles de mettre en perspective « les rapports entre langue, école et identité socio-culturelle » (« Avant-propos », p. 10), avec les politiques scolaires d’aujourd’hui et de demain. Il a destiné à deux publications ultérieures les chapitres consacrés aux conceptions méthodologiques (volume 1 B) et le Répertoire,vaste recensement raisonné d’outils didactiques de nature variée (manuels destinés aux Flamands et « supports potentiels ») figurant aux volumes 2 A, 2 B et 2 C de la thèse.

3Michel Berré n’a pas avoué – sans doute par modestie – que le livre est loin d’être une simple reprise des chapitres en question : nous trouvons ici au premier plan la dimension théorique et la méthode en histoire de l’enseignement des langues. On peut avancer que c’est grâce à de pareils travaux que l’histoire de l’enseignement des langues peut aspirer à se constituer en domaine de recherche autonome, fondé sur des bases méthodologiques solides : l’événementiel, le descriptif ne sont que le tremplin pour parvenir à mettre en place une typologie des discours qui se sont élaborés à l’époque. Quant aux anecdotes – faisant souvent la part du lion dans des travaux qui, pour la cause de la discipline, n’hésitent pas à faire l’apologie des « précurseurs » – elles sont mises au ban.

4Dès l’« Introduction » (p. 11-25), le caractère de l’ouvrage est net : l’enquête historique est subordonnée à des démarches préalables visant, d’une part, à établir un cadre de référence où le lecteur trouve aisément des repères pour s’orienter dans le panorama critique, et, d’autre part, à classer les diverses études constituant l’historiographie de référence du chercheur, en cinq catégories dont chacune se caractérise par son orientation. Les cinq sous-domaines relevés sont trois histoires particulières, celles des disciplines scolaires, des idées et de la linguistique ; une approche : l’enseignement des langues vu dans sa problématique sociolinguistique ; et un dernier groupe d’ouvrages à visée « encyclopédique » (p 13), présentant à un public non averti une macro-histoire en rapide survol. Dans l’état des lieux concernant l’historiographie belge, la « question des langues » en Belgique est déclinée en problèmes et en concepts : besoins sociaux et acquisition du français, francisation et flamandisation, enseignement des langues et idéologie…

5L’auteur ne manque pas, d’ailleurs, de situer son propre « discours » dans la typologie établie pour l’historiographie de l’enseignement des langues étrangères ou secondes : le présent ouvrage est classé parmi les recherches mettant en relation les langues enseignées avec les politiques linguistiques et scolaires, le domaine de la sociolinguistique donc et des implications culturelles de l’enseignement des langues.

6La démarche métadiscursive adoptée dans l’analyse des sources secondaires est identique à celle qui se dégage du livre tout entier et qui met au centre de l’analyse les discours sur l’introduction du français à l’école primaire.

7Le parcours de Michel Berré se développe à travers neuf chapitres très denses. Le premier et le deuxième analysent le statut et la place du français sous l’Ancien Régime et au XIXe siècle ; tout comme dans les autres pays européens, la question de la langue nationale n’est devenue une grande affaire qu’à la fin du XVIIIe siècle (p. 25) : c’est durant la période française (1792-1815) que se met en place une politique linguistique d’assimilation dans les Pays-Bas autrichiens, l’État aspirant au monolinguisme. Durant la période hollandaise (1815-1830), le même principe – « un pays, une langue » – entraîne une néerlandisation qui donne au français le statut de langue étrangère, dans la nation et à l’école. Après l’indépendance, s’impose la politique linguistique de la « liberté » (p. 39), une liberté qui devient peu à peu une contrainte pour une partie des locuteurs de langue flamande : le français, langue de l’élite et des classes moyennes, s’impose comme langue commune, ce qui instaure une diglossie de nature dissymétrique. De la période qui va de 1830 à la fin du siècle, retenons quelques événements majeurs : la naissance du Mouvement flamand dont l’impact sur la question de la langue est déterminant ; les lois de 1850 et de 1881 ayant une retombée significative sur les programmes d’enseignement ; la « loi linguistique » de 1883 qui accélère la flamandisation dans l’instruction secondaire.

8Le troisième chapitre est consacré au cadre législatif de l’enseignement du français à l’école primaire : Michel Berré y développe causes et effets des lois et des pièces administratives relatives à ce sujet : la première loi sur l’instruction primaire (23 septembre 1842), la création du premier ministère de l’Instruction publique (juin 1878) ; la seconde loi organique sur l’instruction primaire (1er juillet 1879) ; la première circulaire pédagogique concernant l’enseignement d’une deuxième langue à l’école primaire (1899) ; les projets qui n’aboutissent pas à une normative législative ; divers règlements s’échelonnant durant tout le siècle. Une attention toute particulière est consacrée aux dispositions concernant la formation des maîtres et à l’évolution des programmes de l’enseignement normal qui témoignent des différents statuts du français, langue « accessoire » ou langue seconde, suivant les cas.

9Le quatrième chapitre, qui commente les données quantitatives relatives à la présence du français dans les écoles primaires, distribue l’enseignement qui y est dispensé sur deux axes portants : l’enseignement du français comme deuxième langue ou comme langue principale. L’auteur ne cède pas à la tentation des synthèses trop faciles : la variation diachronique (l’unité de temps « XIXe siècle » présente, on l’a vu, des étapes évolutives), la variation diatopique propre à la géographie humaine belge, la variation sociale constituant elle aussi un élément de contraste entre les provinces flamandes, sont autant de facteurs qui complexifient les rapports des instances locales entre elles et avec l’État, aux différents tournants politiques et sociaux.

10Suivent trois chapitres où l’auteur analyse les discours sur la « cohabitation » des deux langues dans l’enseignement élémentaire, avec leurs arguments favorables ou contraires, et l’élaboration de la notion de « langue seconde ». Les rapports de force entre les deux points de vue opposés (les « non » et les « oui », des « oui mais… », précise l’auteur) sont vus dans leur dynamique sur la toile de fond de conflits marquant l’évolution sociale et politique. Les problèmes envisagés concernent principalement les aspects pragmatiques (utilité pratique, voire nécessité, en Belgique, du français pour le jeune flamand ou inutilité pour un élève qui n’en aura plus besoin une fois qu’il aura quitté l’école ?), pédagogiques et culturels (l’acquisition d’une deuxième langue a-t-elle un effet formatif ou menace-elle la constitution d’une identité flamande ?).

11Le chapitre VIII est chronologique : l’auteur y reprend les « lignes de force » de l’enseignement du français dans les écoles primaires flamandes de la fin du XVIIIe siècle à la fin du XIXe (p. 139) pour proposer une synthèse où l’histoire dans ses divers segments (« Avant l’indépendance belge », « De l’indépendance aux premiers conflits », « Vers une radicalisation des attitudes – 1860-1878 », « 1880-1899 ») est lue à travers trois questions, appliquées rigoureusement aux diverses périodes du parcours évolutif : attitude de l’État (cadre législatif permettant de déterminer le statut des deux langues à l’école primaire), évaluation quantitative de la présence du français (extension et diffusion de l’enseignement bilingue, puis stagnation ou recul du français langue seconde) et réactions suscitées par l’enseignement de cette langue.

12La conclusion générale (chapitre 9) dresse, à partir des différents discours, six « situations » ou « formules » de cohabitation des langues française et flamande, qui vont du monolinguisme en français au monolinguisme en flamand en passant par des modulations nuancées, illustrées par des histogrammes. Michel Berré tire les leçons de l’histoire : la flexibilité des propositions observées préfigure un horizon ouvert de propositions possibles qui invite à enchaîner sur le présent et l’avenir. Les propositions pour demain devraient, affirme-t-il, prendre « le contre-pied des croyances idéologiques et pédagogiques » (p. 159) qui ont marqué l’enseignement des langues dans la longue durée, pour chasser les fantômes de la pédagogie de la rupture entre les langues enseignées et de l’isolement ou de l’homogénéisation et de la normalisation en faveur d’une langue contre l’autre.

13On peut conclure sur un vœu : l’autonomisation de l’histoire de l’enseignement des langues – au sein de la SIHFLES pour le français ou ailleurs pour d’autres langues qui ne bénéficient pas encore d’une « histoire » – pourrait progresser à pas de géant en s’inspirant du cadrage systémique qui a brillamment fait ses épreuves avec le livre de Michel Berré.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Documents pour l’histoire du français langue étrangère et seconde, juin-décembre 2005, n°35.

Référence électronique

Nadia Minerva, « Michel Berré, Les langues à l’école primaire : enjeux identitaires et pédagogiques. L’enseignement du français en Belgique flamande au XIXe siècle. », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 35 | 2005, mis en ligne le 14 février 2012, consulté le 24 novembre 2014. URL : http://dhfles.revues.org/1135

Haut de page

Auteur

Nadia Minerva

Université de Catane

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© SIHFLES

Haut de page