Navigation – Plan du site

Jacqueline Lillo, L’enseignement du français à Palerme au XIXe siècle.

Bologna : clueb, 2004, 268 p.
Carla PELLANDRA
p. 167-168
Référence(s) :

Jacqueline Lillo, L’enseignement du français à Palerme au XIXe siècle.Bologna : clueb, 2004, 268 p.

Texte intégral

1Nous avons là un bel exemple de ce que peut, de ce que doit (ou devrait) être, une micro-histoire utile : chaque syntagme de ce titre délimite, restreint le champ de cette recherche – si vous allez de gauche à droite – dans l’objet (l’enseignement du français), dans l’espace (à Palerme), dans le temps (le XIXe siècle), mais cette micro-histoire, reflète – et c’est ici le cas – la macro-histoire de la diffusion du français et des lieux et des acteurs de l’enseignement du français. Cette micro-histoire est ici ancrée dans la politique éducative du royaume des Bourbons et ensuite de la maison des Savoie, dans une période – le XIXe siècle – de grands changements politiques et sociaux à Palerme ainsi qu’en Italie et en Europe.

2On trouve dans ce livre – fruit d’une douzaine d’années de travail intense dans les bibliothèques et dans les archives – l’histoire de la diffusion du français auprès de l’élite sicilienne qui a parlé et écrit couramment le français à partir du XVIIIe siècle jusqu’aux années 60 du XXe siècle. Une élite largement polyglotte ; Jacqueline Lillo a calculé les pourcentages des articles dans les différentes langues qu’une revue, La Sicile illustrée – destinée évidemment à une certaine classe sociale – publiait au début du XXe siècle : 48 % des articles étaient en italien, 32 % en français, 14 % en anglais, 6 % en allemand ; des données impressionnantes qui en disent long sur les compétences polyglottes des Siciliens cultivés de l’époque, et sur le milieu cosmopolite de la Sicile de la Belle Époque. Des langues que l’élite apprenait souvent en famille avec des précepteurs et des gouvernantes ou dans les Collèges de Nobles et dans les « Educandati », les pensionnats féminins. Jacqueline Lillo a pris en compte l’enseignement public dispensé dans les institutions éducatives où l’on apprenait le français ; elle présente donc la pédagogie des congrégations enseignantes, comme la célèbre Ratio Studiorum jésuite qui a été le grand modèle pour toute l’Europe catholique ; elle examine ensuite comment l’État, avec l’unification du pays, se fait pédagogue et dicte les programmes, impose des méthodes, contrôle, évalue enseignants et enseignés.

3Mais nous savons bien que les textes normatifs ne nous disent pas exactement ce qui se passait dans les classes d’autrefois ; il faut d’autres sources pour essayer de mieux connaître la réalité des classes, pour essayer en quelque sorte d’y pénétrer : les sources que Jacqueline Lillo a dénichées dans les Archives ; il suffit de feuilleter la bibliographie pour se rendre compte du travail immense qu’elle a fait sur les sources imprimées (comme les feuilles qui annonçaient les « saggi » – de véritables démonstrations des compétences linguistiques et culturelles – que les élèves faisaient solennellement en présence de leurs parents et des autorités de la ville), et sur les sources manuscrites, comme les dossiers des enseignants de français avec les rapports des proviseurs et des inspecteurs, des jurys des concours, les comptes-rendus des classes faites au début et à la fin de l’année scolaire, les correspondances des enseignants avec les autorités : des pièces officielles, publiques, qui montrent la culture des professeurs, leurs méthodes pédagogiques en action, leurs manuels et l’usage qu’ils en faisaient, mais aussi les misères de la vie privée de ces maîtres obligés de courir d’une école à l’autre, de se charger de cours particuliers pour nourrir des familles nombreuses…

4Une articulation serrée imprime un rythme rapide à la lecture de ce livre svelte, bien que nourri de beaucoup de chiffres, de beaucoup de tables, où chacun peut ouvrir son propre parcours, satisfaire ses curiosités passant du contexte politique, économique, social, culturel au statut du français se modifiant tout au long de ce XIXe siècle si « long » et si complexe. Jacqueline Lillo a recensé toutes les écoles où l’on enseignait le français ; illustré le système de recrutement des professeurs aux différentes époques ; essayé d’identifier les professeurs et les élèves ; décrit manuels et méthodes. Elle a ajouté en appendice des images de ces écoles et de ces élèves d’autrefois, des programmes, des décrets, des « patenti » de français…. : le cadre et les « offres éducatives » de l’Ancien Régime et de l’Italie qui venait de se constituer.

5Ce beau livre témoigne de grosses compétences, d’une belle passion pour la recherche, d’une curiosité inlassable, de la grande énergie et de la capacité de travail que nous reconnaissons (et envions !) tous à Jacqueline Lillo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Documents pour l’histoire du français langue étrangère et seconde, juin-décembre 2005, n°35.

Référence électronique

Carla PELLANDRA, « Jacqueline Lillo, L’enseignement du français à Palerme au XIXe siècle. », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 35 | 2005, mis en ligne le 14 février 2012, consulté le 23 novembre 2014. URL : http://dhfles.revues.org/1133

Haut de page

Auteur

Carla PELLANDRA

Université de Bologne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© SIHFLES

Haut de page